//img.uscri.be/pth/ee7d314dc670c6096b170edbbde126a4a7d68bcc
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 18,00 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Ali Bey, un voyageur espagnol en terre d'islam

De
240 pages
L'homme était catalan. Il se déguisa, pour explorer l'Afrique et l'Orient, en musulman, s'inventant une noble généalogie arabe, se faisant appeler Ali Bey, prince abbaside. Il se mit ensuite au service de la France et proposa à Napoléon la conquête, sous son égide, de l'entière Afrique du Nord, de Tanger à Alexandrie. Il suivit Joseph Bonaparte en Espagne et, après la chute de l'empereur, se fit de nouveau explorateur au service des ambitions colonalistes de Louis XVIII.
Voir plus Voir moins

C_Feucher-Ali_Bey_Int._V3.indd 124/04/12 14:49
_CFeucher-Ali_Bey_Int._V3.indd 224/04/12 14:49


Ali Bey

Un voyageur espagnol en terre dislam


Historiques
Dirigée par Bruno Péquignot et Denis Rolland

La collection « Historiques » a pour vocation de présenter les
recherches les plus récentes en sciences historiques. La collection
est ouverte à la diversité des thèmes d'étude et des périodes
historiques.
Elle comprend trois séries : la première sintitulant « travaux »
est ouverte aux études respectant une démarche scientifique
(laccent est particulièrement mis sur la recherche universitaire)
tandis que la deuxième intitulée « sources » a pour objectif
déditer des témoignages de contemporains relatifs à des
événements dampleur historique ou de publier tout texte dont la
diffusion enrichira le corpus documentaire de lhistorien ; enfin,
la troisième, « essais », accueille des textes ayant une forte
dimension historique sans pour autant relever dune démarche
académique.

Série Travaux
Dernières parutions

Mélanie GABE,
Accoucher en France. De la libération aux
années 1960
, 2012.
Jean-Marc SERME,
Andrew Jackson, lhomme privé. Émotions
et sentiments dun homme de lOuest
, 1767-1845, 2012.
Gilles GÉRARD,
Famiy Maron ou la famille esclave à
Bourbon (île de la Réunion)
, 2012.

Bernard CAILLOT,
LAngleterre face aux Bourbons dans la
Guerre dIndépendance Américaine. Paradoxe dans lEurope
des Lumières
, 2012.
Alain COHEN,
Le Comité des Inspecteurs de la salle
, 2011.
Franck LAFAGE,
Le théâtre de la Mort
, 2011.
Clément LEIBOVITZ,
Lentente Chamberlain-Hitler
, 2011.
Peter HOSKINS,
Dans les pas du Prince Noir. Le chemin vers
Poitiers 1355-1356,
2011.
Janine OLMI,
Longwy 1979, Pour que demeure la vie
, 2011.
Fabrice MOUTHON,
Lhomme et la montagne,
2011.
Fernando MONROY-AVELLA,
Le timbre-poste espagnol et la
représentation du territoire
, 2011.

Christian Feucher










Ali Bey

Un voyageur espagnol en terre dislam















































































































































Du même auteur

Mazagan (1514-1956). La singulière histoire dune ville
qui fut, tour à tour, portugaise, cosmopolite, française,
avant dêtre marocaine.
L’Harmattan, 2011.

© LHarmattan, 2012
5-7, rue de lEcole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-296-96732-8
EAN : 9782296967328

0/4221/41 94:4 Je - e o t,
q e o s pe so s to s,

e, L i e et Y is,
q i i q e t t.

_CBey_Ali_her-Feuc 7 niddV_.3nI.t
C_Feucher-Ali_Bey_Int._V3.indd 824/04/12 14:49
Bey_Ali__V3.Int._Ceh-reFcu 1 494:Ces q e q es o s r s e pr e e pr e e re
e pr e, e ro o . I s o s s o e v e r
e e q o ppe e « ver sse e x e rs r s s
e e
veulent justification du titre « Ali Bey » et du sous-titre « Un
voyageur espagnol en terre d’islam » qui coiffent cet ouvrage.
Ce vre, q es p s ro s e r e v e
perso e ro esq e, voq e e es C -
lan du nom de Domingo Badίa y Leblich.
L o e s r r e e o p r q e q e ose
d’exceptionnel afin de laisser « quelques lignes dans l’His
-
o re . E r q e e e Or e , o p r po r r ser
ses rêves de gloire, Domingo Badiá se fit appeler Ali Bey et
es e o e pr , e p s q e e r s s p r
ses parents, que l’Histoire a retenu.
E e so ses ve res e r q e e e Or e q
e o « perso e s or q e . M s o re ses,
e so ve o sses, re es p r p es e s v e e
E rope e Esp e e e Fr e , q r e ss
re r o es.
o re o vr e es o o r p e er
Domingo Badίa y Leblich, alias Ali Bey, et recouvre les
re es p r o es e s v e e p s se e e e es e
ses voyages en terre d’islam. Le raccourci de notre titre est
re e r r ser e ros e e r , v e q e
e o e e e vre.
C. F.

ddni9 0/4221/4
14:42 9i_Aly_Bet.In3._Vddni1 /4201/40_CeFcueh-r
1 :494

c

0//421 d 2411V3._nd.iyeB_tnI_rehcilA-ueF_C
4:9 411/ 2/44022 1 ddin3._Vt.nI_yeB_ilA-rehcu1C_Fe
_C1 ddni.3V_.tnIy_Bei_Alr-heucFe9L pro e e rie e se is it r es ve ts, s s
but déterminé. La possibilité de diriger à volonté la tra
-
e toire es o s, ss rer e r vo tio e v t o
e rri re, y o pris o tre e ve t, t it e q estio q i
t r it r o re e s v ts. Po r i er o rse
rost t, i t it o ev e, soit e rq er pp -
rei s s epti e e o tre rrer or e ve t, is e
te e i e r it e poi s trop o si r e po r tre
adaptée à un ballon, soit d’augmenter le volume du ballon
dans des proportions suffisantes pour supporter ce poids,

3

E i et 793, Do i o p i oire s

eq e i o it voir r so e pro e e rost tio
iri e e.

Depuis que les frères Montgolfier avaient réussi à faire
s’envoler un ballon le 4 juin 1783, puis à réaliser le pre
-
ier voy e rie ve voy e rs, e 2 ove re e
e e, es exp rie es s t ie t tip i es s
toute l’Europe. On affirmait qu’alors le ciel se couvrit
itt r e e t e o s. To tes es te t tives e r ssis-
saient pas mais les plus heureuses consistaient à hisser,
à une hauteur plus ou moins grande, au milieu des airs,
des personnes intrépides et curieuses, à les faire planer
quelque temps, puis à maitriser autant que faire se pouvait
e r es e te vers terre.

2 14:4324/04/1
1eFcu_Cddni.3V_/4241 i_Alr-het.Iny_BeDo i o t it ve o e e 767. Ses
p re ts, o Pe ro y C sti o et o C t i
Le i y Mestres, e s e o itio o este, oisire t e
e ire ptiser e t r e e r e o e e pre ier
mois d’avril. Le certificat attestant la cérémonie lui attribue
o e tres pr o s e x e Fr is o et e Jor i.

P

I v it ors 26 s. I v it e se ti e t voir ep is o -
te ps ever so ppre tiss e. I ev it e trer s tio .

En imaginant une solution à même de parer à tous ces
i o v ie ts, Do i o is it o tre e ie. So
i ve tio e t po rt t o s e petit o e
e rost tio . Po r o er es es e s ie e et
orri er i or e e ses o te por i s, Do i o prit
o s ie e q i i r it tr s or er e exp oit re r-
quable une découverte méconnue. Aussi se décida-t-il à
e er i- e e exp rie e.

is te o e r it ors o ert e prise ve t ie
s p rie re, e q i re it ose i possi e.

414:9So p re, q i tr v i it s i te e e r e,
reçut à compter d’octobre 1773 diverses affectations loin de
r e o e. L i e Do i o e t e x s rs,
p s e es q e i, M r e C r e et Fr is e e
suivit pas dans ses pérégrinations jusqu’à sa nomination à
Ver e Gr , e septe re 778, e q it e o p-
t e e erre et e ie te t-tr sorier.

4

401/ 2
1L petite vi e o se t e ie o e e e C t -
lan devint un adolescent, puis un homme. Là il fréquenta
l’école des grands, là il commença à affirmer son caractère,
là encore il se vit confier son premier emploi.

5

I e pre it re e te ps po r voir ses is et p s
v t e po r e trepre re q e q es ve t res tes et

M is Do i o t it esprit rie x. Les t es or i-
naires du collège ne lui suffisaient pas et, une fois admis
s i istr tio i it ire, ppre tiss e es r es
o pt es e o re s soi e o iss e. ors
i se prit e p ssio po r e t re. To t ivre i p r iss it
i e tte tio et e re e e re t it : t -
tiq es, istoire, po sie, p i osop ie, p ysiq e, i ie
Un goût aussi vif pour les choses de l’esprit le mena à
q e q es ex s. I i rriv it e e e rer re s pe t
des semaines à lire et à étudier.

Domingo avait à peine seize ans lorsque son père décida
de l’associer à son travail. Deux ans plus tard, il maîtri
-
s it p ei e e t rt e r p rtir settes, ti es et tres
vres s e tre ivers orps r e. I o ti t re o is-
sance officielle de ses mérites : le titre d’
s r e r es
s e s es res e e e Gre e
.

L ve ir e Do i o se essi it. I s ivr it es
tr es e so p re et er it e rri re se e, e e
d’un fonctionnaire zélé, sans éclat mais non sans qualité.
Pedro Badía ayant été appelé à d’autres fonctions à Madrid,
est i si q i i s , e 28 e re 786, s
r e e o pt e-tr sorier i it ire.

C_Fecueh-rlA_ieB_ynI_Vt.in3. dd52 140/4 21/41 94:
passagères, comme il sied pourtant à des gens de son âge.
À 24 ans, il se décida à entrer dans les liens du mariage. La
bien-aimée s’appelait Maria Lucia Burruzeo y Campoy et
avait le même âge que lui. Le 26 septembre 1791, par minis
-
t re pr tre, e ise p roissi e e V r , Do i o prit
l’engagement de lui rester fidèle. Dix mois plus tard naissait
leur premier fils, Pedro José.

L stro o ie e p ssio . I t i e o rs et e o -
ve e t es stres. I pprit o e t, p r es s, o
po v it ter i er ve r e pr isio o it e et
latitude d’une ville, d’un fleuve, d’un monument. Il acquit,
s e o i e, es o iss es ppro o ies, e q i
i per ettr , p s t r , voir es es ve es p s
grands savants et de mériter leur confiance. Comme eux,
i pris it stro o ie, et rt i riq e, et se oq it
es stro o es q i, p r e rs pr i tio s, o tie e t q e
esti e pe p e.

Les po s i es et ve e o e petit Pe ro e
modifièrent pas les habitudes de lecture de Domingo Badía.
Pendant des années, il fit ainsi des provisions de savoir.

6

ve e te ps, ti re e so r itio s t it r e :
r ite t re, essi , ot iq e vi re t s o ter p
e ses re er es. to i te, s s o te q it-i e
t o e s ses t es. Et s s o te ssi, s o re
e o i es, e p t-i q rir q e o iss e tr s
r e et tr s re. Cepe t e o p e ses i ter o-
te rs p r i es p s respe t es po v ie t t oi er
s rie x e s t re.

9:414 t._V3.ini_Bey_In/4401/ 2dd 1 26ehculA-reF_C1
1ucFer-heC_ 1 nidd401/27/4Bey_Ali__V3.Int.:414 2 E 794, i t it es p s e rost t q i i per-
ettr it e vi er s es ie x. Ce ser it o e
12 mètres de diamètre, 30 à 37 mètres de circonférence,
5 tres e te r. L e e, o po rr ie t pre re
p e e x ro tes, p ser it 50 i o r es e viro .

C est ors q i o t e pro et e s e vo er s es
irs et y s o r er q e q e te ps.

l t t

7

Grâce au nombre des ouvrages écrits ou transcrits en
e esp o e, i i t it possi e e r sser to tes
es s ie es, to s es s voirs, et voir s x tr v x
es ei e rs te rs e rop e s. Cepe t, to t t t
p s tr it, i se ssi e t s t e r is,
e it ie et e is. E e te ps, e te e o i ie
i te e t e e t it p s ex eptio e e et o re e per-
sonnes en Europe pouvaient se flatter d’avoir acquis un
s voir e y op iq e.

Do i o e i e it p s po r t t ses o -
tio s e tr sorier i it ire. L ppr i tio port e s r so
tr v i et s perso e t t vor e, i t ppe e 24
juin 1793 à exercer un nouvel emploi, à Cordoue, au sein
e i istr tio r e e Re te roy e es T s.
À l’âge de 26 ans, il accédait à un rang hiérarchique qui
dépassait celui de son père mais il était décidé à ne pas s’en
o te ter et, s rto t, i r v it tre ose q e e r-
ri re i istr tive.

9
1uehcCF__Bli-Aer._nt_Iey ddni.3V0/4281 4/12 14:498

Pour sa tentative, il lui fallait une autorisation officielle.
I s ress
orre or
de Cordoue, José de Eguiluz.
L ire t t i port e, e i- i pr r o te ir v
e es p s tes torit s e Et t, e Co sei e C s-
ti e, or e q i ssist it e roi s i istr tio
p ys.

Contrairement à d’autres nations européennes, l’Espagne
v it e ose rost tiq e q e pr tiq e i it e et,
pour dire vrai, assez peu heureuse. Aussi, avant de se déci
-
er, es e res Co sei ex i re t-i s tte tive e t
e e q i e r t it pr se t e. I s v ie t e oire
es pr e tes te t tives r is es s e roy e.

Le 5 i 784, e pre i re exp rie e v it e ie
dans les jardins du palais royal d’Aranjuez en présence de
perso es e t r et e o e o si r e e
rie x. U e e Fr is, ti e yo e, o o -
er, s t it e rq s rost t q i s ev s es
airs à plus de 600 brasses. Parvenu à cette hauteur, on vit la
machine s’enflammer et, sous l’effet de la chaleur accrue,
grimper plus encore puis choisir de descendre rapidement là
où elle était partie. Le danger de périr au milieu des flammes
avant même d’atteindre le sol décida l’aéronaute à s’élancer
hors de la nacelle. La machine étant toujours assez loin de
terre, t it ss r e t s t i e e t p ri e x.
Le s r vo t q i se pro ise o e t o e -
o t it - ess s r re o t es r es ris re t
e te is ssi es es e re x
Boucher, et lui causèrent à la tête et en d’autres parties du
corps de grandes blessures. Les gazettes qui rapportèrent
v e e t pr is re t q e e pri e es st ries o vi t

2 414:9Do i o v it, i, q e o iss e t o-
riq e e s ie e rost tiq e. pr s q e q es sit tio s,

9

pr s ette exp rie e, ve t re rost tiq e e Es-
p e rq te ps rr t e p sie rs es. Le 7
juin 1792, une nouvelle expérience fut organisée à Aranjuez
en présence du roi. Un gros ballon fut gonflé mais alors
que la machine était prête à s’envoler, les deux conducteurs
ro tes, q e e roi v it s isis, pr r re t s ter e
e e. Le o e, poi s e ses o p ts, t
emporté dans les airs. On le retrouva le lendemain à 6 lieues
e M ri , s vi e pr s . Ses ris re t
re ei is p r e r e p roisse q i e t ie ,
dit-on, à faire entendre à ses ouailles qu’il n’y avait pas de
magie là-dedans.

On décida alors de faire appel à un aéronaute aguerri,
Vi e te L r i, q i v it o s s i e t e spe t e
d’une ascension une bonne douzaine de fois, en Angleterre,
en Ecosse, à Lisbonne, à Naples, à Palerme. Le 12 août
792, i r is ve s s e vi tio rie e s
e ie ri e et ex t e o ve es s e sio s e 8
vier p is e 3 rs 793.

e i or er e pe sio e 8 000 r x vie r t. Le
geste était de grande noblesse, quoiqu’à cet instant on crai
-
gnait pour les jours du jeune Français. Transporté à Madrid,
celui-ci fut habilement soigné et, par bonheur, survécut à sa
s ve t re. D s tr s r t t e i tit
s-
cension d’une montgolfière à Aranjuez
, e pei tre to io
C r i ero i ort is ette r e te p iq e, q i t
très belle, encore qu’un peu gâchée à la fin.

ddin 1 4/92/104_ilA_yeB.tnI.3V_eh-reFcu_C1
14 2 /1044/02 2le Conseil de Castille se décida cependant à lui donner
or e 28 rs 795. Do i o t it i p tie t e r iser
so pro et. Po r o vrir es r is e op r tio , i o vrit e
so s riptio . U e i q t i e e perso es, q i ppe
ses is, is q i esti ie t ie p t t tre ses r iers,
répondirent à son appel. La fabrication de la machine pou
-
v it tre e. E e t e 9 i.

L e vo t it pr v e vi e e Cor o e, s r e p
de la Merci. Domingo y fit construire une estrade percée
e so i ie e r e o vert re. e e so , o
t e p i e o t, e o e t ve , e r se e t per-
mettrait à l’air raréfié par la chaleur de venir gonfler, au
travers de l’orifice, la toile étalée sur l’estrade. À mesure
que le globe déploierait ses plis et replis et commencerait à
prendre forme, il était prévu de l’élever doucement à l’aide
d’une corde et d’une poulie de manière à faciliter l’entrée
e v pe r.

L o str tio t ev e e 30 i. Q Do i o
vo t er rost t, e te p te e ve t et e p ie
s ttit s r vi e et s es v ries tip es x r s.
Il fallut employer plusieurs jours à les refaire. Enfin, le 10
juin, on fut prêt de nouveau. On mit le feu à la paille qui
s e r s pro pte e t. ors q e e o t it presq e
entièrement gonflé, une des pièces qui soutenait l’estrade se
rompit. Il fallut se remettre à l’œuvre. Domingo y travailla
ve r e r.

Le 20 i , o re o ve exp rie e. C est ors q e
po ie se ris et, s s te, e o e e e
o . Le 4 i et o ve e r s rvi t : toi e

20

94:r-Ali_BeC_Feuche.3nidd _ynI.tV_
2

Dep is e t, e p i v it o iss e e op r -
tio q i s ex t it. q e te t tive, e p i se press it
pour jouir du brillant spectacle annoncé. On compta jusqu’à
huit à dix mille curieux. Le temps passant, on affirmait de
p s e p s so ve t p r i es spe t te rs q e s e -
sio r it is ie . Le p re e Do i o re o t it
contraire qu’elle se réalisât. Il concevait des craintes pour la
vie de son fils, imaginant que, comme pour l’envol du sieur
Boucher, la toile s’enflammerait et que l’intrépide aéro
-
te ser it pr ipit s e vi e. I s e o vrit o sei
C
de Castille et demanda qu’il soit mis fin à l’expérience.
Dans sa requête, il souligna que son fils n’avait nullement
es o p te es req ises po r te pro et, ses t e ts t t
e x si p e te r y t e rost tio q e
o iss e ivresq e.

Le 22 i et, Do i o t i or p r e
orre-
or
e Cor o e q e e Co sei e C sti e v it or o
s spe sio e op r tio . Co e i v it t iss s
i or e e r e e so p re, e t st pe r,
p is o ster tio et r vo te. I e po v it tre q estio
e re o er si pr s t. ors o vit Do i o s iter e

9O vo t roire q e e 7 i et ser it e r o r. O
commença à gonfler le ballon mais le vent était si violent
q e e o e, ie e s ever verti e e t, o t ori-
zontalement. Domingo préféra, la mort dans l’âme, reporter
exp rie e.

elle-même s’enflamma. On maîtrisa rapidement l’incendie
is i t, e ore e ois, tr v i er r po r r p rer et
iorer i e.

24:41/4211/40_Cr-heucFey_Bei_Al.3V_.tnI2 ddni
i.3V ddnI_ye_.tn124/ 1 22 /024 i e i res, e s t pr s e q i s pp ier, o rer,
r er q o revi t s r e isio ssi i iq e, r i
ne connaissait personne en faveur à la Cour. Ayant appris
e re se i iti tive prise p r so p re, Do i o ex-
horta à saisir de nouveau le Conseil de Castille pour faire
v oir q e, s ex s i q i t e p ter e e, i v it
rabaissé les talents et mérites de son fils. Convaincu d’avoir
vr o tre es i t r ts e Do i o, Pe ro s ex -
t is e Co sei re s e reve ir s r s isio .

De cet épisode, Domingo, qui à cette époque avait beau
-
o p or ei is p s e ore e v it , reti t q i i
r it sor is, s to tes ses e treprises, ettre r -
e e t e v t ses i e ses q it s et i sister s r si -
rit e ses ptit es.

:49422

D s petite vi e sit e o e ie e C ix,
ses r iers e Cor o e e ve ie t re e r e er.
Do i o e e e r it p s oi s re ev e e so es

I sort it e ve t re t t p s er q e op r -
tion l’avait conduit à contracter de nombreuses dettes. Le
o , ve es r p r tio s s essives, es i str e ts
t oro o iq es et pp rei y rop e tiq e, v it
o t 52 509 r x, soit e viro 5 000 r s. I i or
es so s ripte rs o e rost tiq e e e p e e t
notifié par le Conseil de Castille, mais ceux-ci, n’en tenant
aucun compte, réclamèrent leur dû. Réduit à vendre des
e ets perso e s et ert i s es e es e so o i i e
i i po r es ire p tie ter, Do i o esti ess ire
e ettre q e q e ist e e tre e x et i. I so i it e
mutation et, en mars 1796, obtint un poste à Puerto Real.

hcueF_CB_ilA-re
9423

l v t

D s e o e t, sit tio e Do i o evi t
tr s pr ire : es e es i e is tio q i v it
présentées à la secrétairerie du ministère des finances
t ie t rest es ettre orte i t it s s resso r es. I
v t ors exp ie ts et e i e e q e q es is. Le
prince de Castelfranco, dont il fit la connaissance, s’émut
de sa situation. Le 14 mars 1799, affirmant bien connaître
e t e t, e rite et es e rs e Do i o ,
il intervint directement auprès du ministre des finances,
Miguel Cateyano Soler, afin que l’on n’abandonnât pas
s is re o e i e tre esti . S
r e y t p s e v t e e s s, e pri e
décida d’engager à son service Domingo Badía en tant que
i iot ire et r iviste.

considérables et savait qu’il lui serait à jamais impos
-
si e e es r er ve so i re s ire. I e po v it se
résoudre à cette idée. Surtout il ne supportait pas d’avoir été
is s e te e sit tio p r e it pri e. D s ors i
e t e esse o te ir r p r tio pr i e s p r
la décision du Conseil de Castille, à ses yeux aussi injuste
q r itr ire.

Des démarches entreprises à partir de Puerto Real
étant assurément vouées à l’échec, Domingo se décida à
rejoindre Madrid à l’automne 1797 pour plaider sa cause.
I o so poste. So p rt v it issio is
i istr tio e t o t e e retirer so titre et so
revenu qu’à l’été 1798.

tnI_3V_.dni. d24234//0 124: 1CB_yeA-ilhcreF_ue
nidd 2 nI.tV_.3Ali_Bey_Feucher-_CCe tr v i t it po r Do i o e or i e i e. I
i o r it ss r e reve r ier, s is
lui l’amoureux des livres — à une multitude d’ouvrages de
toute sorte, et une disponibilité suffisante pour mener à bien
ses travaux personnels. Il put ainsi achever une tâche qui
lui tenait à cœur : la traduction d’un livre écrit en français.

L o vr e s i tit it
D o re es erve es e
re
. I t it si . J. S. D., q o s v it tre e pse -
o y e e Josep - i Si e L Fo , pro esse r
de physique. Il avait paru à Paris en 1781 et fait l’objet de
p sie rs r itio s. I o pre it e x vo es i -8 . Le
pre ier o port it 493 p es, e se o 476. Le tr s rire
e esp o t o po r Do i o e vre e o e
ei e, q i o p o re e ses o r es et, s s o te,
e ses its.

L’ouvrage, singulier à maints égards, avait le charme du
s r t re . I o vie t, po r e o er e i e ex te, e
iter q e q es p ss es. M is vertisse e t s i pose.
Q e e e te r e s y tro pe p s, i e s it p s p e-
e e es p s o oi s ri tes is i tio ire
or o q i r sse e es its, i exp i es i est vr i,
is o serv s p r es t oi s o t o e pe t ettre e
o te pr e e et pro it . M. Si e Fo es
tie t po r tr s s rs. I e s r it o tre q estio e ier
es v e e ts q i p sse t e o rs or i ire es oses o
q i o t e et e pro i es.

I est, s t re, es i x extr or i ires. Pr s
de Zeitz, dans la Misnie, province orientale de l’Allemagne,
le fils d’un paysan découvrit que son chien avait quelque

24

9:414 2 /1044/42