//img.uscri.be/pth/706932024168ac3e5f2be9131833e505d5a04802
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Et nous étions tous vivants

De
232 pages
Pièces d'un puzzle autant que puzzles complets sont les poèmes qu'écrit Olvido Garcia Valdés, singulièrement ceux du livre "Y todos estabamos vivos", publié en 2006, prix national de poésie en Espagne en 2007. L'articulation entre les différents fragments-poèmes recèle une forte originalité grâce à laquelle la poète retravaille le langage et son lien au réel, ce qui place le lecteur au-delà des questions de traduction posées par l'étrangeté et la concision de la syntaxe. La dimension magnétique de l'œuvre ainsi créée permet à chaque lecteur d'admirer ce modelage particulier du langage.
Voir plus Voir moins
Olvido García Valdés
ET NOUS ÉTIONS TOUS VIVANTS
Y todos estábamos vivos
L’autre Espagne Littérature
Edition bilingue espagnol/français Traduction de Bénédicte Mathios
ET NOUS ÉTIONS TOUS VIVANTS
Y TODOS ESTÁBAMOS VIVOS
L'autre Espagne Littérature Collection dirigée par Denis Rolland et Joëlle Chassin Cette collection de littérature apour vocation de faire connaître en France des écrivains espagnols de talent;poètes ouprarement ourosateurs ; jamais traduits en français. Elle accueille les textes en français ou en édition bilingue, reflet de la richesse linguistique de l'Espagne.
Olvido GARCÍA VALDÉSET NOUS ÉTIONS TOUS VIVANTS
Y TODOS ESTÁBAMOS VIVOS Edition bilingue espagnol/français Traduction de Bénédicte MATHIOS
Ouvrage publié avec le concours du Laboratoire CELIS de l'Université Clermont Auvergne© L’Harmattan, 20175-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-11213-8 EAN : 9782343112138
AVANT-PROPOS Y todos estábamos vivos, publié en 2006, prix national de poésie en Espagne en 2007, réunit et renouvelle l’ensemble 1 des thèmes de l’œuvre de la poète Olvido García Valdés . Recueil en trois volets, respectivement intitulés « Lugares », « No para sí », « Sombra a sombra », il offre à la lecture cent poèmes courts pour la plupart, ciselés, fragments restituant un monde et une voix unitaires, définissant les liens du sujet et de son corps à la nature, au temps, aux autres, selon des modalités langagières qui lui sont propres, exprimant autant les limites, posées par le caractère fragmentaire de nombreux poèmes, que les passages d’une réalité à l’autre, d’une sensation à l’autre, d’un poème à l’autre jusqu’à construire un réseau comportant différents niveaux de lecture possibles. Forme poématique et syntaxe  Que signifie traduire l’œuvre d’Olvido García Valdés, en particulierY todos estábamos vivos? C’est tout d’abord être totalement disponible à la syntaxe très particulière que n’utilisela poète, mais qu’elle pas crée. On remarque ainsi le travail de rupture des vers, qui composent des blocs compacts parfois aérés par des échelonnements (ou vers en escaliers) ou des espaces blancs. Il semble que la ligne versale doive en effet s’arrêter, stoppée par le blanc de la page, et l’inscription dont est fait le poème rompt fréquemment le 2 sirremapar le substantif et son complément, le constitué
1  Réunie dansEsta polilla que delante de mí revolotea, Barcelona, Galaxia Gutenberg, Círculo de lectores, 2008. En 2012 a été publié le recueilLo solo del animal, Barcelona, Tusquets Editores.Esta polilla que delante de mí revoloteasera cité comme suit : EPQR. 2 Antonio Quilis,Métrica española, Barcelona; Editorial Ariel, 1994, p. 79. 7
substantif et son épithète, mais aussi l’article, le pronom, la préposition, la conjonction et l’élément qu’ils introduisent, ainsi qu’on le voit parmi de multiples exemples dans ce poème : el recorrido del sol cuando cae la noche, el recorrido 1 de la noche , hacia dónde va llegando, mirar lo conocido como signos que son y ya no son, un aceite de estar, representar su hueco,  desplazados miramos como si fueran los otros siempre a estar ahí y de 2 pronto no están o no estuvieran Poèmes nominaux  Un certain nombre de poèmes sont constitués soit de phrases averbales, soit comportent une ou plusieurs phrases averbales, phrases « sans verbe » suivies parfois de relatives où réapparaissent des verbes. Ces phrases mettent en évidence le substantif, l’énumération, et la poète y travaille à faire varier les articles au sein des énumérations, provoquant un rythme chaotique qui rend complexe la traduction. Les poèmes concernés sont au nombre de 3 quinze . En lisant le poème suivant, « el balanceo del 1 Souligné par l'auteur. 2 EPQR, p. 381. 3 e 1 section : « Acedía, cólera, puntas », p. 327. « la cara que se le queda cuando se queda », p. 329. « entre el corazón y la tela », p. 332. « Con ligera mochila, anciana apenas », p. 344. « La turquesa persa en un dedo corazón », p. 345. 8
1 vencido, el abandono » , le lecteur découvre une énumération structurante dont les termes sont soulignés ci-après : el balanceo del vencido, el abandono 1 del galgo que no sirve ya para la caza, el torpor escociendo los ojos, abubilla que alza el vuelo entre olivos, viaje de navidad, corazón la aspereza, el viento que 5 voltea cardos corredores un muelle, un resorte, un toque reflejo de músculo, pajarillo en la rama invernal, negro balancín mecánico, vivo 10 luz cristalina la alta bóveda helada, luna llena y el manto de nieve en el cuenco del valle Chaque élément de l’énumération n’est pas séparé par une virgule comme le supposerait une «coordination implicite», une asyndète. Certains sont précédés d’articles
e 2 section : « Sordas y ciegas, hacen música – una lira », p. 351. « No un gran viento, sino una rauda », p. 359. « el grajo, el cuervo, la urraca », p. 362. « Juntas en la cocina sin apenas », p. 370. « Pintura que dura lo que la vida », p. 372. « Un andar apacible y un rostro », p. 373. e 3 section : « el recorrido del sol cuando cae », p. 381. « el balanceo del vencido, el abandono », p. 395. « Ambulante se pinta », p. 396. « La luz de ese color de sangre fresca », p. 399. 1 EPQR, p. 395. 9