Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 8,25 €

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

125 ans avec un "patro" de banlieue

De
94 pages
En 1883 un groupe de modestes concitoyens et ardents patriotes, tous membres de la loge maçonnique, fonde en Seine-et-Oise une société de gymnastique et d'instruction militaire : La fraternelle Union. Dès l'année suivante deux vicaires de la Basilique Saint-Denys y répondent par la création d'un des tout premiers patronages paroissiaux de l'évêché de Versailles. A travers l'histoire locale, dans l'ex Seine-et-Oise, c'est à la fois une page de l'histoire du sport et du catholicisme français que vous êtes invité à tourner.
Voir plus Voir moins

Claude PIARD

125 ANS AVEC UN « PA TRO » DE BANLIEUE
La Saint-Georges d'Argenteuil
1884-2009

@ L'Harmattan, 2009 5-7, rue de l'Ecole polytechnique; 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan l@wanadoo.fr ISBN: 978-2-296-07636-5 EAN:9782296076365

Claude PIARD

125 ANS AVEC UN« PATRO» DE BANLIEUE
La Saint-Georges ci'Argenteuil 1884-2009

L'Harmattan

Merci

à ceux qui, il y a maintenant 100 ans, ont commencé à écrire cette histoire, à celles et ceux qui ont réactivé leurs souvemrs personnels pour ajouter de précieux témoignages, à la société d'histoire et d'archéologie d'Argenteuil et du Parisis qui nous a donné accès à ses riches archives, à Corinne et Ouzéna qui ont permis la parution de ce travail en assurant la relecture du manuscrit.

SOMMAIRE

A"A~1r-I»FlOI»OS LE CA1rHOLICISME SOCIAL 1884 - Le patronage Saint-Denys d'Argenteuil.. 1898 - La " Fédé " est créée par le docteur Michaux. LA GYM I»OUFl LA FFlA~CE 1907 - L'association Saint-Georges d'ArgenteuiL 1914 - La guerre LES HEURES DE GLOIRE 1919 - L'ère Batut 1928 - Un virage sans conséquences LES A~~EES ~OIRES 1934 - Un tournant plus difficile 1940 - L'Occupation L'ERE DU I»ERE SI»AH~ 1944 - Le 52 Grande Rue... et les filles 1950 - 5 rue de la Liberté ... L'ERE DES LAI CS... 1957 - Un chanoine trop possessif.. 1968 - Une laïcisation forcée WFlS U~ SECO~D SIECLE 1984 - Cent ans... déjà 2004 - En attendant le cent cinquantenaire

9 ...13 13 17 23 23 29 33 33 39 45 .4 49 ...53 53 55 ..59 59 66 73 73 78

j\~~~~~

81

Les" dates" de la Saint-Georges Les" lieux" de la Saint-Georges Les directeurs de la Saint-Georges Les présidents de la Saint-Georges Les cadres techniques de la Saint-Georges Ceux la Saint-Georges au service de la Fédé Palmarès masculin jusqu'en 1933 Palmarès féminin depuis 1970 BIBLIOGR.APHI~

81 83 84 84 85 86 88 89 91

8

AVANT -PROPOS Le premier document relatif à I'histoire de cette association remonterait aux festivités de son vingt-cinquième anniversaire en 1909. Depuis une brochure qui reprend la précédente en la complétant a été publiée à chaque occasion importante. Dans ce cadre commémoratif, le parti pris des premiers rédacteurs a été de ne citer aucun nom pour se limiter à la célébration d'une grande dame: la SaintGeorges. Lors du centenaire de 1984, lorsque nous avons repris le témoin pour compléter le texte du soixantequinzième anniversaire, nous nous en sommes tenus à cette tradition. Et il en fut de même en 2004 pour les cent vingt ans (SAINT-GEORGES D'ARGENTEUIL, 2003). Mais dès 1986, une jeune monitrice de l'association, Alice POUSSET, soutenait à Paris-X-Nanterre un mémoire universitaire qui en relate l'histoire jusqu'à la guerre de 1914.
Et depuis d'autres travaux (PIARD, 1998

-

FROISSART,

2002, 2003) Y ont aussi fait référence. Plus récemment un membre de la société d'histoire d'Argenteuil, Pierre DUCOURET, a attiré notre attention sur de nouvelles sources d'informations encore inexploitées. Il nous a alors semblé important d'écrire et de publier l'ensemble d'une saga qui dépasse l'intérêt local tant elle se révèle une illustration fidèle de l'histoire d'une des grandes composantes de l'histoire du sport français: les « patros ». Ces associations sportives un peu particulières qui font l'objet d'études contemporaines (AUGUSTIN, AVANZINI, CALLEDE, CHOL VY, DUBREUIL, GRONINGER, LAGREE, MUNOZ, TRANVOUEZ ...) ont pris le relais des patronages. Ceux-ci, longtemps définis comme des lieux où l'on joue et l'on prie, apparaissent à Marseille dès la fin du Consulat avec l'abbé Jean-Joseph Allemand (AVANZINI, 2001). Cette idée est reprise et amplifiée dès 1820 par Timond David (id.) puis à partir de 1830 par les Salésiens de Jean 9