Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
On lit avec un ordinateur, une tablette ou son smartphone (streaming)
En savoir plus
ou
Achetez pour : 9,99 €

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Partagez cette publication

Publications similaires

Possibilité
du chAOs met en scène une poésie paroxystique et Robert Tirvaudey
chaotique, c’est-à-dire une poésie qui commence par la fn,
par ce qui est appelé à disparaître. La calligraphie à l’œuvre
n’est ni décorum ni foriture, elle participe à ce qui est écrit.
Le poétique ici n’est plus expression d’un sentiment intime
intérieur, mais l’accueil de ce qui vient de l’extérieur comme Possibilité
réception du monde spécifquement humain.
Pour être seul, il faut au moins être deux
Isolés, nous ne sommes que désolés du chAOs
La fra-ternité n’est d’aucun secours
C’est la — Solitude qui est cruelle — supplice Poèmes
Elle attend que tout s’Ac-complisse
Elle est l’Unique sans aucun — complice
Elle em-mure à travers des murs factices,
Sans porte ni fenêtre, elle brise l’Humanité
Robert Tirvaudey réside à
Paris. Il enseigne la philosophie
dans l’académie de Créteil. Il
est, entre autres, l’auteur d’une
trentaine d’ouvrages dont des
œuvres romanesques et des
essais philosophiques.
Illustration de couverture : © Silver_v / Thinkstock
ISBN : 978-2-343-05395-0
14 € 9 782343 053950
Robert Tirvaudey
Possibilité du chAOs





Possibilité du CHAOS





















Robert Tirvaudey



Possibilité du CHAOS


poèmes

L’Harmattan




































© L’Harmattan, 201 5
5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris
http://www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-343-05395-0
EAN : 9782 343053950





Cimetière d’un peuple

« Les beaux livres sont écrits dans une sorte de langue étrangère. » Proust


Dans le Cimetière déjà amassé, —
Un Peuple d’Ombres vagabondes,
Et sans pénétrer les Cavernes pro-fondes,
Craignant le Jour, il se croyait chas-sé ;


Il se trouve perdu dans les al-lées ;
Son bonheur est au Pays des Tombes,
Son âme S’est quelque peu fanée,
Et sur eux — aucune fleur ne Tombe.











7
Que sont les mots sans Idées ?

« Ce n’est point avec des idées qu’on fait des vers. C’est avec des mots. » P. Valéry



Loin du Son, vivant effrayée —
Telle est l’Idée, Chère au Penseur
Et que recueil-le le mot voi—lé
Dans la ligne de la Sueur

Le sens fragile et si léger
Se — bouscule au souffle du Vent
Comme se balance un ton amer
Sorti du Sommeil de l’enFant

Le Son aussi se devine
Il Vit — modeste dans — le champ
Son onde s’ouvre Divine —
Et le SenS s’égraine dans le temps

Le Mot est Symbole extrême
Le seul tourment de tout Esprit
Il aspire au sens suprême —
Pour donner tout ce qui est Pris






8
Jour « du savoir du peuple »



Tous ses hurlements de Voix
Huilent le Vent, — les premières sueurs
Les tréteaux — tremblent de Froid
Sur leurs Pieds de bois : Chaleur


La fête du ter-roir
Déplie les sourires enfouis
Tous sont là pour se revoir
Pour boire le vin des Fruits

Des regards soupèsent la Joie
Les Chan(-mps)ts des musiques


C’est Ainsi jusqu’à minuit
Se retirant du Monde —
Même après jusqu’à Midi
Danse et chante tout le Monde

Pour un temps tout est dense, s’éclipse
Le Pays se recentre —

Le peuple Gardien du Génie
Unique et singulier —
C’est l’Épopée, le Conte et la Légende
9
Au contact des hommes avec la Terre
Relai d’une Génération à une Autre
Qui est renouvellement — culturel
Résistance — à la dispersion ———————————
Et à la dissémination
Fête de la Parole Orale
Savoir Secret
Depuis l’Antiquité
Èmergence de l’Art de la communauté
Poésie orAle Populaire
Dans le flot de }l’ésotérisme} et de la Mythologie




















10

(Songe d’un Dictateur)



C’est sur le Sang du peuple
Qu’il faut immortaliser —
Par la Fureur et les Pleurs
La gloire d’Éternité

Un peuple trop bavard
Est un peuple hagard
Sans pour Moi un égard

Peu nous — le nombre de Morts
Le Génie nous porte à tout jamais
L’esclavage est pire que la mort
C’est pourquoi la force est l’armée

Décidément, il faut (me) changer de peuple…










11
La t-r-a-v-e-r-s-é-e

_________
——
——————— ——
——————————————

Il a traversé le regard d’une femme
Qui traverse le visage d’un homme
Tout se confond dans un jeu de miroir
Il voit cet autre qui ne voit pas qu’il le voit
Elle, elle ne voit Rien
Elle ne voit rien dans le croisement des regards
Elle est la Seule à être vue sans voir
La dure Loi du Désir















12