Le roman espagnol entre 1880 et 1920 : état des lieux

De
Publié par

Entre 1880 et 1920, le genre romanesque en Espagne connaît une
grave crise que tentent de dépasser certains auteurs. Si le courant
réaliste s'impose dans le pays de 1875 à 1895, c'est en 1880 que le
naturalisme y fait son apparition en provoquant une polémique qui
alimente colonnes de journaux et revues. En 1920, Galdós, le maître du
roman réaliste meurt. Dans ces années 20, marxisme et freudisme
remettent en question les principes explicatifs des comportements tels
qu'ils se sont développés depuis le Siècle des Lumières.
Publié le : samedi 1 mars 2014
Lecture(s) : 30
Tags :
EAN13 : 9782336341750
Nombre de pages : 263
Prix de location à la page : 0,0120€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Le roman espagnol
entre 1880 et 1920 : état des lieux
Le roman espagnol entre 1880 et 1920 : état des lieux
Coordination d’Élisabeth DELRUE
Avec la participation de Jean-François BOTREL(Université Rennes 2) Luis FERNÁNDEZ CIFUENTES(Harvard University) Sadi LAKHDARI(Université de Paris-Sorbonne-Paris IV) Isabel ROMÁN ROMÁN(Universidad de Extremadura) Maria ROSELL(Universitat de València) Dolores THION SORIANO-MOLLÁ(Université de Pau) José Manuel GONZÁLEZ HERRÁN(Universidad de Santiago de Compostela) Élisabeth DELRUEPicardie Jules Verne)(Université de Luis Bautista BONED(Universitat de València) Joan OLEZA(Universitat de València) Emmanuel LE VAGUERESSE(Université de Reims Champagne-Ardenne)
Publié avec le concours du Centre d’Études Hispaniques d’Amiens Direction : Carmen Vásquez
En application des articles L. 122-10 à L. 122-12 du code de la propriété intellectuelle, toute reproduction à usage collectif par photocopie, intégralement ou partiellement, du présent ouvrage est interdite sans autorisation du Centre français d'exploitation du droit de copie (CFC, 20, rue des Grands-Augustins, 75006 Paris). Toute autre forme de reproduction,
© INDIGO & côté-femmes éditions 55 rue des Petites Écuries 75010 Paris http://www.indigo-cf.com
er Dépôt légal, 1 trimestre 2010 ISBN 2-35260-062-6 EAN 9782352600626
SOMMAIRE
AVANT-PROPOS.................................................................................... 7 INTRODUCTION.................................................................................. 9 ROMAN ET ROMANS : LE POINT DE VUE DES LECTEURS. Jean-François BOTREL (Université Rennes 2)................................. 19 LECTURAS DEL CUERPO: AVATARES LITERARIOS DE LA FISIOGNÓMICA Luis FERNÁNDEZ CIFUENTES (Harvard University).................. 39 MONÓLOGO INTERIOR Y NARRACIONES DE SUEÑOS EN LAS NOVELAS DE GALDÓS : UNA TRANSICIÓN DE LA NOVELA REALISTA-NATURALISTA HACIA LA NOVELA CONTEMPORÁNEA Sadi LAKHDARI (Université de Paris-Sorbonne-Paris IV)............ 75 LASINTERFERENCIASEN LA LECTURA DE LA NARRATIVA DE GALDÓS, SEGÚN SUS CONTEMPORÁNEOS Isabel ROMÁN ROMÁN (Universidad de Extremadura)............... 87 «EL YO HÍBRIDO: LA AUTOBIOGRAFÍA COMO MATERIA NOVELABLE EN ALGUNAS NOVELAS DE ARTISTA» Maria ROSELL (Universitat de València).......................................... 107
DEL ÚLTIMO QUEHACER NOVELESCO DE EMILIA PARDO BAZÁN. Dolores THION SORIANO-MOLLÁ (Université de Pau)............. 125 LAS DOS EDICIONES DEEL CUARTO PODER, DE ARMANDO PALACIO VALDÉS: DE 1888 A 1902 José Manuel GONZÁLEZ HERRÁN (Universidad de Santiago de Compostela)149..................................................................................... ... BAROJA Y LA NOVELA EXPERIMENTAL Élisabeth DELRUE (Université de Picardie Jules Verne)................ 171 PÉREZ DE AYALA Y EL SIMBOLISMO Luis Bautista BONED (Universitat de València).............................. 185 MIRÓ YEL OBISPO LEPROSO.UNA POÉTICA SIMBOLISTA PARA LA NOVELA Joan OLEZA (Universitat de València)............................................... 207 RAMÓN GÓMEZ DE LA SERNA ET LA RENOVATION DU ROMAN AVANT 1920 Emmanuel LE VAGUERESSE (Université de Reims Champagne-Ardenne)............................................................................ 233
COLLECTION du Centre d’Études Hispaniques d’Amiens (CEHA)......
5
251
AVANT–PROPOS
Ce livre reprend les communications présentées par la plupart des meilleurs spécialistes français et espagnols de la période envisagée et de la question considérée, pendant le colloque qui s’est tenu à l’Université d’Amiens les 4 et 5 mai 2009,Le roman espagnol entre 1880 et 1920 : état des lieux. Il est enrichi des contributions écrites de Dolores Thion et Luis Fernández Cifuentes qui, empêchés, ont eu la gentillesse d’envoyer leur texte. Qu’ils en soient remerciés. Un grand merci, enfin, à tous les intervenants qui ont accepté de se plier aux contraintes de calendrier imposé par la publication rapide des Actes, mais aussi au Conseil Scientifique de l’Université de Picardie, au Département des Études Ibériques et Ibéro-américaines, au CEHA, au CERCLL, et surtout à Carmen Vásquez pour son soutien et son aide précieuse.
7
LE ROMAN ESPAGNOL ENTRE 1880 ET 1920 : ÉTAT DES LIEUX
I N T R O D U C T I O N
Élisabeth DELRUE
Envisager les romans espagnols publiés entre 1880 et 1920 sous trois angles (identité et écriture, autoréférence et référence, contexte de production et nouveaux questionnements théoriques), tel était l’objectif de ce colloque. Il s’agissait, en somme, de s’interroger sur la spécificité d’une écriture, la quête d’un nouveau roman, les grandes tendances, en dressant un état des lieux sur cette question délaissée par la critique française actuelle afin d’orienter les recherches futures à partir des hypothèses de travail dégagées. Entre 1880 et 1920, le genre romanesque en Espagne connaît, en effet, une grave crise que tentent de dépasser certains auteurs. 1 Si le courant réaliste s’impose dans le pays de 1875 à 1895 , c’est 2 en 1880 que le naturalisme y fait son apparition en provoquant une polémique qui alimente colonnes de journaux et revues : depuis les années 1830, le roman est perçu, en Espagne, comme un produit d’exportation, le symbole d’une colonisation intellectuelle qui induit un réel complexe d’infériorité. Alors qu’en 1870, dans son 3 article «Observaciones sobre la novela contemporánea en España », Galdós laisse entrevoir un vague projet de littérature nationale qui, finalement, restera lettre morte, en 1880, une vague hispanique d’orientation réaliste prend corps. Certains considèrent alors le roman espagnol moderne comme le fruit non d’une importation mais d’une tradition hispanique, profonde et ancienne. D’aucuns vont même jusqu’à estimer l’œuvre de Zola comme un révélateur d’une singularité espagnole, littéraire et philosophique.
9
LE ROMAN ESPAGNOL ENTRE 1880 ET 1920 : ÉTAT DES LIEUX En 1920, Galdós, le maître du roman réaliste, meurt. Dans ces années 20, marxisme et freudisme remettent en question les principes explicatifs des comportements humains tels qu’ils se sont développés 4 ème depuis le Siècle des Lumières . Le rationalisme du XIX siècle et le positivisme empirique n’ont plus d’ancrage. La crise du roman est présente à deux niveaux, celui des règles d’écriture et celui de la réception. Les règles appliquées dans le roman réaliste du ème XIX siècle deviennent des modèles imposés et des moules rigides. Par ailleurs, le roman est devenu un objet de consommation pour 5 un public peu exigeant. Mais, dans les années 20, se creuse aussi le chemin vers les avant-gardes : en 1923 est fondée laRevista del Occidente, puis La gaceta literariaen 1927,l’annéeoù l’on organise l’hommage à Góngora. En 1925,Guillermo de Torre publie sesLiteraturas europeas de vanguardiaet Ortega y GassetLa deshumanización del arteetIdeas sobre la novela. Les participants au colloque, tous invités, étaient, pour la plupart, des spécialistes éminents de la période considérée (Jean-François Botrel, Joan Oleza, et Luis Fernández Cifuentes) ou d’un romancier particulier (Galdós pour Sadi Lakhdari et Isabel Roman, Pardo Bazán pour José Manuel González Herrán et Dolores Thion, Emmanuel Le Vagueresse, dans une moindre mesure, pour Ramón Gómez de la Serna). La litanie de leurs communications ici reproduites n’obéit pas aux axes de recherche privilégiés par telle ou telle étude, mais suit un ordre purement chronologique (de Pérez Galdós à Gabriel Miró) de manière à traquer une possible évolution du genre au fil des années. La confrontation des différentes analyses a mis au jour une constante méthodologique et quelques hypothèses de travail. Pour la plupart des intervenants, en effet, un texte romanesque doit être considéré dans son interaction avec le contexte de production, et dans le cas présent, le contexte littéraire européen, les supports éditoriaux, les contraintes d’une culture collective, historiquement datée, d’un donné socio-politique et esthétique qui informent une certaine façon de dire et de voir le monde,
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.