Magnérou

De
Publié par

Cette pièce met en scène une cellule sociale en quête de bonheur qui se concerte, chacun avec son point de vue : poètes et philosophes, sages ou fondateurs de religions et systèmes. Le noyau de cette cellule est un couple, autour duquel gravitent des amis et connaissances. Déchu de son rang social privilégié et tombé dans le prolétariat, le drame naît : chez les uns, cet intense désir de l'harmonie, chez les autres, ce fol amour de l'hédonisme.
Publié le : mardi 1 janvier 2013
Lecture(s) : 14
EAN13 : 9782296512566
Nombre de pages : 114
Prix de location à la page : 0,0070€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Komidor Moncher
Magnérou héâtre
Magnerou
KOMIDOR MONCHER
Magnerou
Théâtre
- Congo
© L’Harmattan, 2012 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-336-00831-8 EAN : 9782336008318
PRESENTATION J’ai choisi de présenter une cellule sociale en quête de bonheur. C’est un lieu commun où tous, chacun son point de mire, sont venus se concerter : poètes et philosophes, sages ou fondateurs de religions et systèmes. Le noyau de ma cellule est un couple autour duquel se trouvent des amis et connaissances. Déchu d’un rang social privilégié, sollicité de toutes parts et par le souvenir de ses biens perdus, et par les tendances externes et biologiques, le couple est tombé dans ce prolétariat où la cacophonie des demandes, à son plus haut point tragique, rompt l’union sacrée de l’époux et de l’épouse, de l’être et de la divinité, de la réalité et de la surréalité. Et le drame naît, celui des générations et des temps : Chez les uns, cet intense désir d’harmonie, chez les autres, ce fol amour de l’hédonisme. On trouve ici Mombaki et Magnérou dont le drame est une dialectique du bonheur. Le quiétisme de l’un et l’épicu-risme de l’autre sont deux conceptions existentielles incom-patibles qui illustrent la vie, comme de nos jours différentes civilisations, le monde, aux fins de célébrer l’homme. Ce thème est universel, et, le traiter, c’est une ambition de contribuer aussi à l’édification d’une morale à la grandeur de l’univers. Mais, pour ce faire, j’ai emprunté le théâtre, genre littéraire très ancien, pour un sujet vieux comme le monde. Africain, le théâtre c’est la palabre sous l’ombre du fromager, c’est le village officiant au tabernacle tabou où le peuple en liesse
- 7 -
autour d’un tam-tam au langage mystique. C’est aussi la concession autour de l’écuelle commune. Africain, le théâtre c’est la vie. Comme elle, le théâtre est dialogue : comme elle, il a plusieurs visages. Cette vertu qu’il a de permettre la construction facile d’arguments topiques lui vaut d’être vraisemblablement l’expression fidèle de la vie sociale. Ce théâtre dont je parle est celui-là même qui marie sublime et trivialité, tragique et comique, sans contorsion aucune. Je l’ai rencontré sous les mansardes des paysans Bamoun, dans un idiom plutôt allégorique, pour mieux dire poétique, dont la traduction en langue importée, tolérera quelques fuites et altérations dans l’expression, jusqu’à ce que naisse une sémantique nouvelle des entrailles de l’africanité.
- 8 -
Yaoundé, 28 octobre 1970
Komidor Moncher
PERSONNAGES MOMBAKI : L’époux passionné MAGNEROU : L’épouse indifférente KONI ALI : Mauvais ami de Mombaki CHANKA : Bon ami et confident de Mombaki RAMATOU PASMA Les mondaines, hôtes de Magnérou MEMOUNA AMINA : Confidente de Magnérou SANDA : Homme de rue, ami de Koni Le SAGE : Patriarche du village MARIEMBEY : Mère de Magnérou 3 VOISINS 3 VOISINES BARMAN
- 9 -
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.