On ne s'improvise pas formateur !

De
Publié par

Est-ce que transmettre une connaissance, un savoir, une technique, une information à un groupe d'apprenants, quel qu'il soit, est à la portée de tout individu en situation de formateur ? Ce manuel s'adresse à tout formateur qui, de temps à autre, se retrouve dans cette situation pour laquelle il n'a sans doute pas été préparé. L'auteur ne donne pas de recettes toutes faites mais bien un itinéraire pour accompagner au mieux les apprenants.
Publié le : samedi 1 juin 2013
Lecture(s) : 30
Tags :
EAN13 : 9782296538795
Nombre de pages : 172
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Bernard Gourmelen
On ne s’improvise pas formateur ! Manuel à l’usage des formateurs occasionnels ou bénévoles
Préface de José Puig
On ne s’improvise pas formateur !
Bernard Gourmelen On ne s’improvise pas formateur !
Manuel à l’usage des formateurs occasionnels ou bénévoles
Du même auteur Le manuel des écoles de football et du jeune footballeur, en collaboration avec Marc Barthélémy, 1985, éditions Chiron. La validation des acquis de l’expérience, 2006, éditions L’Harmattan, préface de Paul Santelmann. Petits métiers pour grands services dans la ville africaine, en collaboration avec Jean-Michel Le Roux, 2011, éditions L’Harmattan, préface de Mamoutou Touré. Handicap, projet et réinsertion, 2012, éditions L’Harmattan, préface de Jean-Luc Blaise. À la découverte des organisations, 2012, éditions L’Harmattan, préface de Jacques Le Goff. © L’Harmattan, 2013 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-00677-2 EAN : 9782343006772
1 Ainsi que l’a exprimé Bertrand Schwartz si Se former, c’est se transformer… Être en situation de former des apprenants N’est-ce pas participer à cette transformation ?
1 Bertrand Schwartz -Moderniser, sans exclure- La Découverte - p. 238.
Préface
Certes, on ne s’improvise pas formateur et Bernard Gourmelen a raison de mettre en garde tous ceux qui, pour la seule raison qu’ils sont – ou se croient-experts dans un domaine particulier, pensent qu’ils sont capables de transmettre leur savoir de façon efficace.
Pour réussir en formation, comme dans toute pratique professionnelle, il faut connaître les outils de l’art, employer des méthodes rationnelles et progressives et savoir nouer avec lesapprenantsdes relations qui stimulent leur curiosité et leur envie d’apprendre.
Bernard Gourmelen, à partir de sa grande expérience de formateur et avec le recul de ses connaissances théoriques s’engage dans une entreprise difficile : aider des formateurs occasionnels ou bénévoles, c'est-à-dire non professionnels, en leur livrant à la fois des clefs pour la formation et surtout en les incitant à réfléchir à leur rôle même de formateur. Ce faisant, il évite les deux écueils majeurs : d’une part l’illusion qui consisterait à distribuer des recettes apparemment faciles à appliquer pour se sortir de toute situation ; d’autre part l’erreur de celui qui, méprisant les formes pédagogiques, croirait que seul compte le fond.
La grande réussite de cet ouvrage à la fois ambitieux et modeste est de tenir un équilibre entre ce qu’il faut d’humilité et de confiance en soi, de prudence et de témérité, pour être un véritable formateur, un passeur de savoir et d’expérience. Certes la générosité ne suffit pas et d’autant moins cette générosité ambiguë du maître qui a toujours soin de préserver ce qui fait sa maîtrise.
Former n’est pas un geste anodin : dans tout geste de formation on cherche non pas à transformer l’autre, l’apprenant, mais à augmenter le capital commun des connaissances et des savoir-faire. C’est un métier d’optimiste. Le formateur postule toujours la capacité de ses élèves, parie sur leur curiosité et leur créativité. Mais ce pari ne peut être le résultat d’un pur altruisme. Il suppose l’acquisition de techniques pédagogiques qui calibrent les efforts des apprenants, qui découpent le savoir en unités assimilables et permettent de ruser avec les obstacles épistémologiques.
7
Au fond cette science du formateur pourrait se résumer en un mot : savoir se placer de l’autre côté du discours magistral, savoir se mettre à la place de l’apprenant. C’est le seul vrai moyen de deviner les difficultés d’apprentissage, d’anticiper les découragements et les incompréhensions, et donc de garantir la réalité des progrès de tous celles et ceux qui, adultes, font l’effort d’améliorer leur capacité à comprendre le monde et à agir sur lui. Il y a bien toujours quelque chose d’obscur et de mystérieux dans la façon dont se transmet un savoir. Le mérite de l’ouvrage de Bernard Gourmelenest de ne pas chercher à accroître ce mystère sans pour autant laisser penser qu’il serait entièrement soluble dans des méthodes et des procédés. Puissent tous les formateurs amateurs (c'est-à-dire étymologiquement ceux qui aiment transmettre leur savoir) profiter de cette belle et utile leçon. 2 José Puig
2  Henri-Jacques Stiker, José Puig, Olivier Huet –Handicap et accompagnement - Nouvelles attentes, nouvelles pratiques– Collection Santé Social, éditions Dunod – Paris – 2009.
8
Introduction
Au préalable, je tiens à préciser que ce manuel est destiné à des formateurs occasionnels ou bénévoles qui doivent s’adresser à des groupes d’adultes et leur permettre de s’informer, de réaliser des apprentissages ou de mettre en œuvre des procédures. On peut définir un formateur occasionnel comme un formateur qui intervient de façon irrégulière pour une structure de formation ou pour une entreprise, et ce dans un domaine professionnel dont il maîtrise la technicité. Le formateur bénévole peut, quant à lui, être membre d’une association caritative, culturelle, sportive ou du secteur de l’animation. Dans ce cas, il peut intervenir pour informer les autres membres de l’association ou pour les initier à des techniques internes à l’association voire pour les préparer à des diplômes, comme cela est le cas pour l’encadrement des activités de la jeunesse, ou bien encore de former ou de préparer des personnes participant aux activités de l’association à des techniques particulières. Il est bien entendu que dans ce manuel, je ne vais m’intéresser qu’à traiter l’acte de formation proprement dit et non le contenu technique qui reste du domaine des compétences du formateur qu’il soit formateur occasionnel ou bénévole. Mais quel que soit ce contenu, le formateur se doit de faire en sorte que les apprenants puissent intégrer les acquisitions visées pour qu’ils soient capables de les mettre en œuvre à l’aide des actes de formation qu’il réalise. Si on ne peut, sans doute, pas donner dans l’improvisation lorsqu’on effectue un acte de formation, ce manuel est destiné à toutes les personnes qui peuvent se retrouver dans cette situation : être formateur. Former, cela ne s’improvise peut-être pas ! Soit, mais alors, autant prendre le temps de la réflexion… C’est ce que je propose à ceux, formateurs occasionnels ou bénévoles, qui ne peuvent pas ou n’auront pas la possibilité de se préparer à cette fonction. Se préparer à quoi ? Se former ou, au moins, s’initier au métier de formateur ! Autrement dit d’être en possession des ressources nécessaires pour faire face aux situations les plus diverses qu’ils pourraient rencontrer lorsqu’ils seront en situation de former. Former, c’est quoi ? D’abord, c’est se poser des questions sur son rôle, ses attitudes, ses manières de faire. C’est essentiellement apporter de l’information, transmettre un ou des savoirs, des connaissances, des techniques ou des manières de faire. Mais, cela serait trop simple, si cela ne se résumait qu’à cela.
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.