L'exil espagnol dans les Amériques

Publié par

La Guerre Civile (1936-1939) a créé un profond déchirement en Espagne, et cette plaie ne s'est jamais cicatrisée. Outre les considérables pertes humaines, l'exil de tant de résistants constitue certainement une partie non négligeable de cette horreur. S'il existe bien un exil intérieur – des citoyens décidés à rester dans leur pays à leurs risques et périls –, moult républicains et leurs familles furent contraints de partir au loin pendant la guerre, et bien des années après, se virent obligés d'errer à la recherche d'une terre d'accueil. L'Amérique, qui a tant de points en commun avec l'Espagne, reçut avec solidarité de nombreux exilés et leur permit de se refaire une existence moins douloureuse, puis de se construire un avenir.
Publié le : samedi 1 mars 2014
Lecture(s) : 20
Tags :
EAN13 : 9782336342122
Nombre de pages : 279
Prix de location à la page : 0,0127€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
L’EXIL ESPAGNOL DANS LES AMÉRIQUES
L’EXIL ESPAGNOL DANS LES AMÉRIQUES
Ernesto MächLER TObAR (coordination)
carmen VĀSQUEz,(Université de PiCardie, Jules Verne) José Luis AbELLĀN,(Ateneo de Madrid) Luis E. AGRAIT,(Universidad de Puerto RiCo) ceCilia ENJUTO RANGEL,(UniversitY of Oregon) Pedro GARcA-cARO,(UniversitY of Oregon) Ernesto MächLER TObAR,(Université de PiCardie, Jules Verne) Miguel VEyRAT,(Poeta, España) Fernando ANSA,(EsCritor, UruguaY) cHristian ANDRÈS,(Université de PiCardie, Jules Verne) María cAbALLERO,(Universidad de Sevilla) carmen DOLORES hERNĀNDEz,(EsCritora, Puerto RiCo) FatiHa IDMhAND,(Université Lille 3) MarC JEAN-bERNARD,(Universidad de Puerto RiCo) Porfirio MAMANI MAcEDO,(Université de PiCardie, Jules Verne) Françoise MORcILLO,(Université d’Orléans) PHilippe REyNÈS,(Université de PiCardie, Jules Verne) Luis TRELLES PLAzAOLA,(Universidad de Puerto RiCo)
PuBlié aveC le ConCours du centre d’Études hispaniques d’Amiens DireCtion : carmen VásqueZ
En appliCation des artiCles L. 122-10 à L. 122-12 du Code de la propriété intelleCtuelle, toute reproduCtion à usage ColleCtif par pHotoCopie, intégralement ou partiellement, du présent ouvrage est interdite sans autorisation du centre français d'exploitation du droit de Copie (cFc, 20, rue des Grands-Augustins, 75006 Paris). Toute autre forme de reproduCtion, intégrale ou partielle, est également interdite sans autorisation de l’éditeur.
© INDIGO & côté-femmes éditions 55 rue des Petites ÉCuries 75010 Paris Http://www.indigo-Cf.Com e Dépôt légal, 2 trimestre 2011 ISbN 2-35260-073-1 EAN 9782352600732
CENTRE D’ETUDES HISPANIQUES D’AMIENS (CEHA/CERCLL) COLLECTION
Carmen Vásquez : Direction Rica Amran : Coordination
CONSEIL ÉDITORIAL DES PERSONNALITÉS INTÉRIEURES
Rica Amran (UPJV-CEHA/CERCLL) Jean-Philippe Barnabé (UPJV-CEHA/CERCLL) Elisabeth Delrue (UPJV-CEHA/CERCLL) Bruce Kohler (UPJV-CEHA/CERCLL) Ernesto Mächler Tobar (UPJV-CEHA/CERCLL) Philippe Reynès (UPJV-CEHA/CERCLL) Carmen Vásquez (UPJV-CEHA/CERCLL)
CONSEIL ÉDITORIAL DES PERSONNALITÉS EXTÉRIEURES
José Luis Abellán (Ateneo de Madrid) Alfredo Alvar (CSIC, Madrid) Juan Arana (Universidad de Sevilla) Marita Caballero (Universidad de Sevilla) Luisa Campuzano (Casa de las Américas, Universidad de la Habana) Pierre Civil (Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III) François Delprat (Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III) Jean-Paul Duviols (Université de la Sorbonne/Paris IV) Arturo Echavarría Ferrari (Universidad de Puerto Rico) Paul Estrade (Université de Paris VIII) Milagros Ezquerro (Université de la Sorbonne/Paris IV) Claude Fell (Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III) Eve-Marie Fell (Université de Tours) Luis Fernández Cifuentes (Harvard University) Juan Gelpí (Universidad de Puerto Rico) Roberto González Echevarría (Yale University) Gustavo Guerrero (Université de Cergy Pontoise) José Hinojosa Montalvo (Universidad de Alicante)
5
Jacques Joset (Université de Liège) Conrad Kent (Ohio Wesleyan University) Luce López-Baralt (Universidad de Puerto Rico) Mercedes López-Baralt (Universidad de Puerto Rico) Fernando Moreno Turner (Université de Poitiers) Nancy Morejón (Casa de las Américas, La Habana) Michèle Ramond (Université de Paris VIII) Augustin Redondo (Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III) Rubén Ríos Avila (Universidad de Puerto Rico) Julio Rodríguez Puértolas (Universidad Autónoma, Madrid) José Ignacio Ruiz Rodríguez (Universidad de Alcalá de Henares) Enrico Mario Santí (University of Kentucky) Yolanda Wood Pujols (Casa de las Américas, Universidad de la Habana) Iris Zavala (Universiteit Utrecht)
6
DANS LES AMÉRIQUES
SOMMAIRE
IntroduCtion 9 carmen VĀSQUEz, (Université de PiCardie) .................................. Prólogo 15 José Luis AbELLĀN, (Ateneo de Madrid)..........................................
I. Différents paYsages de l’exil
Apuntes soBre la generosa aCogida puertorriqueña a los exilados españoles 19 Luis E. AGRAIT, (Universidad de Puerto RiCo)........................... Tres generaCiones del exilio : la memoria guardada ceCilia ENJUTO RANGEL, (UniversitY of Oregon)...................41 España, última Colonia de sí misma : la justiCia en el exilio Pedro GARcA-cARO, (UniversitY of Oregon)...........................51 L’exil répuBliCain en colomBie. Une releCture imaginaire, quelques années plus tard Ernesto MächLER TObAR, (Université de PiCardie Jules Verne)67 Los Huérfanos del exilio Miguel VEyRAT, (Poeta, España)..................................................83
II. Un destin d’exilé
La ‘irreparaBle leCCión’del exilio uruguaYo de José bergamín Fernando ANSA, (EsCritor, UruguaY) ...........................................95 Exil, ConsCienCe HistoriCo-politique et Cervantisme : FranCisCo AYal cHristian ANDRÈS, (Université de PiCardie Jules Verne) ..........109 Ernestina de cHampourCín, mujer del 27 : exilio Y místiCa María cAbALLERO, (Universidad de Sevilla)...........................127 Manuel Altolaguirre o el exilio Creativo carmen DOLORES hERNĀNDEz, (EsCritora, Puerto RiCo).....153 De l’Espagne à l’UruguaY : un grenadin à Montevideo FatiHa IDMhAND, (Université Lille 3)..........................................167 Cantus Firmusd’un exil musiCo-pHilosopHique : la geste de Pau casals à Puerto RiCo (1955-1973)
7
L’EXIL ESPAGNOL
8
191
215
227
239
255
267
INTRODUCTION
Carmen VâSQUEZ centre d’Études hispaniques d’Amiens (cEhA) DireCtriCe de la colleCtion
In memoriamJorge Enjuto bernal
Lorsque le centre d’Études hispaniques d’Amiens (cEhA) a déCidé d’organiser un Colloque sur l’Exil espagnol dans les Amériques, en mai 2006, le premier des proBlèmes que nous nous sommes posés a été Celui-Ci de l’organisation elle-même. En effet, le sujet est si vaste que les limites imposées dans le Cadre de notre groupe de reCHerCHes, Certes réduit mais regorgeant de vitalité, Constituaient un véritaBle et imposant oBstaCle, afin d’emBrasser Cet exil à partir de l’éClatement de la Guerre civile en juillet 1936. Fallait-il diviser les CommuniCations par Zones d’aCCueil ? Fallait-il aBorder la question selon les différentes professions exerCées par les prestigieux exilés ? Ou Bien traCer leur produCtion intelleCtuelle ? Ou enCore raConter leur BiograpHie et analYser leur autoBiograpHie ? Par ailleurs, que reste-t-il de Cet exil dans les Amériques d’aujourd’Hui ? cet Héritage, enfin, est-il toujours vivant ? ces innomBraBles questions se posaient déjà avant de CommenCer à organiser notre Colloque. comment devions-nous agir ? Deux possiBilités s’offraient à nous : soit fixer la liste des CommuniCations en adressant des invitations spéCifiques en aCCord aveC des spéCialités toutes aussi spéCifiques ; soit laisser les invités CHoisir liBrement les différents sujets à Communiquer. Nous avons préféré la dernière option. c’est ainsi que l’énorme diversité palpaBle de l’exil espagnol a pu être Constatée à travers une vue panoramique de l’état des CommuniCations. car il est important de souligner iCi Ce que fut l’exil espagnol dans les Amériques. AveC la Guerre Civile espagnole (1936-1936), et une
9
L’EXIL ESPAGNOL
Espagne divisée tragiquement en deux, les Classes soCiales les plus sordidement perséCutées furent Celles des artistes et Celles des intelleCtuels, pour ne pas parler d’une autre, Celle des Hommes et des femmes qui étaient alors à la fois engagés dans l’aCtion politique et dans la réflexion intelleCtuelle. Quelques-uns de Ces Espagnols Courageux, prévoYant l’HéCatomBe qui allait inévitaBlement survenir, partirent aux déButs du Conflit. D’autres, plus optimistes, restèrent jusqu’à l’arrivée de la défaite, parfois même faisant à pied le parCours entre leur région espagnole et la frontière française. Sortir de Cette prison qu’était l’Espagne en guerre Contre elle-même et pendant l’après-guerre ne signifiait pas forCément arriver, après la péniBle traversée de la frontière, dans une FranCe liBre. NomBreux, trop nomBreux furent Ceux qui se trouvèrent dans une nouvelle sorte de prison : Celle des Camps de ConCentration, où les Conditions de survie étaient extrêmement péniBles, sinon inHumaines. De là, partir vers les paYs d’outre-Atlantique relevait de l’Héroïsme, parfois même du miraCle. Mais la disCipline de Ceux qui allaient devenir les exilés espagnols dans les Amériques était inContestaBle. D’une façon ou d’une autre, ils arrivèrent dans les territoires d’outre-mer, quelques-uns pour rester dans leur paYs d’aCCueil, d’autre pour vivre des périodes d’erranCe, Certaines fois sporadiques, d’autres fois Constantes. Tout Cela montre qu’appliquer une règle générale, une analYse gloBale à Cet exil espagnol est une grave erreur. car, en posant notre regard d’aujourd’Hui sur Cet univers de migration, et en tenant Compte des formes partiCulières de départ ou de fuite selon les Cas spéCifiques, on perçoit Bien qu’au-delà d’une Certaine unité, les Espagnols qui partirent firent preuve d’une très grande diversité, au moins en Ce qui ConCerne leurs intérêts personnels et Culturels et leurs façons propres de s’exprimer. Ainsi donC, C’est dans l’unité et la diversité à la fois que réside l’énorme riCHesse de Cet exil espagnol. Ajoutons que Cette très grande diversité se retrouve aussi du point de vue CHronologique. Il Y a Ceux qui partirent pendant la Guerre civile et Ceux qui partirent tout de suite après. Puis, Ceux qui partirent au plus fort de la répression franquiste, au Cours des terriBles années quarante, puis des années Cinquante. Il Y eut également les plus jeunes, Ceux qui véCurent la diCtature des années soixante et jusqu’à la fin et qui ne la supportaient pas. Ils partaient aussi. Parmi toute Cette population, quelques-uns partirent pour du Bon ; d’autres, tout en partant, pouvaient
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.