Crime et châtiment

De
Publié par


Comprend 17 illustrations - 76 notes de bas de page - Environ 1030 pages au format Ebook. Sommaire interactif avec hyperliens.


Œuvre intégrale avec analyse et résumé.


Raskolnikov, jeune étudiant, a une théorie particulière selon laquelle il existe des êtres supérieurs pour lesquels la notion commune du mal ne s'applique pas. Cette élite est au-dessus de la masse obéissante des gens inférieurs et si, pour atteindre un objectif noble, une de ces personnes se voit obligée de commettre un crime elle peut, et doit même, passer outre les lois et les scrupules. Accuse-t-on Napoléon d'être un criminel ? Bien sûr que non, on lui élève plutôt des statues !


Cette oeuvre publiée en 1866 exprime les vues religieuses et existentialistes de Dostoïevski, en insistant sur le thème du salut par la souffrance. Elle dépeint l'assassinat d'une vieille prêteuse sur gage et de sa sœur cadette par Raskolnikov, un ancien étudiant de Saint-Pétersbourg, et ses conséquences émotionnelles, mentales et physiques sur le meurtrier.


Extrait du livre : Raskolnikov frissonna comme s'il avait été transpercé.- Alors... qui... a tué ?... demanda-t-il, perdant le souffle, d'une voix qu'il ne put raffermir. Porfiri se renversa sur le dossier de la chaise, comme s'il avait été stupéfait par le caractère inattendu de la question. - Comment ça « qui a tué » ?... prononça-t-il comme s'il n'en croyait pas ses oreilles, mais vous avez tué, Rodion Romanovitch ! C'est vous qui avez tué... ajouta-t-il à voix très basse, d'un accent absolument convaincu.

Publié le : vendredi 2 novembre 2012
Lecture(s) : 137
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9791021900486
Nombre de pages : 364
Prix de location à la page : 0,0007€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
1
Fédor Mikhaïlovitch Dostoïevski
CRIME ET CHÂTIMENT
Traduit par Victor Derély
2
Sommaire
Avertissement: Vous êtes en train de consulter un extrait de ce livre.
Voici les caractéristiques de la version complète :
Comprend 18 illustrations - Environ 969 pages au format Ebook. Sommaire interactif avec hyperliens.
Remarque sur cette édition numérique...................................................................................1
Fiodor Dostoïevski.....................................................................................................................1 Biographie.........................................................................................................................1 L’œuvre.............................................................................................................................1
Analyse et résumé......................................................................................................................1
Adaptations au cinéma.............................................................................................................1
Première partie I.......................................................................................................................1 Première partie II...............................................................................................................1
PremièrepartieIII.................................................................................................................. 1 PremièrepartieIV................................................................................................................ .. 1 PremièrepartieV................................................................................................................... 1 PremièrepartieVI.................................................................................................................. 1 PremièrepartieVII............................................................................................................... . 1
DeuxièmepartieI................................................................................................................... . 1 DeuxièmepartieII................................................................................................................ . 1 DeuxièmepartieIII................................................................................................................ 1 DeuxièmepartieIV.............................................................................................................. .. 1 DeuxièmepartieV............................................................................................................... .. 1 DeuxièmepartieVI............................................................................................................... . 1 DeuxièmepartieVII............................................................................................................. . 1
TroisièmepartieI.................................................................................................................... 1 TroisièmepartieII................................................................................................................ . 1 TroisièmepartieIII................................................................................................................ 1 TroisièmepartieIV.............................................................................................................. .. 1 TroisièmepartieV................................................................................................................. 1 TroisièmepartieVI............................................................................................................... . 1
QuatrièmepartieI................................................................................................................. . 1
3
QuatrièmepartieII................................................................................................................ . 1 QuatrièmepartieIII............................................................................................................... 1 QuatrièmepartieIV............................................................................................................. .. 1 QuatrièmepartieV.............................................................................................................. .. 1 QuatrièmepartieVI............................................................................................................... 1
CinquièmePartieI................................................................................................................. . 1 CinquièmepartieII............................................................................................................... . 1 CinquièmepartieIII............................................................................................................... 1 CinquièmepartieIV............................................................................................................ .. 1 CinquièmepartieV................................................................................................................ 1
SixièmepartieI....................................................................................................................... . 1 SixièmepartieII.................................................................................................................... 1 SixièmepartieIII.................................................................................................................. . 1 SixièmepartieIV................................................................................................................... 1 SixièmepartieV.................................................................................................................. .. 1 SixièmepartieVI................................................................................................................... 1 SixièmepartieVII................................................................................................................. . 1 SixièmepartieVIII................................................................................................................ 1
ÉpilogueI................................................................................................................................ . 1
ÉpilogueII............................................................................................................................... 1
4
Remarque sur cette édition numérique
Cette édition a été réalisée par les éditions Humanis. Nous apportons le plus grand soin à nos éditions numériques en incluant notamment des sommaires interactifs ainsi que des sommaires au format NCX dans chacun de nos ouvrages. Notre objectif est d’obtenir des ouvrages numériques de la plus grande qualité possible. Si vous trouvez des erreurs dans cette édition, nous vous serions infiniment reconnaissants de nous les signaler afin de nous permettre de les corriger.
Découvrez les autres ouvrages de notre catalogue ! http: //www.editions-humanis.com Luc Deborde BP 32059 98 897 — Nouméa Nouvelle-Calédonie Mail :luc@editions-humanis.com
ISBN : 979-10-219-0048-6. Septembre 2015.
Illustration de couverture : Théodore Géricault « Étude de pieds et de mains »
5
Fiodor Dostoïevski
D’après Wikipedia
Fiodor Mikhaïlovitch Dostoïevski(aussiFédor,Fedor ouThéodorefrançais) est un en écrivain russe, né à Moscou le 11 novembre 1821 et mort à Saint-Pétersbourg le 9 février 1881. Il est généralement considéré comme l’un des plus grands romanciers russes et a influencé de nombreux écrivains et philosophes.
Après une enfance difficile, il fréquente une école d’officiers et se lie avec les mouvements progressistes russes. Arrêté pour cette raison en 1849, il est déporté dans un bagne de Sibérie pendant quatre ans. Redevenu sous-lieutenant, il démissionne de l’armée en 1860 et s’engage vraiment dans l’écriture. Épileptique, joueur couvert de dettes et d’un caractère sombre, Dostoïevski mène d’abord une vie d’errance en Europe, au cours de laquelle il devient un fervent libéral pour son pays et surtout un patriote convaincu, avant d’être reconnu à son retour en Russie en 1871 après la publication deCrime et Châtiment (1866) et deL’Idiot (1868) qui ouvrent la période de la maturité où l’auteur écrit ses œuvres les plus abouties : L’Éternel Mari(1870),Les Démons(1871) etLes Frères Karamazov(1880).
Les romans de Dostoïevski sont parfois qualifiés de « métaphysiques », tant la question angoissée du libre arbitre et de l’existence de Dieu est au cœur de sa réflexion, tout comme la figure du Christ. Cependant ses œuvres ne sont pas des « romans à thèse », mais des romans où s’opposent de façon dialectique des points de vue différents avec des personnages qui se construisent eux-mêmes, au travers de leurs actes et de leurs interactions sociales.
6
Jeunesse et premiers écrits
Biographie
Selon les sources historiques, les Dostoïevski ont des origines dans la Szlachta (noblesse) polonaise. Le père de Fiodor, Mikhaïl Andréiévitch Dostoïevski, médecin militaire à l’hôpital des pauvres de Moscou, possède deux villages, acquis en 1831 : Darovoié et Tchermachnia. En 1839, les serfs de Darovoié, qu’il a maltraités, l’assassinent. Sa mère, Maria Fiodorovna Netchaïev, était décédée de la tuberculose deux ans plus tôt, le 27 février 1837.
Après en avoir réussi l’examen d’entrée, Dostoïevski intègre l’École supérieure des Ingénieurs militaires de Saint-Pétersbourg en 1838. Il effectue sa scolarité dans l’indigence, n’ayant parfois pas de quoi se nourrir, car son père refuse de lui envoyer suffisamment d’argent. C’est un élève taciturne, au regard mystérieusement mélancolique, qui ne s’intègre pas bien à l’école. Il méprise le matérialisme et le carriérisme de ses camarades. Il y lit avec ferveur William Shakespeare, Goethe, Victor Hugo et surtout Friedrich von Schiller, auteur déterminant dans sa vocation d’écrivain. En 1842, il est nommé sous-lieutenant et entre en tant que dessinateur à la direction du Génie.
Pendant l’été 1844, il démissionne pour se consacrer à son premier roman,Les Pauvres Gens. Loué par le poète Nikolaï Nekrassov et l’influent critique Vissarion Belinski, le roman est publié en janvier 1846 et connaît un succès public certain. Dostoïevski se retrouve alors propulsé au rang de « nouveau Gogol » et se pavane dans les cercles mondains de Saint-Pétersbourg. Bientôt, l’élite commence à railler son manque de tenue, son air abattu. Ivan Tourgueniev publie une satire en vers, où il le qualifie de « chevalier à la triste figure » et d’ , « aimable fanfaron » . C’est lors d’une de ces soirées que l’écrivain connaît vraisemblablement sa première crise d’épilepsie (non diagnostiquée comme telle). Sa disgrâce est accélérée par la publication de ses romans suivants,Le Double etLa Logeuse, qui ne rencontrent pas le succès escompté.
En 1847, il fréquente le cercle fouriériste de Mikhaïl Petrachevski, fonctionnaire au er ministère des Affaires étrangères, qui lutte contre l’absolutisme de Nicolas I . Il n’adhère pas à un système en particulier (ses opinions se sont progressivement déplacées vers le mysticisme slavophile et le libéralisme), mais cherche à maintenir une présence dans les milieux intellectuels progressistes pétersbourgeois. Il ne fréquente pas ces cercles pour fomenter de réelles actions révolutionnaires, mais pour discuter d’idées nouvelles et surtout parler de l’avenir de la Russie. Cette même année, il fait sa première crise d’épilepsie, à 26 ans.
Le bagne d’Omsk
En avril 1849, les membres du cercle Petrachevski sont arrêtés ; Dostoïevski est er emprisonné. L’empereur Nicolas I voit resurgir le spectre du complot des décabristes, un mouvement insurrectionnel qui s’était propagé dans l’armée et avait abouti à la sanglante émeute du 14 décembre 1825. Après un simulacre d’exécution sur la place Semenov le 22 décembre 1849, le tsar graciant les prisonniers au moment même où ils allaient être exécutés, la condamnation à mort est commuée en exil de plusieurs années et la peine en déportation dans un bagne de Sibérie.
En 1850, Dostoïevski arrive à Omsk (Souvenirs de la maison des morts, 1860). Les punitions corporelles lui sont épargnées sur l’intervention de M. de Grave, un officier d’origine française.
7
Dans les baraquements, il partage sa vie avec des forçats de droit commun. Il écrit dans sa correspondance : « Je n’ai pas perdu mon temps : j’ai appris à bien connaître le peuple russe, comme peut-être peu le connaissent » . L’intellectuel de salon qu’il était commence alors son évolution : « J’étais coupable, j’en ai pleine conscience… J’ai été condamné légalement et en bonne justice… Ma longue expérience, pénible, douloureuse, m’a rendu ma lucidité… C’est ma croix, je l’ai méritée… Le bagne m’a beaucoup pris et beaucoup inculqué. » Il rencontre au bagne « les hommes les plus richement doués, les plus forts de tout notre peuple… » , et se rapproche ainsi du « peuple russe » orthodoxe, rapprochement qui nourrira plus tard son mysticisme slavophile.
Cette période déterminante se retrouve dans plusieurs passages importants de ses livres, dont une partie deCrime et Châtiment.
Après le bagne
Sa peine se termine en 1854 et il est affecté comme officier à un régiment de Sibérie où il épouse Maria Dmitrievna Issaïeva en 1857. Il recommence à écrire : lesSouvenirs de la maison des morts, récit romancé de sa vie au bagne, puis une comédie,Le Bourg de Stépantchikovo et sa population.
En 1860, il obtient sa retraite comme sous-lieutenant et l’autorisation de rentrer vivre à Saint-Pétersbourg, sous la surveillance de la police secrète. Il renoue alors avec les libéraux et fonde avec son frère Mikhaïl une revue modérée et nationaliste,Le Temps, où paraît Souvenirs de la maison des morts. Cette revue est interdite en 1863, car un article publié est jugé trop contestataire par la censure. L’arrivée au pouvoir du nouveau tsar Alexandre II en 1855 amène de nombreuses réformes en Russie. Le servage est aboli en 1861. Malgré ces ouvertures politiques, on assiste à l’émergence de mouvements révolutionnaires violents, ce qui inquiète beaucoup Dostoïevski. Il commence déjà à polémiquer de plus en plus sévèrement avec les socialistes qui considèrent l’homme comme raisonnablement et « fondamentalement bon » et que la science conduit obligatoirement vers la lumière. Dostoïevski raille sa « sainteté la chimie ».
Les années d’errance
En 1862, il voyage pour la première fois en Europe occidentale, où il rencontre Apollinaria Souslova, qui devient sa maîtresse. Sa femme Maria, puis son frère Mikhaïl meurent en 1864. Il revoit la jeune Apollinaria (Paulina) Souslova, qui refuse sa demande en mariage ; il épouse Anna Grigorievna Snitkine en 1867. Il est couvert de dettes et doit fournir de quoi vivre à la veuve et aux enfants de son frère qu’il a adoptés. Pour échapper aux créanciers, il continue à voyager et tente de faire fortune à la roulette. On trouve des échos de sa passion maladive du jeu dansLe Joueur (1866) etL’Adolescent(1875). Il publie en parallèle sonJournal d’un écrivain.
Ces années d’errance et de troubles marquent profondément Dostoïevski. Son aversion pour l’Europe et la démocratie grandit. Il commenceLes Carnets du sous-solalors qu’il veille le corps de sa femme défunte. Cette longue nouvelle sert de « laboratoire aux grands romans » : en réponse au romanQue faire ?du révolutionnaire Nikolaï Tchernychevski, il y développe une réflexion théologique sur la place de l’homme moderne et les limites de sa liberté dans la Création. Selon Dostoïevski, l’égalité démocratique n’efface pas la violence des rapports humains, mais l’exacerbe au contraire. En outre, en détruisant Dieu et la monarchie, l’homme crée selon lui un monde dominé par le matérialisme, l’individualisme et l’égoïsme. Sa pensée le conduit alors à revenir dans le giron de l’Église orthodoxe et à développer sous forme de roman une philosophie religieuse orthodoxe.
8
Il s’oppose à la démocratie bourgeoise parce qu’elle donne une place trop importante à l’argent. Il admire en revanche la liberté de la presse, lui qui a souffert de la censure en Russie. De son incarcération en 1849, jusqu’à la publication desFrères Karamazoven 1879, Dostoïevski se trouve placé sous la surveillance des services secrets du tsar qui révisent son courrier, surveillent ses relations et contrôlent ses bagages aux frontières.
Politiquement, il est un fervent libéral pour son pays et surtout un nationaliste convaincu. Il aime le peuple russe avec passion et hait profondément les usuriers qui saignent le bon peuple. Le crime deCrime et Châtiment consiste d’ailleurs dans la vengeance gratuite d’un étudiant contre une usurière.
La maturité
Portrait par Vassili Perov (1872) Il engage Anna Grigorievna Snitkine comme secrétaire et l’épouse peu après 1867, alors qu’elle n’a qu’une vingtaine d’années. Grâce à son esprit pratique et à sa volonté, la situation du ménage s’améliore considérablement. Dostoïevski renonce au jeu et se met à travailler régulièrement, publiant ses œuvres les plus abouties :Crime et Châtiment,L’Idiot,Les Démons.
Ce dernier roman est inspiré d’un fait divers tragique : l’assassinat par les siens d’un des membres du groupe révolutionnaire de Serge Netchaïev. Son œuvre romanesque s’achève par Les Frères Karamazov, qu’il publie à l’âge de 59 ans. Cette œuvre incarne l’apogée de Dostoïevski. Le roman synthétise ses deux plus grands thèmes de réflexion : la force irrationnelle de la passion et l’existence de Dieu. Ce livre connaît un succès immense et assoit la place de Dostoïevski parmi les grands écrivains russes. En 1880, sonDiscours sur Pouchkineévoque sa vision sur le rôle de la Russie dans le monde, fait de lui un héros, où il national acclamé tant par la jeunesse, les femmes russes que par ses anciens ennemis (Ivan Tourgueniev au premier rang).
Ses dernières années restent marquées par des discours enflammés sur l’âme et le peuple russes ainsi que sur la supériorité du « génie russe » sur les autres nations. Il attribue un rôle messianique au peuple russe, seul peuple capable de comprendre tous les autres et d’avoir ses spécificités nationales. Selon lui, le peuple russe a intrinsèquement pour mission d’apporter le bonheur à l’humanité.
9
À la fin de sa vie, Dostoïevski est un fervent croyant et a abandonné l’agnosticisme de ses premières années. Homme en dehors des systèmes (et notamment en dehors des Églises), il reconnaît le Christ comme prophète ayant révélé la Vérité.
Il succombe à une hémorragie le 9 février 1881 du calendrier grégorien. Ses obsèques nationales ont lieu le 31 janvier 1881 et sont suivies par 30 000 personnes. Il est enterré au cimetière Tikhvine à Saint-Pétersbourg.
1
0
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant