//img.uscri.be/pth/77a74ef1207dbaa03a3ba9807fee98bccbf64439
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 22,13 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Quand l'histoire change les noms de lieux

De
307 pages
Au cours de l'histoire bien des lieux ont changé de nom. La situation devient souvent inextricable quand un régime politique débaptise quantité de villes pour les mettre au goût du jour. De plus, bon nombre de lieux ont des noms fort différents en français et dans la langue locale. Jamais un ouvrage ne s'était proposé de recenser ces changements et ces appellations multiples dans le monde entier.
Voir plus Voir moins

QUAND L'HISTOIRE

CHANGE

LES NOMS DE LIEUX

Du même auteur Les langages de l 'humanité, chez Robert Laffont (classé cinquième meilleur livre de l'année en 1991 par la revue Lire de Bernard Pivot; édition élargie dans la collection Bouquins en 1995, constamment réimprimé; édition en italien chez Sugarco en 1984 et chez Mondadori en 2007. Les religions de l 'humanité chez Critérion en 1992, édition de poche dans la collection Pluriel chez Hachette; édition en polonais chez Znak (Cracovie, 1995); édition en russe chez Roudomino (Moscou, 1997); édition en persan chez Nashr-é-Nay (Téhéran, 2001). Les musiques de l 'humanité, en collaboration avec Amaury Rosa de Poullois, chez Critérion en 1996. Les philosophies de l 'humanité, en collaboration avec Philippe Gaudin, aux éditions de Bartillat en 1999; édition en portugais à l'Instituto Piaget, Lisbonne, en 2001. Répertoire simplifié des langues africaines, aux éditions de l'Harmattan en 2000. Les cultures de l 'humanité, aux éditions du Rocher en 2000. Religions, aux éditions Nathan dans la collection Repères pratiques en 2000, réédité en 2004. Les lieux à dénominations multiples, aux éditions du Rocher en décembre 2002. La grande encyclopédie des religions, aux éditions Fleurus, en octobre 2005 ; édition en allemand chez Fleurus Verlag, 2006. Il dirige la collection "Parlons..." aux éditions de l'Harmattan. Cent trente cinq titres ont été publiés, une centaine d'autres sont en préparation. Il est lui-même coauteur de Parlons arménien, Parlons azerbaïdjanais, Parlons coréen, Parlons géorgien, Parlons hongrois, Parlons manjak, Parlons massai: Parlons ourdou et Parlons wolof Il a écrit le Parlons brahoui, le Parlons kuna, le Parlons maori et le Parlons tuvaluan.

Michel MALHERBE

QUAND L'HISTOIRE

CHANGE

LES NOMS DE LIEUX

L'HARMATTAN

@

L'HARMATTAN,2008 75005

5-7, rue de l'École-Polytechnique;

Paris

http://www.librairiehatmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan 1~wanadoo.fr

ISBN: 978-2-296-05761-6 EAN : 9782296057616

Les péripéties de l'histoire conduisent, généralement à la suite de bouleversements politiques comme la déstalinisation ou la décolonisation, à des changements d'appellations, qui touchent des pays, des villes ou d'autres noms. Ce phénomène n'est pas nouveau puisque Byzance s'est appelée successivement Constantinople et Istanbul. La situation est parfois si complexe qu'il nous a paru utile de rassembler le plus grand nombre de ces changements dans tous les pays du monde en les accompagnant, si nécessaire, d'explications. En outre, de nombreux pays sont bilingues ou trilingues, comme la Suisse ou la Belgique, et le voyageur est souvent troublé par les dénominations multiples de certaines villes, provinces, rivières ou montagnes. Il n'est pas toujours facile de deviner que la ville belge de Mons, par exemple, apparaît sur les panneaux indicateurs sous le nom de Bergen. Dans les nombreux pays qui comportent des minorités ethniques, la même ville porte souvent des noms différents. Ainsi, en Roumanie, Timi~oara s'appelle-t-elle Temesvar dans la minorité hongroise. Enfin, le voyageur français a le plus grand intérêt à connaître l'appellation locale des villes ou des pays qu'il visite, le nom français étant parfois fort éloigné de celui connu sur place. L'Albanie, par exemple, se nomme localement Shqipëri.

Indications générales Ce répertoire se propose de présenter les appellations multiples les plus importantes des noms géographiques des différents pays, sans négliger les noms de lieux de l'antiquité. Nous procéderons à deux classements, l'un par pays, l'autre par ordre alphabétique. Les appellations en usage dans la langue du pays considéré sont en caractères gras. Les appellations qui n'ont plus cours, comme celles de l'antiquité ou celles relatives à un régime politique disparu, sont en italique. Les caractères droits maigres sont réservés aux appellations

du lieu encore en vigueur, mais dans une autre langue que celle du pays. Exemple: Londres, London en anglais, Londinium dans l'antiquité. Noter que nous n'avons pas pris en compte les appellations qui ne diffèrent que de façon infime du nom connu en français et sont donc parfaitement identifiables. Ainsi Roma n'apparaît pas pour Rome. Pour les noms de lieux relatifs à des pays qui n'emploient pas l'alphabet latin, nous n'avons pas donné non plus toutes les variantes orthographiques liées à différentes conventions de transcription. D'une façon générale, pour la transcription de noms de lieux originellement écrits dans une écriture non latine (cyrillique, idéogrammes etc.), nous privilégions les conventions suivantes: Sh rend le son français ch U rend le ou français Ainsi, la ville chinoise de Shanghai, souvent écrite Changhai en transcription française, devra-t-elle être cherchée à la lettre S. Précisons enfin que nous ne distinguons pas dans l'ordre alphabétique les différentes variantes d'une lettre de diverses valeurs phonétiques comme ü et 0, ü et u, s et ~, c et ç etc.

Recherche d'un lieu dans le répertoire La liste alphabétique comporte tous les noms cités avec indication du pays où est actuellement situé le lieu considéré. Cette liste comprend les variantes orthographiques dans la mesure où elles présentent des différences notables. La liste par pays donne, pour chaque terme, les différentes appellations employées au cours du temps, évidemment reprises dans la liste alphabétique. Toutefois les entrées, également classées par ordre alphabétique, se limitent au nom en usage localement (en gras) sauf, dans le cas de lieux bien connus en français, où c'est le terme en usage en France qui figure en entrée. Ainsi, dans la rubrique Pologne, la capitale apparaîtra à Varsovie et non à Warszawa

8

Afghanistan

(0 ti...Jti.9I)
La

Les langues d'Afghanistan s'écrivent en caractères arabes complétés. transcription est forcément approximative, même si elle est fixée par l'usage.

Hérat, Alexandrie des Ariens ou Aria dans l'antiquité Hilmand, ou Helmand, fleuve appelé Etymander dans l'antiquité Hindu Kush (<< Monts de l'Inde »), Caucase Indien et Paropamisus dans l'antiquité Jalalabad, aussi appelé Jalal Kot (<< ville de Jalal ») Kandahar, Alexandrie du Caucase (indien) ou d'Arachosie dans l'antiquité, puis Gandhara Kaboul, Ortospana dans l'antiquité Kholm, jadis appelé Tashqorgan Khowst, jadis appelé Matum Nuristan (<< pays de la lumière »), anciennement appelé Kafiristan (<< pays des infidèles ») Samangan, jadis appelé Haibak

Afrique du Sud (South Africa en anglais, Suid Afrika en afrikaans, anciennement Union sud-africaine)
Durban, anciennement Port Natal Le Cap, Cape Town en anglais, Kaapstad en afrikaans Pretoria, appelé Tshwane en 2005

Albanie (Shqipëri en albanais)
En albanais, le ë se prononce sensiblement comme un eu français; la lettre ç correspond à tch en français

Berat, Antipatras dans l'antiquité, puis Pulcheropolis et Beligrad Durrës, Durazzo en italien, Durtz en slave, Epidamne dans l'antiquité Gjirokastër, anciennement Argyrokastron (<< château d'argent »), Ergeri en turc Krujë, jadis écrit Croïa, Eriboaea dans l'antiquité, Ak Hissar (<< château blanc ») en turc Kuçovë, Qytet Stalin (cité Staline) à l'époque communiste Shkodër, Scutari en italien, Skadar en serbo-croate

Algérie (..>J'J:!J' el Dj azaïr en arabe)
Pour la transcription des noms arabes, voir p. 160 les conventions adoptées. La transcription est forcément approximative, même si elle est fixée par l'usage. Depuis

9

l'indépendance certains noms comportant la lettre arabe , précédemment transcrite r, emploient désormais gh ; exemple Marnia est devenu Maghnia. Certains noms anciens sont encore couramment employés; ils sont alors écrits en caractères droits et non en italique. Exemple Saint-Eugène, quartier d'Alger.

t

Abdi, Gounod à l'époque coloniale Abou El Hassan, Cavaignac à l'époque coloniale Affir, Martimprey-du-Kiss à l'époque coloniale Aghlal, de Malherbe à l'époque coloniale Ahmed Rachedi, Richelieu à l'époque coloniale Aïn Azel, Ampère à l'époque coloniale Aïn Beidha, Suffren à l'époque coloniale Aïn Benian, Guyotville à l'époque coloniale Aïn Boudinar, Bellecôte à l'époque coloniale Aïn Charchar, Auribeau à l'époque coloniale Aïn Chrob, Surcouf à l'époque coloniale Aïn Defia, Duperré à l'époque coloniale Aïn Deheb (<< source de l'or »), Lafontaine à l'époque coloniale Aïn El Ahdjar, Behagle à l'époque coloniale Aïn El Berd, Oued Imbert à l'époque coloniale Aïn El Hadid, Martimprey à l'époque coloniale Aïn El Hadjar, Aboutville à l'époque coloniale Aïn El Hammam, Michelet à l'époque coloniale Aïn El Kebira, Périgotville à l'époque coloniale Aïn Hassainia, Clauzel à l'époque coloniale Aïn Kerma, Munier à l'époque coloniale Aïn Laloni, Bertville à l'époque coloniale Aïn Makhlouf, Rénier à l'époque coloniale Aïn Merane, Rabelais à l'époque coloniale Aïn Nouissy, Noisy-les Bains à l'époque coloniale Aïn Oulmene, Colbert à l'époque coloniale Aïn Oussera, Paul-Cazelles à l'époque coloniale Aïn Tolba, Guiard à l'époque coloniale Aïn Torki, Margueritte à l'époque coloniale Aïn Youcef, Lavayssière à l'époque coloniale Aïoun Tagourirt, Bérard à l'époque coloniale Alger et Algérie, El Djezaïr ou AI Djazaïr (<< îles ») en arabe, les Icosium à l'époque romaine (de èkosi, 20, nombre des compagnons d'Hercule, fondateur mythique de la ville) Amiyer Beni Ouazzane, Lamiguier à l'époque coloniale

10

Annaba, Bône (à l'époque coloniale), Hippone ou Hippo Regius (dans l'antiquité) Arbatache, Maréchal-Foch à l'époque coloniale Arib, Littré à l'époque coloniale Arzew, Arsenaria à l'époque romaine Asfa, Prévost-Paradol à l'époque coloniale Ayadat, Lavoisier à l'époque coloniale Azeffoun, Port-Gueydon à l'époque coloniale Azzaba, Jemmapes à l'époque coloniale Baghal, Auguste-Comte à l'époque coloniale Baghlia, Rebeval à l'époque coloniale Béchar, Colomb-Béchar à l'époque coloniale Bejaia, Bougie à l'époque coloniale, Saldae dans l'antiquité romaine Belarbi, Baudens à l'époque coloniale Belcourt, quartier d'Alger, aujourd'hui Sidi M'Hamed Belhirane, au Sahara (sud de Hassi Messaoud), Fort Lallemand à l'époque coloniale Bel Imour, Cerez à l'époque coloniale Belkheir, Millésimo à l'époque coloniale Benaiche Ahmel, Jean-Sadeler à l'époque coloniale Benairia, Flatters à l'époque coloniale (à ne pas confondre avec Fort Flatters) Ben Allel, Levacher à l'époque coloniale Ben Badis, Descartes à l'époque coloniale Beni Fonda, Sillègue à l'époque coloniale Beni Guecha, Lucet à l'époque coloniale Ben Mehidi, Morris à l'époque coloniale Bensekrane, Pont-de-l 'lsser à l'époque coloniale Ben Smih, Lapaine à l'époque coloniale Berriche, Jean-Rigal à l'époque coloniale Besbes, Randon à l'époque coloniale Bir Aïssa, Labarbinais à l'époque coloniale Bir Chouhada (<< puits des Martyrs »), Levasseur à l'époque coloniale Bir El Arche, Navarin à l'époque coloniale Bir El Djir, Arcole à l'époque coloniale Bir Hanasser, Galbois à l'époque coloniale Bir Mourad Raïs (quartier d'Alger), Bir Mandreis à l'époque coloniale Biskra, Vescera dans l'antiquité romaine
.

Il

Bône, nom de l'époque coloniale d'Annaba Bordj Ali, Arago à l'époque coloniale Bordj Bounaama, Molière à l'époque coloniale Bordj el Bahri, cap appelé Cap Matifou à l'époque coloniale Bordj el Kiffan, Fort-de-l'Eau à l'époque coloniale Bordj Omar Driss, Fort Flatters à l'époque coloniale, Zaouan Tellouz en tamahaq Bonabida, Saint-Cyprien à l'époque coloniale Bonati Mahmoud, Galliéni à l'époque coloniale Bouchegouf, Duvivier à l'époque coloniale Bondouaou, Alma à l'époque coloniale Boudouaou el Bahri, Alma-Marine à l'époque coloniale Boufbaima, Beauprêtre à l'époque coloniale Bongaa, Lafayette à l'époque coloniale Bougara, Rovigo à l'époque coloniale Bou Hadjar, Lamy à l'époque coloniale Bou Hanifia-Les-Thermes, nom de l'époque coloniale de Bou Hanifia- EI-Hamamat Bou Raoua, Francis-Garnier à l'époque coloniale Bou Henni, Jean-Mermoz à l'époque coloniale Bou Ismail, Castiglione à l'époque coloniale Bou Kadir, Charon à l'époque coloniale Boukamouza, Saint-Joseph à l'époque coloniale Bou Khalfa, Guynemer à l'époque coloniale Boulehilet, Lutaud à l'époque coloniale Boumahra Ahmed, Petit à l'époque coloniale Boumerdès, Le Rocher-Noir à l'époque coloniale Bouteldja, Blandan à l'époque coloniale Bouzghaïa, Chassériau à l'époque coloniale Chaabat-EI-Leham, Laferrière à l'époque coloniale Cheglibi Makhlouf, Gravelotte à l'époque coloniale Chelghoum El Aïd, Chateaudun-du-Rhummel à l'époque coloniale Cheliff ou Chief, Orléansville à l'époque coloniale Chellalat El Adhaouara, Maginot à l'époque coloniale Cherchell, Césarée de Mauritanie ou Julia Cesarea dans l'antiquité Chetaïbi, Herbillon à l'époque coloniale Chihani, BarraI à l'époque coloniale Chief, Orléansville à l'époque coloniale Collo, Collops magnus dans l'antiquité Colomb-Béchar, nom de l'époque coloniale de Béchar 12

Colonel Bongara, Hardy à l'époque coloniale Colonel Si Haoues, Bourlier à l'époque coloniale Constantine, Cirta dans l'antiquité Dahmonni, Trumelet à l'époque coloniale Damous, Dupleix à l'époque coloniale Dar el Beida, Maison Blanche à l'époque coloniale Dellys, Rusucurru dans l'antiquité Derrag, Letourneux à l'époque coloniale Djanet, au Sahara, Fort Charlet à l'époque coloniale Djendel, Lavigerie et Lannoy à l'époque coloniale Djonab, Masqueray à l'époque coloniale Djurdjura, monts de Kabylie appelés Ferratus mons par les Romains Draa Ben Khedda, Mirabeau à l'époque coloniale Dréan, Mondovi à l'époque coloniale El Abta, Fauvelle à l'époque coloniale El Amria, Lourmel à l'époque coloniale El Aouane, Cavallo à l'époque coloniale El Aouinet, Clairfontaine à l'époque coloniale El Azizia, Les Frênes à l'époque coloniale El Braya, Mangin à l'époque coloniale El Eulma, Saint-Arnaud à l'époque coloniale El Fedjoudj, Kellermann à l'époque coloniale El Ghomri, Nouvion à l'époque coloniale El Hacaiba, Magenta à l'époque coloniale El Hachem, Dombasle à l'époque coloniale El Hammadia, Lecourbe à l'époque coloniale El Hanasser, Galbois à l'époque coloniale El Harrach, Maison Carrée à l'époque coloniale El Hedaick, Saint-Antoine à l'époque coloniale El Kala, La Calle à l'époque coloniale El Karimia, Lamartine à l'époque coloniale El Kerma, Valmy à l'époque coloniale El Malah, Rio Salado à l'époque coloniale El Marsa, Jean-Bart à l'époque coloniale El Matmar, Clinchant à l'époque coloniale El Omaria, Champlain à l'époque coloniale Emir Abdelkader, Strasbourg à l'époque coloniale Em Jez Ed Chich, Robertville à l'époque coloniale Es Sebt, La Robertsau à l'époque coloniale

13

Fort Flatters, nom de l'époque coloniale de Bordj Omar Driss, Zaouan Tellouz en tamahaq, précédemment Temassinine Fort National, nom de l'époque coloniale de L'Arbaa Naït Irathen, Fort Napoléon sous le second Empire Fort Polignac, au Sahara, nom de Illizi à l'époque coloniale Gdyel, Saint-Cloud à l'époque coloniale Ghriss, Thiersville à l'époque coloniale Guidjel, Chasseloup-Laubat à l'époque coloniale Hacine, Dublineau à l'époque coloniale Hadjadj, Bosquet à l'époque coloniale Hadjout, Marengo à l'époque coloniale Hamadia, Victor-Hugo à l'époque coloniale Hamidi Krouma, Bayard à l'époque coloniale Hamma-Bouziane, Hamma-Plaisance Hassi Mamèche, Rivoli à l'époque coloniale Hassi Mefsoukh, Renan à l'époque coloniale Hennaya, Eugène-Etienne à l'époque coloniale Houari Boumedienne, aéroport d'Alger précédemment appelé Maison-Blanche Ighil Izane, Relizane à l'époque coloniale, Mina en berbère Jdioula, Saint-Aimé à l'époque coloniale Jijel, Djidjelli à l'époque coloniale, Igilgilio dans l'antiquité Kadiria, Thiers à l'époque coloniale Kaïs, Edgar Quinet à l'époque coloniale Kaous, Duquesne à l'époque coloniale Kerman, Faidherbe à l'époque coloniale Khabbouzia, Hoche à l'époque coloniale Khadra, Picard à l'époque coloniale Khalouia, Sonis à l'époque coloniale Kheir Dine, Tounin à l'époque coloniale Khelil, Davoust à l'époque coloniale Khemis, Bourbaki à l'époque coloniale Khemis El Khechna, Fondouk à l'époque coloniale Khemis Miliana, Affreville à l'époque coloniale Khraicia, précédemment orthographié Crescia Koléa, appelé Rapida Castra par les Romains Ksar Chellala (<< château de la cascade »), Reibell à l'époque coloniale Ksar El Boghari (Boukhari), Boghari à l'époque coloniale Laayoune, Taine à l'époque coloniale 14

La Calle, nom de l'époque coloniale de El Kala, Tinuza en berbère Lakhdaria, Palestro à l'époque coloniale L'Arba, désormais orthographié Larba L'Arbaa Naït Irathen, Fort National à l'époque coloniale Larbi Ben-M'hidi, Jeanne-d'Arc à l'époque coloniale Mahdia, Burdeau à l'époque coloniale Maison Blanche, nom de l'époque coloniale de Dar el Beida Maison-Carrée (quartier d'Alger), nom de l'époque coloniale de El Harrach Marsa-Ben-Mehidi, Port-Say à l'époque coloniale M'Chedallah, Maillot à l'époque coloniale Médéa, Lamida pour les Romains Meftah, Rivet à l'époque coloniale Meftah Sidi Boubekeur, Charrier à l'époque coloniale Menacenr, Marceau à l'époque coloniale Mers El Hadjad, Port-aux-Poules à l'époque coloniale Mesra, Aboukir à l'époque coloniale Mezaourou, Rochambeau à l'époque coloniale Mohammedia, Perrégaux à l'époque coloniale Mostaganem, Cartenna dans l'antiquité Moulay Larbi, Wagram à l'époque coloniale Moulay Slissen, Slissen à l'époque coloniale Mourad Diddouche, Bizot à l'époque coloniale Nacereddine, Masqueray à l'époque coloniale Naciria, Haussonvillers à l'époque coloniale Nador, Desaix à l'époque coloniale Nedroma, Calama dans l'antiquité Nemours, jadis Djamaa Ghazouah (<< assemblée de pirates »), devenu Ghazaouet Orléansville, nom de l'époque coloniale de Chief ou Cheliff, un temps appelé El Asnam Ouamri, Borély-la Sapie à l'époque coloniale Oued Cheham, Villars à l'époque coloniale Oued Derradj, Selmane à l'époque coloniale Oued El Abtal, Uzès-le-Duc à l'époque coloniale Oued El Djemaa, Ferry à l'époque coloniale Oued Es Salan, Henri-Huc à l'époque coloniale Oued Rhiou, lnkermann à l'époque coloniale Oued Sly, Malakoffà l'époque coloniale Oued Tlélat, Sainte-Barbe-du-Tlélat à l'époque coloniale 15

Ouled Ben Abdelkader, Masséna à l'époque coloniale Ouled Bessem, Liebert à l'époque coloniale Ouled Farès, Warnier à l'époque coloniale Ouled Hamla, Berteaux à l'époque coloniale Ouled Mimoun, Lamoricière à l'époque coloniale Ouled Moussa, Saint-Pierre-Saint-Paul à l'époque coloniale Oum El Bouaghi, Canrobert à l'époque coloniale Rahouia, Montgolfier à l'époque coloniale Ramdane Djamal, Saint-Charles à l'époque coloniale Ras El Ma, Bedeau à l'époque coloniale Ras El Oued, Tocqueville à l'époque coloniale Rebahia, Nazereg-Flinois à l'époque coloniale Rechaiga, de Foucauld à l'époque coloniale Redjem Demouch, Crampel à l'époque coloniale Remchi, Montagnac à l'époque coloniale Rocher Noir, nom de Bou Merdès à l'époque coloniale Sabra, Turenne à l'époque coloniale Saint-Eugène, quartier d'Alger appelé Bologhine Ibnou Ziri Salah Bey, Pascal à l'époque coloniale Seghouane, Arthur à l'époque coloniale Senana, Pasteur à l'époque coloniale Sendjas, Bougainville à l'époque coloniale Seraidi, Bugeaud à l'époque coloniale Sétif, Sitifis dans l'antiquité Settara, Catinat à l'époque coloniale Seybouse, Jouannonville à l'époque coloniale Sidi Akacha, Montenotte à l'époque coloniale Sidi Ali, Cassaigne à l'époque coloniale Sidi Ali Ben Youb, Chanzy à l'époque coloniale Sidi Ali Boussidi, Parmentier à l'époque coloniale Sidi Amar, Franchetti à l'époque coloniale Sidi Embarek, Paul-Doumer à l'époque coloniale Sidi Ghiles, Novi à l'époque coloniale Sidi Hosni, Waldeck-Rousseau à l'époque coloniale Sidi Lahssen, Détrie à l'époque coloniale Sidi M'Hamed, Belcourt à l'époque coloniale Sidi M'Hamed Ben Ali, Renault à l'époque coloniale Sidi Rached, Montebello à l'époque coloniale Sig, Saint-Denis-du-Sig à l'époque coloniale Si Mahdjoub, Nelsonbourg à l'époque coloniale 16

SflZef, Mercier-Lacombe à l'époque coloniale Skikda, Philippeville à l'époque coloniale, Russicada dans l'antiquité Sougueur, Trezel à l'époque coloniale Souidania, Saint-Ferdinand à l'époque coloniale Souk Ahras, Tagaste dans l'antiquité Souk Djemaa, Mamora à l'époque coloniale Souk Elbakar, Pointe-Rouge à l'époque coloniale Souk Naamane, Rouget-de-Lisle à l'époque coloniale Sour, Bellevue à l'époque coloniale Sour el Ghozlane, Aumale à l'époque coloniale Tadjanet, Saint-Donat à l'époque coloniale Tadjena, Fromentin à l'époque coloniale Tadmaït, Camp du Maréchal à l'époque coloniale Tamanrasset, anciennement Fort-Laperrine Tamlouka, Montcalm à l'époque coloniale Tamzoura, Saint-Maur à l'époque coloniale Taougrite, Paul-Robert à l'époque coloniale Taourga, Horace-Vernet à l'époque coloniale Tazoult-Lambèse, Lambèse à l'époque coloniale, Lambaesis dans l' antiquité Teghalimet, Tirman à l'époque coloniale Tementfoust, La Pérouse à l'époque coloniale Tenès, Cartennae dans l'antiquité romaine Terga, Turgot à l'époque coloniale Thenia, Ménerville à l'époque coloniale Tiaret, anciennement Tagdempt Tidjelabine, Belle-Fontaine à l'époque coloniale Tighenaif, Palikao à l'époque coloniale Tipasa, désormais orthographié Tipaza Tissemsilt, Vialar à l'époque coloniale Tlemcen, Pomaria à l'époque romaine, Tilimsen en berbère Tleta Ed Douaïr, Arthur à l'époque coloniale Yahia Beni Guecha, Lucet à l'époque coloniale Yellel, L 'Hillil à l'époque coloniale Youb, Berthelot à l'époque coloniale Zahana, Saint-Lucien à l'époque coloniale Zeboudja, Hanoteau à l'époque coloniale Zemmouri, Courbet à l'époque coloniale Zemmouri el Bahri, Courbet-Marine à l'époque coloniale Zighont Yoncef, Condé-Smendou à l'époque coloniale 17

Zitouna, Bessombourg et Toustain à l'époque coloniale Zoubiria, Brazza à l'époque coloniale

Allemagne

(Deutschland en allemand)

Les villes pour lesquelles est donné un nom en sorabe sont celles situées en Lusace, région où l'on parle sorabe, langue slave proche du polonais.

Aix-la-Chapelle, Aachen en allemand, Aquae Grani dans l'antiquité Allmosen, Wolobuz en sorabe Andernach, Antunnacum dans l'antiquité Augsburg, Augusta Vindelicorum en latin Baden-Baden, Aquae Aureliae dans l'antiquité Baruth, Zelm en sorabe Bautzen, Budysin en sorabe Bavière, Bayern en allemand Bernkastel, Tabernarum Castellum en latin Bischofswerda, Biskopicy en sorabe Brunswick, Braunschweig en allemand Calau, Kalawa en sorabe Chemnitz, Karl-Marx-Stadt à l'époque communiste Clèves, Kleve en allemand Coblence, Koblenz en allemand, Confluentes en latin Cologne, Küln en allemand, Colonia Agrippinensis en latin Cottbus, Chosebuz en sorabe Danube, Donau en allemand Dübem, Derbno en polonais Dortmund, Tremonia dans l'antiquité Drebkau, Drjowk en sorabe Duisburg, Teutoburgum dans l'antiquité Ebersbach, Habrachéicy en sorabe Eisenhüttenstadt ou Fürstenberg, Psibreg en sorabe, Stalinstadt à l'époque communiste Elbe, fleuve appelé Labe en tchèque Elstra, Halstrow en sorabe Erzgebirge, Monts Métallifères en français, Krusné Hory en tchèque Finsterwalde, Grabin en sorabe Forêt Noire, Schwarzwald en allemand Forst, Barsé en sorabe Frankfurt am Oder, Frankobrod en sorabe

18

Friedrichshafen, appelé Buckhorn avant 1811 Fürstenberg, voir Eisenhüttenstadt Gorlitz, Zhorjelc en sorabe Hoyerswerda, W ojerecy en sorabe Kempten, Campodunum dans l'antiquité Leipzig, Lipsk en sorabe Lieberose, Luboraz en sorabe Lobau, Lubij en sorabe Lohsa, Laz en sorabe Lübben, Lubin en sorabe Lübbenau, Lubnjow en sorabe Luckenwalde, Lukowc en sorabe Magdeburg, Parthenopolis dans l'antiquité Mayence, Mainz en allemand, Moguntiacum en latin Munich, München en allemand, Monachium en polonais, Monacum dans l'antiquité Niesky, Niska en sorabe Nuremberg, Nürnberg en allemand, Norica en latin Palatinat, Pfalz en allemand Passau, en Bavière, Batava Castra dans l'antiquité Prusse, Preussen en allemand, Borussia en latin Ratisbonne, Regensburg en allemand Rietschen, Recica en sorabe Rhin, Rhein en allemand Rothenburg, Rozbork en sorabe Ruhland, Rolany en sorabe Saxe, Sachsen en allemand Senftenberg, ZIy Komorow en sorabe Souabe, Schwaben en allemand Spire, Speyer en allemand, Augusta Nemetum en latin Spremberg, Grodk en sorabe Starnberger See, lac de Bavière anciennement appelé Wurm See Trèves, Trier en allemand, Augusta Trevirorum en latin Weissenberg, Wospork en sorabe Weisswasser, Bela Woda en sorabe Welzow, Wjelcej en sorabe Wiesbaden, Aquae Mattiacae dans l'antiquité Wilthen, Wjeleéin en sorabe Wittichenau, Kulow en sorabe Worms, Borbetomagus en latin 19

Würzburg, en Bavière, Herbipolis dans l'antiquité Zweibrücken, Deux-Ponts en français Angola Angoche, Antonio Enes à l'époque coloniale portugaise Bailundo, Teixeira da Silva à l'époque coloniale portugaise Balombo, Norton de Matos à l'époque coloniale portugaise Bibala, Vila Arriaga à l'époque coloniale portugaise Caala, Robert Williams à l'époque coloniale portugaise Cacongo, au Cabinda, Guilherme Capelo à l'époque coloniale, aussi appelé Lândana Camacupa, General Machado à l'époque coloniale portugaise Capelongo, Artur de Paiva à l'époque coloniale portugaise Chibia, Joao de Almeida à l'époque coloniale portugaise Cucumbi, Traz os Montes à l'époque coloniale portugaise Gambos, PaIva Couceiro à l'époque coloniale portugaise Ganda, Mariano Machado à l'époque coloniale portugais Huambo, Nova Lisboa à l'époque coloniale portugaise Kalandula, chutes d'eau appelées Duque de Bragança à l'époque coloniale portugaise Kuito, Silva Porto à l'époque coloniale portugaise Luachimo, Dundo Portugalia à l'époque coloniale portugaise Luanda, Saint Paul de Loanda à l'époque coloniale portugaise Luau, Teixeira de Sousa à l'époque coloniale portugaise Lubango, Sa da Bandeira à l'époque coloniale portugaise Luena, Luso à l'époque coloniale portugaise Lumbala N'guimbo, Gago Coutinho à l'époque coloniale portugaise Lupilichi, Olivança à l'époque coloniale portugaise M'Banza-Congo, Sao Salvador à l'époque coloniale portugaise Menongue, Serpa Pinto puis Vila do Ponte à l'époque coloniale portugaise Muconda, Nova Chaves à l'époque coloniale portugaise Namibe, Moçamedes à l'époque coloniale portugaise N'Dalatando, Salazar à l'époque coloniale portugaise Neriquinha, N'Riquinha à l'époque coloniale portugaise Ngiva, Pereira de Eça à l'époque coloniale portugaise N'Zeto, Ambrizete à l'époque coloniale portugaise Saco, Porto Salazar à l'époque coloniale portugaise Saurimo, Henrique de Carvalho à l'époque coloniale portugaise Soyo, Sao Antonio do Zaïre à l'époque coloniale portugaise 20

Sumbe, Novo Redondo à l'époque coloniale portugaise Tombua, Porto Alexandre à l'époque coloniale portugaise Uige, Carmona à l'époque coloniale portugaise Waco-Kungo, Cela à l'époque coloniale portugaise

Arabie Saoudite (4.;~yr-uJ\ ~~\
Pour

en arabe)

la transcriptiondes noms arabes,voir p . 160 les conventionsadoptées. La

transcription est forcément approximative, même si elle est fixée par l'usage.

Jiddah ou Djeddah, Zabram dans l'antiquité La Mecque, Makkah en arabe, Mecca en anglais, Macorada dans l'antiquité grecque Médine, Medinat er-rasul (<< ville du prophète ») en arabe, Yatrib avant l'islam

Argentine (anciennement Etats-Unis du Rio de la Plata)
Parana, anciennement Bajada Rosario, anciennement San Jose de Cuenta Arménie (Hayastan en arménien) Armavir, Oktemberian à l'époque soviétique Artashat, Ramarlu en turc Artsakh, nom arménien du Haut Karabagh (revendiqué et occupé par l'Arménie) Eghegnadzor, Mikoyan à l'époque soviétique Etchmiadzin, appelé Vagharshapat de 1924 à 1945 Gavar, Kamo en azéri, Nor Bayazet à l'époque soviétique Gumri, Leninakan à l'époque soviétique, Alexandrapol à l'époque tsariste (de 1837 à 1924), Kumayri dans l'antiquité Kotaïk, Abovyan à l'époque soviétique Razdan (Hrazdan), Akhta à l'époque soviétique Sevan, lac appelé Gokçe en turc et Goyça en azeri Stepanakert, au Haut Karabagh, Khankendl (Xankandl) en azeri Stepanavan, Djalaloglu en turc (Calaloglu) Tachir, Kalinino à l'époque soviétique Vanadzor, Kirovakan à l'époque soviétique de 1935 à 1990, Karakilisa en turc Vardenis, anciennement Basargetchar

21

Australie Gadis Nouvelle-Hollande)
lIes Coco, dites aussi Keeling Nouvelles Galles du Sud, New South Wales en anglais Sydney, initialement Port Jackson Tasmanie, anciennement terre de Van Diemen Gusqu'en 1856)

Autriche (Osterreich en allemand, Ostmark sous Charlemagne)
Carinthie, Kiirnten en allemand, Koroska en slovène Innsbruck, Puntina en romanche, Aenopontum en latin Klagenfurt, Celovec en slovène Roveredo, dans le Tyrol, Rovereith en allemand, Roboretum en latin Salzburg, Salisburgum, Juvavia ou Jovavum dans l'antiquité Styrie, Steiermark en allemand, Stajerska en slovène Vienne, Wien en allemand, Vindobona dans l'antiquité Villach, Beljak en slovène

Azerbaïdjan

(Az~rbaycan en azéri)

L'azerbaïdjanais s'écrit désormais en lettres latines mais avec une lettre supplémentaire, 3. Cette lettre se prononce entre a et e. Le c se prononce dj comme en turc. Quant aux lettres ç et ~, elles ont la même valeur qu'en turc, respectivement tch et sh.

Agdara, au Haut Karabagh (revendiqué et occupé par l'Arménie), Mardakert en azeri Bakou, écrit BakI en azerbaïdjanais Beylaqan, Jdanovsk à l'époque soviétique Bilasuvar, Pushkino à l'époque soviétique Djulfa, écrit Culfa en azerbaïdjanais Füzuli, Karyagino à l'époque soviétique Goranboy, Shaumian en arménien, Shaumianovsk sous les soviets Güyçay, parfois orthographié Geokcaj par les Anglo-Saxons Mingaçevir, anciennement orthographié Mingetchaur Nakhitchevan, région écrite Naxçlvan en azerbaïdjanais, Naxuana dans l'antiquité Oguz, anciennement Vartashen Qabala, anciennement Kutkachent Qanca (prononcer Gandja), Ielisavetpol à l'époque tsariste (de 1804 à 1918), Gandzak (de 1918 à 1935), Kirovabad à l'époque soviétique (de 1935 à 1990) 22

Qazymammad, anciennement orthographié Kazy-Magomed ~aki, anciennement Nukha, avant 1960 ~amaxI, anciennement orthographié Shemakha Stepanakert, au Haut Karabagh (revendiqué et occupé par l'Arménie), Xankandl en azéri SumqaYlt anciennement orthographié Sumgaït Tovuz, anciennement orthographié Tauz Xaçmuz, parfois orthographié jadis Chacmas Xocavand, au Haut Karabagh (revendiqué et occupé par l'Arménie), Martuni en arménien

Bahamas (anciennement îles Lucayes) Bahrein (~..H\ en arabe, Dilmun ou Delmon l'antiquité, Tylos chez les anciens Grecs)
Bangladesh (<IT(~lc.~.f ancien Bengale oriental puis Pakistan oriental de 1947 à 1971)
Chittagong ou Chattagram, appelé Porto-Grande par les Portugais puis Islamabad par les Moghols Dhaka, la capitale, parfois orthographié Dacca en français Mymensingh, anciennement Nasirabad

dans

Belgique (België en néerlandais)
Les caractères gras marquent l'appartenance de la ville considérée à la zone d'expression française (wallonne) ou néerlandaise (flamande). Les villes de la région de Bruxelles appartiennent simultanément aux deux zones.

Aalst, Alost en français Anvers, Antwerpen en néerlandais (flamand), Amberes en espagnol Arlon, Aarlen en néerlandais (flamand), Arel en allemand Auderghem, Oudergem en néerlandais (flamand) Baerle-Duc, Baarle-Hertog en néerlandais (flamand) Bastogne, Bastenaken en néerlandais, Bastnach en allemand Braine-l'Alleud, Eigenbrakel en néerlandais (flamand) Braine-le-Comte, s'Graven-Brakel en néerlandais (flamand) Bruges, Brugge en néerlandais (flamand) Bruxelles, Brussel en néerlandais (flamand) Charleroi, Libre-sur-Sambre sous la Révolution française 23

Courtrai, Kortrijk en néerlandais (flamand) De Haan, Le Coq en français Dendermonde, Termonde en français Dixmude, Diksmuide en néerlandais (flamand) Enghien, Edingen en néerlandais (flamand) Escaut, fleuve appelé Schelde en néerlandais (flamand), Scaldis en latin Eupen, Néau en français (région de langue allemande) Flandre, Vlaanderen en néerlandais Fumes, Veurne en néerlandais (flamand) Gand, Gent en néerlandais (flamand) Grammont, Geraardsbergen en néerlandais (flamand) Hainaut, province appelée Henegouwen en néerlandais (flamand) Halle, Hal en néerlandais (flamand) Ittre, Itter en néerlandais (flamand) Ixelles, Elsene en néerlandais (flamand) Jodoigne, Geldenaken en néerlandais (flamand) Koksijde, Coxyde en français Kortrijk, Courtrai en français, Cortoriacum en latin La Hulpe, Ter Hulpen en néerlandais (flamand) Lessines, dans le Hainaut, Lessen en néerlandais (flamand) Liège, Luik en néerlandais (flamand), Lüttich en allemand Lier, Lierre en français Louvain, Leuven en néerlandais (flamand), Lowen en allemand, Lovanius en latin Malines, Mechelen en néerlandais (flamand) Menen, Menin en français Meuse, fleuve appelé Maas en néerlandais (flamand) Mons, Bergen en néerlandais (flamand), Castri Locus ou Montes Hannoniae en latin Mont de l'Enclus, Kluisberg en néerlandais (flamand) Namur, Namen en néerlandais (flamand), Namurcum en latin Nieuwpoort-Bad, Nieuport-les Bains en français Oostende, Ostende en français Oudenaarde, Audenarde en français Philippeville, Vedette Républicaine sous la Révolution française Roeselare, Roulers en français Sambreville, anciennement Basse-Sambre Schaerbeek, Schaarbeek en néerlandais (flamand) Scherpenheuvel, Montaigu en français 24

Sint-Genesius-Rode, Rhode Saint-Genèse en français Sint-Niklaas, Saint Nicolas en français Sint Truiden, Saint Trond en français Soignies, Zinnik en néerlandais (flamand) Temse, Tamise en français Termonde, Dendermonde en néerlandais (flamand) Tienen, nom néerlandais (flamand) de Tirlemont Tongeren, nom néerlandais (flamand) de Tongres, Tournai, Doomik en néerlandais (flamand) Tubize, Tubeke en néerlandais (flamand) Veurne, Fumes en français Wallonie, région appelée Wallonië en néerlandais anciennement Walenland Waremme, Borgworm en néerlandais (flamand) Ypres, leper ou leperen en néerlandais (flamand)

(flamand),

Belize (Honduras britannique à l'époque coloniale) Bénin (Dahomey à l' époque coloniale)
Ouidah, jadis aussi écrit Whydah appelé Juda, Glexwé en fon, langue locale Porto-Novo, Hôgbonou en gun et Adjatché en yorouba, langues locales

Bhoutan (nom local Druk Yul)
Thimphu ou Timbu, la capitale, connue aussi comme Tashi Chho

Biélorussie (nom local Eenapycb, Belarus, en français Russie Blanche)
Brest, anciennement Brest-Litovsk, Brzesé nad Bugiem en polonais Hrodna, Grodno en polonais, Gardinas en lituanien Birmanie (~+ ~J Myanma ou Myanmar en anglais) Ayey Arwady, fleuve appelé aussi Irrawaddy Bagan, anciennement Pagan Bago, anciennement Pegu Dawei, anciennement Tavoy 25 en birman; Burma

Hinthada, anciennement Henzada Hsipaw, anciennement Thibaw Inwa, anciennement Ava Irrawaddy, fleuve aujourd'hui appelé Ayey Arwady Kayah, Etat de la Fédération anciennement appelé Karenni Kayin, Etat de la Fédération anciennement appelé Karen Kentung, anciennement Kyaingtong Kyaikkami, anciennement Amherst Magwe, anciennement Magway Mawlamyaing, anciennement Moulmein Mrauk U, anciennement Myohaung Myeik, anciennement Mergui Naypyidaw, nouvelle capitale depuis 2005 Nyaungshwe, anciennement Yaungshwe Pathein, anciennement Bassein, jadis aussi appelé Persaim Putao, anciennement Fort Hertz Pyay, anciennement Prome Pyin-U-Lwin, anciennement Maymyo (encore employé localement) Rakhaing, Etat de la Fédération anciennement appelé Arakan Sittwe, appelé Akyab par les Bengalis Tanin Tharyi, région aussi appelée Tenasserim Thandwe, fleuve aussi appelé Sandoway Thanlwin, anciennement Salween Thanlyin, anciennement Syriam Yangon, anciennement Rangoon Ye, anciennement Yay Bolivie (anciennement Haut-Pérou) Santa Cruz, anciennement San Lorenzo el Real Sucre, ancienne capitale, appelée aussi jadis Charcas puis La Plata puis Chuquisaca Tarija, anciennement San Bernardo de la Frontera

Bosnie- Herzégovine Sarajevo, Bosna-Saraï à l'époque ottomane

Botswana (Betchuanaland à l' époque coloniale) Brésil (Brasil en portugais)
Belem (<< Bethléem »), jadis aussi appelée Para

26

Fortaleza, anciennement Ceara Niteroi «( eau cachée» en guarani), anciennement Praia Grande Ouro Preto (<< noir» en portugais), anciennement Vila-Rica l'or Recife, anciennement Pernambouc Rio de Janeiro, anciennement Sao Sebastiao do Rio de Janeiro Rondônia, territoire anciennement appelé Guaporé Roraima, territoire anciennement appelé Rio Branco Salvador, anciennement Bahia de Todos os Santos Sao Paulo, parfois appelé Saint-Paul en français Bulgarie (E'bJIrapHH en bulgare) Akhtopol ou Ahtopol, Agathopolis dans l'antiquité Botev, montagne appelée Jumruk-cal en turc Dobritch, anciennement Tolbukhin, Hadji Oglu Pazardjik (Hacioglu Pazarcik) en turc Fakiya, Omur Faki en turc Haskovo, Hask6y en turc Mikhaïlovgrad, anciennement Veliki Kutlovitsa et Ferdinandopol Nova Zagora, Yeni Zagra en turc Omurtag, Osmanpazar en turc Orikhova, Trajanopolis dans l'antiquité Panagurishté, Otlu K6y en turc Pazardjik, anciennement Tzapar-Bazardjik, Bessapara dans l'antiquité Pernik, appelé Dimitrovo de 1949 à 1962 Plovdiv, anciennement Philippopo/is Preslav, Eski Stanbul en turc Roussé ou Ruse, anciennement Rustchuk, en turc Shumen, anciennement Kolarovgrad Sozopol, anciennement Sozopo/is, Sizebolu en turc Stara Zagora, Eski Zagra en turc Svilen, Mustafap~a en turc Targovishté, Eski Djuma (Cuma), «vieille mosquée», en turc Topolovgrad, Kizil Agaç en turc Varna, Odessos dans l'antiquité Zlatni Piasatsi (ou Piasaci), Les Sables d'Or en français

Burkina Faso (Haute-Volta à l'époque coloniale)
Volta blanche, fleuve appelé aussi Nakambé Volta noire, fleuve appelé aussi Mouhoun (Borongo au Ghana) 27

Volta rouge, fleuve appelé aussi Nazinon

Burundi (Urundi à l' époque coloniale)
Bujumbura, Usumbura à l'époque coloniale Cambodge (Kampuchéa en khmer) Ban Lung anciennement Labantié Cardamones, chaîne de montagnes appelée Phnom Kravanh en khmer Sihanoukville, appelé Kompong Som pendant la période républicaine

Cameroun
Douala, appelé Kamerun du temps de la colonisation allemande Limbé, appelé Victoria à l'époque coloniale

Canada
La création du Nunavut, région autonome des Inuits, capitale Iqaluit (terre de Baffm sud), a entraîné la modification de nombreux noms de lieux, désormais en langue inukitut (à l'Est du Nunavut) ou inuktun (au centre et à l'Ouest). Ces localités sont de très faible importance. Nos informations sont tirées de la publication du CNRS sur les langues eskaléoutes (Nicole Tersis et Michèle Therrien, 2000). Le q se prononce comme un r grasseyé en inuktitut et en inuktun.

Annapolis, en Nouvelle-Ecosse, anciennement Port-Royal Baker Lake, près de la baie d'Hudson, Qamanittuaq en inuktitut Bathurst Inlet, sur la côte nord-ouest, Umingmaktuuq en inuktitut Cambridge Bay, sur l'île Victoria, Iqaluktuutiaq en inuktitut Cap-Breton, île jadis appelée île Royale Churchill, sur la baie d'Hudson, Kuugjuaraaluk en inuktitut Coppermine, sur la côte nord-ouest, Qurluqtuq en inuktitut Coral Harbour, sur l'île de Southampton, Sagliq en inuktitut Clyde River, en terre de Baffin, Kangiqtugaapik en inuktitut Dorset, en terre de Baffin, Kinngait en inuktitut Gjoa Haven, sur la terre du Roi William, Uqsuqtuuq en inuktitut Holman Island, sur l'île Victoria, Ulukhaqtuuq en inuktitut Iqaluit, capitale du Nunavut, anciennement Frobisher Bay Montréal, Hochelaga en langue indienne, puis Ville-Marie en 1640 Nouvelle-Ecosse, Nova Scotia en anglais Ottawa, d'abord appelé Bytown Pelly Bay, sur la côte nord, Arviligjuaq en inuktitut

28

Pond Inlet, en terre de Baffin, Mittimatalik en inuktitut Prince-Edouard, île jadis appelée île Saint Jean Rankin Inlet, sur la baie d'Hudson, Kangiqliniq en inuktitut Reine Charlotte, archipel appelé Haïda Gwaii par les Indiens Repulse Bay, sur la péninsule Melville, Naujaat en inuktitut Resolute, sur l'île Cornwallis, Qausuittuq en inuktitut Rigolet, au Labrador, Tikiraqsuarusik en inuktitut Sachs Harbour, sur l'île de Banks, Ikaasuk en inuktitut Spence Bay, sur la péninsule Boothia, Talurjuat en inuktitut Toronto d'abord appelé Fort Rouillé puis York au moment de sa fondation par les Britanniques Tuktuujaqtuuq, sur la côte nord-ouest, anciennement Port Brabant

Toponymie cree Nom iynu (cree) Nom colonial Baie-du-Poste Mistissini Caniapiscau Kaniapiskaw Fort-George Chisasibi Fort-Rupert Waskaganish Whapmagoostui Great Whale River / port la Baleine Nemaska Nemiscau Wemindji Nouveau-Comptoir Wabozsipi rivière du Lièvre Waskaganish Rupert house

Cap Vert (Cabo Verde en portugais)
Boa Vista, île appelée jadis Sào Cristovào Brava, île appelée jadis Sào Joào Baptista Fogo, île appelée jadis Sào Filipe Sal, île appelée jadis Plana Santiago, île appelée jadis Sào Jacobo Assomada, ville appelée aussi Santa Catarina Cidade Velba, ville de l'île de Santiago appelée jadis Ribeira Grande Ponte do Sol, ville de l'île de Santo Antao appelée jadis Maria Pia Porto Novo, ville de l'île de Santiago appelée jadis Cavoeiros Praia, ville de l'île de Santiago appelée jadis Santa Marta Ribeira Brava, ville de l'île de Sao Nicolau appelée Stancha Ribeira Grande, ville de l'île de Santo Antao appelée jadis Santa Cruz

29

Vila do Maio, dans l'île de Maio appelée jadis Porto Ingles

Centrafrique (République centrafricaine, Oubangui-Chari à l' époque coloniale)
Sibut, anciennement Fort Sibut et Krebedjé Chili Conception, anciennement La Mocha Punta Arenas, aussi connu sous le nom de Magallanes Isla de Pascua, île de Pâques, Rapa Nui en polynésien

Chine ( 9=tm Zhong guo en chinois: pays du milieu, Cathay au Moyen-Age)
L'adoption de la transcription officielle dite pinyin conduit à des changements d'orthographe qui peuvent troubler les non-initiés. A titre d'exemple, nous présentons ci-après en encadré les noms de provinces et de leurs capitales d'abord en pinyin (en gras) puis dans l'une des transcriptions les plus habituelles en français. Pour des informations sur la transcription et la prononciation des noms chinois, voir p. 160 Dans notre répertoire, nous avons, pour des raisons pédagogiques et contrairement à l'usage, séparé les syllabes qui correspondent à des caractères chinois différents. Ainsi Shanghai sera transcrit Shang Hai pour éviter que le lecteur ne lise Shan-ghai comme il est souvent tenté de le faire.

Anhui, Anhouei, jadis Ngan Hoeï, capitale Hefei, jadis Ngan Khing Fou Fujian, Foukien, capitale Fuzhou, Foutcheou Gansu, Kansou, capitale Lanzhou, Lantcheou Guangdong, Kouangtoung, capitale Guangzhou, Canton Guangxi (région autonome), Kouangsi, capitale Nanning Guizhou, Koueitcheou, capitale Guiyang Hainan, Hainan, capitale Haikou Hebei, Hopei, capitale Shijiazhuang Heilongjiang, Heilongkiang, capitale Kharbin Henan, Honan, capitale Zhengzhou Hubei, Houpei, capitale Wuhan Hunan, Hounan, capitale Changsha Jiangsu, Kiangsou, capitale Nanjing, Nankin Jiangxi, Kiangsi, capitale Nanchang Jilin, Kilin, capitale Changchun Liaoning, Liaoning, capitale Shenyang 30

Nei Meng Gu (région autonome), Mongolie Intérieure, capitale Huhehot Qinghai, Tsinghaï, capitale Xining Shaanxi, Chensi, capitale Xian* Shandong, Chantoung, capitale Jinan Shanxi, Chansi, capitale Taiyuan* Sichuan, Setchouan, capitale Chengdu Xi Cang (région autonome), Tibet, capitale Lhasa Yunnan, Yunnan, capitale Kunming Zhejiang, Tchékiang, capitale Hangzhou, Hangtchéou
* Les caractères chinois des deux provinces du Shaanxi et du Shanxi sont différents mais leur prononciation ne se distinguent que par leur ton. Le double a de Shaanxi a pour seule fonction de distinguer ces deux noms dans la transcription destinée aux étrangers.

Beijing ou Bei Jing, Pékin, Khanbaliq à l'époque de Marco Polo Bo Hu, dans le Xin Jiang, localement Bagrakh Bo Le, dans le Xin Jiang, localement Bortala Bosten he, lac du Xin Jiang, aussi appelé Bagrakh kul Cheng De, dans le He Bei, anciennement Jehol Da Lian, dans le Liao Ning, anciennement Lu Ta, précédemment orthographié Dairen Daocheng, dans le Si Chuan, localement appelé Dabba Da Qing, dans le Hei Long Jiang, anciennement Anda Dun Huang, dans le Gansu, anciennement appelé Sa Zhou, Saciu pour Marco Polo, connu aujourd'hui comme Minghoshan (site des grottes de Mogao) Ergun Zuoqi, en Mongolie intérieure, aussi appelé Genhe Fu Yun, dans le Xin Jiang, localement Kokkokay Fuzhou, dans le Fujian, anciennement Yecheng Guang Zhou, Canton en français Guma, dans le Xin Jiang, Pi Shan en chinois Rami, dans le Xin Jiang, Kumul en ouigour Rei Long Jiang (<< rivière du dragon noir »), nom chinois du fleuve Amour Hohhot, aussi écrit Huhehot, anciennement Kwei Sui Hong Kong, appelé Xiang Gang en chinois commun Huang He, jadis orthographié Houang Ho et appelé Fleuve jaune 31

Jia Yu Guan, dans le Gansu, aussi appelé Su Zhou Jiulong, dans le Si Chuan, localement appelé Gyaisi Kalgan, dans le He Bei, ancien nom de Zhang Jia Kou Kangding, dans le Si Chuan, localement appelé Dardo Kashgar, dans le Xin Jiang, Ka Shi en chinois, jadis Shufu, Issedon Scythica dans l'antiquité Kharbin ou Harbin, dans le Hei Long Jiang, anciennement Bin Jiang Karghalik, dans le Xin Jiang, Ye Cheng en chinois Khotan, dans le Xin Jiang, He Tian ou Ho Tan en chinois, Issedon Serica dans l'antiquité Lan Cang jiang, nom du fleuve Mékong dans sa partie chinoise, Tsiamdo en tibétain Luntai, dans le Xin Jiang, localement Bügür ou Bogur Macao, Ao Men en chinois Minfeng, dans le Xin Jiang, localement Niya Mongolie intérieure, Nei Meng Gu en chinois Moyu, dans le Xin Jiang, localement Karakakh Nam co (prononcer nam tso), lac du Tibet appelé aussi Tengrinor Nan Jing, anciennement orthographié Nankin, jadis Jin Ling Niya, dans le Xin Jiang, Min Feng en chinois Pi Shan, dans le Xin Jiang, nom chinois de Guma Port Arthur, dans le Liao Ning, devenu Lü Shun Qie Mo, dans le Xin Jiang, localement Qarqan écrit parfois Cherchen Qing Hai, lac appelé Kukunor en mongol (<< bleu» dans les deux lac langues) ; province appelée Amdo en tibétain Qing He, dans le Xin Jiang, localement Qinggil Qiqihar, en Mongolie intérieure, souvent transcrit Tsitsihar Ruo Qiang, dans le Xin Jiang, nom chinois de Charkhlik aussi écrit Qarkilik Shen Yang, dans le Liao Ning, anciennement Moukden Shigatse, au Tibet, Xigaze en pinyin Sungari, fleuve appelé Song Hua en chinois Ta Cheng, dans le Xin Jiang, localement Qoqek Tashkurgan, au Xin Jiang, aussi appelé Sarikol Tian Jin, port jadis orthographié Tsien Tsin Tibet, Xi Cang (prononcer Se tsang) en chinois Tsangpo ou Yarlung Zangbo, nom du Brahmapoutre dans la partie tibétaine de son cours Ürümqi, dans le Xin Jiang, anciennement Tihwa ou mieux Tihua Wu Shi, dans le Xin Jiang, localement Uqturpan 32