Odes (J.-B. Rousseau)

90 lecture(s)

OdesJean-Baptiste RousseauLivre PremierOde I, tirée du Psaume XIV. Caractère de l’homme juste.Ode II, tirée du Psaume XVIII. Mouvements d’une âme qui s’élève à laconnaissance de Dieu par la contemplation de ses ouvrages.Ode III, tirée du Psaume XLVIII. Sur l’aveuglement des hommes du siècle.Ode IV, tirée du Psaume LVII. Contre les hypocrites.Ode V, tirée du Psaume ...

lire la suite replier

Commenter Intégrer Stats et infos du document Retour en haut de page
fiov
publié par

s'abonner

Vous aimerez aussi

sedOJean-Baptiste RousseauLivre PremierOde I, tirée du Psaume XIV. Caractère de l’homme juste.Ode II, tirée du Psaume XVIII. Mouvements d’une âme qui s’élève à laconnaissance de Dieu par la contemplation de ses ouvrages.Ode III, tirée du Psaume XLVIII. Sur l’aveuglement des hommes du siècle.Ode IV, tirée du Psaume LVII. Contre les hypocrites.Ode V, tirée du Psaume LXXI. Idée de la véritable grandeur des rois.Ode VI, tirée du Psaume XC. Que rien ne peut troubler la tranquilité de ceuxqui s’assurent en Dieu.Ode VII, tirée du Psaume CXIX. Contre les calomniateurs.Ode VIII, tirée du Psaume CXLIII. Image du bonheur temporel des méchants.Ode IX, tirée du Psaume CXLV. Faiblesse des hommes, grandeur de Dieu.Ode X, tirée du Cantique d’Ézéchias. Pour une personne convalescente.Ode XI, tirée du Psaume XLIX. Sur les dispositions que l’homme doit apporterà la prière.Ode XII, tirée du Psaume LXXII. Inquiétudes de l’âme sur les voies de laProvidence.Ode XIII, tirée du Psaume XCIII. Que la justice divine est présente à toutes nosactions.Ode XIV, tirée du Psaume XCVI, et apliquée au Jugement dernier. Misère desréprouvés, félicité des élus.Ode XV, tirée du Psaume CXXIX. Sentiments de pénitence.Ode XVI, tirée du Psaume LXXV, et appliquée à la dernière guerre des Turcs.Ode XVII, tirée du Psaume XLV. Confiance de l’homme juste dans laprotection de Dieu.Cantique, tiré du Psaume XLVII. Actions de graces pour les bienfaits qu’on areçus de Dieu.Épode, tirée principalement des Livres de Salomon, et en partie de quelquesautres endroits de l’Écriture et des prières de l’Église.Livre SecondOde I, sur la naissance de monseigneur le duc de Bretagne.Ode II, à M. l’abbé Courtin.Ode III, à M. de Caumartin, conseillier d’État, et intendant des Finances.Ode IV, à M. d’Ussé.Ode V, à M. Duché.Ode VI, à la Fortune.Ode VII, à une jeune veuve.Ode VIII, à M. l’abbé de Chaulieu.Ode IX, à M. le marquis de la Fare.Ode X, sur la mort de S. A. S. le prince de Conti.Ode XI, à Philomèle.Ode XII, pour Madame la D.... de N.... sur le gain d’un procès intenté contreson mariage.Ode XIII, sur un commencement d’année.Ode XIV, imitée d’Horace : Lydia, dic, per omnes, etc. et Quis multa graciliste puer in rosa.Livre TroisièmeOde I, à M. le comte du Luc, alors ambassadeur de France en Suisse, etplénipotentiaire à la paix de Bade.Ode II, à S. A. S. monseigneur le prince Eugène de Savoie.Ode III, à M. le comte de Bonneval, lieutenant général des armées del’Empéreur.Ode IV, aux suisses, durant leur guerre civile. Imitée de la VIIe époded’Horace.Ode V, aux princes chrétiens, sur l’armement des Turcs contre la républiquede Vénise, en 1715.Ode VI, à Malherbe, contre les détracteurs de l’Antiquité.
Ode VI, à Malherbe, contre les détracteurs de l’Antiquité.Ode VII, à S. A. M. le comte de Zinzindorf, chancelier de la Cour impériale.Ode VIII, pour Son Altesse monseigneur le prince de Vendome, sur son retourde l’île de Malte, en 1715.Ode IX, à S. E. M. Grimani, ambassadeur de Venise à la cour de Vienne, surle départ des troupes impériales pour la campagne de 1716, en Hongrie.Ode X, Palinodie.Ode XI, sur la bataille de Peterwaradin.Livre QuatrièmeOde I, à l’Empéreur, après la conclusion de la Quadruple-alliance.Ode II, au prince Eugène, après la paix de Passarowitz.Ode III, à l’impératrice Amélie.Ode IV, au roi de la Grande-Bretagne.Ode V, au roi de Pologne, sur les vœux que les peuples de Saxe faisaientpour le retour de Sa Majesté.Ode VI, sur les divinités poétiques.Ode VII, sur le devoir et le sort des grands hommes.Ode VIII, à la Paix.Ode IX, à M. le comte de Lannoy, gouverneur de Bruxelles, sur une maladiede l’auteur, causée par une attaque de paralysie, en 1738.Ode X, à la Posterité.Stances sur l’affectation du style.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.