Nouvel arrivage

De
Publié par

Il est enfermé là. Seul. Dans ce lieu étrange et sans identité qui est devenu sa prison. Mais cet endroit est-il réel ou n'est-il que le fruit de son esprit torturé ? Notre Homme a décidé d'accepter cette réalité pour ne pas sombrer encore un peu plus. Mais au fond il n'a jamais réussi à éteindre cette révolte qui le pousse à vouloir comprendre ce qu'il fait là et comment il y est arrivé. Et surtout à trouver une issue pour retourner dans le monde.
Publié le : dimanche 1 mars 2009
Lecture(s) : 290
EAN13 : 9782296224988
Nombre de pages : 109
Prix de location à la page : 0,0065€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

NOUVEL ARRIVAGE

L'Harmattan, 2009 5-7, rue de l'Ecole polytechnique;

@

75005

Paris

http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan l@wanadoo.fr

ISBN: 978-2-296-08390-5 EAN:9782296083905

Hugues BERNARD

NOUVEL

ARRIVAGE

L'Harmattan

Théâtre des 5 Continents Collection dirigée par Kazem Shahryari et Robert Poudérou
Dernières parutions 223 - Benjamin OPPERT, Entre père et maire, 2009. 222 - Essindi MINDJA, Le Mvet: La Guerre dufer, 2009. 221 - Naz1y SADEGHI, Spenta, 2009. 220 - Danielle DUMAS, Ce héros au sourire si doux, 2009. 219 - Mohamed BOUNOUARA, La Machine à aigrir, 2009. 218 - Thais COUSIGNE, Pêle-mêle de sentiments, 2008. 217 - Nicolas NERCAM (textes réunis par), Théâtre bengali moderne, Quatre pièces de Dinabandhu Mitra, Rabindranath Tagore, Badal Sircar et Utpal Dutta, 2008. 216 - Jean-Luc JEENER, La tragédie de Gilles de Rais. Pièce en 18 tableaux, 2008. 215 - Henri Michel BOCCARA, Trois pièces closes, 2008.

214 - Carlotta CLERICI, Le Grand Fleuve. Comédie de mœurs
en quatre saisons, 2008. 213 - Clément DILI PALAI, Foyer de tensions, 2008. 212 - Solo NIARÉ, La Tirelire de maman, 2008. 211 - Pierre GROU, Les tribulations de Scapin, 2008. 210 - Solo NIARÉ, Le Temps d'un mensonge, 2008. 209 - Jean-Pierre TOUBLAN et Zémanel, Le Graal du cochon. Tragédie porcine, 2008. 208 - Gérald GRUHN, (La Belle et la Bête) Chapitre 1704, 2008. 207 - Bruno GALLISA, Le bruit du silence, 2008. 206 - Nordine MEGHASLI, Une valise dans la tête, 2007. 205 -Thérèse Aouad BASBOUS, Comme un oiseau sur son vélo,2007.

204 - Celeste Florian et R. Alexandre de l'Ambre, Neige d'été, 2007.
203 - Charles BELINGA B'ENO, Le Pacte, 2007. 202 - Isabelle BOURNAT, Dépôt-vente, 2007. 201 - Philippe PILATO, Ce baiser, je ne l'ai pas rêvé ?, 2007. 200 - Jean LARRIAGA, Morceaux choisis, 2007.

199 - Ak ABRAM' S, Quand l'oiseau s'envole, 2007.

A Emmanuelle, Mia et Eïko Avec tout mon amour

Pièce en un acte et treize scènes Personnages Principaux: Notre Homme Le Vieil Homme Le Jeune Homme Le Militaire L'Enfant

Personnages secondaires: La Vieille Dame Le Quinquagénaire La Jeune Femme Le Public Le Couple (et l'Enfant) Le Jeune Homme (au walkman) Les Deux Femmes

Mise en scène

Le rideau s'ouvre sur une scène plongée dans l'obscurité. Sept sièges sont disposés au fond de la scène. Ils tournent le dos au public. Ils sont décentrés vers la gauche de façon à laisser un espace libre sur la droite. A cet endroit se trouve une poubelle tournée elle aussi vers lefond de la scène. Des ajjiches arrondies laissent deviner l'arrière des panneaux d'affichage typiques du métro parisien. Les murs d'en face sont en carrelage blanc et des affiches publicitaires sont visibles. Unplan de métro et d'autres détails pourront rappeler une station de métro. Il s'agit d'une de ces stations de métro qui n'ont pas de vis-à-vis avec le sens inverse. Le Vieil Homme est assis sur l'avant-dernier siège vers la droite et ce depuis l'ouverture du rideau. Il tousse et marmonne.

Quelques ombres apparaissent peu à peu et viennent s'installer sur les sièges. Des lumières tamisées venant du fond de la scène s'allument. Ces lumières permettent de voir les ombres des personnes qui prennent place sur les sièges tout au long de la pièce. Ce sont des gens qui partent travailler. Des hommes et des fèmmes de condition modeste qui peuplent les métros des premières heures de la journée. Femmes de ménages, ouvriers divers et autres personnes de couleur. Il se fait entendre des discussions confuses et incompréhensibles. Le bruit d'un métro entrant en station se fait entendre. Toutes, les personnes assises sur les sièges se lèvent. Toutes sauf le Vieil Homme qui reste à sa place. Elles s'engouffrent toutes dans les coulisses du côté gauche de la scène. Leurs ombres restent dessinées sur le mur du fond de la scène. Puis elles disparaissent en même temps que se fait entendre le bruit des portes du métro qui se fèrment. Le silence revient. Les lumières venant du fond de la scène s'estompent doucement. La scène est de nouveau plongée dans le noir. Seule la voix du Vieil Homme continue de se faire entendre. La scène reste plongée pendant un long moment. 10 dans la pénombre

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.