Lettre du 15 mars 1676 (Sévigné)

De
Publié par

Marie de Rabutin-Chantal, marquise de SévignéLettres de Madame de Sévigné,de sa famille et de ses amisHachette, 1862 (pp. 383-384).515. — DE MADAME DE GRIGNAN AU COMTE[1]DE BUSSY RABUTIN .eÀ Grignan, ce 15 mars 1676.On est bien moins de temps à recevoir des réponses de Quebec, que vous ...

Publié le : jeudi 19 mai 2011
Lecture(s) : 80
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins
Marie de Rabutin-Chantal, marquise de Sévigné Lettres de Madame de Sévigné, de sa famille et de ses amis Hachette, 1862(pp. 383-384).
515. — DE MADAME DE GRIGNAN AU COMTE [1] DE BUSSYRABUTIN .
e À Grignan, ce 15mars 1676.
On est bien moins de temps à recevoir des réponses de Quebec, que vous ne serez à recevoir celle-ci ; mais je serai entièrement justifiée auprès de vous, si vous voulez bien ajouter à tout le chemin qu’elle va faire, l’incident d’un accouchement qui s’est placé mal à propos entre votre lettre et celle-ci. En lisant la supputation que [2] vous me faisiez sur les couches de Madame votre fille, il me prit une si violente envie d’accoucher, que toute la supputation que je faisois de n’être qu’à huit mois, ne fut pas capable de m’en empêcher. Si j’avois su que vos lettres eussent eu la [3] même vertu que les reliques de sainte Marguerite, je vous aurois prié de différer d’un mois la joie que j’ai eue d’en recevoir ; mais après avoir fait l’expérience du bonheur que j’ai eu d’être heureusement délivrée d’un fils, qui vit contre toutes les règles de la médecine, vous pouvez m’écrire en tout temps, et je croirai toujours vos lettres la bénédiction d’une maison. Avec cette certitude, vous jugez bien que je suis tranquille sur l’état où est Mme la marquise de Coligny. Je vous supplie, mon cher cousin, de lui faire tous mes compliments, et de recevoir les miens très-sérieux, et mille remerciements de votre souvenir. Je crois que vous aurez été fâché de la cruelle maladie dont ma mère a été tourmentée deux mois durant. Autrefois [4] vous étiez foible quand elle se faisoit saignern’aurez-vous point crié de ses douleurs ? M. de Grignan vous assure de ses très humbles services.
1. ↑LETTRE 515. — Cette lettre ne fut envoyée à Bussy que près d’un mois plus tard par Mme de Sévigné, après son retour à Paris. Voyez plus loin, p. 404, le billet du 10 avril. 2. ↑Voyez la lettre de Bussy à Mme de Grignan, du 3 janvier précédent, p. 316. 3. ↑Le poëte Vida de Crémone, dans un hymne latin en l’honneur de sainte Marguerite, nomme cette vierge laLucinedes chrétiens, et dit que les mères l’invoquent quand leur terme approche. On gardait des reliques de sainte Marguerite dans l’église de l’abbaye de Saint-Germain des Prés. Dans l’histoire de cette abbaye par dom Jacques Brouillart (p. 257), on lit ce qui e suit : « Le 16octobre 1661, le père prieur de Saint-Germain eut ordre du Roi de porter à Fontainebleau les reliques de sainte Marguerite, pour satisfaire la dévotion de la Reine qui les demandoit et étoit proche de son terme. Le père prieur obéit aussitôt ; mais avant son départ il ordonna par un mandement des prières publiques pour Sa Majesté, avec l’exposition du saint sacrement, er dans toutes les églises du faubourg, ce qui dura jusques au 1de novembre, que la Reine mit au monde un Dauphin, qui fut ondoyé aussitôt. » 4. ↑Voyez tome I, p. 500. La fin de la lettre, depuis « Je vous supplie, mon cher cousin, » manque dans le manuscrit de l’Institut.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.