Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Le Rhône, fleuve fertile

De
214 pages
Le Rhône, fleuve fertile… ou une croisière littéraire, historique, culturelle, œnologique tout au long des huit cents kilomètres d’un cours d’eau pas tout à fait comme les autres, qui semble posséder un génie inspirant les hommes… Comme épris de ses flots, Jean Lamotte nous entraîne dans un voyage à la fois géographique et historique, à la rencontre des spécificités et originalités du monde rhodanien. De la Suisse, où le Rhône trouve sa source, à la mer où il s’épuise, en passant par ces grandes cités auxquelles il porte vie, l’auteur déroule, au fil de l’eau, au fil de la plume, toute sa fascination pour celui qu’il appelle le "fleuve-roi". Objet singulier que ce Rhône, fleuve fertile… Car, loin d’être composé comme un guide, ce texte est tout entier porté par une inspiration quasiment littéraire, les mots s’y faisant moins descriptifs qu’évocateurs, les arrêts proposés ne donnant pas lieu à des visites touristiques mais à une véritable appropriation des lieux et de leur culture… Peut-être Jean Lamotte est-il ainsi totalement sous l’emprise d’une vallée rhodanienne sur laquelle ne "soufflent pas seulement la bise ou le mistral, mais aussi et surtout l’esprit".
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

 
 
Le Rh
           ône, fleuve fertile
   
   
 
Du même auteur
Léman, sérénité et passion, Photos de Robert Taurines Grand Prix Suisse des Guides Touristiques 1991 Éditions Xavier Lejeune. Lyon (1991). Épuisé.
La Haute-Savoie, toit de l’Europe, Photos de Robert Taurines Éditions Xavier Lejeune. Lyon (1992) Épuisé.
Genève gourmande, Tome 1. De la vigne et des vins, Réédition revue et augmentée (2010) Éditions Slatkine, Genève, 1999 Tome 2. Les fumets du terroir, Grand Prix Suisse des Livres Gastronomiques 2000 Trophée Charles Exbrayat. Éditions Slatkine, Genève, 2000 Tome 3. Festins et délices genevois, Éditions Slatkine, Genève, 2001
Guide du bassin Lémanique, Éditions Slatkine, Genève, 2002 
Histoires gourmandes, Philippe Chevrier, Éditions Jouvence, 2004 
Le Cochon, histoires de lard, Éditions du Mont, Cazouls-lès-Béziers, 2005
Mémoires du vignoble genevois, Photos de Régis Colombo Éditions Slatkine. Genève, 2007.
Délices d’automne et d’hiver, Philippe Chevrier, Photos de Jean-Claude Tabernier. Éditions Slatkine. Genève, 2009.
   
 
L
e
 
R
h
Jean Lamotte           ône, fleuve                    
P
u
b
l
i
b
o
o
k
 
f
e
r
t
i
l
e
 
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook :     http://www.publibook.com  
   Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur.      Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55   
   
    C
 
 IDDN.FR.010.0116333.000.R.P.2011.030.31500 
et ouvrage a fait l’objet d’une première publication aux Éditions Publibook en 2011
 
   
Préambule
   De toutes les tentations qui assaillent continuellement les infortunés représentants du genre humain, celle qui les pousserait à découvrir dans le détail le cours des fleuves les plus connus et l’influence que les hommes ont eue sur eux, ne fait probablement pas partie des plus obsédantes. L’époque moderne aura voulu que les hommes, installés sur les rives des fleuves n’aient plus avec eux, comme voici quelques dizaines d’années, les mêmes rapports de complicité qui étaient ceux de leurs aïeux. On peut le re-gretter.  Mais on doit par contre se demander de quelle violence aurait été marquée la réaction de l’ensemble de la popula-tion riveraine de naguère, si elle avait pris connaissance voici seulement un demi-siècle, de l’annonce de la pollu-tion effroyable du fleuve révélée au cours de l’été 2007. Si l’on en croit certaines déclarations d’associations de pro-tection de la nature, l’annonce de cette pollution aurait pourtant été faite aux alentours des années 1980, mais il semble bien qu’elle soit passée pratiquement inaperçue.  Cette pollution est causée par la présence dans le lit du fleuve de PCB, c’est-à-dire de polychlorobiphényles, mieux connus sous le nom de pyralène, substances généra-lement utilisées dans la fabrication de transformateurs électriques. Ces produits non biodégradables, potentielle-ment cancérigènes, interdits depuis 1987, se seraient accumulés dans les sédiments rhodaniens. Des analyses effectuées sur des poissons, ont confirmé que c’est la qua-
 
9
si-totalité du fleuve qui est souillée et la consommation halieutique a été interdite depuis le département de l’Ain, avec des restrictions sévères pour le Léman, jusqu’à la mer ! Heureusement les pêcheurs professionnels étaient alors peu nombreux, ce qui d’ailleurs ne les consolait pas, quant aux pêcheurs amateurs, généralement innombrables, qui s’en soucie vraiment ? Pour l’instant et à l’heure où ces lignes sont écrites, l’origine de cette pollution reste inconnue et il faudra sans doute une enquête longue et minutieuse pour tout connaître d’elle. On peut aussi penser que le Rhône n’est pas le seul cours d’eau français à être ainsi atteint et qu’une enquête diligentée sur l’ensemble du territoire pourrait réserver de bien mauvaises surprises, comme ce fut le cas en Norvège qui dépensa plus de trois milliards d’euros pour débarrasser de cet encombrant far-deau, l’eau de ses fjords. L’avenir devrait nous dire quel sort est réservé à cette situation dont le danger qu’elle con-tient est évident.  Appartenant à l’époque plus ancienne, l’auteur de cet ouvrage n’aurait pas été saisi de la frénésie de la décou-verte de la Vallée du Rhône si son enfance n’avait pas été continuellement bercée par les images d’une vie sociale profondément influencée par la présence même du fleuve. Dans ses souvenirs, récoltés sur les rives valentinoises, remonte l’image de flots tumultueux, car l’époque n’avait pas encore entraîné leur domestication, transportant sur leur dos de volumineux glaçons, fruits de la débâcle d’une banquise quelque part en amont, certaines années de grande froidure. De même se souvient-il des représentants des populations riveraines, tentant par d’adroits lancers de grappins, d’arraisonner des troncs d’arbres dérivant au fil de l’eau, après avoir été arrachés à quelque rivage désolé et destinés à alimenter à moindre frais le foyer familial. La longue occupation militaire entraînée par la dernière guerre lui aura permis de voir la soldatesque prendre en
 
10
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin