//img.uscri.be/pth/38e0a30973ca37680757262bb4a5492feaa35983
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Je vais le dire à l'empereur !

De
67 pages

Daisy Dashwood reçoit un courrier de l’empereur lui-même : Napoléon III a eu vent des exploits pédagogiques de la jeune nurse anglaise et veut s’attacher ses services pour s’occuper de l’éducation de son fils, Louis, dit « Loulou », huit ans. Daisy arrive à la cour et découvre un enfant insolent, impoli, à qui ses parents et les courtisans passent tous ses caprices. Entouré de ses amis Victor et Arthur, Louis met sens dessus dessous tout le palais.
Comment Daisy Dashwood parviendra-t-elle à éduquer ce prince trop gâté ?


Voir plus Voir moins
9782215133940-couv

Chapitre un

– Miss ! Miss !

– Miiiiiiiiiiiiiiiiiiiissssssssssss !!!

Daisy Dashwood se leva d’un bond. Elle était aux cuisines, plongée dans la lecture du journal devant une tasse de thé odorante, lorsqu’elle fut arrachée à cette occupation paisible par des cris stridents.

– Miiiiiiiiiiiiiiiiisssssssssss !

– Miiiiiiiiiisss ? Où êtes voooooooouuuuuuuuuuuus ?

Miss Dashwood tendit l’oreille. Elle reconnut dans les escaliers une cavalcade de poulains échappés. Cela faisait tant de bruit et cela criait si fort qu’un instant Miss Dashwood crut que Séraphin, le marcassin adopté par la famille, était de retour au château. Mais Séraphin avait grandi, il était devenu un vrai sanglier et vivait maintenant dans un enclos au fond du parc, avant de rejoindre la forêt. Aussi, quand bien même la bête aurait soudain appris à prononcer le nom de la gouvernante anglaise pour l’appeler, Daisy n’aurait pu l’entendre. Miss Dashwood réfléchit un instant et, comme elle raisonnait fort justement (ainsi que souvent les Anglais), elle en déduisit que, puisque ce n’était pas Séraphin, ça ne pouvait être que les enfants Grandville.

Lorsqu’elle vit apparaître sur le seuil de la cuisine ­Charlotte et Godefroy, tout essoufflés, les joues rouges, les cheveux en bataille, elle se félicita d’avoir un esprit de déduction si affûté.

– Miss ! Miss ! y’a du courrier pour vous ! cria Godefroy en trépignant d’impatience.

– Un courrier drôlement important… ajouta Charlotte.

– … qui vient de Paris !

– Avec le cachet de l’empereur !

– C’est papa qui l’a dit !

– Et maman a failli s’évanouir !