les sans océan

Publié par

Comme un archipel, "les sans ocan" se veut un portrait en creux de l'auteur offrant un paysage intérieur avec ses préférences, ses détestations, ses fixations, voire ses obsessions. Pour Patrick Corneau, le titre "est une image paradoxale évocatrice de solitude, de séparation, d'isolement, d'incompltude, peut-âtre une représentation du monde", le monde tel qu'il le voit et l'lucide par l'écriture. Ces les cherchent leur océan, symbole de ce qui pourrait leur rendre une raison d'âtre, une plénitude, une harmonie.
Publié le : mardi 1 juin 2010
Lecture(s) : 27
Tags :
EAN13 : 9782296227552
Nombre de pages : 149
Prix de location à la page : 0,0076€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Daniel Cohen éditeur
www.editionsorizons.com
Littératures, une collection dirigée par Daniel Cohen
Littératuresest une collection ouverte, tout entière, àl’écrire, quelle qu’en soit la forme : roman, récit, nouvelles, autofiction, journal ; démarche édtoriale aussi vieille que l’édition elle-même. S’il est difficile de blâmer les ténors de celle-ci d’avoir eu le goût des genres qui lui ont rallié un large public, il reste que, prescrip-teurs ici, concepteurs de la forme romanesque là, comptables de ces prescriptions et de ces conceptions ailleurs, ont, jusqu’à un degré critique, asséché le vivier des talents.
L’approche deLittératures, chez Orizons, est simple – il eût été vain de l’idiquer en d’autres temps : publier des auteurs que leur force personnelle, leur attachement aux formes multiples du littéraire, ont conduits au désir de faire partager leur expérience intérieure. Du texte dépouillé à l’écrit porté par le souffle de l’aventure mentale et physique, nous vénérons, entre tous les cri-tères supposant déterminer l’oeuvre littéraire, le style. Flaubert écrivant : « J’estime par-dessus tout d’abord le style, et ensuite le vrai » ; plus tard, le philosophe Alain professant : « c’est toujours le goût qui éclaire le jugement », ils savaient avoir raison contre nos dépérissements. Nous en faisons notre credo. D.C.
ISBN : 978-2-296-08756-9
© Orizons, Paris, 2010
Îles sans océans
danslamêmecollection
Marcel Baraffe,Brume de sang,2009 Jean-Pierre Barbier-Jardet,Et Cætera,2009 François G. Bussac,Les garçons sensibles,2010 François G. Bussac,Nouvelles de la rue Linné,2010 Patrick Cardon,Le Grand Écart,2010 Monique Lise Cohen,Le parchemin du désir,2009 Raymond Espinose,Libertad,2010 Pierre Fréha,Vieil Alger,2009 Gérard Glatt,L’Impasse Héloïse,2009 Charles Guerrin,La cérémonie des aveux,2009 Olivier Larizza,La Cathédrale,2010 Gérard Mansuy,Le Merveilleux,2009 Lucette Mouline,Faux et usage de faux,2009 Béatrix Ulysse,L’écho du corail perdu,2009 Antoine de Vial,Debout près de la mer,2009
Nos autres collections :Profils d’un classique, Cardinales, Domaine littéraire se corrèlent au substrat littéraire. Les autres,Philosophie – La main d’Athéna, Homo-sexualités et mêmeTémoins,peuvent pas y être ne étrangères. Voir notre site (décliné en page 2 de cet ouvrage).
Patrick Corneau
Îles sans océan
2010
Du même auteur :
Brasileza,Suitesbrésiliennes,Collection“Cahiers&Cahiers”, Editions Caractères,2005. Brasileza, essai traduit en portugais brésilien, Editora Perspectiva, São Paulo, Brasil,2007. Une attention aimante, Écrits sur l'art de Jean Grenier(1944-1971), anthologie critique des textes de critique d'art et d'esthétique de Jean Grenier, Presses Universitaires de Rennes, collection “Critique d'Art”,2008. O filòsofo e sua sombra, préface à la traduction en por-tugais brésilien deLes Îlesde Jean Grenier, Editora Perspectiva, São Paulo, Brasil,2009.
À Jacó Ginsburg, passeur de mots et de culture.
Le secret, c’est d’écrire n’importe quoi, parce que lorsqu’on écrit n’importe quoi, on commence à dire les choses les plus importantes.
 Julien Green
Tout casse, tout passe, tout lasse.
In memoriam Italo E. Mauro (19092003), traducteur deLa Divine Comédieen portugais brésilien versifié.
On publie pour les amis inconnus.L’imprimerie n’a que cela de beau.
Gustave Flaubert,Lettre à Louise Colet, 18décembre1853
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.