Impressions et paroles d'Afriques

De
Publié par

Impressions et paroles d'Afriques est le récit d'un voyage-recherche mené par deux Français "d'origine maghrébine et antillaise" dans tout l'ancien empire colonial français d'Afrique. 25 000 kilomètres parcourus, dont 10 000 par la route, en quête des sentiments, des points de vue, des analyses des Africains d'Afrique sur les Africains de France et leur descendance. Au carrefour, donc, du carnet de voyage, du roman initiatique et de l'enquête journalisitque, ces Impressions se veulent des passeurs de mots, l'occasion de faire entendre une autre voix à l'heure de la commémoration des Indépendances africaines et des grands débats sur l'identité et les mémoires...
Publié le : jeudi 1 juillet 2010
Lecture(s) : 437
EAN13 : 9782296260511
Nombre de pages : 356
Prix de location à la page : 0,0163€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
   
Ecrire l’Afrique Collection dirigée par Denis PryenDernières parutions Félix GNAYORO GRAH,Une main divine sur mon épaule, 2010. Philippe HEMERY,Cinquante ans d'amour de l'Afrique (19552005), 2010. Narcisse Tiburce ATSAIN,Le triomphe des sans voix, 2010. Hygin Didace AMBOULOU,Nostalgite. Roman, 2010. Mame Pierre KAMARA,Le festival des humeurs, 2010. Alex ONDO ELLA,Hawa... ou l'Afrique au quotidien, 2010. Arthur SCAMARI,Chroniques d’un pays improbable, 2010. Gilbert GBESSAYA,Voyage dans la société de Bougeotte,2010. Gaston LOTITO,Ciels brûlants. Sahel – 1985, 2010. Marouf Moudachirou,Une si éprouvante marche. Récit, 2010. Appolinaire ONANA AMBASSA,Les exilés de MiangBitola, 2010. Juliana DIALLO,Entrée dans la tribu, 2010. Abdoul Goudoussi DIALLO,Un Africain en Corée du Nord, 2010. Gabriel NGANGA NSEKA, Douna LOUP,Mopaya. Récit d'une traversée du Congo à la Suisse, 2010. Ilunga MVIDIA,Chants de libération. Poèmes, 2010. Anne PIETTE,La septième vague, 2010. Mamadou SOW,Mineur, étranger, isolé. Destin d’un petit SierraLéonais, 2010. Yvon NKOUKA DIENITA,Africain : honteux et heureux de l’être, 2010. AnneCarole SALCES Y NEDEO,Ces années assassines, 2010. Armand HAMOUA BAKA,La girouette, ou l’impossible mariage, 2010. Aimé Mathurin MOUSSY,Le sorcier d’Obala, 2010. Telemine Kiongo INGWELDY,Rire est mon aventure, 2010. Bernard MOULENES,Du pétrole à la solidarité. Un itinéraire africain, 2009. Roger SIDOKPOHOU,Nuit de mémoire, 2009. Minkot Mi Ndong,Les Tribulations d’un jeune séminariste, 2009. Emilie EFINDA,Grands Lacs : sur les routes malgré nous !, 2009. Chloé Aïcha BORO et Claude Nicolas LETERRIER,d’orphelines Paroles , 2009. Alban Désiré AFENE,Essola, 2009. Daniel GRODOS,Les perles noires de Gorée, 2009. Ilyas Ahmed Ali, Le miroir déformant, histoires extraordinaires, 2009. BoikaTEDANGA Ipota Bembela,Le Destin d’Esisi, 2009. PatrickSerge BOUTSINDI,L’homme qui avait trahi Moungali, 2009.
r(D6( e8>,( -= i;1+ w8D-=
m69;-<<187< -= 9(;84-< ,"d.;1:>-< 2& &&& 36 9(;+8>;><Y 2=&17=-;?1-A< ;>(41<>-<
u;>.(+- ,-o1.4> x>4(<<1> e-<-(=
@~sZmhZooZi
             !" #  $% &  # '(()*        *  +,# !  '((-*       
      #. '(()*
© L’Harmattan, 2010 57, rue de l’EcolePolytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 9782296123007 EAN : 9782296123007
Remerciements A tous ceux sans qui ce livre n’aurait pas existé: David Adjadja, Nicodème Alagbada Ibilade, Bil Aka Kora, Monsieur A., Narcisse Bankolé, Monsieur B., Monsieur C., Thérèse Davon, Amé Aisu David, Madame D., Julien Edja, Antoine Agbewanou Edho, Monsieur E., Marguerite Fassinou Couthon, Dona Matthieu Fassinou, Marius Théodule Francisco, Monsieur F., Apékira Gomgnimbou, Monsieur G., Mademoiselle H., Jeanne Magnini Innocenti, Monsieur I., Madame J., Latévi Kokousenam, Charles Ibouldo, Sarah Kaboré, Jocelyne Yennenga Kompaoré, Mamadou Kouaï Bi, Ousmane Kamagaté, Monsieur K., Monsieur L., Koné N'Golo, Alioune N'Gom, Marcellin Ouedraogo, Arsène Ouédraogo Saydou, Jean-Baptiste Yawo Satro, Aïssatou Sidibé, Pascal Titanga Tapssba, Abdoulaye Ibrahim Touré (MC Talka), Sidi Bilal Touré, Ahmadou Touré, Adja Korotomi Sanogo Voorhuis, Suzanne Zongo. A tous ceux sans qui notre voyage n’aurait pas été à son terme: Pascale Bloas, Isabelle Gras-Ibouldo, Kheira Meziane-Salhi. A tous ceux sans qui notre aventure n’aurait pas été la même: Abdoulaye Assis, Hélène Balaka, Vincent et Gaël de Bellefroid, Naciba Bouda, Nadir Bouda, Saliha Bouda, Zouina Bouda, Alexandra Ciaccia, Marc-Antoine Chevalier, Zabulon Djarra, Catherine Delon, Agnès Frouté, Fouad, Marcel Hautot, Danièle Heraud, Isabelle Leroy, Jacques Longuet, Hubert et Georgette Musinski, Marie Ribouem, Mylène Rozet, Manuela Schild, Eric et Cédène da Silva, Agnès Wolff, Jaouida et Mohammed Zmirli. Sans oublier tous ceux, famille et ami(e)s, qui nous ont apporté leurs encouragements et leur soutien moral.
5
Préface J’ai volontiers accepté d’écrire cette préface parce que, dès la lecture du manuscrit de Naïma Bouda et d’Eric Rozet, j’ai été saisi par la sincérité et l’intensité des questions abordées dans ce livre qui s’inscrivent dans la brûlante actualité des vrais et faux débats sur l’identité nationale. Mais surtout les sujets des réflexions vivantes proposées aux lecteurs permettent d’explorer, dans la longue durée, les multiples facettes d’un authentique universel réconcilié avec le particulier. Impressions et paroles d’Afriquesrelatent l’itinéraire et les jalons d’un voyage-recherche de neuf mois mené par nos deux auteurs à travers 11 des 20 anciennes colonies françaises en Afrique : Bénin, Togo, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Mali, Sénégal, Guinée, Mauritanie, Maroc, Algérie et Tunisie. Leur périple commence en décembre 2007. Il précède, d’une part, le «Discours de Dakar » du 26 juillet de la même année du Président de la République française à l’Université Cheikh Anta Diop. Il anticipe, d’autre part, le débat confus sur «l’identité nationale». La question de l’identité et de l’universalité constitue le cœur de cet ouvrage, abordée sur le double plan du voyage extérieur vers les autres et de la plongée vers l’intérieur de soi par une enquête, quête et conquête de Soi et de l’Autre. N’estje est un-il pas, en effet, plus vrai que jamais que le « autre» de la Lettre du Voyant d’Arthur Rimbaud s’impose comme une vision réconciliée du monde éclaté dans lequel on vit de nos jours, dans un processus de mondialisation uniformisante et aliénante ? C’est ainsi que nos deux compagnons français issus, pour l’une, de parents berbères et, pour l’autre, d’un père parisien et d’une mère antillaise, sont allés interroger les Africains en Afrique sur les personnes comme elles, c’est-à-dire sur ces millions de Français, plus ou moins directement issus de l’ancien empire colonial, qui ne parviennent pas à se sentir ni tout à fait chez elles en France ni tout à fait ailleurs au Sénégal, au Mali, en Algérie ou ailleurs. A tel point que l’on peut estimer que ce livre est aussi un voyage initiatique de nos deux compères qui nous pousse à en faire de même. Parce que ce n’est qu’à la fin que le sens d’un livre se révèle et ne se révèle jamais à tel lecteur comme il se révèle à tel autre, cette préface devient ainsi une manière de postface que chacun des lecteurs rédige dans son esprit sans pour autant l’écrire, quand il termine la lecture d’un livre. C’est aussi dans cet esprit qu’est écrite la présente postface, comme un témoignage de solidarité à la démarche de Naïma et d’Eric.
7
Africain moi-même, j’ai ressenti profondément la manière chaleureuse et sensible de leur regard sur chaque personne qu’ils ont croisée dans les campagnes et les villes qu’ils ont traversées, qu’ils ont aimées et qu’ils nous font aimer. C’est le musicien plus que le philosophe, chez Eric, qui a su capter l’âme de ces personnages de roman réel dont le rythme et le battement de cœur sont bien rendus dans ses propos. Comment faire partager, dans une brève introduction, les innombrables nuances entre les régions, les villes, les villages, les harmonies et disharmonies profondes entre les êtres, entre ce petit paysan sahélien, prodigieux de finesse et de bonté humaine, cet adjoint au maire de Ouidah confondant de perspicacité et d’humilité ou ce rappeur de Bamako à la force et à la causticité renversantes ? De même, chez Naïma, c’est la femme, la mère et la sœur, plus que la psychologue,qui a su saisir le mélange d’intelligence, de dignité et de vaillance à toute épreuve de cette femme pasteur de Porto-Novo, de ces étudiantes de Bobo-Dioulasso, de cette humanitaire de Dakar ou de cette vendeuse de rue de Conakry. C’est toute la richesse et la diversité de ce continent qu’elle nous invite à connaître, reconnaître en nous donnant l’envie de découvrir ses modes de vie, ses valeurs et ses croyances. Elle nous amène à réfléchir sur les graves questions identitaires que se posent ces Français d’origine africaine, tantôt perçus comme des Africains, tantôt comme des Français, tantôt comme des Françafricains. Toutes ces différences de perception éclairent la nature véritable de l’identité qui, par essence, comme le montre admirablement ce livre, est plurielle, libre et diverse. Assurément, on sent avec Naïma, comme le prophétise Rimbaud dans sa Lettre susmentionnée du 15 mai 1871, que le temps est arrivé où «La femme trouvera de l’inconnu! Ses mondes d’idées diffèreront-ils des nôtres ? Elle trouvera des choses étranges, insondables, repoussantes, délicieuses ; nous les prendrons, nous les comprendrons. » C’est aussi aux propos d’Aimé Césaire, lors du premier Congrès International des Ecrivains et Artistes Noirs à la Sorbonne en 1956, quand il affirme «la voie la plus courte pour aller vers l’avenir est celle qui passe toujours par l’approfondissement du passé» auxquels fait penser ce livre. L’ouvrage des deux auteurs est un approfondissement de Soi qui les conduit, par une quête rigoureuse, à une connaissance de soi-même à travers une enquête de terrain pour connaître l’Autre, tous les autres, en transformant cette quête et enquête en conquête à la fois du je et de l’autre, du « je est un autre» rimbaldien, comme nous l’avons vu plus haut.Le livre fait aussi écho à une autre idée forte césairienne quand il écrit, dans sa Lettre ouverte de démission du Parti Communiste Français en 1956 : « Il y a deux manières de se perdre : parségrégation, muré dans le
8
particulier, ou pardilutiondans l’universel ». Il ajoute : « Ma conception de l’universel est celle qui est riche de tout le particulier (les droits de l’homme), riche de tous les particuliers (les droits des peuples), approfondissement et coexistence de tous les particuliers (en somme, les droits à la solidarité).» De fait, chaque nation comme chaque homme a ses particularités. Leurs reconnaissances et respects constituent ce que l’on appelle couramment la souveraineté des Etats, les droits et les libertés individuelles et collectives. Tout cela n’exclut pas l’idée de communauté, à condition de la comprendre comme communauté de différences, toutes complémentaires les unes desautres. L’identité, en général, se situe au carrefour de ces complémentarités, à la rencontre desquelles les deux auteurs se sont portés. Ils en sont revenus régénérés. A travers ce livre, ils nous régénèrent chacun à notre façon. Tant il est vrai que, comme l’écrit Saintje« Si -Exupéry : diffère de toi, loin de te léser, je t’augmente» et qu’en Afrique, la sagesse est avant tout « le rendez-vous du donner et du recevoir ».  Kiflé Selassié Beseat Ecrivain éthiopien  Spécialiste de Césaire et de Rimbaud
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.