L’Abbé Jules

De
Publié par

L'Abbé JulesOctave Mirbeau1888À Paul Hervieu,En témoignage de mon affection profonde,ce livre est dédié.O. M.Traduction portugaisede L'Abbé JulesPremière partieChapitre IChapitre IIChapitre IIIChapitre IVDeuxième partieChapitre IChapitre IIChapitre IIIChapitre IVChapitre VChapitre VIL’Abbé Jules : I : 1L’Abbé Jules : I : 1 PREMIÈRE PARTIE Chapitre IHormis les jours où mon père avait pratiqué une opération difficile, un accouchement important, et qu'il en expliquait, à table, par destermes techniques, souvent latins, les plus émouvantes phases, mes parents ne se parlaient presque jamais. Non qu'ils seboudassent; ils s'aimaient beaucoup au contraire, s'entendaient, en toutes choses, le mieux du monde, et l'on ne pouvait rencontrer unménage plus uni ; mais, habitués à penser la même pensée, à vivre les mêmes impressions, et n'étant point romanesques de leurnature, ils n'avaient rien à se dire. Ils n'avaient rien à me dire non plus, me trouvant ou trop grand pour m'amuser à des chansons, outrop petit pour m'ennuyer à des questions sérieuses. Et puis, ils étaient très imprégnés de cette idée qu'un enfant bien élevé ne doitouvrir la bouche que pour manger, réciter ses leçons, faire sa prière. S'il m'arrivait quelquefois de m'insurger contre ce système depédagogie familiale, mon père, sévèrement, m'imposait silence par cet argument définitif :— Eh bien ! qu'est-ce que c'est ?... ...
Publié le : jeudi 19 mai 2011
Lecture(s) : 83
Nombre de pages : 80
Voir plus Voir moins
L'Abbé Jules Octave Mirbeau 1888
À Paul Hervieu, En témoignage de mon affection profonde, ce livre est dédié. O. M.
Traduction portugaise de L'Abbé Jules
Première partie Chapitre I Chapitre II Chapitre III Chapitre IV
Deuxième partie Chapitre I Chapitre II Chapitre III Chapitre IV Chapitre V Chapitre VI
L’Abbé Jules : I : 1
            PREMIÈRE                                                 EITRAP s leormie IHpitrC ah             one uuéontirapéiciffid a nu ,elurs s joon poù mvaiarè etaqi trp eenlixpaiqu àt,bat  ,el raptsedccouchement impotrna,te  tuqi' lvuomé sulp sel ,me, esasphs teanuqsehcin setreemtinst lauven, sooN .uq naj esiamdaouenssls'ieb s sens  e sapertnt presquparlaientn ,adeiuoetnet ire,ntranten s'eocuaeb toc ua pu sls it;enaiim'aercnnortreu mnnél'on ne pouvait d xuom u,edn te chs esosle, ie mre l vive, àenséemp  aêmrel epsnà s uéitab hs,aim ; inu sulp egaurnaturees de lemonaseuqp iotnr 'é nnttansioet, pmi sserm sesemêouvae trs, m pluardnpog  urttno  àerusamm'r ou po ,snosnahc sed avaient , ils n' eider .irneà s enairit s Ilavn'eridnon à ne em ateislé èr stnt égnéimpr cets de eédi etne nu'uqie bntfaé evéln tuor pepit topru m'ennuyer à deseuq oitss sneiréesusEt. ui p is,uq tiavirra'm liS'. reièpra  sreerc octneg rsnru m'is deefoielqu euqruopuob  ehcriuvlar  dnetooino,sf ias sel çe réciter manger,meguart inéf dntcnelis tec rap e'est! quque -ce :  tifiei nhEb gigofae limie,alys emètsed eadépement, m'imposaim nop rè,es vérèt  efeafs urisgaemmo ej eutcc xu'ils n'é cela, ssat uoojateitnp rlpas ilu' qcet-trap À? xue ,tnet le.. Et ?.c'es ,setssepaip srt à sssederreel rlès esvril, al foPruq 'uli sesc russent autoriséud tneiaq xueim pos ilu't.enaiuvss e'lueiaétoshus me, ilriss chéalecemtn'unud pételles qrables, noc édissaccsnoi,die oese  d vlaarninit-t ar tudes enellsionofesrp serutneva seds oreh den, itlaprévue d'un mari ,aln uoevll emirtmo'u dvon inisd .MlB eédnaal ,les ans  de bois à'lut é,td faûfchn  ue,l uireevcnof ed riannoitompe pasne me trq euj  e oPruuvu rv'equ..e.ou pnom rèp id !tias Ahte !ceint enminev arostill e !ntmeheuccoacl eb nu ares ec ! es srpbobael sedage. Les grosseses siavr tnessuacls ntie resheic snerbfeeisnrtte thèi deà demes al ed tn: etros e  sui qiemasuréiasilc trèp af ean le.guueaqsar p ram io uQtaerichtre !s !... Fg port se uT ...i,ssau, deanrmou .tE!e..onnnm giis te sus, j pui. ..fiafairmmat rèm ...eauq  ertpar mois, comme ecul-iàl ,ejn e'ndmaden pls pae on ...suirruopsunousons eter achipnau  nm no.otEe âgl's dè, nifi siava'j ,nissabt : e moit cignad sérospudc su ecufaésltt  es leguajegaetnem el e exacteconnaîtrna,sp raedn ue f el a els nissabe-mmfee El. ..làc tevacecaérets urs oujoiet inqurap  eittsymeiréprn isécque leelvaio r'dnu eafoçi étroit !Sans slpcad  eur,su'étrdone cos, dentaed sèrpa ,seuqif dnsioatéruméns  sansias sneaftns des chient souxuac ed,mo silibqur lee asm'resues fes ls deemmetniaV ai euq.sC érrpue pes desalsnissab tuot ed  après ces consttataoisns icneitn'i pêemaichultnemelm tnp no,erè d'htional aôpit ;nuue rneatlemaaçgl, ui slet ansap tiavl rus ésle image des plapmild  e'lohrrbimmcoune és dnnho seio'uqac n ehce psm nono; elmgunphur, tumeune e uep à uep tiat'é sséisladét rion nlpsusir ei nn'ignoraoux. Je cnac ,reeuti nu  cuistone  d qceel snad sednos syesues, issbler si ,otru eimafrier, roit lamà lasel nem e suer tutdoleabins rustemtn s'dcaei rrbillant, soufflersoe quha cr,tiored essuort as,ritalee, époch sa lb,e aatrul ,rs fiont anriou cre etuitepl edot ace. Et àte enfan nèpers v io rompiar heseuidmesegadne seel thc séroulaient lesbac uoép,so  ùesd es lntieesbrem ms ùo ,tiassatne'pus  le selaruisurgrc ih ,ùocilahcuarame ne c numaorntietrsesfanlluees s semvriet de fée bleus exuaesio'd sevêr uxea bsis me, esecttl nad semasees lmincles pe,  suclielsr ,neuhilait le pivot. uop  erdnuaje ,efon biuraisslet nahc srbuoliser , avléese laec dirbac nolI .telotiasn  elet aiquent, dantrèssouvto eeds  salc paceor, ps ser fonailb ,tii'uquo l uneyaitmploil ettyo àenér es ios.téanglanns ent ,issua siofraP  si fragile,ces dine t.!..C e'ts prsr euund'cc a...aa'J ot iuojuMais... oubl tu adtipénoèmerm  a dnsSa  r !teouo sércas! senagrse! ..S.ohonarriouble d'nds le dut ,erp ac sàl-san dces s iee,quahibne tngrosti nfanes eue lce q ed tneiasiurtsn'i mesoschs cei  li nerp tiaialpr sileà an mvrœutEq audnl i'snrtument reluisait,sed ne , sutaih iqérimchecavs,ueafsire ,imenia tl'in de uiretrod eonelnve it sdegresev eeppo ed esse. Le délicatna tneusr ceuorvs pae im'a nJe. lec ed rivres emit :disa il rte,! ..gélase t 'Cuesqriu ounc'e driotciV a ,iuq e ma s de, memèreel sir rcoeherrpdar  sns cesudhaial iassrabtetob les robinets duorsn ,ojeu rvacerb-enruot el retonem ru,earnou f t'dtnia eoc,sm rfoi, pa, etoche ed girbotsiseriaiinshretrexrdao ,édilicfiaieitn me terrands quielemutleleeltn , m'as neientmusanE .sap ixe nom  cceenst, vetihéirneenm é'attip lus pénible que  secruehd seer es,pai  sntle àesJ'auer. coul s'éé'hculm v uoarsir debaam gr,peapad ,trap euqleuqlier, dansl'escarrdiro ,snl  eocnesipr, laà ui ceiv ellid sèal e le hes,moucdes ne u lrg eov.iL nuenl'der riffous port sap en rugeais po m'arrané'ét ,ejpéra.tL l na ddule, ig sel etnav ,tis ne slf reda rruesrfraîcla odeuche  setcesneva ,iuqs onllpi ies let erfiust ,el sap des assiettes depêua ,sed-usussnfromele dnt ges tiaté sab port eu dar pséushaexhciam  as rueg,riègele sont se,dem àrom egil tianssaou bndfo, re .aMsil ueesemtnnce m'ob'obéissa qleab tsqor lueèm am euannod ers, eaint ne t jesiuqedav raltiet eéstrt  vèsuxie ed V ald eiS sex in-folio, deuxt mosed péraiellusple  dloil, nsed spap ,sepulp rien que.. plus sur ei.nicle ,lpavy n'l  ir,vehi'l !saléH .lielo guês de pluhes,omcud  elpsuia tianisnoscni unnoé,ôtn  es dembconeatsis  ibaestnes, d'où je me suq te ,eap sem esae ttcernmoe lluc nc ahnoc eds s, arentbés,bsorti .tEp om nserp la fenêuis, par,etria'j ertevuoaregr deisma r àne tneia,sv soeér lae suattrs'abiasiffus ,eppan e irrastdià t ent-Jacques, violeste  trbmuue,xd riere èrsqlelsueces hcuo tias elardile ja van, l ,àllleé ,teb-sa luspl, es ln,oixuaetoc niaS ed ues chiq.Par men ,lic aheuanduse.. ?C'.  P àisarvecnelba tseocnis de pli lesdans tedtee g lis nos teetmis lea ss seébmot niap eder ,hcqaeus io,r le repas termin ,rummocli eava coitumutdee ai fM ia a:a't- suqpu f-il querabrit ,te ,éoc à tuo sil, upndmadee q sej eum susoroenaiplt  slsblemralo.eI cnuéenp as pronovaient pœc ed emrof ne ,ntmeseeugnoi se,eittesvrs  alpaière on ps. Mamaivious,ent  e sceruoj,eén ej s emit plu toute la t,uoojru.slIa avar pes m'a ntsentnemerèi,etsirt ver d'hiiculpartàl ,io-rio rnus n mo, iert aut fnecca ,atéér erènt sotuanioj sel  .serutnreoictVidet in viv,rssrenrnat uoour tauta tade l,elbsel nam sehce  d rsae obtrreuosseé ssu'uuac oude ; uand elle ,lionxu xeg suaoudees cu, le fettorf li'uq snia mes lfaufhaec s'lnu eoct mesp ,temps enait, de arc reuqiaf tnasreuten, rent'a lochaapprchai sa p nas no,nr atoles doù, s onis t al edeseénimehc consumer, et, lcaehaveitnd  ees pntchenveé  lrsoc e sprègélemer
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.