Puisqu’il faut vivre

De
Publié par

Puisqu’il faut vivre, autant le faire avec l'espoir et tenir Se dire que le pire n'est plus à venir Que le passé permet de se reconstruire Se dire pendant la chute il y a toujours espoir de bien ...

Publié le : vendredi 18 février 2011
Lecture(s) : 49
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
Cette publication est accessible gratuitement
Puisqu’il faut vivre, autant le faire avec l'espoir et tenir
Se dire que le pire n'est plus à venir
Que le passé permet de se reconstruire
Se dire pendant la chute il y a toujours espoir de bien atterrir
La vie ca ne se vit qu'une seule fois
Et le bonheur en fait partie, mais trop peu de fois
Et te reconquérir, voilà mon véritable combat
Tout faire pour que ta/ma peine intérieure s'en aille loin cette fois
Mais des fois je me sens lâche, dans ma tête c’est le bordel
je ne trouve la force que pour tourné la clé et prendre les tournant serrer la corde avec l'envie de tout lacher.
Comme ce fameux 28 septembre
Maman pardonne-moi d’avoir voulu mettre ma vie en cendre
Un suicide c’est lâche et égoïste
Ca fait mal au cœur de ceux qui tiennent vraiment toi
T’as raison chérie, pourquoi ai je fais du mal a celle que j'aime ?
Aujourd’hui c’est pour toi que j’vis, c’est pour toi que j'écris.
À bout de force au milieu de l’arène mes conflits ceux là mêm qui me gangrainent
au milieu des larmes je te cherche.
Car c’est dans tes yeux que je trouve de la force
Dans ton regards que jesoigne mes blessures et peines
Celle qu’on retrouve dans chaques phrases de ces quelques couplets
Aujourd’hui je me bats, pour mes véritables besoins
Car celui qui se contente de peut, ne manque de rien
Moi j’oublis rien, de toutes ces galères, ni d’où l on vient
Moi j’oublis rien, toi et moi on sait qu'on reviens d’loin
Pour l’amour de cette femme (toi)
Qui portera mon alliance et mon gosse, je me devrai d’être fort (l'espoir fait vivre!!!)
Deviens ma raison et ne me laisse finir seul
J’porte ma peine comme un homme porte son orgeuil
Ma colère envers moi-même est énorme
À l’heure où, les roses sont offerts aux morts, plus qu’aux vivants
À l’heure où, on est plus pris par le temps que part les moments important
À l’heure où, les psy font de la lessive avec mon cerveau
je me doit d’être fort, me battre pour que mon amour rende justice
Me battre contre mes putains de vices
Pour changer ma vie, faut changer ces désirs, ces moments de délires
Puisqu’il faut vivre, faut que je résiste
Tu es ma Révolution !
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi