//img.uscri.be/pth/43736d5dca2cc905c439b4ca0a759bfea9f7bc9f
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 13,73 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

LES ENSEIGNANTS, L'ECOLE ET LA DIVISION SOCIALE

De
192 pages
L'auteur analyse plus particulièrement l'imbrication de ses engagements personnels et professionnels, avec ses préoccupations de recherche sur les enseignants et leurs " manières d'être au métier " : quelle identité professionnelle des enseignants peut contribuer à faire réussir l'école en milieu populaire ? Comment s'est élaborée la pédagogie de travail et de l'émancipation de Freinet et de son mouvement coopératif en tant qu'ambition d'école populaire ?
Voir plus Voir moins

LES ENSEIGNANTS,

L'ÉCOLE

ET LA DIVISION

SOCIALE

CHEMINEMENT

DE RECHERCHE

EN SOCIOLOGIE

DE L'ÉDUCATION

Collection Éducation et Formation dirigée par Michel Bernard

Série Guides M. BERNARD, M. BOUTHORS, C. ETEVE, J. HASSENFORDER, Méthodoref Guide méthodologique de recherche en éducation et formation, 1992. D. SENSI, L'évaluation dans les formations en entreprise, 1992. F. MINET, L'analyse de l'activité et lajôrmation des compétences, 1995. Série Thèses et Travaux Universitaires R. BOURDONCLE, Préface R. BOUDON, L'université et la profession. Un itinéraire de recherche sociologique, 1995. J. PIETTE, Education aux médias et fonction critique, 1996. C. MIAS, L'Implication professionnelle dans le travail social, 1998. M. BERNARD,Penser la mise à distance en formation, 1999. André D. ROBERT,Actions et décisions dans l'Éducation nationale, 1999.

Série Politique et Conduite P. LADERRIERE, L'enseignement: une réforme impossible?, 2000.

2000 ISBN: 2-7384-9166-9

@ L'Harmattan,

Collection Éducation et Formation

Henri Peyronie

LES ENSEIGNANTS,

L'ÉCOLE

ET LA DIVISION

SOCIALE

CHEMINEMENT

DE RECHERCHE

EN SOCIOLOGIE

DE L'ÉDUCATION

L'Harmattan 5-7, rue de l'École Polytechnique 75005 Paris - FRANCE

L'Harmattan Inc. 55, rue Saint-Jacques Montréal (Qc) - CANADA H2Y lK9

Du même auteur
Un professeur de philo à l'usine. Dix mois de stage en sidérurgie, Tournai, Casterman, 1980. Instituteurs: des maîtres aux professeurs d'écoles. Formation, socialisation et "manière d'être au métier", Paris, Presses Universitaires de France, 1998. Célestin Freinet, pédagogie et émancipation, Paris, Hachette, 1999.

Directeur de publication Freinet, 70 ans après. Une pédagogie du travail et de la dédicace?, Caen, Presses Universitaires de Caen, 1998, [ouvrage collectif coordonné par Henri Peyronie].

SOMMAIRE

AVANT-PROPOS.. ... ...

...

..........

9 15

INTRODUCTION- La «note de synthèse» sur les travaux de recherche pour l'HDR : un geme universitaire........................................................................................................

PREMIÈRE

PARTIE

«Aiguiser ma compréhension immédiate des situations sociales, [et J donner une utilité au savoir que je constituais»

INTRODUCTIONLe choix d'évoquer d'autres dimensions de l'identité que celle du «chercheur de laboratoire» .......

31

CHAPITRE - De la philosophie aux sciences de l'homme. par la réflexion épistémoI logique . 35 1 - Itinéraire social. itinéraire scolaire: genèse d'un accès à la profession d' enseignant-chercheur................................................................................. 2 - Le Diplôme d' études supérieures (1967). de la philosophie à l'épistémologie des sciences humaines: le champ du signe... ..................................... CHAPITRE - «Prendre en charge les questions qui sourdent de l'expérience de II notre temps». l'écriture comme outil d' intelligibilisation de l'environnement au quotidien. et l'écriture comme outil d.intervention 35 37

43 44 46 48 56 61 61 63 72

- L'écriture

comme outil d'intelligibilisation de l'environnement au quotidien.l'écriture comme outil d'approche anthropologique

- Des écrits non-scientifiques. mais qui relèvent de la volonté de comprendre des situations sociales 1 - Au Cambodge ............................................................................................... 2 - L'insertion d'une année dans une usine sidérurgique CHAPITRE - Entre formation des maîtres et sciences de l'éducation....................... III 1 - La découverte de la formation des enseignants dans une école normale d'instituteurs anomique ............ 2 - Un cursus de formation en sciences de l.éducation...................................... 3 - À la périphérie des sciences de l'éducation. le développement de la vidéoformation dans les écoles normales d'instituteurs ........................................

4 - Le mouvement de l'école moderne réseau d'auto-formation et de coformation: un autre réseau ressource pour la construction d'une identité professionnelle 5 - Écrire pour analyser les contradictions d'une situation professionnelle anomique, et pour intervenir dans l'élaboration collective de dispositifs de formation et d'évaluation DEUXIÈME PARTIE

74

77

École, monde du travail, classes populaires, pédagogies, et identité des enseignants

CHAPITRE - Du colloque «classes populaires et pédagogies» (mars 1985), au IV colloque «défendre et transformer l'école pour tous» (octobre 1997) 1 - Le DEA:mobiliser les apports de la sociologie de l'éducation pour une formation contre l'échec scolaire socialement ségrégatif.. 2 - De la position «d'intervention» à la position «d'objectivation »

85 85 94

CHAPITRE - La pédagogie Freinet et le mouvement de l'école moderne: des instiV tuteurs mobilisés pour une école populaire? 105 1 - Les effets sociaux de la pédagogie Freinet
2

105
de se mobiliser pour entrer

-

Quels sont les jeunes instituteurs

susceptibles

dans le mouvement Freinet ? 3 - Le projet de portraits d'enseignants Freinet 4 - Quelles sont les traces de leur scolarité chez d'anciens élèves de classes Freinet? 5 - Les méthodes de travail coopératif dans le mouvement FreineL 6 - Deux présentations de synthèse de la pédagogie Freinet CHAPITRE - L'école et le monde du travail VI 1 - Le voyage en sidérurgie d'un pédagogue

114 118 121 125 126 129 130

2 - La volonté de rapprocher l'identité professionnelle des acteurs de l'institution scolaire, de la culture d'entreprise: entre incantation symbolique et «management participatif» 135

CHAPITRE VII- Les instituteurs, rupture et continuité d'une identité professionnelle. 1 - Les instituteurs: rupture et continuité d'une identité professionnelle 2 - La valorisation de la recherche achevée CHAPITRE VIII- Projets de recherche 1 - L'implication dans de nouveaux projets 2 - Quelle position dans l'encadrement de la recherche? CONCLUSION Références bibliographiques des travaux cités Annexe 1- Liste des travaux présentés pour l'habilitation Annexe 2- Extraits d'écrits non universitaires

141 141 145 147 147 152 157 159 171 177

À Claire et Bernard

AVANT-PROPOS

CET OUVRAGE EST ISSU D'UNE «NOTE DE SYNTHÈSE» DIRIGER DES RECHERCHES

POUR L'HABILITATION À

«Ce livre peut surprendre» écrivait Raymond Bourdoncle, en 1994, au
début de l'avant-propos de son ouvrage L'université et les professions 1 : il s'agissait d'un livre publié à partir de sa note de synthèse pour l'habilitation à diriger des recherches. Le statut de ce type de texte, produit dans le cadre d'un travail universitaire défini en 1984 puis en 1998, était alors très peu connu. Il est désormais plus familier aux universitaires. Ainsi, quand André Robert procède au même type de publication en 1999, il se contente de faire précéder son texte d'une simple note: «Cet ouvrage est constitué par le texte intégral d'une note de synthèse pour l'habilitation à diriger des recherches» 2. Mais il est peu probable que le statut de ce travail universitaire, qui s'est substitué à l'ancienne thèse d'État, soit connu en dehors du milieu universitaire. D'autant plus que la publication des notes de synthèse, qui accompagnent les dossiers de publications de recherche des candidats à «l'HDR», n'est pas une pratique courante: sans doute parce que pour comprendre vraiment ces textes, le lecteur doit avoir accès aux publications de recherche antérieures de l'auteur. La fonction de ce type d'écrit est, en effet, de retracer la genèse de ces recherches. Or, les publications de recherche, alors qu'elles sont systématiquement transmises aux membres du jury, sont beaucoup moins accessibles à d'autres lecteurs parce que, le plus souvent, elles sont éparpillées dans des livres et dans des revues variées. Il faut constater aussi, qu'à la différence de ce qui est prévu pour les thèses de doctorat, les règlements universitaires n'imposent pas le dépôt d'un exemplaire de la note de synthèse dans la bibliothèque de l'Université où l'HDR est soutenue. On peut regretter ce choix de ne pas faciliter l'accès public à ces écrits.

1. Chez L'Harmattan, collection «Éducation et formation, Série: travaux universitaires». 2. André D. Robert, Actions et décisions dans l'Éducation nationale - Un itinéraire de recherche, Paris, L'Harmattan, 1999.

Les enseignants,

l'école et la division sociale

D'une part ceux-ci constituent, en effet, des sources d'information importantes sur les logiques de conception et d'élaboration des travaux de recherche en sciences humaines. D'autre part, comme tout travail support d'une évaluation universitaire, leur production rencontre la question des normes, explicites et implicites, auxquelles elle se réfère: il est donc nécessaire d'avoir accès à ces documents si l'on souhaite observer et expliciter, au moins partiellement, le processus d'émergence, d'élaboration et de transformation de ces normes. Pour ces deux raisons, et malgré la spécificité universitaire de cet écrit, j'ai accepté sans hésitation la proposition que m'a faite Michel Bernard de publier, dans la série «Thèses et travaux universitaires» de la collection qu'il dirige chez L'Harmattan, la note de synthèse pour l'HDR que j'ai soutenue, en 1997, à l'Université de Caen 3. C'est le texte de cette note que l'on trouvera ici, après quelques modifications d'écriture et la mise à jour de certains passages.
UN CHEMINEMENT ENTRE ESPACE PROFESSIONNEL ET ESPACE PRIVÉ

S'il n'y avait pas quelque présomption à parler «de cheminement intellectuel », c'est l'expression que j'aurais employée dans le sous-titre de ce volume plutôt que celui de «cheminement de recherche». Après beaucoup d'hésitations, j'ai en effet choisi d'inclure dans le document de soutenance des écrits qui ne sont pas des publications de recherche ni des publications universitaires, et d'évo-

quer - dans la note de synthèse -les conditions de production de ces écrits 4. On peut affirmer, en effet, que la construction de l'identité culturelle d'un enseignant ou d'un chercheur ne se limite pas à ce qui se joue dans l'enceinte d'un «laboratoire de recherche» (comme on dit dans le langage universitaire). Et bien que dans mes curriculum vitae professionnels j'ai presque toujours passé sous silence les segments personnels de mon itinéraire, devant l'injonction à faire un bilan de recherche pour l'HDR (et probablement parce qu'à cinquante ans un tel bilan n'est plus tout à fait un simple «rapport d'étape»!) j'ai ressenti le besoin de retisser les mailles d'un itinéraire d'écriture, de réflexion, d'implication et d'engagement, dans une certaine globalité.

3. Habilitation à Diriger des Recherches soutenue le 5 décembre 1997 en Sciences de l'éducation à l'Université de Caen: Une sociologie de l'école et de ses acteurs, dans leurs cadres sociaux et dans leurs ancrages culturels - Versune «anthropologie sociale» du monde scolaire. Le jury était composé de Madame et Messieurs les professeurs: Élisabeth Bautier, Jacky Beillerot, Dominique Glasman, Jean Guglielmi, Robert Hérin, Jacques Testanière. 4. On trouvera la liste de ces écrits page 171 dans l'annexe 1 de ce livre, où sont recensés l'ensemble des documents qui ont été regroupés pour cette habilitation. Et à titre d'illustration on

trouvera, dans l'annexe 2, trois de ces écrits (pages 177 à 189).

10

Avant-propos

Évoquer mon hésitation, quant à la légitimité d'inclure ce regard sur le hors-champ de la recherche, n'est pas une simple clause de style: jusqu'à l'entrée dans l'atelier de reprographie où j'allais faire reproduire les différents volumes de mon travail, je me suis demandé si je devais maintenir dans le volume de ma note de synthèse les deux chapitres qui rendent compte de cheminements non-universitaires... Je dois avouer encore que la publication de cette note a été retardée de quelques mois pour la même raison. Alors que l'idée de la publication allait de soi (c'est un peu le devenir attendu de tout écrit universitaire), j'ai été ressaisi par le doute à l'idée de rendre publique l'évocation d'écrits et d'épisodes de vie qui n'appartiennent pas à la seule sphère professionnelle: - était-il utile de porter ces écrits-là au regard de lecteurs éventuellement inconnus (les membres du jury, eux, ne m'étaient pas inconnus)? - était-il judicieux d'insister sur la dimension non-académique de cette note de synthèse, de l'afficher en la publiant et, ce-faisant, de la positionner comme un repère éventuel quant à la norme de ce travail universitaire?
L'ÉVOCATION DE DIFFÉRENTS REGISTRES D'ÉCRITURE

À l'occasion de l'exposé oral d'introduction à la soutenance j'ai tenté de justifier ce choix de soumettre au jury une palette élargie d'écrits, et son corollaire : une note de synthèse situant l'ensemble de ces écrits. J'ai alors convoqué Descartes et Augustin pour caractériser deux modèles antithétiques d'évocation d'un itinéraire de pensée: l'un suivant l'ordre des raisons, l'autre suivant le mouvement interne de la personne. Mais c'est essentiellement en m'appuyant sur une évocation des relations entre les différents registres d'écriture chez Marcel Mauss que j'ai justifié mon choix: la conclusion de ma note de synthèse s'achevait sur l'invocation du parrainage épistémologique de cette grande figure de la sociologie anthropologique française, et le sous-titre de cette note
(<<

Vers une anthropologie

sociale du monde scolaire») faisait directement réfé-

rence au paradigme qui l'identifie. C'est donc surtout en évoquant la pluralité des registres d'écriture de Marcel Mauss et en soulignant l'intérêt qu'on peut trouver à connaître ses textes non-académiques pour suivre et comprendre l'élaboration de sa pensée, que j'ai argumenté en faveur de l'option que j'avais prise. Marcel Mauss a, en effet, beaucoup écrit pour L'Humanité, puis pour Le Populaire: la réédition, en 1997, de ses écrits politiques composent un volume de 800 pages5. Lors de la présentation de ses travaux au Collège de France,
5. Marcel Mauss, Écrits politiques, 1997. textes réunis et présentés par Marcel Fournier, Paris, Fayard,

11

Les enseignants,

l'école et la division sociale

en 1931, Marcel Mauss fit le choix de ne rien dire à propos de ces écrits-là, sur «l'action scientifique et didactique dans le monde coopératif» ou sur «le bolchevisme et sur la notion d'internationalisme», car - pensait-il alors - «ce sont des incursions dans le domaine nonnatif». Et pourtant, il écrivit un peu plus tard: «je ne pense pas que mes écrits aient été dénués d'intérêt scientifique et philosophique» . La prise en compte d'écrits non scientifiques pour situer les analyses et les discours sociologiques me paraît utile pour au moins deux ordres de raison. 1) Entre l'analyse du social et la prise de position axiologique - à la manière de Marcel Mauss - il y a des continuités d'objet (on ne pourrait pas dire la même chose à propos du travail scientifique dans les sciences expérimentales, comme la bio-chimie ou la micro-biologie par exemple). Ainsi, en même temps qu'il observait la méconnaissance des références culturelles propres aux sociologues des générations antérieures, parmi les sociologues de sa génération, JeanMichel Chapoulie a analysé l'intérêt de connaître «l'expérience élémentaire du monde social que chacun d'entre nous doit à sa propre biographie» :
Lorsque j'avais interviewé des sociologues de la génération qui a fondé notre discipline - et notamment Viviane Isambert-Jamati -j'avais découvert simultanément l'ampleur de l'ignorance des sociologues de ma génération à l'égard de ce qu'avaient accompli leurs homologues de la génération immédiatement précédente. Il s'agissait évidemment non pas de l'ignorance de leurs travaux, mais d'une incompréhension des préoccupations et des références culturelles qui sont si essentielles qu'elles restent en grande partie tacites dans les publications. Lorsque j'ai retrouvé le même phénomène en assurant l'encadrement des travaux de jeunes chercheurs d'une nouvelle génération, j'ai fini par admettre que cette ignorance est d'une certaine manière normale. Ces deux cas d'incompréhension (...) et la difficulté de la transmission de «l'esprit» qui inspire une perspective de sciences sociales permettent de voir combien ces perspectives sont dépendantes de l'expérience élémentaire du monde social que chacun d'entre nous doit à sa propre biographie. 6 2) L'écriture est essentielle dans la tradition de la sociologie théorique française (comme elle l'est dans la tradition philosophique, bien sûr), au sens où l'écriture n'est pas instrumentale mais où elle est indissociable du mouvement de la pensée. Mais l'écriture est aussi essentielle dans un certain type de travail de terrain: celui qui relève de la tradition ethnographique. C'est ainsi que, dans un ouvrage

6. Jean-Michel Chapoulie, dans l'introduction au numéro spécial de la revue Sociétés contemporaines, n° 27, juillet 1997 : «Autour d'Everett C. Hughes », p. 7-9.

12

Avant-propos

sous-titré «L'anthropologie comme auteur», Clifford Geertz a montré comment des anthropologues renommés ont déployé « des stratégies discursives complexes

et mobilisé des rhétoriques de persuasion» 7, (ce que Robert Emerson a formulé
avec force en disant de lui qu'il a identifié « "l'inscription" de la description ethnographique en profondeur» 8). comme étant le noyau

Dans la logique de ces deux constats, il est légitime d'affIrmer que l'accès au «hors champ» du laboratoire de sciences sociales, ainsi que l'accès aux différents registres d'écriture du chercheur, sont utiles à la compréhension et à la mise en perspective de ses travaux réputés scientifiques: d'où le choix fait ici.

7. Clifford Geertz, Ici et Là-bas. L'anthropologue comme auteur, Paris, Métailié, 1996, traduction française de Works and Lives. The anthropologist as Author, 1988. Clifford Geertz est professeur à l'Institute for Advanced Study de Princeton. 8. Robert Emerson, «Le travail de terrain après Hughes: continuité et changement», dans Sociétés contemporaines, op. cit., p. 39-48. Robert Emerson appartient au Département de sociologie de l'Université de Californie.

13

INTRODUCTION

LA «NOTE DE SYNTHÈSE» SUR LES TRAVAUX DE RECHERCHE POUR L'HDR : UN GENRE UNIVERSITAIRE

Les «notes de synthèse» sur les travaux de recherche, rédigées en vue d'obtenir le diplôme «d'Habilitation à diriger des recherches», commencent souvent - dans la discipline des sciences de l'éducation - par une interrogation sur la nature du travail à produire. Leurs auteurs posent la question du genre de ce travail universitaire, dont l'ancienneté n'est pas assez importante pour qu'il occupe une place normée dans la «forme scolaire» académique. Beaucoup d'auteurs questionnent plus particulièrement cette contrainte du regard rétrospectif à porter sur l'itinéraire personnel de recherche: un exercice dont la trop grande proximité avec la forme littéraire traditionnelle de l'autobiographie inspire de multiples craintes. Faire « l'analyse critique de son itinéraire scientifique et conceptuel» n'est pas «faire sa biographie». D'une part parce que l'ambition autobiographique est déraisonnable à l'aune de la rationalité du chercheur en sciences humaines comme à l'aune du philosophe. D'autre part parce qu'avec sa propension à vouloir plonger dans les profondeurs du moi, la tentation littéraire de la démarche biographique n'installe pas dans une posture intellectuelle propice à saisir l'essentiel de l'itinéraire scientifique et conceptuel, même quand le savoir-faire littéraire s'enrichit d'outils psychologiques. Mais comme le dit, par exemple, Régine Sirota à la première page de sa «note de synthèse», reconstruire une trajectoire de recherche c'est:
En retracer les lignes de force parfois conscientes parfois inconscientes, reprendre des intuitions, des malaises, des constructions, des déconstructions, et puis des rencontres, des éclairs, des opportunités.

Les enseignants,

l'école et la division sociale

mais, «pour donner sens», c'est aussi contradictoirement:
En quelque sorte analyser l'envers du décor, ces coulisses comme dirait Goffmann, ces couloirs du laboratoire qu'arpentent Latour et Callon, pour comprendre la construction d'une trajectoire scientifique. 1

Car il faut à la fois prendre la mesure des dangers de l'illusion autobiographique, mais aussi ne pas ignorer le poids «de la conjoncture scientifique du moment» sur les travaux de chaque chercheur; ainsi, c'est Howard Becker qui à la question «Pourquoi avez-vous travaillé sur les institutrices de Chicago» répond: «C'était une question d'opportunité» 2.
.

C'est dans la même logique que Michel Fabre assimile (ou compare) cet

exercice académique, «occasion de faire le point sur un itinéraire intellectuel et même existentiel », à la forme du «bildung roman », au «roman de formation », puisque:
Retracer les grandes lignes d'un roman de formation, c'est ici repérer les modalités d'émergence et de développement des thématiques [de recherche]. C'est-à-dire, en prenant pour fil conducteur les catégories habituelles du genre [le rêve de vie, le mentor, les rencontres], examiner comment le rêve de vie prend corps dans la réalité et par là même inévitablement se transforme et s'infléchit sous l'influence des événements et des rencontres. 3

1. Régine Sirota, D'une sociologie de la reproduction à une sociologie des pratiques éducatives, (Présentation des travaux de recherches en vue de l'Habilitation à diriger des recherches, Université de Paris V, 1993). E. Goffmann, La mise en scène de la vie quotidienne, Éditions de Minuit, Paris, 1973. B. Latour, S. Woolgar, La vie de laboratoire, Paris, La Découverte, 1988. M. Callon, La science et ses réseaux, Paris, La Découverte, 1988, [ouvrages cités par R. Sirota]. 2. Cet échange est cité par Régine Sirota. La thèse de Howard Becker, intitulée «Raie and Career Problems of the Chicago Public School Teacher» [University of Chicago, 1951] portait sur les institutrices de la ville de Chicago. Dans ma thèse de doctorat (partiellement publiée sous le titre Instituteurs, des maîtres aux professeurs d'école, Paris, PUP, 1998), je me suis appuyé à plusieurs reprises sur les travaux de Howard Becker, en faisant référence plus particulièrement aux articles: «Social-Class Variations in the Teacher-Pupil Relationship», Journal ofEducationnal Sociology, 25, April1952, et «The Career of the Chicago Public School Teacher», American Journal of Sociology, 57, Mars 1952. Dans l'ouvrage qu'il a publié en 1997, Les sociologues de l'éducation américains et britanniques [De Boeck Université], Jean-Claude Forquin donne une version française du premier de ces articles, dont il traduit ainsi le titre: «Les variations dans la relation pédagogique selon l'origine sociale des élèves» ;j'avais traduit plus littéralement: «Les variations liées à la classe sociale dans la relation maître-élève ». 3. Michel Fabre, «note de synthèse» pour l'Habilitation, Université de Caen, 1995, p. 4.

16

Introduction

LES CONTRAINTES D'UNE SITUATION PARTICULIÈRE D'ÉCRITURE

Les parcours académiques des universitaires sont jalonnés de productions d'écrits, dont un des enjeux est la capacité à élucider et à comprendre les normes, explicites et implicites, que la forme scolaire impose à celui qui écrit et à ceux qui en sont les destinataires. Le développement récent de l'histoire des disciplines scolaires permet de mieux comprendre le travail d'élaboration de ces normes dans un processus historique. La forme de la «composition française» de l'école primaire, ou celle de la «dissertation philosophique» de l'enseignement secondaire ont ainsi été analysées 4.L'effort d'écriture d'un adulte en position de postuler à la reconnaissance universitaire de l'Habilitation à diriger des recherches est lui aussi un effort marqué par les contraintes d'une situation particulière d'écriture. Le respect pur et simple des normes d'écriture n'assure pas l'excellence de la production, bien sûr; mais leur connaissance est nécessaire, même si la règle implicite implique qu'on respecte celles-ci et qu'on les transgresse en même temps 5: il s'agit de faire preuve d'une aptitude à la distanciation, ou bien d'une capacité à la création individuelle comme celle que la tradition littéraire nourrit, ou bien encore -lorsque le contexte historique s'y prête - il peut s'agir de participer à l'émergence d'une nouvelle forme dans un processus d'invention . collective. De la note de synthèse pour I'Habilitation, on pourrait dire qu'elle «n'a pas de passé», au sens où sa création date d'une dizaine d'années et donc qu'elle constitue une épreuve universitaire neuve. Ainsi, dans l'avant-propos qui précède la publication, sous forme de livre, de sa «note de synthèse» en 1994, les premiers mots de Raymond Bourdoncle sont: «Ce livre peut surprendre» 6.
4. Sur la «composition française», on peut voir en particulier: Anne-Marie Chartier et Jean Hébrard, «Lire pour écrire à l'école primaire? L'invention de la composition française dans l'école du XIX' siècle», dans Yves Reuter (éd.), Les interactions lecture-écriture, Berne, Peter Lang, 1994, p. 23-90). Ou encore, de Pierre Boutan, La langue des Messieurs, Paris, Armand Colin, 1996. Sur la dissertation de philosophie: la thèse de Bruno Poucet, Histoire de l'enseignement de la philosophie en France, 1865-1965, (sur la naissance de cette dissertation) sid Claude Lelièvre, Université de Paris V, 1996, ou bien la thèse de Nassira Hedjerassi, De l'évolution de l'enseignement de philosophie à l'activité philosophique des« nouveaux lycéens », sId Élisabeth Bautier, Université de Paris 8, 1997. 5. Rappelons ce fragment connu des Héritiers: «L'École accorde paradoxalement le plus grand prix à l'art de prendre ses distances par rapport aux valeurs et aux disciplines scolaires», Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron, Les héritiers, Paris, Éditions de Minuit, 1964, p. 30. 6. Raymond Bourdoncle, L'université Paris, L'Harmattan-INRP, 1994 et les professions. Un itinéraire de recherche sociologique,

17

Les enseignants,

l'école et la division sociale

Et les quatre pages de cet avant-propos sont destinées à dire au lecteur quel est le statut de cette «note de synthèse», et en quoi elle ne s'apparente pas aux divers types de livres connus en sciences humaines. En même temps, ces pages ont constitué une mise au point de l'auteur face à son jury. À cette occasion, Raymond Bourdoncle rappelle que les règles de l'Habilitation ont été définies par un arrêté (daté de novembre 1988) dont l' article 4 stipule:
Le dossier de candidature comprend soit un ou plusieurs ouvrages publiés ou dactylographiés, soit un dossier de travaux accompagnés d'une synthèse de l'activité scientifique du candidat permettant de faire apparaître son expérience dans l'animation d'une recherche.

Mais l'énoncé des règles formelles ne suffit pas à épuiser la réalité des normes. Et l'affirmation qu'une institution «n'a pas de passé» ne suffit pas à affirmer qu'elle n'entretient pas des liens avec des formes anciennes 7. Et c'est par référence à d'autres types d'écrits universitaires qu'est pensé le statut de la note de synthèse. Raymond Bourdoncle notait qu'en 1991, au moment où il avait préparé cette note, «la thèse d'État était encore très présente dans les esprits ». Cela est moins vrai en 1997. Il n'est pas nécessaire de s'attarder sur les pratiques qui relèvent des disciplines universitaires des anciennes facultés de Droit, ou même sur celles qui relèvent des anciennes facultés des Sciences: l'ambition des dossiers d'Habilitation, inscrite dans la tradition des anciennes thèses de chacune des disciplines concernées, y est -logiquement au vu de cette tradition - plus modeste qu'en Lettres. Mais on peut observer des convergences assez fortes sur ce qui est attendu d'un dossier d'Habilitation dans le secteur universitaire des Lettres et Sciences Humaines. Cette convergence des attentes a probablement été renforcée pour ce qui concerne la discipline des sciences

7. Je donnerai ici un exemple: en travaillant sur l'histoire des professions de l'enseignement, pour ma thèse sur l'identité des instituteurs, j'ai rencontré l'analyse que Dominique Julia fait de la «naissance du corps professoral» et du système scolaire français moderne. Il est banal de tenir la période napoléonienne pour l'épisode fondateur de l'enseignement secondaire français contemporain; Dominique Julia écrit que «la cohérence du système impérial n'est en fait qu'un bricolage. le rassemblement des pièces dispersées du puzzle réglementaire hérité de l'Ancien Régime ». C'est à l'expulsion des Jésuites, entre 1762 et 1768, qu'il fait remonterla vraie césure. Même sije n'ignore pas que de nombreux historiens de cette génération ont délibérément pris le parti de prendre le contre-pied des représentations dominantes, en affirmant que les césures historiques significatives n'étaient pas là où on les plaçait, l'analyse de Dominique Julia nous rappelle que l'invention sociale travaille avec les matériaux dont elle dispose, comme l'indique sa métaphore du bricolage (qui fait peut-être référence implicitement au Claude Lévi-Strauss de La pensée sauvage? - 1962). [Dominique Julia, «La naissance du corps professoral », dans Actes de la recherche en sciences sociales, n° 39, 1981, p. 71.]

18

Introduction

de l'éducation, parce qu'un travail- volontariste - d'explicitation collective du procès d'élaboration des normes a été mené. Raymond Bourdoncle cite ainsi le texte proposé par Georges Vigarello en 1991, au sein de l'Association des Enseignants Chercheurs en Sciences de l'Éducation, qui - sous le titre «Orientations sur l'Habilitation à diriger des recherches» - s'efforçait de caractériser à la fois la nature du dossier d'Habilitation et la forme de la «note de synthèse» :
La note doit permettre une compréhension de l'itinéraire scientifique et conceptuel du candidat. Il s'agit nécessairement d'une analyse critique, une réflexion théorique et distanciée, sur les recherches présentes et passées. Des indications prospectives sont également utiles. 8 Ce procès d'élaboration des normes n'est pas achevé, et le souci perdure dans la communauté des sciences de l'éducation que ce procès ne se développe pas sous le signe de l'opacité 9. Il reste que la situation d'écriture de la note de synthèse se caractérise non seulement par le repérage et par l'appropriation de normes (elles sont plurielles et elles sont en devenir), par le jeu avec ces normes (ce qui permet d'être « brillant»), mais qu'elle se caractérise aussi par le fait que le scripteur y est davantage confronté à un processus «instituant» qu'à des normes instituées. Un processus instituant dont on peut dire - de surcroît - qu'il est encore en gestation : à la différence de nombreuses autres situations de production d'écrits universitaires académiques, la situation de production de la note de synthèse

de l'Habilitation se caractérise donc - pour l'enseignant-chercheur - par le fait qu'il est partie prenante d'un procès instituant: intentionnellement ou non, il fait des choix dans le processus collectif d'élaboration d'une forme normée.

8. Georges Vigarello, «Orientations sur l'Habilitation à diriger des recherches en sciences de l'éducation», texte de préparation pour l'AECSE [Georges Vigarello était alors l'un des deux présidents du Conseil National des Universités pour la 70e section, «Sciences de l'Éducation»]. 9. Comme en témoigne, par exemple, la journée de travail de l'AECSE(Association des Enseignants et Chercheurs en Sciences de l'Éducation), le 14 décembre 1996, sur la recherche en éducation : «Construction des objets, évaluation, et politique de la recherche en éducation», et plus particulièrement les deux «ateliers de confrontation des pratiques» intitulés: «Évaluation des produits de la recherche» et «L'évaluation des chercheurs et de leur production» (cf. le Bulletin de l'AECSE, n° 20/21, avril1998 «La recherche dans les sciences de l'éducation "telle qu'elle se fait"»).

19