Les facéties de Si Djoha

De
Publié par

Des souks d'Alexandrie aux sommets de l'Atlas marocain, qui ne connaît Djoha, malicieux bonhomme, héros multiforme de la tradition populaire. Véritable médiateur social substituant le bon sens au code pénal et l'humour aux beaux discours, il joue, du justicier à l'éducateur, de l'assistante sociale et du bouffon du Sultan à l'équivalent du roi Salomon, tous ces rôles pour lesquels nos sociétés modernes ont à grand mal construit de lourds systèmes.
Publié le : mardi 1 avril 2003
Lecture(s) : 271
EAN13 : 9782296310841
Nombre de pages : 72
Prix de location à la page : 0,0053€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

Guy

DUGAS

Les :Facéties de Si 'Djolia
Comédie originale

L' Barilla ttan

Du MEME AUTEUR Aux éditions l'Harmattan
judéo-maghrébine judéo-maghrébine d'expression d'expression

Entre Djeha et Cagayous. La litttérature française (1990) Bibliographique critique de la littérature française (1991)

Chez d'autres

éditeurs

Maroc. Les Villes impériales. Paris, Omnibus, 1996 Algérie. Un rêve de fraternité. Paris, Omnibus, 1997 Israël. Rêve d'une terre nouvelle. Paris Omnibus, 1998 (en colI. avec Michel Abitbol) Gens de Camargue et de bouvine. Paris, Omnibus, 1999 Emmanuel Roblès et ses amis. Montpellier, publications de l'université, 2000. Femmes et guerre en Méditerranée. Montpellier/Barcelone, Publ. des

universités, 2000 (en co-dir. avec Marta Segarra)
Journal des Chevaux du soleil. call. avec Jules Roy)

Paris Omnibus, colI. Carnets, 2000 (en Paris, éd.

Albert Memm~ du malheur d'être juif au bonheur sépharade.

du Nadir, 2001
Algérie. Les romans de la guerre. Paris, Omnibus, 2002.

Editions

critiques

et correspondances

Journal de guerre d'Arthur Pellegrin (nov. 1942- juin 43). Cahiers de la Méditerranée, 1986 Inédits nord-africains d'Henry de Montherlant Alluyes, éd. du donjon, 1995 Cette éternelle nostalgie. Journal intime inédit de Pierre Loti. Paris, la Table ronde, 1998 (en coli avec AlainQuella Villéger et Bruno Vercier) Les deux chattes sont à leur place et les décors s'achèvent
Correspondance Pierrre Loti - André Antoine. Alluyes, éd. du donjon,

1999 Nouvelles et récits de Pierre Loti. Paris, Omnibus, 2000 (en coll. avec Alain Quella Villéger)

A Magt!)!Albet, pour le partage des drames de la vie et des complicités du savoir. A Albert Bensoussan,merveilleuse alliance de la finesse de Djoha et de l'érudition du Professeur.

@

L'Hamlattan,

2003

5- 7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris L'Hamlattan, - France Italia s.r.l.

Via Bava 37 10124 Torino L'Haffi1attan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest ISBN: 2-7475-3760-9

AVERTISSEMENT

Des souks d'Alexandrie aux sommets de l'Atlas marocain, qui ne connaît Djoha, malicieux bonhomme, héros multiforme de la tradition populaire, déambulant sur son âne complice de marché en marché, de ville en village, à peine masqué sous des noms différents: Djoha ou Jeha au Maghreb, Ch'ha selon la prononciation juive, Goha au Machrek, Guifà pour les Italiens du Sud, ou encore Nasreddine Hodja selon les Turcs. Naïf ou roublard, capable des pires vilenies et des exploits les plus glorieux, des actes les plus blâmables comme des plus louables, des comportements les plus courageux aux plus honteux, il incarne dans ses outrances et ses contradictions toutes les possibilités et toutes les faiblesses de l'esprit méditerranéen; pris en charge et revendiqué par toutes les minorités, il en exprime les griefs et les doléances, les attentes et les déceptions. Véritable médiateur social substituant le bon sens au code pénal et l'humour aux beaux discours, il joue ainsi, du justicier à l'éducateur, de l'assistante sociale et du bouffon du Sultan à l'équivalent du roi Salomon, tous ces rôles pour lesquels nos sociétés modernes ont à grand mal construit de lourds systèmes qui broient l'individu sous les contraintes et les procédures.

Attesté depuis plus de dix siècles dans tout le bassin méditerranéen et témoin de son quotidien, Djoha en est peu à peu devenu - mais bien malgré lui - le héros au quotidien, symbole de la culture populaire s'opposant à tous les savoirs et à tous les pouvoirs, à la culture savante comme forme de pouvoir. Qu'advient-il donc lorsqu'une de ces instances du Pouvoir commande à un vieil universitaire confis d'érudition une conférence, bien savante et bien policée, sur un personnage aussi dérangeant et perturbateur; lorsque ce conférencier et son public, venu pour entendre un discours savant, sont pris en otage par l'ineffable Djoha? C'est ce que démontre cette pièce qui oppose dans le rire culture savante et culture universitaire. Elle a été écrite - mais bien malgré lui par un professeur qui y a perdu la plupart de ses illusions et une bonne part. .. de ses facultés!

TEXTE
La scène est meublée et décorée à l'orientale: tentures, poufs, tapis, accessoires divers... Côté jardin une chaire avec un verre d'eau, éventuellement un micro, sobrement drapée d'un tissu (rouge ou noir) qui rompt avec le chatoiement des tentures orientales.

Musique) également orientale, très entraînante, très vivante, d'abord fortissimo puis decrescendo au fur et à mesure que s'avance le professeur. Lorsqu'elle s'achève, s'installe dans un court silence une sorte de gêne, un conflit sensible entre la gaîté populaire de cette ambiance festive et la solennité de l'entrée du professeur.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.