Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 9,99 €

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Publications similaires

Simon les étoiles - Tome 2

de les-presses-litteraires

Vous aimerez aussi

Voltaire contre-attaque

de robert-laffont

Les Chirac

de robert-laffont

Je vous écris du Vel d'Hiv

de robert-laffont

suivant
ALAIN GERBER
LE LAPIN DE LUNE
roman
« Cette œuvre est protégée par le droit d’auteur et strictement réservée à l’usage privé du client. Toute reproduction ou diffusion au profit de tiers, à titre gratuit ou onéreux, de tout ou partie de cette œuvre, est strictement interdite et constitue une contrefaçon prévue par les articles L 335-2 et suivants du Code de la Propriété Intellectuelle. L’éditeur se réserve le droit de poursuivre toute atteinte à ses droits de propriété intellectuelle devant les juridictions civiles ou pénales. »
© Éditions Robert Laffont, S.A., Paris, 1982 Jaquette : Marc Taraskoff
EAN 978-2-221-13439-9
Ce livre a été numérisé avec le soutien du CNL.
Ce document numérique a été réalisé parNord Compo
À Marie José et à Gilles Archambault qui, chacun à sa manière, sont irremplaçables.
À chacun de nous, quand il vient sur la terre, un lapin de lune est donné. Nous lui courons après en étendant les bras. Certains rient, d’autre s tombent. Mais la terre est ronde. Et peu d’entre nous savent qu’en réalité, le lapin ne se sauve pas. Il essaie seulement de nous rattraper, lui aussi.
La neige est bleue, déjà. Le rite commence. Voyez le masque posé sur l’agonie du ciel. L’aveugle masque d’or au vieux sourire éternel. Nul ne songe à l’étrange mélancolie des vaincus qua nd le jour va et vient. L’éclat qui dénonce les contours de la terre, pour eux c’est un couteau brandi. La vacillante lueur plongeant derrière les montagnes : un adieu à tout ce qu’ils peuvent encore perdre (car il reste quelque chose aux vaincus, toujours, afin que nous puissions les vaincre encore une fois). Nul ne sait le poids de certains crépuscules, couleur d e violette et d’abricot, sur des hommes qui marchent. Chacun de leurs pas les emporte plus loin d’un amour qui n’est pas permis. Il y eut un soir, il y eut un matin. Cependant nous ignorons qui inventa la nuit. Elle est faite pour entrer et sortir, tout au contraire de l’oubli. La nuit est la mémoire de Dieu. Et ceux-là, ceux qui vont et n’ont pas quelqu’un pour aimer mais ils l’aiment malgré tout, ceux-là murmurent : je te donnerai des rêves, je soufflerai sur toi de la poussière d’étoile. Ils écrivent dans leur tête des lettres en marchant :Ma chère Mandy, Nous avons souffert de la vie comme seuls les sourds savent souffrir de la musiqu e...Puis ils déchirent ces lettres qui n’existent pas et ils les recommencent. Interminabl ement. Ils voudraient qu’avant de vivre vraiment, on puisse faire un brouillon, un brouillon de vie. Ma chère Mandy, au fond c’est moi, c’est ma faute, je n’ai pas su t’aimer...Tous ceux qui marchent inventent des jeux cruels. Les feuilles avaient cessé d’être belles. Plusieurs s’étaient éteintes avant même de toucher le sol. Le sang bigarré de l’automne avait reflué dans leurs nervures, puis le silence était venu. Il était entré dans la forêt, ayant quitté le lieu des loups, et lui avait donné le baiser de la mort. On avait entendu comme un soupir, exhalé par des millions de torses et tout fut pétrifié, des Anciennes Terres à Ville-Agathe, du Mont Paradis jusqu’aux rives bourdonnantes et lugubres du sanctuaire des baleines. Et c’était encore quelque chose que les hommes avaient perdu. Ils étaient ensemble et maintenant chacun allait devenir seul en un creux de l’hiver. Si les baleines mortes chantent encore, allez savoir ! Ce qu’on entend, c’est peut-être le sang qui cogne aux tempes, parce qu’il fait si froid. Il n’est pas cinq heures du soir. Pourtant la neige est bleue, déjà. L’homme et l’enfant marchent au milieu de la route ; la poudre y est moins épaisse que sur les bords et les chaussures, de ce fait, se mouillent moins vite. Il faut penser à tout, dans un tel pays. — Vanessa, dit l’homme, il ne fait pas bien chaud, ma poule, hein, par exemple ! Tu vois ces fils au-dessus des poteaux ? Regarde-les. C’est là-haut qu’ils se mettent pendant la nuit et ils avancent en équilibre sur le fil comme des acro bates, pour ne pas laisser de traces sur la neige. Dis donc, ils en connaissent des tours, ces sacrés lapins de lune ! — Sacrés lapins de lune... répéta la fillette d’une voix solennelle. — N’empêche ! Si jamais on arrive à en choper un... — ... on lui passe le collier d’émeraudes, compléta l’enfant, de plus en plus grave. Et alors, et alors le lapin de lune il est obligé de faire tout qu’est-ce qu’on lui dit... — Et tous nos rêves se réalisent ! renchérit l’homm e avec un enthousiasme qu’il voulait communicatif. — Tous nos rêves se réalisent... reprit Vanessa dans un semi-murmure, sérieuse comme le pape. — Dis donc, tu as toujours le sel, au moins ? Elle plongea la main dans une des poches de son manteau et en retira un petit sachet de toile qu’elle brandit au-dessus de sa tête.