Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Philo-circus

De
110 pages
Une joute qui n'est pas qu'oratoire oppose violemment deux clowns et deux philosophes, dans le cadre dépouillé d'un abri en temps de guerre. L'action est ponctuée par des coups de sirène intempestifs et des explosions suivies de cris. Les discours savants des deux universitaires contrastent comiquement avec le langage déjanté des deux personnages de cirque. Les quatre protagonistes ont des réactions imprévisibles, qui ne cessent de surprendre et de questionner le spectateur. L'arrivée d'une jeune femme compliquera encore la situation en la dramatisant.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Jean-Paul INISAN
PHILO-CIRCUS
Tragi-comédie en deux actes et un épilogue
PHILO-CIRCUS
Collection « Théâtres » dirigée par Denis Pryen et Jérôme Martin Déjà parusFlorent MEYER,Au sang !, 2013. Ghislaine BIZOT,Hors jeux, 2013. Maud TRIANON,Guerre parlée. Monologues de guerre, 2013. Elie VOLF,La longue vie du savant Eugène Chevreul (1786-1889). Entretiens Chevreul-Faraday et Chevreul-Nadar, 2013. Jacqueline ZINETTI,Le chien dans l’arbre, 2013. Bernard FAIDUTTI,Le Voyage d’Albert Speer dans sa prison, 2013.Michel CORNELIS,Manoir – saison 13, 2013. Jacqueline ZINETTI,Deux femmes pour l’éternité, 2013. Jean-Marie SIRGUE,Capitaine Le Jan, 2013. Daniel BOUKMAN,Liwa Lajan. L’argent roi. Adaptation en langue créole de Martinique du Plutus d’Aristophane, 2013. Bernard BACHELOT,L’Alibi. Un échec de Louis XIV en Algérie, 2013. Eve NUZZO,Fragments d'une petite comédienne de campagne suivi deOuf, 2013. Nicky ATTIKI,Le fils du psychiatre. Pièce en trois actes, 2013. Laurence HUARD,J’étais Comtesse en mon pays…, 2012 Claire CARLUT,Dans la grâce des Ténèbres, 2012. Moni GRÉGO,Un père pied-noir. Suivi de Hier, 2012 Stéphane PATRICE,L’île d’Arros, 2012. Bernard H. RONGIER,L’impromptu de San Lorenzo, 2012. Maud TRIANON,Humains, au travail !, 2012. Marie GULLA et François-Henri SOULIÉ,Une bicyclette pour la liberté, 2012. Michel CORNELIS,Marelle, 2012. Henri Michel BOCCARA,Pièces à conviction, 2012. Henri Michel BOCCARA,Pièces fragiles, 2012. Jean-Marie APOSTOLIDÈS,Trois solitudes, 2012. Bernard Allombert, Jeanne et Jean,2012. Farid PAYA,Rostam et Sohrâb, 2012. Martine THINIÈRES,Le Grand Large, 2012. Nassuf DJAILANI,Se résoudre à filer vers le Sud,2012. Valentin POTIER,Pyongyang, 2012.
Jean-Paul Inisan
7KpkWUH
PHILO-CIRCUS
Tragi-comédie endeux actes et un épilogue
« Je parle et j’aperçois les mots et le mystère qui vient de ce qu’ils signifient. […] comme si j’étais plus près de moi, et que je commençais à savoir déjà à qui est la voix qui m’appartient » Fernando Pessoa
« Quand je me vois de dos dans les miroirs, il me semble que j’ai un autre être, que je suis autre chose. Mon extérieur me surprend… […] As-tu remarqué que nous ne pouvons voir plus de deux côtés du palais à la fois ? » Fernando Pessoa
« Les limites de mon langage signifient les limites de mon propre monde » Wittgenstein
« Notre vie est tout autant sans fin que notre champ de vision est sans limites » Wittgenstein
« Quelque chose pense, mais que ce quelque chose soit justement l’antique et fameux je, voilà […] une simple hypothèse […] » Friedrich Nietzsche
PERSONNAGES
Premier Philosophe(un homme)
Deuxième Philosophe(homme ou femme)
Premier Clown(clown « Auguste »)
Deuxième Clown, César(clown blanc)
Cléo(jeune femme)
ACTE 1
La scène est dans l’obscurité. On entend des bruits de voitures qui passent dans la rue. Tout paraît tranquille. Soudain retentit, pendant une trentaine de secondes, le hurlement d’une sirène d’alerte aux populations puis on entend des explosions et des cris lointains. Le déroulement de la pièce est ponctué par le déclenchement intempestif de cettesirène, toujours suivi – à distance - d’explosions et de cris. Ce qui laisse.les personnaes totalement indifférents (comme s’ils n’entendaient rien) On entend des bruits de pas précipités dans un escalier. La scène s’éclaire sur le décor d’une cave aménagée en abri pour civils en temps de guerre. La pièce est vide, sauf quelques matelas empilés auond de la scène et deux ou trois chaises. La porte s’ouvre et deux clowns entrent précipitamment, l’un poursuivant l’autre.
PREMIER CLOWN(criant) Donne-le-moi !
DEUXIÈME CLOWN Non !
PREMIER CLOWN(se radoucissant un peu) Donne-le, je te dis, et on n’en parle plus !
DEUXIÈME CLOWN(appliqué) Non, je préfère qu’on en parle !
1