Petit mémoire d'une stalle d'orchestre

De
Publié par

Extrait : "Toutes les fois qu'un Lauréat du Conservatoire aborde avec un peu de succès les planches de l'Opéra-Comique, un vieillard quelconque, un Nestor de l'orchestre allant à lui, par amour de l'art, le prend à part et lui dit : – Jeune homme, pensez à Elleviou. Elleviou, vous vous le rappelez sans doute, a été un des plus brillants chanteurs du premier Empire."
Publié le : samedi 8 août 2015
Lecture(s) : 1
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782335034783
Nombre de pages : 149
Prix de location à la page : 0,0006€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
EAN : 9782335034783
©Ligaran 2015
En guise de préface
– Comment ! encore un livre, et un livre sur le théâtre !
– Mon Dieu, oui.
– Mais il en paraît, tous les jours, de ces livres-là !
– Cela prouve qu’on ne cesse pas d’en vouloir.
– Eh bien, que chante ce nouveau venu ?
– Mille choses, toute sorte d’histoires. Tenez, un mot d’explication là-dessus. – Parlez. – De son métier l’Auteur est journaliste. Un biographe a dit qu’avec les feuilles qu’il a noircies de sa plume on couvrirait aisément la place du Carrousel, et cela est vrai. Durant près de quarante-cinq ans, il a fréquenté, à peu près tous les soirs, les divers théâtres de Paris. Hommes et choses, le mouvement littéraire et le mouvement artistique, les auteurs, les acteurs, le public, la salle, les coulisses, le foyer, l’affiche, le feuilleton, les procès, il a vu défiler sous ses yeux tout un monde à part, bigarré, passionné, étrange, le plus curieux de tous les mondes.
– Celui de Jacques Callot au dix-neuvième siècle ?
– Précisément. Or, ce sont ses Souvenirs à cet égard qu’il rassemble aujourd’hui dans ces pages. Dans ce livre, divisé en un grand nombre de chapitres, on trouvera des portraits de grands artistes, des traits historiques ignorés des conteurs, des anecdotes et aussi beaucoup de ceson ditde foyer, de ces mots aigus et ailés, qui voltigent à travers les groupes, les jours de première représentation.
– Un sujet d’amusement pour les oisifs, tout au plus.
– Attendez. Un sujet d’amusement, soit, mais tout cela forme, en outre, un coup-d’œil jeté sur la vie théâtrale, telle qu’elle était hier encore, mais telle qu’elle ne sera sans doute plus demain. En raison de ce qu’il vient de dire, l’Auteur a cru devoir donner à ce nouveau livre ce titre : Petits Mémoires d’une stalle d’orchestre.
– Va pour le titre.
– Un dernier mot. S’il arrive que le public y prenne goût, il y sera donné suite.
P.A.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi