//img.uscri.be/pth/476b6789301cb82c8ca5fff57447e238562df495
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La folie des discours identitaires dans les nouvelles littératures

De
262 pages
Cet ouvrage met en lumière les griefs d'auteurs, à travers la subtilité de leurs textes, qui imputent à la colonisation et au néo-colonialisme la responsabilité de l'effondrement psychique de leurs personnages. Le colonisé, contaminé et oppressé mentalement et physiquement, reproduit le même comportement que les responsables zélés ayant eu pour fonction d'étendre l'idéologie civilisatrice. Le corpus d'étude est composé d'oeuvres qui représentent parfaitement le continent africain.
Voir plus Voir moins
YgorJuste NDONG N’NA
Espaceslittéraires La folie des discours identitaires dans les nouvelles littératures
LA FOLIE DES DISCOURS IDENTITAIRES DANS LES NOUVELLES LITTÉRATURES
Espaces Littéraires Collection dirigée par Maguy Albet Dernières parutions Richard Laurent OMGBA, André NTONFO (dir.),Aimé Césaire et le monde noir, 2012. Milan BUNJEVAC,Lire la poésie d’Aleksandar Petrov, 2012. Fabrice BONARDI (sous la dir. de),LesNouvelles Moissons, 2012. Jean SÉVRY,Un voyage dans la littérature des voyages, 2012. Christine FRENOT,Théodore Monod, le poète itinérant, 2012. Anton PAVLOVITCH TCHEKHOV,Correspondant de guerre,2012. Ida JUNKER,Le monde de Nina Berberova, 2012. John BAUDE,Jean Giono, deCollineàQue ma joie demeure, Le temps suspendu, le Tout retrouvé, 2012. Éliane ITTI,Madame Dacier, femme et savante du Grand Siècle (1645-1720), 2012.Victor MONTOYA,Les contes de la mine. Conversation avec le Tio, Traduit de l’espagnol par Émilie BEAUDET, 2012. Nathalie AUBERT,Christian Dotremont, La conquête du monde par l’image, 2012. Claude FRIOUX,Le Chantier russe. Littérature, société et politique. Tome 3 : Ecrits 1969-1980, 2011 Ricardo ROMERA ROZAS,Jorge Luis Borges et la littérature française,2011. Deborah M. HESS, Palimpsestes dans la poésie. Roubaud, du Bouchet, etc., 2011. Alexandre Ivanovitch KOUPRINE (Traduit du russe, introduit et annoté par Françoise Wintersdorff-Faivre),Récits de vie dans la Russie tsariste,2011.Pascal GABELLONE,La blessure du réel, 2011. Jacques PEZEU-MASSABUAU,Jules verne et ses héros,2011.Samuel ROVINSKI,Cérémonie de caste(traduit de l’espagnol par Roland Faye), 2011. Mirta YANEZ,Blessure ouverte, 2011. Jean-Michel LOU,Le Japon d’Amélie Nothomb, 2011.
Ygor-Juste Ndong N’na LA FOLIE DES DISCOURS IDENTITAIRES DANS LES NOUVELLES LITTÉRATURESL’HARMATTAN
© L'HARMATTAN, 2012 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-336-00153-1 EAN : 9782336001531
A vous mes parents Mbie Thérèse et N’na Ekang Simon A toi ma très chère épouse Akoa Messi Emilienne
Introduction générale
Le thème de la folie dans le roman africain d’expression anglaise prenait forme comme notre objet d’étude alors que nous faisions nos premiers pas dans la recherche littéraire à l’université de Nantes. Notre étude avait pour thème de recherche : « Aliénation ou Rédemption » dansThis Earth, My Brother…de Kofi Awoonor. Il s’agissait de démontrer que l’évolution de l’œuvre met en exergue les images et symboles qui permettent une double lecture, mythologique et psychanalytique, permettant d’analyser les enjeux de la folie d’Amamu, le protagoniste. La fin tragique de ce personnage est précédée par un conflit intérieur qui met aux prises la culture éwé qu’on lui a inculqué pendant son enfance, et les valeurs modernes qu’il vit dans la réalité quotidienne du Ghana après l’indépendance. Alors que le réalisme culturel éwé considère que ses visions lui ouvrent la voie pour le rôle d’ancêtre après sa rencontre avec une divinité éwé, une approche psychanalytique conclurait à sa régression mentale après le traumatisme de l’acculturation.  La question de l’aliénation culturelle étant à l’origine de cet effondrement psychique du personnage, nous avons souhaité approfondir notre connaissance de l’imaginaire chez différents romanciers africains. Ceci est d’autant plus intéressant que cette problématique soulève diverses questions encore présentes au XXe siècle : l’impérialisme, le racisme, la corruption, l’exil, la quête d’identité, l’expression identitaire et la dignité humaine.  Nous avons remarqué que la littérature africaine publiée pendant les années 60 et 70 s’intéresse largement à ces thématiques auxquelles elle vient ajouter celle de la folie. Nous nous sommes ainsi fixé comme objectif de découvrir les liens qui unissent ces thématiques à la folie dans le roman africain d’expression anglaise. Avant toute analyse nous pouvons déjà affirmer que ces thèmes autour de la folie s’inscrivent en majorité comme les causes du trouble psychique. La littérature post-coloniale s’engageant contre le discours colonial et la
7
colonisation qui ont marqué l’esprit et le corps des colonisés, les œuvres qui abordent le thème du traumatisme psychique et physique des colonisés tentent de retracer la conséquence douloureuse de cette rencontre entre l’Afrique et l’Occident. La folie apparaît comme un thème approprié à cet égard. Quelques recherches sur les causes de la folie ayant été déjà abordées dans la littérature africaine, il nous est paru novateur d’orienter également notre étude sur les conceptions africaines de la folie et les thérapeutiques littéraires proposées par les auteurs. Afin d’appréhender notre méthode il est nécessaire de faire un tour d’horizon sur l’évolution de la critique à l’égard de cette thématique.  En Europe, les études sur la folie ont suscité beaucoup d’intérêt pendant le XXe siècle, surtout avec les découvertes révolutionnaires apportées par la psychiatrie et leur influence dans les diverses disciplines, comme l’histoire, la religion, la philosophie, la sociologie, l’anthropologie et la littérature (pour ne citer que celles-là), occasionnant des bouleversements sur le plan conceptuel et un vif intérêt pour la recherche. Cet intérêt pluridisciplinaire a été à l’origine d’une remise en cause de présupposés discursifs qui ont marqué les principes de la civilisation occidentale.1  Michel Foucault a par exemple dénoncé les pratiques de la psychiatrie occidentale en l’accusant de réduire les fous au silence par un confinement qui ne leur donne ni l’occasion de s’exprimer ni d’être écoutés. Ces pratiques prendraient leurs sources dans la philosophie du classicisme, car, selon Descartes, le langage qui émane de la pensée ne saurait se manifester qu’à travers un esprit sain, c'est-à-dire en conformité avec la société dans laquelle il s’exprime. Les fous n’auraient donc pas de langage. Si l’être pensant, dont l’expression est régie par la raison, est situé dans la non-folie, l'être de la folie est renvoyé au non-être. Foucault propose, malgré tout, ce qui, pour lui, semble impossible à réaliser, de découvrir le langage de la folie. Son entreprise peut ironiquement sembler folle, mais elle a au
1 Michel Foucault,Folie et Déraison, Histoire de la Folie à l’Age Classique, Paris, Gallimard, 1972.
8
contraire contribué à la libération des esprits regardés comme tels.  L’enfermement des fous et leur réduction au silence est comparable à la situation coloniale qui voit les colonisés être considérés comme de « grands enfants », des attardés mentaux, que l’on réduit au silence et dont la représentation alimente les récits de voyage, qui à cette époque, constituent les premiers modèles reconnus de la littérature africaine. Qu’ils soient fictionnels ou non, les textes qui rendent compte de l’exploration de l’environnement africain apparaissent comme l’accès à un espace interdit par la norme occidentale, l’accès à un monde de folie, où l’hostilité de l’environnement, les mœurs arriérées et dépravées des indigènes risquent d’ensorceler l’esprit raisonnable, rationnel et sain des colons occidentaux. Le 2 célèbre romanHeart of DarknessJoseph Conrad est de l’exemple patent de cet imaginaire qui construit l’Afrique en tant qu’espace de tentation et de hantise pour les colons qui sont susceptibles à tout moment de perdre la tête. Selon Marlow, le narrateur, le personnage de Kurtz qui a pénétré la jungle sauvage et profonde du Congo a lentement sombré dans la folie. Dans son périple, Marlow part du fleuve Congo et pénètre le ‘cœur du monde infernal’ à la recherche de Kurtz dont les expériences évoquent à la fois une régression dans l’enfance, le passage à la folie et le voyage à travers l’Afrique. La critique post-coloniale s’est accordée pour interpréter cette œuvre comme étant l’expression du refoulement occidental, et non pas celui de l’esprit du continent africain. Il est donc aisé de comprendre que l’Afrique devienne un bouc émissaire dans l’imaginaire européen : Chinua Achebe called it ‘a story in which the very humanity of black people is called into question’. In this novel as in much colonialist fiction, Africa is a place where the European mind disintegrates and regresses
2 Joseph Conrad,Heart of Darkness, Harmondsworth, Penguin, 1975.
9