Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les amours de Zémédare et Carina

De
281 pages
Avec Les amours de Zémédare et Carina, en 1806, Traversay propose le premier roman sentimental sur le patriotisme en Martinique au XIXe siècle, dans une histoire d'amour aux connotations politiques où le mariage symbolise la cohésion de la nation. Boudé par la critique de l'époque et d'aujourd'hui, cet ouvrage offre un important contre-discours à la vision de la communauté créole représentée par Bernardin de Saint-Pierre, dans Paul et Virginie.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

trouvera en annexe d’autres textes de Traversay qui conIrment ce
Auguste Prévost de Sansac de Traversay Les amours de Zémédare et Carinaet La desCription de L’îLe de La martinique
Présentation de Jacqueline Couti autrement mÊamveecsla collaboration de Roger Little
LES AMOURS DE ZÉMÉDARE ET CARINA
COLLECTIONAUTREMENT MÊMES conçue et dirigée par Roger Little Professeur émérite de Trinity College Dublin, Chevalier dans l’ordre national du mérite, Prix de l’Académie française, Grand Prix de la Francophonie en Irlande etc. Cette collection présente en réédition des textes introuvables en dehors des bibliothèques spécialisées, tombés dans le domaine public et qui traitent, dans des écrits de tous genres normalement rédigés par un écrivain blanc, des Noirs ou, plus généralement, de l’Autre. Exceptionnellement, avec le gracieux accord des ayants droit, elle accueille des textes protégés par copyright, voire inédits. Des textes étrangers traduits en français ne sont évidemment pas exclus. Il s’agitdonc de mettre à la disposition du public un volet plutôt négligé du discours postcolonial (au sens large de ce terme : celui qui recouvre la période depuis l’installation des établisse-ments d’outre-mer). Le choix des textes se fait d’abord selon les qualités intrinsèques et historiques de l’ouvrage, mais tient compte aussi de l’importance à lui accorder dans la perspective contem-poraine. Chaque volume est présenté par un spécialiste qui, tout en privilégiant une optique libérale, met en valeur l’intérêthistorique, sociologique, psychologique et littéraire du texte. « Tout se passe dedans, les autres, c’est notre dedans extérieur,les autres, c’est la prolongation de notre intérieur.»Sony Labou TansiTitres parus et en préparation : voir en fin devolume
Auguste Prévost de Sansac deTraversayLES AMOURS DE ZÉMÉDARE ET CARINA ET LA DESCRIPTION DE LÎLE DE LA MARTINIQUE
Présentation de Jacqueline Couti avec la collaboration de Roger Little
En couverture : Carte de la Martinique, 1854. Gravure sur acierextraite de l’ouvrage deVictor Levasseur, avec Raymond Bonheur,Atlas national illustré des 86 départements et des possessions de la France..., illustrateur : Auguste Laguillermie, graveur et éditeur : A. Combette, Paris, impr. Lemercier, 1854 :Colonies françaises (en Amérique) (Hémisphère boréal)
© L’Harmattan, 20175-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.com ISBN : 978-2-343-12279-3 EAN : 9782343122793
INTRODUCTION par Jacqueline Couti
Du même auteur Dangerous Creole Liaisons : Sexuality and Nationalism in French Caribbean Discourses 1806-1897 (Liverpool: Liverpool Uni-versity Press, 2016) Édition de Jenny Manet,Maïotte : roman martiniquais inédit, (Paris :L’Harmattan, coll. Autrement Mêmes, 2014) « La Doudou contre-attaque : féminisme noir, sexualisation et doudouisme en question dans l’entre deux-guerres »,Comment s’en sortir:du côté obscur : féminismes Noirs/From The Dark Side: Black Feminisms, 1 (2015), p. 111-139 « Le Bourreau et la victime : politiques du corps et des rapports sociaux des sexes dans l’œuvre de Gisèle Pineau»,Nouvelles Études Francophones, 27.2 (2013), p. 74-89 « Migrations de corps meurtris et de rêves brisés : vision culturaliste de la nation dansMamzelle Libellule etMorne PichevinRaphaël de Conant », inpostcoloniales : lectures croiséesGenre et migrations de la norme, dir. Yolaine Parisot et Nadia Ouabdelmoumen (Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2013), p. 69-84 « Topographie de la masculinité abjecte : la maison et le corps féminin chez Tahar Ben Jelloun et Patrick Chamoiseau », inMémoires et imaginaires du Maghreb et de la Caraïbe, dir. Samia Kassab-Char(Paris : Honoré Champion, 2013), p. 164-182 « Fanm Poto-mitan, Fanm Matador et Fanm cho dansLe Chant du kokéde Patrick Chamoiseau : francisation et politique de résistance culturelle »,Interculturel Francophonies:, 22 de Patrick Tracées Chamoiseau(nov.-déc. 2012), p. 47-64 « Sexual Edge in the Tropics : Colonization, Recolonization and Rewriting the Black Female Body in Raphaël Confiant’sLe Nègreet l’Amiraland Reverend Isaac Teale’s «Sable Venus» (1764) : An Ode », Sargasso: Placing the Archipelago: Interconnections and Extensions, 2010-2011, I & II (2012), p. 129-144 «L’errance d’exil et le recadrage mémoriel dansPélagie-la-Charretted’Antonine Maillet etChronique des sept misèresPatrick de Chamoiseau »,Romance Studies, 29.2 (April 2011), p. 93-107 « Politiques culturelles des sexes : érotisme féminin et nationalisme chez Rafael Luis Sánchez, Raphaël Con»,ant et Patrick Chamoiseau CRCL/RCLC,38.1 (March 2011), 120-137
INTRODUCTION 1 La romance nationale transatlantique : amour, famille et patrie Dans son livreÉtudes historiques et statistiques (1850), le Créole blancRufz de Lavison considère le roman sentimental d’Auguste-Jean Prévost de Sansac (1762-1849), comte de Traversay,Les Amours de Zémédare et Carina, et la description del’île dela Martinique(1806) en ces termes : une fable commune, sans aucun intérêt d’intrigue, d’un style commun et tout empreinte de cette sensibilité niaise qui a rendu si ridicules plus d’un livre publié à cette époque où la romanceFemme voulez-vous éprouver si vous êtes encore sensibleétait la romance à la mode. Ce petit roman n’a devaleur que par la rareté des documents, qui nous oblige à puiser partout où nous pouvons : il nous a conservé le souvenir de quelques événements de son époque ainsi que quelques 2 traits des mœurs. Alors que cet ancien maire de Saint-Pierre, qui était la capitale de la Martinique à l’époque, médecin de son état et historien à ses heures perdues, signale la portée sociologique et archivistique, si ce n’est historique de ce texte, son dédain pour cette histoire d’amour marque les esprits. Sa condamnation de «la sensibilité niaise » de cet ouvrage et de la tradition littéraire à laquelle il appartient devrait alerter le lecteur. Il est vrai que sa critique d’un sentimentalisme exacerbé s’apparente à celle qui se trouve dans la première recension de cette romance qui parut dans leJournal de 3 l’Empireen 1805 . Toutefois, Rufz ridiculise aussi enligrane « le 1 Cette introduction est composée d’extraits modifiés par mes soins du chapitre 1 deDangerous Creole Liaisons(Liverpool : Liverpool University Press, 2016), traduits par Jérôme Poinsot. 2 Étienne Rufz de Lavison,Études historiques et statistiques sur la population de la Martinique[1850], 2 tomes (Fort-de-France: C’éditions, 2006), Tome I, p. 140. 3 Journal de l’Empire (4 décembre 1805), p. 2-3. L’université du Kentucky a un exemplaire de ce numéro, voir Special Collections Research Center, OVERSIZE (074 J8259). Pour une version électronique de ce numéro,
vii
plus grand succès de larmes qu’on ait vu jusqu’alors» :Paul et Virginie (1788, 1789) qui fut publié pour la première fois dans le quatrième volume de la troisième édition desÉtudesde la nature1 de Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre.best-seller qui Ce 2 devint un modèle à suivren’a point impressionné Rufz. Bien au contraire, ce Martiniquais suggère de façon acerbe que l’ouvrage Études de la nature est imprégné de la mélancolie excessive de Bernardin. Cette afiction expliquerait la représentation des Antilles et de la Martinique, préjudiciable aux « enfants de la Martinique », que cet auteur-voyageur a fournie à ses lecteurs non-3 créoles. Ainsi, Rufz ne pouvait pas voir d’un très bon œil cet aveu, dans la préface de Traversay : «À l’exemple de l’auteur dePaul et Virginie,j’aivoulu asseoir les amants que je célèbre surle rivage de la mer, aux pieds des rochers, à l’ombre des cocotiers, des bananiers et des citronniers eneurs. Je me suis donc proposé un 4 grand modèle, ce que je ne dissimule point » (p. 3infra). Le peu de cas que Rufz fait du livre de Traversay s’apparente à l’attitude contemporaine d’une majorité d’universitaires français qui en général snobent la production littéraire des Blancs créoles e du XIX siècle en raison de sa supposée médiocrité. Jack Corzani 5 qualie ainsi cette littérature de régionaliste; il n’y voit qu’une
consulter ce lien : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4178327/f2.image. Cette recension se trouve aussi dans l’annexe de la présente édition critique du roman (p. 217-220). 1 La première édition a paru en 1784. Certaines versions contrefaites de la troisième édition sont « datées » de 1786. Il existe une version piratée qui parut en 1788 à Lausanne. Voir Malcolm Cook, « The First Separate Edition of Bernardin de Saint-Pierre’sPaul et Virginie»,French Studies Bulletin, n° 109 (2008), p. 89-91. 2 Maurice Souriau,Bernardin de Saint-Pierre d’aprèsses manuscrits, Paris : Société française d’imprimerie et de librairie, 1903: p. 234. Voir aussi Malcolm Cook, « La réception dePaul et Virginiela presse contem- dans e poraine »,Journalisme et fiction au 18 siècle, sous la direction de Malcolm Cook et Annie Jourdan (Berne : Peter Lang, 1999), p. 189-95. 3 Rufz,Études,Tome I, 14. 4 Les italiques sont dans le texte original. 5 Sur la réception négative de la littérature régionale et du régionalisme, voir Anne-Marie Thiesse, « La littérature régionaliste en France (1900-1940) », Tangence40, 1993, p. 49-64, p. 62, et n° Actes des journées d’étude littéra-ture régionaliste et ethnologie(Paris : Payot, 2013).
viii
1 évasion exotique prise «dans le piège de l’imitation aveugle». Dès lan des années 1970, des pionniers tels que Auguste Joyau, Régis Antoine et Jack Corzani ont réalisé des études fascinantes qui fournissent un riche panorama des œuvresdes Blancs créoles. Pourtant, bien que leurs recherches suggèrent la nécessité de continuer l’exploration de cette littérature coloniale, leurs critiques négatives du style et de la qualité de cette production livresque pourraient avoir découragé de tels travaux. Lescréolistesmartiniquais Raphaël Conant et Patrick Chamoiseau, quant à eux, considèrent tout juste l’écrituredes Blancs créoles comme de la littératureun corpus qui n’a souvent rien de vraiment créole à 2 leurs yeux . Il en est ainsi : les études littéraires françaises ont largement reléguéLes Amours de Zémédare et Carinaà un sous-genre colonial, parmi les nombreuses et pâles imitations du roman 3 Paul et Virginie. La présente édition deZémédare et Carina remet en question cette classication en permettant aux lecteurs de découvrir ce roman avec les citations en italien et en anglais, ainsi que les 4 documents qu’il contenait dans sa version originale. Cette approche révèle que dans le sillage du romantismed’Atala(1801) et deRené (1802) de François-René Chateaubriand, Traversay utilise la sentimentalité, le territoire géographique et le christia-nisme pour repenser symboliquement le paysage national et politique français dans les lendemains de la Révolution. Ainsi, bien que dans sa préface ce comte d’origine martiniquaise avoue avoir été inspiré parPaul et Virginie, il choisit comme protagonistes une Créoleune catholique pieusedontla mère est d’origine italienneet un jeune Créole sensible et passionné, souvent incompris par ses pairs, féru de poésie et d’opéra. Avec ce choix, il peut essaimer des 1 Jack Corzani,La littérature des Antilles-Guyane françaises (Martinique : Désormeaux, 1978), Tome 1, p. 182. 2 Voir Patrick Chamoiseau et Raphaël Conant,: Tracées antil-Lettres créoles laises et continentales de la littérature, (Paris : Gallimard, 1999), p. 30 et 32. 3 Les chercheurs anglophones s’intéressent plus sérieusement à la littérature des Blancs créoles. Voir les travaux de Chris Bongie et ceux de Maeve McCusker. Son prochain essai «: Time, Space andWe Were all Strangers Here Postcolonial Anxiety in Traversay’sLes Amours de Zémédare et Carina » sera publié en 2018 par la revueFrench Studies. 4  Nous avons rétabli les parties du texte et des documents supprimées dans l’édition d’Auguste Joyau.
ix