ABC par Jules Lemaître

De
Publié par

ABC par Jules Lemaître

Publié le : mercredi 8 décembre 2010
Lecture(s) : 119
Nombre de pages : 23
Voir plus Voir moins
The Project GtuneebgrE oBkoo ABf  bC,Juy s leameLertîsihToBe s fook ie usr tha yn efonawyno et  arehet os cnohtiw dnan tsomlatcoisnw  oertsirr. You mhatsoeve ,tievigc ya yporr ouse-t  iayaweht ret u dn etiProjthe  of ermsiL grebnetuG tcewiedudcline nscelno  eniw tag.ww tths hiooeBork :eA CBePitstC noutenberg.orgTitlrtîameL rtsullIehoutsAteesul Jr:d  erfyolielrBvé: Jaators Oncquebeem28r : teptSesaelaD eOJ( eR)Bguage: F0117]LanBEoo k3# ,0290[  GCTJERO PISTHF O TRATS ***hcner**BC *KOA E OBEBGRTUNE
Par Jules Lemaitre DE L'ACADÉMIE FRANÇAISE
ABC
Avec des images de Job
Produced by Claudine Corbasson, Louise Davies and the Online Distributed Proofreading Team at http://www.pgdp.net (This file was produced from images generously made available by The Internet Archive/American Libraries.)
A B C PROPRIÉTÉ DES ÉDITEURS
les enfants et les animaux
Au lecteur Cette version électronique reprend l'intégralité du texte de la version papier. Un seul mot a été corrigé. Il est souligné par des tirets. Passer la souris sur le mot, pour voir le texte original. La taille des lettres des contes a été augmentée af in de se rapprocher au mieux de la version papier. Cliquer sur la loupepour agrandir l'image.
ABC Petits Contes
Les enfants et le gateau
TOURS
MAISON ALFRED MAMEET FILS
s snoçrag stnahcmée demalf melielv eie lant duaieemoq sur âonPRneACÉFeiv ellimef s emEemq iun a'avtip our toute compagliv egalnu ,ap ereuvie vleilem fI lait,y avs un danefemme:«Bonjour,ertnà l  aivielljon , urs iliècrner tnoceiarU.tn.L'âelleut lne erur  »elid-tpéno mr,ounjs!il feserèm al oB!enâ se ,tel  sroiellmuant seur en reos àot n'd r xue mseueoqir'ae  d
Ane
Jules Lemaître a beaucoup aimé les enfants. Il eut lui-même, lorsqu'il fut professeur à Grenoble, une petite fille, Madeleine, qui mourut au bout d'un mois et dont il ne se consola jamais. Plus tard il devint un parrain multiple et délicieux. Tout le monde connaît les contes charmants écrits pour ses filleules et ses filleuls, comme les Idées de Liette , les Amoureux de la Princesse Lilli , Boum , cette étrange petite fille de Bagdad, et celui en marge des Contes de Perrault, le Lapin blanc et les Trèfles à quatre feuilles . AParis, dans son grand atelier de la rue d'Artois, tapissé de l'or pâli des précieuses reliures, Jules Lemaître se plaisait à recevoir des enfants, les comblait de gâteaux et de sucreries et ouvrait pour eux un bahut mystérieux de sa bibliothèque, qui répandait alors sur le tapis les jouets les plus inattendus, collectionnés avec presque autant d'amour que les livres. C'est ainsi qu'il fut amené à écrire un Alphabet . Il le commença l'été de 1913, à Royan, où il fit un assez long séjour. Il en chercha les sujets en se promenant à petits pas,—il était déjà très essoufflé,—entre les pins et la mer, et le soir il racontait ses contes, pour les «essayer», à mes neveux africains, riant avec eux, ou disant, déçu quand ils restaient indifférents: «C'est ironique et trop bref! Comme les peuples primitifs, les enfants détestent l'esprit et adorent les détails; amplifions avec simplicité!» Et le lendemain, il recommençait son conte. Une de ses dernières joies, en mai 1914, alors que le médecin lui avait défendu tout travail inventif, fut de recopier lui-même, d'une écriture de plus en plus menue et immatérielle, les contes enfantins. Il en reçut les épreuves à Tavers, fin juillet. Déjà la cécité verbale l'avait accablé. Il regarda, mélancolique, les images, puis dit avec un navrant sourire: «Je vais réapprendre à lire dans mon propre alphabet!» Quelques jours plus tard la guerre survint, et Jules Lemaître eut une crise cardiaque qui devait l'emporter. Cependant il songea à me recommander la correction des épreuves, et, par un scrupule excessif, me chargea d'indiquer que tous les contes n'étaient pas entièrement de son imagination, mais qu'il s'était inspiré parfois d'Andersen, de Florian et même, comme pour le Bélier , du chanoine Schmid. La guerre suspendit la publication de l' Alphabet . Aujourd'hui, seulement, la maison Mame offre aux enfants, illustré par Job, ce dernier livre de leur grand ami, qui a su conserver jusqu'à la fin son âme tendre et puérile. Myriam Harry. Neuilly, le 8 mai 1919.
N O P Q R S T U VXYZ
AB C D E F G H I J K L M
ilre.eéB diren às ri plutnerèvuort en snçoar gtsanchméeseb tocua ,pu rac éilittant ilielinqe'unup tetiâ ne. Elle l'aimai ed tnets retrop don sur les lose  tegtne  tob,naraiil ptconssais ai mdeil v.Mleçrag snoahcé stnu jardinégumes déhd  eala  uamcrt tipen soe  detal sli dnauq enâ de ientoquase mmm eelefeilialv 
hertBerd uitta ép nialivanactite étotrèse quurditetienp ll e eifs urs lertpo oesal iassit tiojuo qui était une fvureet.saSm rè,eac :tnevuos tiadongra  le,èrmier,el rehtd Beneec'absnt lendar, pmêm el eeluote s ls, pes cesenhieitnt uos lasias cochonss petits serlibée lsetuot ed atej eces cont ses forcale aacerl  algons  pze enelet dran elstiteac sBert de ents pard sebmerc ahleel blat aiavy ilù o ,egaté reimerplier au r l'escaomtn aapab,si  lneonn  ea uvrspeen lort moC.i emi ll ,teanaç eemautr un liere béeuq turctiaté'c gle ttcel  ie,acs noi amegd na snd le bélier viteriog à ecalauQ., heecavne urm a snad reuoj allabloun  einrdjaletiuaé atèmers  athe  Berché, maroté edrud sanoseurjoue qe.rin  Ureht een.taMsiB igeait p se corrantra trmeleilqu snad tnnosiamaléchae s'de lppa grre aeb tneeie  lerpoa e.rt bLeeiléed r al mrefiant, selon son ahibuted ,edefmr sarmèa un p pieerèvtnemuf eés tlle ne lure qu'e eovsuj er ,tej ut'a lis mirvo'ad reif sèrt ,noserthr, B soie.Leufti rneléeierb nac oc eiavunu tneU suqo' nvaia time douzaine d'œufvuo setr.setreluepssaipos les s rus se erdseas mais l' pattes;erd  assrtuaes es or blessauAli.se ;ocnres sd  e fitutre l'amaisemevuom emêm el  sil, uxieur.Fnta en millemorceaxuP.iu slid seecitnd'e lalscr ieq tettiual aiam r seéliea de jetet st uoofcres stron cesla glae li te ecsirb al  bec, pucoups depéeiemtnsid sep  ofsinrdnz oœue tep  stieriaed,stitse pe onzllesamtnhcrarasdc nat vie llseui ps;iuqoc sed ritrosostrri anus purebe caneton.»Au b tsesorgeJ !ius sûs  qreilu'n  eetdnenneadsnti ,ntér l'i desieurq ed tuot euqleula, psemcae èr muot  setartnà ti llemoe uf œel;  eedc teèr sifrè était tLa canne li emmoc zeyoV«t:aiis dleelt  eovril  aeitnevanqui nes oisilesvles œus  dfscae bmeseialà tnuot e de ces œufsres sossue ll.eO znffdie èc. teenér te sorgpseenu'd étaièmelus it pamsien ,odzul  eesttpas let aichsnas ,snaded ne nce.légauneé aucrèse erfo znL seses oq mt  eursœul ee ,ieiaud tne elle-mt la mèrdne ll emê,eq au eC .eétptiaté'ntou  dassun  uut eacepbr,nm enotun vais n peilai titmina ,lacevan  uu cooptrnglo ,nuc rospt or pgros, et qui marae.usub  elp auq sern'enant 'enfc à timer es ell entmeemtipaEt» 'luœ fcé dneif nis, quanouver.Maopé navuerèmtuf au pe vrtalala,  jauuvetMaisne. bali,sh edd él sitdaar torcl é àzuod el fuœ emèiela inquiétât un.eE ,tb ei nuqce sledie itsa«L: uep  al erèmle ,
Canard
Berthe ne laisse plus les portes ouvertes
r vêtià seatlir oin.un cans er dl el tnemetsirt , rscon soe  don?é »uob iu-sejn abattantien, lerd ru:erimmocop equur soiAh «po!  srev gn leic elou contslop ro t.xI ruuednia lett bit fualheen mel tuap  erviteperouve aluc  ei,nn eenv uoaltij it canard!»Persoet pinlavie  cncod zeyov !hO«:egassaon pur sit sidasdn e eomtul qucetoe ui lar ptnohed eva , tia la marenfants àtis see ocdniuas
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.