Partout Pareil

De
Publié par

C'est clair je vois qu'tu t'reconnais dans c'que j'dis , dans c'que j'fais , ta côtoyer les lascars les faux frères, éclaté dans les bastons , les baskets usées, vu ta mère qui pleure, le p’tit frère déconner , les procureurs les juges les huissiers , les inspecteurs, roulé des voitures volées, voitures brulés, laisse moi deviner maintenant tu vas t’isoler , les bouteilles d'sky qu'tu bois sans plus arrêter , le ciné c est dans ta tête , malsaine série B, le bus le tram, le métro , le journal, les faits divers, t'es chaque jours de plus en plus sur les nerfs, ta mère se tient la tête elle pleure, elle assume plus de te voir tes yeux noyés, toi t’es rechercher par un pote , tu t es barré du foyer, le soir tu fumes la nuit tu t’envoles, tu n’arrête plus de bailler , c’est plus des notes c est tes cauchemars qu'il ya sur tous tes cahiers, j'paris plus envie de rire, j'paris qu'tu bois j'paris qu'tu fumes j'paris qu'tes ivre, j'paris qu'tu croie j'paris qu'tas trop envie d'vivre… Attend première fois que tu t’es barrer, laisse moi deviner... c’était pour cause, d’agression, joute verbale bcp trop élevée? …. et puis merde
Dans chaque ville, dans chaque pays, les même ‘blèmes, les mêmes fights, Gars c'est Partout pareil, Encore une fois j empoigne le Bic, encore une fois je pette un câble, encore une feuille pour mon journal. Dans chaque ville, dans chaque pays, les même ‘blèmes, les mêmes fights, gars c'est partout pareil, Encore une fois je flaire la merde, encore une ...
Publié le : vendredi 18 février 2011
Lecture(s) : 58
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
Cette publication est accessible gratuitement
C'est clair je vois qu'tu t'reconnais dans c'que j'dis , dans c'que j'fais , ta côtoyer les lascars les faux frères, éclaté dans les bastons , les baskets usées, vu ta mère
qui pleure, le p’tit frère déconner , les procureurs les juges les huissiers , les inspecteurs, roulé des voitures volées, voitures brulés, laisse moi deviner maintenant
tu vas t’isoler , les bouteilles d'sky qu'tu bois sans plus arrêter , le ciné c est dans ta tête , malsaine série B, le bus le tram, le métro , le journal, les faits divers,
t'es chaque jours de plus en plus sur les nerfs, ta mère se tient la tête elle pleure, elle assume plus de te voir tes yeux noyés, toi t’es rechercher par un pote , tu t
es barré du foyer, le soir tu fumes la nuit tu t’envoles, tu n’arrête plus de bailler , c’est plus des notes c est tes cauchemars qu'il ya sur tous tes cahiers, j'paris
plus envie de rire, j'paris qu'tu bois j'paris qu'tu fumes j'paris qu'tes ivre, j'paris qu'tu croie j'paris qu'tas trop envie d'vivre…
Attend première fois que tu t’es barrer, laisse moi deviner... c’était pour cause, d’agression, joute verbale bcp trop élevée? …. et puis merde
Dans chaque ville, dans chaque pays, les même ‘blèmes, les mêmes fights,
Gars c'est Partout pareil, Encore une fois j empoigne le Bic, encore une fois je pette un câble, encore une feuille pour mon journal.
Dans chaque ville, dans chaque pays, les même ‘blèmes, les mêmes fights, gars c'est partout pareil, Encore une fois je flaire la merde, encore une fois mes rêves
s éloignent, encore une bouteille de ‘sky se vide …
J'paris qu'depuis qu'tu tes remis à fumer, t’as trop maigris, une femme t’as fait chavirer et puis tu t’as même rigolé, ta grossis puis t'es ressorti, avec les potes
ca va, nouveau boulot et nouvelle vie, au pire tu ne t attendait pas…
J’parie que t’en fait rougir mais par les baffes, j'parie que t’aimes pas ton travail, t’as le mal du jour, tu fais semblant d'rien entendre quand ta femme te parle,
regarde le ciel mais en cauchemardant ; retour des galères, tes démons, mais tu tiens bon comme du ciment
Plus de pain dans ta gamelle (pour en laisser dans la sienne) le ventre grogne et tu resserres d’un cran…
Le quotidien t'étouffe je sais tu peux rien y faire, tu veux rouler avec le dernier modèle, accélérer et imaginer une dernière gamelle ….
Le fric t'en a rien à faire car t'es un jeune qui bouffe du bitume,
Le matin tes clients te prenne la tête, l'aprèm les collègues te prenne la tête, le soir à ta femme de prend la tête, tu sais plus où donner d'la tête, intelligent et loin
d'être bête mais c’est ta vie s'barre en sucette...
Et laisse moi deviner la 2eme fois que tu t'es barrer c’était pour manque de sexe, stupéfiants,
manque d’argent... Puis merde
Dans chaque ville, dans chaque pays, les même ‘blèmes, les mêmes fights, gars c'est Partout pareil, Encore une fois j empoigne le Bic, encore une fois je pette
un câble, encore une feuille pour mon journal.
Dans chaque ville, dans chaque pays, les même ‘blèmes, les mêmes fights, gars c'est partout pareil, Encore une fois je flaire la merde, encore une fois mes rêves
s éloignent, encore une bouteille se vide …
J'me reconnais dans ce que tu dis, dans ce que tu bois dans ce que tu fumes, dans ce que tu vis, dans ce que t'écris, je sais qu'tu l'fais pour t'évader, ca part en
bélier, en pagaille, ca part en dry paille,
Tu penses tellement des trucs bizarre qu'tes rechercher par de P.S.Y,
C’est partout pareil, C’est partout la merde, C’est partout ta guerre …
Je me vois dans toi comme dans un miroir, je me revois en pétard, tapant mes texte les larmes aux yeux tous seul dans l'noir, loin de toi, j'ai juste pris mon élan,
sauter les remparts, Je suis comme toi quand les merdes me recherchent je ne me rends pas, pourquoi pas pourquoi moi et pas toi…
Pourquoi t’y arriverai pas, sèche tes larmes et repart au combat.
Au fait ... Je voulais te dire la 3eme fois que je me suis barrer c’était manque de respect, agression, caractère ....
Puis merde '
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.