//img.uscri.be/pth/2f549324837a074e3328e9855a0732d871f6cf28
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Créativité littéraire en Tunisie

De
444 pages
Cet ensemble d'études s'attache à repérer, à la lumière de l'évolution littéraire, un nouveau territoire dans le paysage littéraire tunisien, par le biais d'oeuvres appartenant à une nouvelle génération d'écrivains : Ben Brick, Bensaad, Bouamoud, Bourkhis, Chamkhi, Chatti, El Gharbi, El Okby, Filali, Ghanouchi, Guellaty, Hamza, Kaddour, Khalfallah, Khlifi, Lahouar, Mansour, Mansouri, Shanoun, Sakka, Smine et Zied.
Voir plus Voir moins
Sous la direction de Najib Redouane
CRÉATIVITÉ LITTÉRAIRE EN TUNISIE
S N I B É R H G A M S E T X E T S E D R U O T U A
CRÉATIVITÉ LITTÉRAIRE EN TUNISIE
COLLECTION « AUTOUR DES TEXTES MAGHRÉBINS » dirigée par : Najib REDOUANE Yvette BÉNAYOUN-SZMIDT CSU- Long Beach Université York-Glendon États-Unis Canada Ouvrages déjà publiés dans cette collection : .Clandestins dans le texte maghrébin de langue française, Najib Redouane (s. la dir. de), Paris, Éditions L’Harmattan, 2008, 352 p. .Vitalité littéraire au Maroc, Najib Redouane (s. la dir. de), Paris, Éditions L’Harmattan, 2009, 371 p. .Voix et plumes du Maghreb, Lahsen Bougdal (s. la dir. de), Paris, Éditions L’Harmattan, 2010, 140 p. .Diversité littéraire en Algérie, Najib Redouane (s. la dir. de), Paris, Éditions L’Harmattan, 2010, 302 p. .Lecture(s) de l’œuvre de Rachid Mimouni, Najib Redouane, (s. la dir.de) Paris, Éditions L’Harmattan, 2012, 229 p. .Où en est la littérature « beur » ?Redouane, (s. la dir.de) Paris, Najib Éditions L’Harmattan, 2012, 369 p. . Qu’en est-il de la littérature«au féminin beur » ?Redouane et Najib Bénayoun-Szmidt (s. la dir. de) Paris, Éditions L’Harmattan, 2012, 444 p.. Les écrivains maghrébins francophones et l’Islam : constance dans la diversité. Najib Redouane, (s. la dir. de),Paris, Éditions L’Harmattan, 2013, 460 p. . Femmes Arabes et Écritures Francophones : Machrek-Maghreb,Rabia Redouane, Paris, Éditions L’Harmattan, 2014, 304 p. . Les Franco-Maghrébines autres voix/écritures autres.Najib Redouane et Bénayoun-Szmidt (s. la dir. de) Paris, Éditions L’Harmattan, 2014, 465 p.Illustration de la couverture :. © Sylviane de Roquebrune© Éditions L’Harmattan, Paris, 2015 5-7 rue de l’École Polytechnique, 75005 Paris http:∕∕www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-07992-9
Sous la direction de Najib REDOUANE CRÉATIVITÉ LITTÉRAIRE EN TUNISIE
Autres ouvrages publiés par l’auteur de ce volume : Ouvrages de critiqueLes Franco-maghrébines autres voix/Écritures autres.Najib Redouane et Bénayoun-Szmidt (s. la dir. de) Coll.Autour des textes maghrébins,Paris, L’Harmattan, 2014, 465 p.Les écrivains maghrébins francophones et l’Islam : constance dans la diversité. Najib Redouane, (s. la dir. de) Coll.Autour des textes maghrébins,Paris, L’Harmattan, 2013, 460 p.•Qu’en est-il de la littérature « beur » au féminin ? Najib Redouane et Bénayoun-Szmidt (s. la dir. de) Coll.Autour des textes maghrébins,Paris, L’Harmattan, 2012, 444 p.Où en est la littérature«beur » ?Redouane (s. la dir. de) Coll. Najib des textes maghrébins, Autour Paris, L’Harmattan, 2012, 369 p.Lecture(s) de l’œuvre de Rachid Mimouni, Coll.Autour des textes maghrébins,Paris, Harmattan, 2012. L’œuvre romanesque de Gérard Étienne. É(cri)ts d’un révolutionnaire, N. Redouane et Y. Bénayoun-Szmidt (s. la dir. de), Coll.Espaces Littéraires,Paris, L’Harmattan, 2011, 254 p. AHMED BEROHO, Najib Redouane et Yvette Bénayoun-Szmidt (s. la dir. de), Coll.Autour des écrivains maghrébins,Paris, L’Harmattan, 2010, 298 p. Diversité littéraire en Algérie, Najib Redouane (s. la dir. de), Coll.Autour des textes maghrébins,Paris, L’Harmattan, 2010, 302 p.Vitalité littéraire au Maroc, Najib Redouane (s. la dir. de), Coll. Autour des textes maghrébins, Paris, L’Harmattan, 2009, 371 p. Clandestins dans le texte maghrébin de langue française, Najib Redouane (s. la dir. de), Coll.Autour des textes maghrébins, Paris, L’Harmattan, 2008, 352 p. ASSIA DJEBAR, Najib Redouane et Yvette Bénayoun-Szmidt (s. la dir. de), Coll.Autour des écrivains maghrébins, Paris, L’Harmattan, 2008, 380 p. Écriture féminine au Maroc : Évolution et continuité,CollCritiques littéraires,Paris, Éds L’Harmattan, 2006, 306 p. MALIKA MOKEDDEM, Najib Redouane, Yvette Bénayoun-Szmidt et Robert Elbaz (s. la dir. de), Coll. Autour des écrivains maghrébins, Paris, L’Harmattan, 2004, 352 p. TAHAR BEKRI, Najib Redouane (s. la dir. de), Coll.Autour des écrivainsmaghrébins, Paris, L’Harmattan, 2003, 278 p. Rachid Mimouni : entre engagement et littérature, Coll Espaces littéraires, Paris, L’Harmattan. Paris, 2002, 268 p. Algérie : Nouvelles Écritures,C. Bonn, N. Redouane et Y. Bénayoun-Szmidt (s. la dir. de), Coll.Études o Littéraires Maghrébines15, Paris, L’Harmattan, 2001, 268 p., N RACHID MIMOUNI,Najib Redouane, (s. la dir. de) coll. Autour des écrivains maghrébins, Toronto, Éditions La Source, 2000, 423 p.Parcours féminin dans la littérature marocaine d’expression française,Bénayoun-Szmidt et Yvette Najib Redouane, Toronto, Éditions La Source, 2000, 202 p. 1989 en Algérie. Rupture féconde ou Rupture tragique, N. Redouane et Y. Mokaddem (s. la dir. de), Toronto, Éditions La Source 1999, 261 p. La Traversée du français dans les signes littéraires marocains, Y. Bénayoun-Szmidt, H. Bouraoui et N. Redouane (s. la dir. de), Toronto, Éditions La Source, 1996, 253 p Recueils de poésie Regard à regard, Montréal, Éditions du Marais, 2014, 42 p. Murs et murs, Montréal, Éditions du Marais, 2014, 108 p. Peu importe, Montréal, Éditions du Marais, 2013,124 p. Pensées nocturnes, Montréal, Éditions du Marais, 2013, 68 p. Remparts fissurés, Montréal, Éditions du Marais, 2012, 98 p. Le Murmure des vagues,Rome, Aracne editrice, 2011, 77 p. Ombres confuses du temps,Montréal, Éditions du Marais, 2010, 71 p. Ce soleil percera-t-il les nuages ?Montréal, Éditions du Marais, 2009, 70 p. Lumière fraternelle,Montréal, Éditions du Marais, 2009, 66 p. Le Blanc de la parole,Montréal, Éditions du Marais, 2008, 66 p. Paroles éclatées,Montréal, Éditions du Marais, 2008, 66 p. Songes brisés,Montréal, Éditions du Marais, 2008, 66 p. Romans À l’ombre de l’eucalyptus, Paris, Éditions L’Harmattan, 2014, 170 p. L’année de tous les apprentissages, Paris, Éditons L’Harmattan, 2015, 298 p.
REMERCIEMENTS AprèsVitalité littéraire au Maroc etDiversité littéraire en Algérie, voicilittéraire en Tunisie. Créativité L’ensemble de l’ouvrage est d’abord une contribution collective d’une collaboration internationale. Il réunit des études inédites de chercheurs qui œuvrent en Algérie, au Canada, aux États-Unis, en France, en Israël, au Maroc, au Pays Bas, en Roumanie et en Tunisie. Nous tenons à remercier vivement et sincèrement pour leur collaboration, leur sérieux et leur soutien les personnes suivantes : Bouchra Benbella, Faouzia Bendjelid, Lamia Bereksi Maddahi, Sylvie Blum-Reid, Evelyne M. Bornier, Lahsen Bougdal, Wafa Bsaïs Ourari, Carla Carlagé, Yves Chemla, Murielle Lucie Clément, Robert Elbaz, Malika Hadj-Naceur, Leila Louise Hadouche Dris, Assia Kacedali, Sonia Lee, Issam Maachaoui, R. Matilde Mésavage, Yamina Mokaddem, Rim Mouloudj, Anda Rãdulescu, Bernadette Rey Mimoso-Ruiz, Alison Rice, Sabah Sellah, Judith Sinanga-Ohlmann, Ana Soler et Lélia Young. Grâce à la générosité et l’aide de ces amis et collègues : Yves Chemla, Aïda Hamza, Ali Yédès, Wafa Bsaïs Ourari et Ridha Bourkhis, nous avons pu obtenir des œuvres publiées en Tunisie et qui étaient difficilement trouvables en France. Qu’ils trouvent ici l’expression de notre sincère reconnaissance pour la noblesse de leurs gestes. Notre profonde gratitude à tous les collègues et les critiques qui ont pris part à ce projet qui nous tenait à cœur depuis longtemps de présenter une trilogie portant sur la littérature maghrébine. Ce dernier volume portant sur la créativité littéraire en Tunisie est nécessaire pour présenter un corpus varié comportant vingt-cinq écrivain(e)s appartenant à la génération tunisienne contemporaine. Et à tous les lecteurs et lectrices nous souhaitons une bonne lecture espérant que cet ouvrage saura attirer l’attention sur cette mouvance littéraire en Tunisie par la diversité de ses écrits et l’apport de ses jeunes auteurs qui contribuent au renouvellement et à la continuité de la littérature tunisienne d’expression française. Nos remerciements vont également à Virginie Hureau et aux Éditions L’Harmattan pour leur soutien dans la publication de cet ouvrage. N. R.
À la mémoire de Nohemi Gonzales, étudiante américaine de l’Université CSULB, partie à Paris par amour de la culture et de la langue française, qui a été assassinée le vendredi 13 novembre 2015 par le fanatisme et l’obscurantisme. À la mémoire de toutes les victimes des attentats de la barbarie qui a frappé la ville-lumière ce même vendredi noir pour déclarer la guerre à la civilisation et à la liberté. À la mémoire de toutes les victimes des attentats de la cruauté qui a porté la mort à Tunis, à Beyrouth, ou ailleurs, dans une violence aveugle pour répandre la terreur et le sang.
Najib REDOUANE California State University, Long Beach États-Unis Effervescence littéraire en Tunisie « C’est une grande voix qui disparaît », a déclaré à l’antenne le directeur de France Culture, Olivier Poivre d’Arvor à l’annonce du décès de l’écrivain franco-tunisien Abdelwahab Meddeb. « Sa disparition est une très grande perte pour notre chaîne et nos auditeurs pour qui il était une voix essentielle », a poursuivi le directeur de la radio. Aucun mot ne peut traduire l’immensité de la perte de cet essayiste, romancier, poète, islamologue, traducteur et scénariste décédé dans la nuit du mercredi 5 au jeudi 6 novembre 2014, qui animait depuis dix-sept ans le magazineCultures d’IslamFrance culture. «  sur La double généalogie d’Abdelwahab Meddeb lui a permis, à travers des centaines d’émissions, de nous rappeler la profondeur du legs culturel de l’Islam dont il était le magnifique héritier et de rendre accessible aux lecteurs de Dante les textes d’Ibn Arabi, tout en faisant le lien entre tradition et modernité », a ajouté Poivre d’Arvor.1 2 De vifs hommages en France et ailleurs ont souligné l’apport de « ce 3 poète qui faisait taire les fanatiques » , « Tunisien des Lumières »,selon 1  Hommage à Abdelwahab Meddeb- Musique, poésie et témoignages àL’Institut du Monde Arabe, le Mercerdi 26 novembre 2014 à 19h30 avec Najat Vallaud Belkacem, Ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Françoise Atlan, André Azoulay, Mohamed Bennis, Franck Berberich, Leïla Chahid, Michel Deguy, Christian Jambet, Kamel Jendoubi, Hassan Khiar, Jean-Hubert Martin, Ali Mezghani, Jean-Luc Nancy, Olivier Poivre d’Arvor, Natacha Polony, Hamadi Redissi, Alain Rey, Elias Sanbar, Judith Schneider, Vincent Simonet, Benjamin Stora, Salah Stétié, Hans Thill. Une journée d’hommage a été organisée à l’Université Paris Ouest Nanterre La défense, le jeudi 7 mai 2015. 2  Patrick Chamoiseau lui a rendu un hommage par ce poème : Pour Abdelwahab Meddeb : Ce que la poésie confie aux solitudes/en cheminements secrètement pratiqués/en distance qui assemble/amitié comme solaire hors-temps et sans espaces/en signes de connaissance et de reconnaissance/en belle présence aussi/A tout moment, vraiment : juste simple intense et renouvelée comme ça/ici dans l’à présent/se concentre et se chante/(tu avais su, Abdelwahab, lire la plage du Diamant,/ et découvert une improbable fraternité dans l’arganier désolé du Poète)La rougeur des sargasses s’écarte/Les rochers se souviennent sous une brume acide Dans le désemparé,/(et tous ces mondes qui s’entrecroisent)/la perte décompte les grains de sable et dispose des amers sur le sillage du cœur.3  Dans son hommage, Natacha Polony soulignait ceci : « Il est des voix qui, lorsqu'elles s'éteignent, emportent bien plus que la chaleur d'un être, son histoire et ses liens innombrables. Il est des voix qui emportent avec elles la lumière qu'elles avaient fait naître, celle de l'espérance. Abdelwahab Meddeb n'est pas seulement la voix qui, sur les ondes de France Culture, dans son émission « Cultures d'Islam », faisait entendre depuis des années avec la méticulosité précieuse de l'érudit et la fougue émue du passionné la richesse de la
Créativité littéraire en Tunisie
4 Faouzia Zouari , qui a œuvré à se faireun « transmetteur des merveilles de l’islam », comme il aimait se définir, ou encore un « passeur extraordinaire du savoir », qui se posait dans ses nombreux ouvrages, « en défenseur de la laïcité et du retour du dialogue entre l’Islam et l’Occident ». Parfaitement bilingue, cet écrivain et poète « errant » dont la quête, comme l’indique Giuliana Toso Rodis, « se caractérise par un désir inépuisé de parcourir le monde à la rencontre du différent, pour tenter une sorte d’identité à travers la 5 découverte de l’autre » , » était passionné de littérature française. Il demeure parmi les écrivains phares qui ont contribué à donner à la littérature tunisienne d’expression française ses lettres de noblesse.À vrai dire, la littérature tunisienne d’expression française qui, selon les propos d’Éliane Tabone, « ne s’est développée que modérément et 6 tardivement si on la compare à la littérature algérienne » , s’est imposée au sein de la littérature maghrébine en particulier, et, dans la littérature de la Francophonie du Sud, en général. La littérature tunisienne d’expression française est devenue un fait littéraire réel qui « n’est plus considérée comme une espèce d’accident de l’Histoire, une sorte “d’à côté” dont on se 7 détournait dans les cercles très “sérieux” » . Cet état de fait négateur et dévalorisant a sérieusement entravé et le développement et l’expansion de cette littérature qui est restée longtemps « mal connue au-delà de ses 8 frontières » . Dans son étude « problématique de la littérature tunisienne à l’étranger », Tahar Bekri souligne qu’il n’est pas rare d’entendre tel critique ou tel chercheur en France ou dans d’autres pays européens demander s’il existe une littérature tunisienne, tant sa présence fait défaut. Trois ou quatre noms sont cités par les spécialistes pour un pays qui en compte des dizaines. Or, cela est injuste, car il est facile de prouver la dynamique d’une littérature qui n’a rien à envier à celles de
civilisation arabo-musulmane. Il était celui qui, à travers ses textes, ses tribunes, ses interventions, ébranlait inlassablement les certitudes de ceux qui veulent confondre, pour le revendiquer ou le dénoncer, l'islam et l'islamisme »,Le Figaro. Fr, publié le 7/11/2014 à 19:35. 4  Faouzia Zouari. « Abdelwahab Medded, Tunisien des Lumières »,Jeune Afrique, 13 novembre 2014. 5 Giuliana Toso Rodinis. « Avertissement », Giuliana Toso Rodinis (Études réunies par).Voix tunisiennes de l’errance, Stampota (Italie), Palumbo, 1995, p. 6. 6  Eliane Tabone. « Tunisie », Extrait deLittérature francophone. Tome I : Le Roman. Ouvrage collectif sous la direction de Charles Bonn et Xavier Garnier, Paris Haitier et AUPELF-UREF, 1997. 7  Samira M’rad Chaouachi. « Présence tunisienne », Dossier : Littérature tunisienne, o C.I.C.L.I.M., Bulletin de liaison, N 18-19,1999, p. 6. 8  Myriam Louviot. « La littérature tunisienne francophone »,Mondes en VF., Paris, Éditions Didier, 2013, p. 1.
8
Najib Redouane – Effervescence littéraire en Tunisie
nombreux pays arabes ou francophones. Mais cela veut dire 9 également que sa visibilité reste difficile . Continuant sur sa lancée, toujours animé par cette volonté intellectuelle de faire connaître aussi bien par l’écrit que par l’oral l’histoire littéraire de son pays en quête de renaissance, Bekri précise ce qui suit : Certes, ces dernières années, la littérature tunisienne est devenue plus présente à l’échelle internationale grâce à certaines voix qui prouvent leurs talents et ont droit à une reconnaissance par la critique, notamment universitaire. Mais cela reste tributaire d’une curiosité irrégulière, soumise à des hasards de la recherche qui ne donne pas une image juste de notre création. Certains chercheurs en France, en Europe ou ailleurs expliquent « la marginalisation » de la littérature tunisienne par le fait qu’elle est, essentiellement, œuvre de poètes et nous savons comment la poésie est laissée au second plan dans la recherche universitaire. Les littératures marocaine et algérienne, pour les comparer à la nôtre, prouvent 10 leur présence avec une création romanesque plus importante . Il reste que même si la production littéraire tunisienne en français semble peu connue à l’étranger, il n’en demeure pas moins vrai qu’il existe de remarquables études sur cette mouvance littéraire autant dansdes ouvrages individuels ou collectifs démontrant sa diversité et sa singularité, que desarticles dans des volumes ou des revues évoquantécrivains ou poètes tunisiens. De même, sur le plan universitairel’organisation de colloques et de manifestations intellectuelles aussi bien en Tunisie qu’ailleurs prouve sa vivacité. Certains critiques se sont également intéressés exclusivement à la poésie tunisienne ou encore à l’écriture féminine. Une exploration de quelques recherches sur cette littérature, aussi intéressantes et utiles soient-elles, confirme l’intérêt porté par la critique nationale ou internationale à ce fait littéraire qui ne cesse de se développer frayant sa propre voie qui lui assure sa continuité et la source de sa vitalité comme véhicule de la culture tunisienne. Il est très important de signaler en premier lieu,les contributions de Jean Fontaine qui demeurent un atout considérable dans la compréhension de l’évolution de l’histoire littéraire en Tunisie. Ayant travaillé sur la littérature tunisienne écrite arabe, cet éminent critique a varié ses recherches
9 Communication faite à la Rencontre Écrivains de Tunisie, Institut du Monde Arabe, Paris, le 5 novembre 1994, reprise dans son ouvrage. Tahar Bekri.De la littérature tunisienne et maghrébine et autres textes, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 62. 10 Op.cit.
9