7 jours d'essai offerts
Cet ouvrage et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
ou

Publications similaires

Ndèye Fatou Kane Le malheur deRovmianvre
Préface de Cheikh Hamidou Kane
Le malheur de vivre roman
Ndye Fatou KANE Le malheur de vivre roman
© L'HARMATTAN, 2014 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-336-30489-2 EAN : 9782336304892
 deux hommes dexception : Mamadou Tidiane Kaneest bien plus quun qui pre, un accompagnateur et un interlocuteur de tous les instants. La fiert et lmotion quil ressentira en parcourant cet ouvrage suffisent  mon bonheur. Cheikh Hamidou Kaneest un modle, une qui rfrence dans le domaine de la culture et de lcriture plus particulirement, un garant de la tradition africaine et hal pulaar par excellence. Il incarne minemment des valeurs qui me sont chres et constituent mon viatique, celui de la tradition et de louverture.
7
Préface
Le titre de ce premier livre de Ndye Fatou KANE annonce-t-il un de ces romans  l’eau de rose, vous  « faire pleurer Margot » dans les chaumires des divers quartiers de notre « village plantaire » ? Si vous voulez en avoir le cœur net, sachez d’emble que, ds la premire page entame, vous serez pris au pige et ne refermerez le livre qu’aprs avoir assist  la dchance de Sakina B, version contemporaine de l’ternelle « Vnus, tout entire  sa proie attache ». Ce qui vous capturera, c’est d’abord l’criture, efficace, dpouille, limpide, lgante, qui vous dcri-ra, tape aprs tape, le destin de cette jeune fille si belle, si brillante, et si obstinment nave. Dans le cas o, comme elle-mme et comme moi, vous vous trouvez appartenir  l’attachante communaut des Peulh hal pulaar, vous revivrez avec l’hrone et sa famille,  Paris,  Dakar et au Fouta, la vigueur, la prgnance et la force salvatrice des valeurs qui la sustentent et la protgent au Fouta,  Dakar, et  Paris. Amadou et Mariam, les parents de Sakina n’ont pas t  l’cole franaise, ont migr d’un Fouta fragilis par la scheresse et la pauvret, vers « Paris – la France » o ils ont trim, sont tombs et se sont rele-vs, sans jamais jeter par-dessus bord ni les solides liens de la parentle africaine, ni leur profonde et chaleureuse foi islamique noire. Il n’est que de voir
9