Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Histoire du genre humain

De
200 pages


OUVRAGE BILINGUE !


Emmanuel Tugny pratique la langue italienne depuis toujours avec finesse et doigté. Récemment traducteur de Pirandello, il redonne ici vie aux textes philosophiques de Giacomo Leopardi, chantre notoire du pessimisme, Schopenhauer, Kafka, Cioran, Corbière ou Thomas Bernhard des Marches, « amant de la mort », à en croire Musset, en restituant pour la première fois au plus près de son étrange et ample prosodie rhapsodique la saisissante musicalité de l'art de l'austère natif de Recanati. L'on verra ici défiler les oiseaux, le genre humain, la mort, la lune, la mode, Prométhée, l'âme, Colomb, la nature (pas moins et l'on en passe) au coeur d'une forme où mélancolie et déspesoir rencontrent leur curieuse rédemption dans une sorte d'entrain ironiste et dans une aspiration énergétique à l'aventure, à la fréquentation d'un lointain sidéral. C'est l'énergie formidable, c'est le rire jaune qui triomphe ici de l'abandon au lamento. La poigne tutti frutti du philosophe fait feu de tout bois stylistique pour que du rictus du sage sourde l'appel au grand galop et au grand éclat de rire. « Allez voir ailleurs si j'y suis : vous m'y trouverez volant et riant haut ! La vie, vraiment, pour indécrottable qu'elle soit, vaut le détour. » Woody Allen ? Un peu. Prométhée : Mais dis, au lieu de tuer ces malheureux gosses, il n'aurait pas pu les confier à un ami, à un parent ? Le domestique : Oui, il aurait pu. Il aurait pu le faire notamment à un proche, auprès de qui il a placé son chien.


Tugny est poly, Tugny est multi.


Et qui mieux que l'auteur-traducteur-musicien-poète-philosophe pour rendre avec le génie et la rigueur voulus ce désespoir inclassablement polymorphe, rigolard et viril ?


Voici venir le trop rare et le très grand Leopardi, celui de Tugny, piétinant, hilare, tapis volant sous le bras, les ruines d'ici-bas !

Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

L A N G A G E D U L O G O S J E V I E N S V E R S L U I J E T E N D S
G W E N C A T A L Á L ’ É D I T E U R
E m m a n u e l t u g n y L E T R A D U C T E U R
HISTOIRE DU GENRE HUMAIN suivi d’autres ŒUVRETTESMORALES
des textes de GIACOMOLEOPARDI EMMANUELTUGNY à la traductIon
Bilingue françaisitalien
SOMMAIRE
p 11 Histoire du genre humain Storia del genere umano
p 51 Èloge des oiseaux Elogio degli uccelli
p 71 Dialogue de la Terre et de la une Dialogo della Terra e della Luna
p 91 Dialogue de la Mode et de la Mort Dialogo della Moda e della Morte
p 103 e Pari de Prométhée La scommessa di Prometeo
p 131 Dialogue d’un physicien et d’un métaphysicien Dialogo di un fisico e di un metafisico
p 149 Dialogue de la Nature et d’une âme Dialogo della Natura e di un’Anima
p 163 Dialogue de Christophe Colomb et de Pedro Gutierrez Dialogo di Cristoforo Colombo e di Pietro Gutierrez
p 177 Dialogue d’un vendeur d’almanachs et d’un passager Dialogo di un venditore d’almanacchi e di un passeggere
p 185 Cantique du coq sylvestre Cantico del gallo silvestre
Pour Carmeline É RàUçÉUR
STORIA DEL GENERE UMANO
(Recanati, della 10 il 16 novembre 1824)
NarrasI che tuttI glI uomInI che da prIncIpIo popolarono la terra, ossero creatI per ognI dove a un medesImo tempo, e tuttI bam-bInI, e ossero nutrIcatI dalle apI, dalle capre e dalle colombe nel 1 modo che I poetI avoleggIarono dell’educazIone dI GIove .
E che la terra osse molto pIù pIccola che ora non è, quasI tuttI I paesI pIanI, Il cIelo senza stelle, non osse creato Il mare, e appa-rIsse nel mondo molto mInore varIetà e magnIficenza che oggI non vI sI scuopre.
Ma nondImeno glI uomInI compIacendosI InsazIabIlmente dI rIguardare e dI consIderare Il cIelo e la terra, maravIglIandosene sopra modo e rIputando l’uno e l’altra bellIssImI e, non che vastI, ma InfinItI, così dI grandezza come dI maestà e dI leggIadrIa; pas-cendosI oltre a cIò dI lIetIssIme speranze, e traendo da cIascun sentImento della loro vIta IncredIbIlI dIlettI, crescevano con molto contento, e con poco meno che opInIone dI elIcItà.
Così consumata dolcIssImamente la ancIullezza e la prIma adolescenza, e venutI In età pIù erma, IncomIncIarono a provare alcuna mutazIone.
PercIocché le speranze, che eglIno fino a quel tempo erano andatI rImettendo dI gIorno In gIorno, non sI rIducendo ancora ad efetto,
1Api, Callimaco;colombe,Ateneo;capre, la capra Amaltea(annotazioni sull’autografo)
1
0
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin