De voyou à pov' con

De
Publié par


Une histoire des insultes aux présidents de la République.






Est-ce grave ? Ce n'est peut-être pas très grave ; c'est peut-être même anodin. Qu'un texte de loi condamne encore, au XXIe siècle, l'offense au président de la République. Que des individus (au moins deux, au moment où l'écriture de ce livre s'achève) aient été condamnés à ce titre sous la présidence de Nicolas Sarkozy : amende de trente euros avec sursis pour l'un, trente-cinq heures de travaux d'intérêt général pour l'autre. Bien sûr que les peines sont minuscules ; bien sûr qu'on peut penser que la France, la démocratie, la liberté d'expression, ne sont pas en danger.
Mais tout de même. Derrière la notion de l'offense, se cache l'insulte ; derrière l'insulte, le droit de critique, la liberté du bouffon, l'insolence de l'insoumis.
Le délit d'offense au chef d'État tel que nous le connaissons aujourd'hui apparaît dans la loi de 1881 sur la presse : sa naissance suit de peu celle de la IIIe République, même s'il prend la suite d'un délit similaire, l'offense publique au roi, prévu par la loi de 1819, lui-même descendant direct du crime de lèse-majesté. Jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, le délit n'occasionnera guère de débats. Sous Vichy, il prend une coloration autre, même s'il reste finalement assez peu usité par les tribunaux. C'est de Gaulle qui fera de l'article 26 de la loi sur la liberté de la presse une véritable star des tribunaux : plusieurs centaines de condamnations pour offense au président seront prononcées.
En 1974, Valéry Giscard d'Estaing déclare que cet article de loi ne sera plus utilisé. François Mitterrand et Jacques Chirac suivent la même règle de conduite. En 2004, une disposition similaire concernant les chefs d'État étrangers est supprimée du droit français. Il semble alors évident à tous les juristes qu'on ne pourra plus être poursuivi pour offense au président. Survient l'élection de Nicolas Sarkozy. Le président non seulement laisse poursuivre des " offenseurs ", mais il attaque lui-même régulièrement pour des délits civils, notamment concernant son droit à l'image.
Faire l'histoire des insultes au président, c'est raconter l'évolution d'une société, de sa langue, de son degré d'acceptation de la critique ; c'est faire l'histoire de la satire, des gros mots, de la provocation, mais aussi tout simplement du combat politique.






Table des matières







Introduction




1. Nicolas Sarkozy, président à nouveau offensé




2. Avant 1881 : du lèse-majesté au lèse-monarque




3. Le vote de la loi de 1881




4. Les contours juridiques du texte




5. Les offenses sous la IIIe République




5.1. Grévy le voyou
5.2. Casimir-Périer, président bling-bling
5.3. Félix Faure, sans défense
5.4. Émile Loubet assommé
5.5. Le relâchement du parquet
5.6. Faire évoluer la loi ?




6. La parenthèse vichyste




7. La IVe République




8. De nouvelles règles pour la Ve ?




8.1. Le président n'inaugure plus des chrysanthèmes
8.2. L'élection au suffrage universel




9. De Gaulle : la multiplication des offenses
9.1. Les pro-Algérie française
9.2. Les caricaturistes
9.3. Les simples citoyens
9.4. Les saisies
9.5. La prison
9.6. Changer la loi ?
9.7. Alain Poher, un président intérimaire




10. Georges Pompidou, à peine offensé




11. Giscard, Mitterrand, Chirac : sans offense




12. L'offense aux chefs d'État étrangers : abolie




13. L'offense sous Sarkozy
13.1. Nicolas Sarkozy provoque-t-il un " pénible désir d'injures " ?
13.2. Le président devant les tribunaux : de Ryanair au photomontage du " Monte "
13.3. " L'égalité des armes " n'est pas assurée
13.4. L'offense au président va-t-elle disparaître ?






Publié le : jeudi 16 février 2012
Lecture(s) : 43
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782221130650
Nombre de pages : 177
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
De voyou à pov' con
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Les Chirac

de robert-laffont

suivant