Rencontres avec John F. Koenig

De
Publié par

L'auteur, médecin-poète, nous livre un hommage biographique teinté d'amitié poétique envers celui qui fut un peintre de la fragilité de la matière suspendue dans l'espace en recherche de formes acceptables. Maître de l'abstraction, John F. Koenig pensait ce qu'il peignait. Sa peinture est la définition-même de l'art de vivre; il n'est pas le peintre du "vu", ni du "ressenti", mais de "l'être là/sans être", de la présence/absence. Gentillesse, raffinement, acuité du regard ont fait de lui un humain extrême.
Publié le : mercredi 10 juin 2015
Lecture(s) : 11
EAN13 : 9782336383804
Nombre de pages : 90
Prix de location à la page : 0,0075€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

témoignages
Rencontres avec John F. Koenig poétiques
John Franklin Koenig aurait eu 91 ans cette année. Vincent Bouton
Vincent Bouton nous livre ici un hommage biographique teinté
d’amitié poétique envers celui qui fut un peintre de la fragilité de la
matière suspendue dans l’espace en recherche de formes acceptables.
Leur histoire commune débute à San Francisco en 1981 dans un
restaurant français. John a 55 ans. L’artiste-peintre et le médecin-poète Rencontres
deviendront amis, présents aux turbulences et aux épreuves de chacun,
partageant le pain et le vin. avec John F. KoenigMaître de l’abstraction, John F. Koenig pensait ce qu’il peignait. Et
il peignait ce qu’il vivait : « When asked to talk about my work, I feel I
must talk about my life » (« Quand on me demande de parler de mon
travail, j’ai le sentiment de devoir parler de ma vie », John F. Koenig,
pour le tryptique de son exposition au Whatcom Museum, en 2008).
Sa peinture est la défi nition même de l’art de vivre. Koenig n’est pas
le peintre du « vu », ni même du « ressenti ». Il est le peintre de « l’être
là/sans être », le peintre de la présence/absence. Une sorte de Da Sein
heiddegerien agrandi d’un « Nichts sein » (« être rien », notion proche
du Shibui japonais) off ert à l’art ou transitant par lui.
Sa gentillesse extrême, son raffi nement et l’acuité de son regard sur
le monde et les hommes ont fait de lui un humain extrême. Ses toiles
ont pris la parole depuis sa mort le 22 janvier 2008. Écoutons-les à
la rencontre du grand peintre car, au bout du compte, c’est bien un
langage que peignait John Koenig.
À 64 ans, Vincent Bouton livre ici son
quinzième ouvrage. Ce
médecin-théologienécrivain aurait aimé être libraire ou fl euriste ! Il
y a réussi puisqu’il nous off re avec ces Rencontres
un véritable livre-fl eurs dont l’amitié est le vase.
John F. Koenig et V. Bouton
à Seattle en 1983
ISBN : 978-2-343-06403-1
14
témoignages témoignages
poétiques poétiques
Vincent Bouton
Rencontres avec John F. Koenig











































Rencontres avec John F. Koenig




Témoignages poétiques
Collection dirigée par Philippe Tancelin

Parce que la langue poétique constitue une exploration, elle
revêt parfois son visage de "témoin" des chamboulements de
notre société, des mondes qui nous entourent, au gré des
voyages, des rencontres. Parce qu'elle explore l'intime, qu'elle
épouse une fonction dénonciatrice ici et ailleurs, elle bouleverse
aussi notre vision du politique. Accueillons ces textes qui nous
aident à cheminer et modifier notre regard...

Dernières parutions

Bruno ROSTAIN, Dépressions, le chemin des poètes, 2015.
DAVID, Libre d’écrire. Poèmes de prison.2014.
Damien BERDOT, Le Livre des montagnes païennes, 2014.
Félix MONGET, Les paroles tristes, 2014.
François COUDRAY, une montagne, 2014.
Stavros ZAPHIRIOU, Vers où (une histoire de guerre), 2014.
Georges DE RIVAS, La Poésie au péril de l’Oubli, 2014.
Julien de CORNIERE, Outre-mer, 2014.
Clément COLLIGNON, Slogan, 2014.
Régis ROUX, La terre lointaine, 2013.
Françoise et Sonia DELMAS, Le désordre des jours, 2013.
Denis LEMAÎTRE, La cité restitués, 2013. TRE, D’errance en Arrée, 2013.
Félix MONGET, Frères ! Extraits des carnets de voyage d’un
passant, 2013.
Marguerite BAUER-BENIDIR, L’attente, 2013.
Alexandre MASSIPE, Geneviève Clancy : son enseignement,
2013.
Jean-Luc POULIQUEN et Philippe TANCELIN, Paroles de
poètes, poètes sur parole, 2013.
Michel POMMIER LE PARC, La mare aux joncs, suivi de
Aurère, 2013.
François AUGÉ, Hors je, 2013.
Jean-Luc POULIQUEN, Sofia en été, 2012.
Tristan CABRAL, Dernier tango à Salta, 2012.
Karim KOUROUMA, Le masque et le cheval. Nostalgie d’une
terre lointaine, 2012.
Flavia COSMA, Le miel trouble du matin, 2012.
Yves Patrick AUGUSTIN, Mon île est une absente…, 2012.
Marguerite JARGEAIX, Rendez-vous après la pluie, 2011.
Vincent Bouton











Rencontres avec John F. Koenig







































































































Du même auteur

Le Rhinosophe (essai), Publibook, 2006.
La Statue à sa fenêtre (récit), Amalthée, 2007.
Nez en mains (essai), Publibook, 2008.
Nos limites sont de cendres (poésie), prix Troubadours 2008,
Friches- Les Cahiers de Poésie Verte.
Nicodème ou le disciple mystérieux (roman), Bénévent, 2009.
Envahis par nous-mêmes suivi de Impressions birmanes
(poésie), L’Harmattan, coll. « Poètes des cinq continents », 2010.
Aucun de vous n’était absent (poésie),
L’Harmattan, coll. « Témoignages poétiques », 2011.
Nos arbres (poésie), L’Harmattan, 2011 (ill. de Bernard Bouton).
Nos neiges d’été (poésie), Les sentiers du livre, 2012.
Le Saint de paille (récit), Les sentiers du livre, 2012.
Le buste d’Héraclite ou la fin du philosophe (récit),
Les sentiers du livre, 2012
Le chat et le violoncelle, Les sentiers du livre, 2013.
De nez à nez,
L’Harmattan, coll. « Mémoire de la médecine », 2014.
Poésies publiées dans des revues :
« Incarné », L’Inédit nouveau n° 207
(extraits de Egopoésies, p. 17, 2006)
« Eaux et Cieux », Rimbaud n° 38
(extraits de Héliopoésies, p. 74, 2006)
« Arbres et terre », Friches n° 97
(extrait de Phytopoésie, pp. 32-35, automne 2007).
« Partir », Lieux d’Etre n°47, pp. 29-31, 2009.
« Impressions birmanes », Décharge n°151, septembre 2009.










© L’Harmattan, 2015
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-343-06403-1
EAN : 9782343064031
Note avant-propos


Deux citations. La première de Paul Valéry : « Il
faudrait s’excuser quand on parle de peinture ».
D’avance je prie le lecteur de bien vouloir m’excuser.
La seconde de John Franklin Koenig lui-même :
« Les œuvres d’art sont peut-être des reliques, mais
ce sont des objets magiques faits par des êtres de
chair, fraîche et chaude. Des êtres qui aiment la vie,
qui cherchent l’Existence, leur existence. Des êtres
qui, comme les boddhisattvas, essaient d’aider les
autres à vivre leur vie dans la beauté et par la
beauté ? C’est-à-dire de vivre leur vie dans et avec
1l’Amour. Loin de Thanatos, près d’Eros. »
John Koenig répondait alors à l’affirmation en vogue
à l’époque et soutenue par H. Bellet selon laquelle
« l’art ne sert à rien ». Je ne suis pas un critique
d’art, ni un historien de l’art, ni un spécialiste de la
peinture contemporaine. Je n’ai même jamais lu la
revue Cimaise fondée par Jean-Robert Arnaud et à
laquelle John a participé pendant des années
(essentiellement comme critique de la danse!). Ce
petit livre n’est donc pas une contribution artistique ni
intellectuelle à l’œuvre de J.F. Koenig. Ce n’est pas
non plus une biographie : cela a déjà été fait. Il est
un hommage simple à un ami qui me manque.


Vincent Bouton
Le 22 janvier 2015


1 Pamphlet concernant les crânes jacassants, ville de Cherbourg, avril
1998.

7

















Plus vous allez vers l’abstrait plus vous trouvez le réel.
(M. Serres)

















Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.