Nos amis les journalistes (roman comique)

De
Publié par

Une satire hilarante des mœurs journalistiques





Chaque semaine, dans ses désopilantes chroniques du " Nouvel Observateur ", François Reynaert fait rire ses lecteurs en se moquant du monde entier. Avec " Nos amis les journalistes ", il a décidé de tourner le pistolet à eau vers lui-même...Axel Bahu, tumultueux rédacteur en chef, a trouvé pour sa prochaine " cover " l'idée de génie qui lui permettra de répondre aux attentes des lecteurs fatigués des médias : un numéro spécial consacré aux non-événements. Basile Polson, critique télé pigiste à l'essai, est alors envoyé pour son tout premier reportage, avec la fougueuse Marie-Béné Nénard et Fleuray, le chef du service Étranger, sur les routes du Tourdistan, petite république d'Asie centrale, perdue entre l'Iran et la Russie, riche d'une qualité qu'on lui prête imprudemment : il ne s'y passe jamais rien...François Reynaert signe ici un premier roman voltairien, incisif, ou la fausse candeur le dispute à la légèreté du trait.





"On l'a compris, il y a, dans notre petit monde à nous autres, de la Presse, de la splendeur, et bien des misères aussi. Et entre les deux, il y a les travaux et les jours, ce train-train bercé du murmure de l'actualité qui défile, l'angoisse du papier à rendre, le drame du bureau à déménager, le nouveau chef, les jeunes stagiaires, les pauses à la machine à café, le pot de cinq heures chez Régine, au cinquième. Oui, entre les deux, il y a la vie. Et quel lecteur de journal en est clairement conscient? Ne croyez pas cette remarque absurde, je me suis rendu compte de son étrange vérité, il y a quelques temps maintenant, lors d'un échange épistolaire avec un des abonnés du magazine pour lequel je travaillais. Il m'avait écrit une lettre exaspérée, bouillonnante, furieuse, de l'apostrophe ("espèce de buse") jusqu'à la signature ("et avec ça ne croyez pas que je vous salue, minable!") comme font les lecteurs de journaux, parfois, lorsque les limites de ce que, selon eux, une société civilisée peut tolérer sont franchies, lorsque les bornes de l'indignité médiatique sont largement dépassées. Je n'en disconviens pas, j'étais allé très loin. L'article ? et pourquoi m'avait-on demandé d'écrire sur un sujet pareil? ? portait sur l'application des réformes de l'enseignement secondaire en Eure-et-Loir dans les années 80, et de fait, j'avais frôlé l'ignominie: non seulement je m'étais trompé sur le nom d'un des secrétaires généraux de la Fen de l'époque, mais dès la deuxième ligne, j'avais, dans un navrant moment d'égarement, collé un subjonctif derrière la conjonction "après que". Bien sûr, quant au fond, le lecteur avait raison. Je le lui écrivis, comme il se doit, en lui demandant plus bas que terre d'accepter mes plus plates excuses. Quel sombre accès de mélancolie saisit alors mon cerveau malade, de quel repli de mon âme inquiète jaillit soudain cette idée saugrenue? Il me semblait qu'il manquait à ma lettre une phrase. Je l'ajoutai: "mais pourquoi m'avez-vous dit toutça si méchamment. Ça m'a fait beaucoup de peine, vous savez". La réponse ne tarda pas. Huit pages. Huit pages confondues, tétanisées, bouleversées, mouillées des sanglots du repentir! Quelle horreur, "beaucoup de peine"! C'était absurde! c'était idiot! c'était affreux! Il ne le voulait pas! Le malheureux, plus bourrelé de remords, soudain, que la pauvre Lady Macbeth devant ses mains tachées de sang, ne savait plus quel parfum de l'Arabie agiter sous mes narines pour effacer son offense, m'inviter au restaurant, m'offrir des vacances chez lui, reprendre un abonnement à mon journal ? même le pire ne le faisait plus reculer. Et surtout, emporté par les débordements de son cœur généreux, il me faisait cadeau, au détour d'un paragraphe, de cette phrase sublime qui est restée gravée dans ma mémoire: "Je voulais juste corriger un article idiot, je n'aurais jamais pensé que quelqu'un l'avait écrit." Eh oui! "Quelqu'un l'avait écrit." Lecteur désormais mon ami, vous aviez découvert cette loi biologique mystérieuse : dessous les lignes qui vous exaspèrent et que vous parcourez chaque jour pourtant, dans votre journal, dessous les titres, les articles et même les noms , il n'y a pas que du mauvais papier, de l'encre qui tache et de sombres affaires de coûts et de recettes, il y aussi des petits cœurs qui palpitent, des mains qui se fatiguent ou qui se marrent, des doigts qui pleurent ou qui pensent à autre chose, des têtes qui font ce qu'elles peuvent et des gifles qui se perdent, en un mot, il y a des gens. À travers l'histoire qui vient, c'est d'eux dont j'entends vous parler."






Publié le : jeudi 7 avril 2011
Lecture(s) : 42
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782841114931
Nombre de pages : 190
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Nos amis les journalistes (roman comique)
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi