Les mille et une compétences en chaque enfant

De
Publié par

Ce livre inspirant et accessible, enseigne comment s'engager dans des Conversations qui Stimulent les Compétences (CSC), pour optimiser les possibilités de développement chez les jeunes. Cette méthode innovante est démontrée par de nombreux dialogues avec les jeunes sur les difficultés quotidiennes de la vie, telles que les craintes, conflits, crises de colère, chagrins et traumatismes. Ce livre nous permet de contribuer au plein épanouissement des jeunes et de les aider à cultiver en profondeur leur estime de soi, leur confiance en eux et leur optimisme.
Publié le : vendredi 1 janvier 2016
Lecture(s) : 143
EAN13 : 9782336399355
Nombre de pages : 188
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

LES MILLE ET UNE COMPÉTENCES Histoires de résiliences
EN CHAQUE ENFANT
Prévenir et résoudre les diffi cultés sociales
et émotionnelles à l’aide des découvertes en neurosciences
Les mille et une compétences en chaque enfant transforme profondément
nos interactions avec les jeunes de tout âge et ce, grâce à des LES MILLE ET UNE COMPÉTENCES
découvertes révolutionnaires en neurosciences qui soulignent, entre
autres, la puissance des émotions positives. Est-il possible de prévenir EN CHAQUE ENFANT
ou résoudre des di cultés sociales et émotionnelles en utilisant des
émotions positives ? Oui ! Au lieu de combattre l’impatience par Prévenir et résoudre les diffi cultés sociales
exemple, on cultive les circuits neuronaux spéci ques de la patience ! et émotionnelles à l’aide des découvertes en neurosciences
Ce livre inspirant et accessible, enseigne comment s’engager dans des
Conversations qui Stimulent les Compétences (CSC), pour optimiser
Marie-Nathalie Beaudoinles possibilités de développement chez les jeunes. Cette méthode
innovante est démontrée par de nombreux dialogues avec les jeunes
sur les di cultés quotidiennes de la vie, telles que les craintes, con its,
crises de colère, chagrins et traumatismes. Unique en son genre, ce livre
nous permet d’être dèles à nos intentions initiales de contribuer au
plein épanouissement des jeunes et de les aider à cultiver en profondeur
leur estime de soi, leur con ance en eux et leur optimisme.
« J’aurais aimé que ce livre rempli de sagesse ait été à ma portée plus tôt
dans ma vie. {…} Les mille et une compétences en chaque enfant est une
lecture essentielle en ce moment de l’histoire de notre monde. »
Philip G. Zimbardo, Ph.D., Stanford University, CA, USA
Marie-Nathalie Beaudoin, Ph.D., d’origine
québécoise, dirige le centre SKIPS (Skills for Kids,
Parents & Schools) qui off re des services de thérapie
aux enfants et adultes de la région de San Francisco
en Californie, ainsi qu’un programme de formation en
thérapie neuro-narrative et conscience de soi. L’auteure Traduit par Fanny Moureaux-Néry
a reçu de nombreux prix et est connue internationalement pour ses livres Avec la collaboration de Magali Martin et Pierre Nassif
et séminaires qui suscitent la réfl exion et ouvrent de nouveaux horizons.
Préface de Serge Mori
Illustration de couverture: © chuwy – iStockphoto.
ISBN : 978-2-343-05874-0
19,50 €
Marie-Nathalie Beaudoin
LES MILLE ET UNE COMPETENCES EN CHAQUE ENFANT




Les mille et une compétences
en chaque enfant
Collection Histoires de résiliences
Dirigée par Michelle Van Hooland

La collection Histoires de Résiliences propose de rendre
compte d’histoires de personnes qui ont su résister et se
construire face à une expérience de vie difficile telles que la
maltraitance, la maladie, le deuil... La collection s’intéresse au
vécu difficile du côté des savoirs, des processus de résistance et
de construction. Elle est ouverte autant aux jeunes qu’aux
adultes, aux professionnels qu’aux non-professionnels.
Les histoires de résiliences peuvent être l’objet d’un travail à
plusieurs voix : à une seule voix, à deux voix –entre un auteur
et un facilitateur d’histoire, à différentes voix dans un cadre
institutionnel par exemple de foyers de l’enfance. Les histoires
de résiliences peuvent se présenter sous diverses formes :
histoires de vie, comptes-rendus scientifiques mais aussi
histoires fictionnelles de résilience avec notamment des contes.

Livres parus
Mori S., Les parents parfaits n'existent pas, Essai. Paris : L'Harmattan
Swan D. et Van Hooland M., 2013, Avec le temps, Se reconstruire après
la violence conjugale. Paris : L’Harmattan.
Le Bret A. et Mori S., 2013, Se raconter à domicile, Approche narrative
de la résilience. Paris : L’Harmattan.
Sidibé Y., 2012, Séjour éducatif de rupture en Afrique, Résister et se
construire en Structure d’Accueil Non Traditionnel, Paris : L’Harmattan.
Rosa Linda et Ema Liss, 2012, Portraits d’adolescentes, Résister et se
construire en Maison d’Enfants à Caractère Social. Paris : L’Harmattan.
Van Hooland M., 2012, Adolescence, maltraitance et placement, méthode
d’éducation biographique pour la résilience. Paris : L’Harmattan.
Van Hooland M., 2011, Maltraitance psychologique et résilience,
approche psychosociale et biographique. Paris : L’Harmattan.
Van Hooland M., (Ed.), 2009, Histoires de résilience au foyer de
l’enfance, Paris : L’Harmattan.
Carhaix J. et Rennais B.L., 2009, Parkour d’adolescents, Résister et se
construire en foyer de l’enfance, Paris : L’Harmattan.
Marie-Nathalie BEAUDOIN, Ph.D.






LES MILLE ET UNE COMPETENCES
EN CHAQUE ENFANT

Prévenir et résoudre les difficultés sociales
et émotionnelles à l’aide des découvertes
en neurosciences




Traduit par Fanny Moureaux-Néry
Avec la collaboration de Magali Martin et Pierre Nassif



PRÉFACE DE SERGE MORI





L’Harmattan



Première édition :






Tous droits réservés


























© L’Harmattan, 2015
5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris
http://www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-343-05874-0
EAN : 9782343058740
VNLOOLRQDLUHRUJZZZHPRWLRQDOVNLOOVXVLQJWKHODWHVWLQEUDLQUHVHDUFKWLRQQHOOHV3V\FKRORJLH(GXFDWLRQFRP5ppGLWpHQ,6%1$XFXQHSDUWLHGHFHWWHSXEOLFDWLRQQHSHXWrWUHUHSURGXLWHPLVH3DUZZZGDQVXQHEDVHGHGRQQpHVWUDQVPLVHSDUXQPR\HQpOHFWUR7KH6.L//LRQDLUHLQ(YHU\&KLOG%RRVWLQJFKLOGUHQ
VVRFLRQLTXHPpFDQLTXHG
HQUHJLVWUHPHQWRXDXWUHVDQVTXHO
DXWHXU5pIpUHQFHVELEOLRJUDSKLTXHVLQFOXVHVQ
DLWGRQQpDXSUpDODEOHVRQDXWRULVDWLRQSDUpFULW&RPSpWHQFHVVRFLDOHVSV\FKRORJLH&RPSpWHQFHVpPR&RS\ULJKW?0DULH1DWKDOLH%HDXGRLQ3K',PSULPpDX[(WDWV8QLVG
$PpULTXH&RQJUqVERRNORFNHU%HDXGRLQ0DULH1DWKDOLH%LEOLRWKqTXHGHV'RQQpHV3XEOLpHVGDQVOH&DWDORJXHGX










Aux enfants du monde,
Puissiez-vous avoir tous l’occasion de découvrir
votre richesse intérieure.
A mes enfants chéris,
Puissiez-vous garder votre vision attentive et
radieuse de la vie.
A mon mari,
Puisses-tu continuer à voir les possibilités en chaque
personne et en chaque chose.



Préface
Les mille et une compétences en chaque
enfant» YRXV QH UHJDUGHUH] SOXV OD UHODWLRQ SDUHQWHQIDQW GH OD PrPH
IDoRQ
?DXWHXU 0DULH1DWKDOLH %HDXGRLQ KXPDQLVH OHV GpFRXYHUWHV
HUVRQQHOOH LQWHUS QHXURELRORJLH OD GH QHXURVFLHQFH OD GH UpYROXWLRQQDLUHV
HW GH OD SOHLQH FRQVFLHQFH SDU VRQ WUDYDLO GH WKpUDSHXWH QDUUDW LYH (OOH
QRXV LQYLWH GDQV OHV UHFRLQV GH O?LQWLPLWp GH VD SUDWLTXH TXH FOLQL PDLV
pJDOHPHQWGDQVVDSURSUHUHODWLRQDYHFVHVHQIDQWV
'DQV OH PRQGH HQWLHU OHV GHUQLqUHV GpFRXYHUWHV VFLHQWL?TXHV U VX OH
EHVR GHV FRPSUpKHQVLRQ QRWUH PRGL?HQW FHUYHDX GX IRQFWLRQQHPHQW
GH O?HQIDQW HW GH O?DGROHVFHQW 0DULH1DWKDOLH %HDXGRLQ H GpPRQWU SDU
VRQ WpPRLJQDJH TX?XQH UHODWLRQ DLPDQWH HW HPSDWKLTXH HVW YH GpFLVL
SRXUSHUPHWWUHDXFHUYHDXG?pYROXHUGHPDQLqUHRSWLPDOH
&HW RXYUDJH SURSRVH XQH SLVWH GH Up?H[LRQ RULJLQDOH WDQW SRXU
SDUHQWV TXH SRXU OHV SURIHVVLRQQHOV TXDQW j OD PDQLqUH G?DERUGH
pFKDQJH DYHF XQ HQIDQW RX XQ DGROHVFHQW " Les conversations qui
stimulent la compétence "
DWWHQWLRQVXUOHVFRPSpWHQFHVGHO?HQIDQWSOXW{WTXHVXUVHVPD
(Q OLVDQW FH OLYUH M?DL SHQVp j FHWWH PDQLqUH GH SURFpGHU UH SURS j
6RFUDWH OD PDwHXWLTXH ORUVTX?LO V?DGUHVVDLW DX[ JHQV 3HQGDQ W WRXWH
VD YLH 6RFUDWH UpSqWH TX?LO QH VDLW TX?XQH FKRVH TX?LO QH LW VD ULHQ
6HORQ OXL FH Oj VDYRLU HVW VXSpULHXU j WRXV OHV DXWUHV F?HVW OH VDYRLU
GX VDJH (Q IHW HI SRXU 6RFUDWH O?KRPPH TXL UHFRQQDvW VRQ UDQFH LJQR
HVW PHLOOHXU TXH O?KRPPH TXL FURLW VDYRLU HW TXL D SRXUWDQW WRX
OHV FKDQFHV GH VH WURPSHU 6RFUDWH YRLW G?XQ F{Wp OD FRQQDLVVDQ FH
OH VDYRLU GH O?DXWUH O?LOOXVLRQ GH OD FRQQDLVVDQFH OH IDX[ DYRLU HW
SHX LPSRUWH ?QDOHPHQW O?REMHW GH 0DLV FH LO VDYRLU QH IDXW SDV S
TXH OH SKLORVRSKH SUHQG OHV KRPPHV SRXU GHV LJQRUDQWV GH OD rPH
PDQLqUH TX?LO FKHUFKH j GpPRQWUHU j FHX[ TXL FURLHQW VDYRLU LOV TX? QH
VDYHQW SDV YUDLPHQW LO GpPRQWUH j FHX[ TXL VH FURLHQW LJQRUDQW
LU
RXW FRPPH 6RFUDWH 0DULH1DWKDOLH %HDXGRLQ SDU FHV &6& JH LQWHUUR
OHV HQIDQWV VXU FH TX?LOV SHQVHQW LJQRUHU OD ?Q GH OD VDWLRQ FRQYHU
O?HQIDQW GpFRXYUH TX?LO VDLW HW OH SDUHQW RX OH SURIHVVLRQQHO
9
SPRLQVOHVXQHUHVVRXUFHV$SRXUTXL\HSDUYHQ&6&RXVRQWGHVRXWLO7VRQRQWTX?LOVUVWHVP/RUVTXHYRXVVDXUH]XQOXSXLVVDQW?FHQWUH/QTXHVUHQGQOUHVFRQQDLVVDQFHVVGX
LQVFRQVFLHQFH TX?LO VH WURPSH ?HQIDQW FRPSUHQG SDU OXLPrPH HW
GHV SURIHVVLRQQHOV &?HVW O?DUW GH OD PDwHXWLTXH TXH GH IDLUH pFRXYULU
j O?LQWHUORFXWHXU SDU XQH VpULH GH TXHVWLRQV OHV YpULWpV OHV
FRPSpWHQFHV TX?LO D HQ OXL 0DULH1DWKDOLH %HDXGRLQ O?LOOXVWUH WUqV
« C’est peut-être l’ironie de l’histoire, que plus
leurs réactions sont couronnées de succès, plus elles échappent aux
observateurs tant ils sont habitués à ne s’occuper que des problèmes
ou des comportements critiquables. Souvent, sans en avoir conscience,
les jeunes trouvent des idées incroyablement intelligentes lorsqu’ils
résolvent des situations compliquées, qu’ils règlent le problème
complètement, en partie, ou pas du tout. La méthode des CSC
se focalise sur les stratégies mises en place par les enfants : 1. en
mettant en évidence les éléments de leurs solutions ; 2. en permettant
aux jeunes de prendre conscience de leurs stratégies ; 3. en leur
permettant de se construire à partir de ce que leur révèlent sur
euxmêmes leurs réussites ; 4. en intégrant les compétences nouvellement
remarquées à leur «identité d’Enfant aux Mille et Une Compétences»,
c’est-à-dire à leur sentiment d’être riches de compétences ».
WUDYHUV OD PpWKRGH GHV &6& 0DULH1DWKDOLH %HDXGRLQ QH YLVH
RXV GpFRXYULUH] GDQV FHW RXYUDJH FRPPHQW OH FHUYHDX GHV HQIDQW
XQ U{OH PDMHXU GDQV VD VWUXFWXUDWLRQ HW OHV UHODWLRQV SDUHQWV
SURIHVVLRQQHOV ?HQIDQWV Q?pFKDSSHQW SDV j FHWWH UqJOH /HV &6& VRQW
XQ H[FHOOHQW PR\HQ GH IDoRQQHU O?LQWHOOLJHQFH FRJQLWLYH RQQHOOH UHODWL
VRFLDOH HW pPRWLRQQHOOH GH O?HQIDQW &HV &6& SRXUURQW PRGL?HU
FRPSRUWHPHQW IHFWLI DI HW QRWDPPHQW VD FDSDFLWp j YLYUH VHV pPRW
0DULH1DWKDOLH %HDXGRLQ QRXV IDLW SDUWDJHU FHV GpFRXYHUWHV
? QHXURORJLFRQDUUDWLYHV ? VDLVLVVDQWHV OHV H[SOLTXH DYHF FODU Wp (OOH
OHV LOOXVWUH SDU GH QRPEUHX[ FDV FOLQLTXHV HW SURSRVH GHV HLOV FRQV
O?HQIDQWGHGHYHQLUXQHQIDQWKHXUHX[HWOLEUH
&HW RXYUDJH QH VH YHXW FHUWDLQHPHQW SDV XQ JXLGH XQH UHFHWWH XQH
TXL WLO RX XQ FRPPH HQWHQGUH j PHVVDJH XQ HVW LO SDUHQW G?rWUH PDQLqUH
DVSHFW HW
?XQH
? GRQQHXVH GH OHoRQV ? (OOH QRXV LQYLWH DYHF WRXWH VRQ H[SpULH QFH HW
VRQ KXPDQLWp j GpYHORSSHU OHV FRPSpWHQFHV GH QRV HQIDQWV SOXW{W TXH
10
HWjVXUPRQWHUOHVWUHVVLRQVLQVLVWHSURSRVVHVRQVHVRXHQHQIDQWV$SDU?RX/FRQYLFWLRQVQOHVRQVXUSOXVS9UHSRVDQWPDLVXQVDYRLUYLYUHXQVLPSOHVDYRLUFHVDVELHQRXYUHGYHUVSDUHQWVGHVGHSRVVLEOHVOHV0DULH1DWKDOLHRSLQLRQV%HDXGRLQVXUF
QRQGRJPDWLTXHHWpYLWHVRLJQHXVHPHQWGHWRPEHUGDQVOHSLqJHG
pGXFDWLIVSRXUOHVSDUHQWVHWSURIHVVLRQQHOVD?QGHGRQQHUOD FKDQFHj
LHQFHVRQW YXOQpUDEOHWRXWHVOHVH[SpU HWGHVDGROHVFHQWVVHUpYqOHWUqV
VG?rWUH LQVFULW GDQV XQ UDSSRUW GH PDvWUH j pOqYH YX GX F{Wp GX PDvWUH
H[FOXVLYHPHQW
6D IRUPDWLRQ GH WKpUDSHXWH QDUUDWLYH \ HVW SRXU EHDXFRXS QDQW FRQFHU
0DULH1DWKDOLH %HDXGRLQ UpDOLVH pJDOHPHQW XQ WRXU GH IRUFH
SWHU
XQH SRVWXUH ? GpFHQWUpH HW LQ?XHQWH ? PpWKRGH XWLOLVpH HQ WKpU DSLH
QDUUDWLYH
?'pFHQWUpH?VLJQL?H TXHFHVRQWOHVHQIDQWVDGROHVFHQWVTXLV RQWDX
FHQWUH GH OD FRQYHUVDWLRQ OH SDUHQW OH SURIHVVLRQQHO OXL VH WURXYDQW
DORUV GpFHQWUp &HOD QH VLJQL?H QXOOHPHQW TX?LO VRLW GpVHQJDJp D
FRQWUDLUH VRQ HQJDJHPHQW pPRWLRQQHO HVW LQWHQVH &HOD GpFULW VD
FDSDFLWp j GRQQHU OD SULRULWp DX[ KLVWRLUHV SHUVRQQHOOHV DX[
HW DX[ FRPSpWHQFHV GHV HQIDQWVDGROHVFHQWV (Q FH TXL FRQFHUQH
OHXUV KLVWRLUHV VHXOV OHV HQIDQWV RQW OH VWDWXW G?DXWHXU LSDO SULQF GH
(W OHV VDYRLUV FRPSpWHQFHV DSSUHQWLVVDJHV JpQpUpV
GDQVOHXUVUpFLWVVRQWODVHXOHFKRVHTXLFRPSWH
HUFHUDLW H[ SURIHVVLRQQHO OH SDUHQW OH TXH SDV VLJQL?H QH ? ,Q?XHQWH ?
XQ SRXYRLU GH VHQV HW TX?LO LPSRVHUDLW VD PDQLqUH GH SHUFHYRLU OHV
FKRVHV &HWWH LQ?XHQFH DX FRQWUDLUH UHQG FRPSWH GH OD WkFKH ?FLOH GLI
TXL UHYLHQW DX[ SDUHQWV HW SURIHVVLRQQHOV TXL HVW GH FRQVWUXLU
j DSSHO IDLVDQW HQ O?pYqQHPHQW FRQWH[WXDOLVDQW HQ TXHVWLRQV GH PR\HQ
TXL GDJH pFKDIDX XQ Up?H[LRQV GHV IDLVDQW HQ HW FKDFXQ GH VHQVLELOLWp OD
SHUPHWWUD j O?HQIDQW GH UDFRQWHU DXWUHPHQW OHV FKRVHV HW G?HQWU
GHV WHUULWRLUHV GH FRPSpWHQFHV ODLVVpV j O?pFDUW SDU O?DGXOWH W O?HQIDQW
OXLPrPH
(Q HQFRXUDJHDQW O?HQIDQW j WURXYHU G?DXWUHV VLJQL?FDWLRQV DX[
pYqQHPHQWV O?DGXOWH TXHVWLRQQH FRQMHFWXUH VH PRQWUH FXULHX[ HW
SHUSOH[H VROOLFLWH O?DQHFGRWH HW OH VHQV GpEXVTXH FH TXH 0DUL H
1DWKDOLH %HDXGRLQ QRPPH OHV ? ,QYLVLEOHV ? FKHUFKH OH UHOLHI DQV OH
SODW PHW j MRXU O?LQVROLWH GDQV OH PRQRWRQH 3DU VRQ GpVLU QWHQGUH G?H
O?HQIDQW SDUOHU GH OXLPrPH HW GH VHV UHODWLRQV FRPPH LO QH O?D MDPDLV
IDLW DXSDUDYDQW O?DGXOWH WLVVH XQH UHODWLRQ GH FROODERUDWLRQ D
FHQWUH O?HQIDQW VRQ VDYRLU HW VRQ SRXYRLU HQ VRXWLHQ O?DGXOWH PDoRQ
UHQGUH GH D?Q SDVVHUHOOHV GHV HW PDUFKHV GHV FRQVWUXLVDQW pFKDIDXGHXU
DFFHVVLEOHjO?HQIDQWVHVFRPSpWHQFHV
?H[HPSOH GH OD SUHPLqUH KLVWRLUH FRQFHUQDQW 0LFKDHO HW 0DULH
1DWKDOLH %HDXGRLQ TXL Q?HVW DXWUH TXH VD PqUH LOOXVWUH FH SUR
1 Mori S. et Rouan G. (2011). Les thérapies narratives. Bruxelles : De Boeck (collection
carrefour des psychothérapies), p. 148.
11
TXHSpGDJRJLTXHXGDQVDGRGIRQGHQRXVGDQVHUXDXSRV/VLJQL?HFHOH1DUUDFWHXUVH[SOLTXHUDYRLUVSRXUVVDSRVWXUHORUVG?XQH&6&H-H ODLVVH OHV OHFWHXUV GpFRXYULU OD FRQYHUVDWLRQ GDQV ODTXHOOH
0DULH1DWKDOLH %HDXGRLQ V?HVW HQJDJpH DYHF VRQ ?OV 0LFKDHO
?DXWHXU H[SOLTXH pJDOHPHQW TXH V?HQJDJHU GDQV OHV &6& Q?HVW DV VL
FHOD TXH IDFLOH « Dans la première histoire, étant la mère de Michael,
j’étais portée à faire la morale aux garçons en énumérant les risques
encourus : se noyer dans les endroits les plus profonds de la rivière, se
perdre, revenir très tard sans avoir averti aucun adulte de leur départ.
Au lieu de cela, j’ai respiré profondément et ai engagé la conversation
0DULH1DWKDOLH %HDXGRLQ DSSRUWH XQ pFODLUDJH GHV SOXV VpULHX[
HW GHV SOXV ULJRXUHX[ HW QRXV LQYLWH j SHQVHU GH PDQLqUH WLTXH pFOHF
HQWUH OHV DSSURFKHV QDUUDWLYHV OHV QHXURVFLHQFHV HW OD RORJLH QHXUREL
LQWHUSHUVRQQHOOH TXL VH GRQQHQW OD PDLQ SRXU GpPRQWUHU TXH TXH ORUV
OHVSDUHQWVHQJDJHQWGHEUqYHV&6&DYHFOHXUVHQIDQWVRXDGROHV FHQWV
LOV OHXU IRQW SUHQGUH FRQVFLHQFH GH OHXUV FRPSpWHQFHV HW OHXU RQQHQW
FRQ?DQFHHQHX[
ELHQ VVL DX G?pGXFDWLRQ PDWLqUH HQ FHUWLWXGH DXFXQH VWULFWHPHQW D Q?\ ,O
GHV W
OHV LRQ
SRVVHV PD HQ G?DYRLU RXYUDJH FHW OLVDQW HQ VHQWLPHQW OH HX -?DL
GH FHV RXWLOV HW MH VRXKDLWH YLYHPHQW TXH FH OLYUH DLGH GH QRPE
SHUVRQQHV j PLHX[ FRPSUHQGUH HW j GpYHORSSHU OHV FRPSpWHQFHV GH
Serge MORI
Thérapeute Narratif
Docteur En Psychologie Clinique et Psychopathologie
Enseignant Associé Aux Universités
12
RXWLOVOHVSOXVSHUWLQHQWVSRXUDLGHUQRVHQIDQWVjJUDQGLUGLVSRVLWGGHVF{WpQRWUHSjSURIHVVLRQQHOVPHWWUHFKDFXQGHQRVHQIDQWVGHYRQVQRXVSRXYRQVTXHQRXVGHVUHXVHV0DLVGXHQIDQWVXQO?DFFRPSDJQHPHQVXLYDQWHDYHFPRQ?OV?VLRQ/SDUHQWVGDQV

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.