//img.uscri.be/pth/440ba88af87cfe0c92ac820d0692e5304c663e26
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

VOIX DU SILENCE

De
117 pages
Les poèmes de Pierre ODUNGA PEPE traduisent les moments et les perceptions fugitifs de la vie et dans la tonalité d'un chant expressif, les résurgences de l'histoire. La manière avec laquelle l'auteur investit et célèbre, dans le murmure et la parole de ses textes, le rythme et les rituels intrinsèques de l'Afrique pour aborder avec une filiation inaltérable le cours des consignations événementielles est admirable.Il y a là une exploration accomplie du langage poétique.
Voir plus Voir moins

VOIX DU SILENCE

@ L'Harmattan,

2003

ISBN: 2-7475-3636-X

Pierre ODOUNGA PEPE

VOIX DU SILENCE
Poèmes

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris FRANCE

L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest HONGRœ

L'Harmattan ltalia Via Bava, 37 10214 Torino ITALŒ

Dédicace

Je dédie cet ouvrage A tous ceux qui dans leur entourage Leur isolement Leur solitude Leur recueillement Leur quiétude Ecoutent parler le silence. C'est un bonheur immense Et ce serait merveilleux De vous savoir du monde de ces heureux.

QUELQUES APHORISMES
On est chef lorsque autour de soi On a des hommes pour vous servir Et ainsi vous désigner. * Seuls ceux qui ont goûté à l'amertume de la douleur Savent apprécier la saveur du bonheur. * La patience est souvent l'arme de ceux qui ne peuvent Plus faire autrement. * La sagesse est la vertu de : Ceux dont l'agressivité s'est émoussée Ceux dont l'adrénaline stagne désormais.* A force de fouiller dans les poubelles de la Société, on ne voit plus que les ordures et l'on Passe à côté des petites fleurs qui poussent aux alentours.
(Georges MOREAS)

Ça dépasse les gens qu'un comique puisse se montrer Autrement que sous les traits d'un pitre.
(SMAÏN)

Les ennemis de la culture sont ceux qui l'ont côtoyée sans L'avoir.
(ROMILLY)

*Pensée

de l'auteur

9

PREFACE
Pierre ODOUNGA, de la Pénombre à la résurgence de l'Age d'Or...

Composé de 32 textes poétiques, écrits en prose, le recueil intitulé Voix du Silence est le second que délivre Pierre ODOUNGA, après «Naître et Mourir» publié aux éditions France Promotion Service. Les «Voix du Silence» sont comme brisées, qui visitent le souvenir de l'âge d'Or perdu... par la contemplation de ses tableaux, ses Villes, ses décors, et sa tonalité doucereuse, désenchantée et ironique... Ici les êtres ont perdu le visage d'antan. Et les murmures du silence, le long soliloque intérieur tentent de descendre à l'essence inaltérable de ces choses dont aucune destruction ne saurait faire estomper le souvenir... Et l'originalité de ce long poème en saccade est qu'il fait office de Journal Intime ou de Carnet Secret. Des voix ici s'élèvent, qui nomment des lieux inavoués en se succédant comme par le mouvement continu où l'événement est traqué, libéré de la pénombre initiale dans laquelle on l'avait confiné. L'événement n'est pas répercuté par l'historien, mais est porté par le journal du poète en vue de le consigner comme un Acte lisible. Comme un long poème langoureux, le texte affectionne quatre figures de style: la prosopopée (conversation infinie avec des êtres absents mais

11

personnifiéset investisd'uneprésencemassive,dialogue,ouvrantsur une quête intense de l'Autre et, somme toute, de soi...), l'anaphore, l'inversion etlou l'apocope et la signature martelée et scandée des attributs du poète à la manière de l'Aède des poèmes épiques qui déploie une hymnologie de la terre Natale, redécouvrant l'éternité de la Vie et de l'Amour. Transversale,la poétique du silence est tantôt célébration au pays natal (avec ses rythmes, ses rituels, ses héros, ses villes...), tantôt révolte contre l'Autre tyrannique, cette poésie se regarde et puise sa sève dans l'histoire. notamment celle de l'Afrique et du monde moderne... Ainsi de la dévaluation du franc CFA, poème N°14, du Cent Cinquantenaire de l'abolition de l'esclavage (Les Anges Noirs), du paradoxe de l'indépendance (in illo tempore), des élections législatives et présidentielles... Et sa question au sens blanchotien est celle de la résurgence des objets silencieux et tenus dans l'oubli. Résurgence du dire silencieux qui murmure en toutes choses. Résurgence de la parole insubmersible qui refait surface,
jaillit de la Bouche d'ombre du poète qui soliloque

... et

dont

la filiation spirituelle et poétique est tracée, qui part du « romantisme à la mystique du silence» «... dans la nuit IJe cherche la vérité et son ombre» (p 97). Tandis que la filiation intellectuelle s'énonce sur le mode de l'assomption des deux figures centrales de l'histoire « Comme ont vécu mes bisaïeuls I Socrate et Jésus» (p 100). Figure du sage condamné et du juste tout aussi condamné,

12