Deux petites filles juives dans la tourmente nazie

De
Publié par

Onze mille enfants juifs de France ont été exterminés dans les chambres à gaz. D'autres, heureusement plus nombreux, ont échappé à la traque des hitlériens, en "jouant" à un cache-cache mortel. Thérèse et Lili, elles aussi, ont subi ces épreuves, durant les années noires de l'occupation allemande. Leur histoire tragique est narrée dans cet essai accompagné d'une réflexion sur la shoah.
Publié le : lundi 1 juin 2009
Lecture(s) : 104
Tags :
EAN13 : 9782296230590
Nombre de pages : 142
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Deux petites filles juives dans la tourmente nazie

Histoire de Vie et Formation Collection dirigée par Gaston Pineau
avec la collaboration de Bernadette Courtois, Pierre Dominicé, Guy Jobert, Gérard Mlékuz, André Vidricaire et Guy de Villers

Cette collection vise à construire une nouvelle anthropologie de la fonnation, en s'ouvrant aux productions qui cherchent à articuler "histoire de vie" et "fonnation". Elle comporte deux volets correspondant aux deux versants, diurne et nocturne, du trajet anthropologique. Le volet Formation s'ouvre aux chercheurs sur la fonnation s'inspirant des nouvelles anthropologies pour comprendre l'inédit des histoires de vie. Le volet Histoire de vie, plus narratif, reflète l'expression directe des acteurs sociaux aux prises avec la vie courante à mettre en fonne et en sens.

Dernières Volet: Histoire de vie

parutions

Monique BLOCQUAUX, La Vie sans toit, 2009. Christian MONTEMONT et Y onida, Curriculum Evitœ. Une écriture biographique accompagnée, 2009. Jean-Pierre MILAN, Aviateur sans moteur, 2008. Roger BOLZONI, Vivre debout malgré la maladie et le handicap, 2008. Zaze ROUX, Les cent papiers de la mariée, ou comment Sarko m'a passé la bague au doigt, 2008. Jacques LADSOUS, Profession: éducateur. De rencontres en rencontres,2008. Claude ROSALES, Journal d'un rappelé d'Algérie. Mainovembre 1956: 200 jours entre Alger et Djelfa, 2008. Philippe BALIN, Voir autrement, 2008. Gérard LEFEBVRE, Récit d'adoption. Du désert à la source, 2008. Aline MARTIN, Le cri de l'âme: après le viol..., 2008. Marie-Thé LACLA VERIE, Un instant pour toujours - Paroles de fin de vie, 2008. Nicole CROYÈRE (coord.), Surdité: quelle(s) histoire(s) 1,2008. Geneviève MASSÉNA, S. comme usine, 2008.

Paul Sechter

Deux petites

filles juives nazie

dans la tourmente

L'Harmattan

@ L'Harmattan, 2009 5-7, rue de l'Ecole polytechnique, 75005 Paris http://www.1ibrairiehannattan.com diffusi on .harmattan@wanadoo.fr hannattan 1@wanadoo.fr

ISBN: 978-2-296-09216-7 EAN: 9782296092167

A mes deux belles-sœurs Thérèse et Lili et à tous les autres enfants cachés.

Et qui pardonne au crime en devient le complice.

Voltaire

SOMMAIRE
INTRODUCTION I. VENEZ NOUS CHERCHER AUSSITÔT II. 1 9 3 9 - 1940 9 Il 15 27 43 69 77 93 ANNIVERSAIRE DE LA 103 109 115 121 127
129 131 135 137

III. 1 9 4 1 IV. 1 9 4 2 V. 1 943

VI. 1944 VII. 1 9 4 5 VIII. 1 992 CINQUANTIÈME RAFLE DU VEL' D'HIV'

IX. RÉFLEXIONS SUR LA SHOAH X. UNE AUTRE SHOAH EST-ELLE POSSIBLE? XI. 2000 XII. 2 0 0 8 DÉCRET DU 13JUILLET 2000 INTERVIEWS DE THÉRÈSE ET DE LILI
13 avril 2008

Interview de Thérèse du dimanche Interview de Lili duJeudi SOURCES PHOTOS

17 avril 2008

7

INTRODUCTION

Plus on avance en âge, moins on regarde la route devant soi. Les coups d'œil dans le rétroviseur se font de plus en plus fréquents et on fouille dans ses souvenirs. Voilà que les albums de photos sortent du placard. Sous eux, on trouve de vieilles boîtes d'archives. Un jour, j'ai ouvert l'une d'elles. Elle portait les dates « 1940/1945 », me replongeant soudain dans les années terribles. Il y avait là-dedans des carnets, des notes, des documents et des paquets de lettres plus émouvantes les unes que les autres. Avec tout cela, j'ai essayé de raviver ma mémoire. J'ai alors découvert que souvent je mélangeais les dates et les événements. Pour commencer, j'ai fait un classement chronologique, année par année. La relecture des lettres était bouleversante. Celles de Thérèse, les plus nombreuses, reflétaient le désarroi d'une petite fille juive perdue. Mes carnets ont révélé que la vie continuait malgré les menaces. Mes «sorties-camping» pouvaient surprendre. Il est vrai que la désinvolture de la jeunesse efface le danger. Cependant, il ne faut pas croire que j'avais besoin de rechercher dans des archives la réalité des insoutenables horreurs commises par Hitler et sa clique. Comment effacer l'inimaginable? Est-il possible que des hommes, apparemment normalement constitués, aient pu exterminer dans des chambres à gaz, avec une cruauté

9

jamais égalée, quatre-vingt enfants? Impossible d'oublier.

mille Juifs de France, dont onze mille

Impossible de pardonner!

Pour ces raisons, il fallait que j'écrive avant qu'il ne soit trop tard pour mOl. Alors, je me suis mis à raconter mes années 40, avec l'histoire de mes deux belles-sœurs, Thérèse et Lili, deux petites filles juives qui ont été privées des joies de l'enfance.

10

I VENEZ NOUS CHERCHER AUSSITÔT

Les lettres incluses dans ce récit ont été recopiées telles qu'elles ont été écrites, sans aucune modification.

Cher Paul et Annette

chéris

Je vous écris en cachette et ne réPondez pas à cette lettre. Je suis très mal, venez nous chercher aussitôt que vous aurez reçu cette lettre. On travaille, on est pas tranquille une minute, je pleure la nuit, on a même pas le temps de .fàire nos devoirs, il est malpropre, vous ne pouvez pas vous imaginer, il nous montre tout ce qu'il possède. Et toujours madame Miro et monsieur Miro sont en train de crier après nous. Pédro m'a battu, il a pris un balet et avec le manche en bois, il m'a taPé de toutes sesfOrces sur ma tête et après j'avais mal partout la tête etj'avais une grosse bosse, et il nous a dit: « attention à votre gueule encore une fOis». On est traité comme des chiens, pire même. J'aime mieux encore être chez Chauveau. Venez nous chercher moi et Lili aussitôt, venez Paul ou Annette carje ne peux plus rester ni Lili. Je vous en prie, venez, dites que maman a besoin de moi et de Lili car elle soujfre beaucoup et qu'elle voudrait nous avoir auprès d'elle, dites cela quand vous allez venir nous chercher, je vous en supplie, ne nous laissez pas dans cet état, car je pleure la nuit: « il nous réveille le matin et il nous dit « allez debout» et si il voit qu'on est pas debout il nous lance de l'eau sur lafigure. Je pleure tous les jours, venez vite, venez mes chers, je n'ai que vous et maman. Nous sommes sur le bord de la route en train de garder les chèvres et Pédro est arrivé, nous avons eu peur et nous avons caché, et n'a rien vu. Cela .fàit au moins 15 jours queje veux vous écrire et cela est venu. Le matin et le 4h. on ne mange même pas à notre.fàim. Je lui écris toujours des lettres,j'ai même pas le droit de m'amuser. Le plus souvent, j'en ai marre et Lili aussi elle travaille. C'est tout ce que je marque car j'ai peur que quelqu'un de la .fàmille vienne, j'ai encore beaucoup de choses à vous dire. Je vous embrasse bien fOrt et ne réPondez pas à cette lettre surtout. Venez nous chercher. Je vous prie.
Votre pauvre Thérèse qui est malheureuse et Lili

La lettre de Thérèse a été écrite au mois de mai 1944, elle m'a été adressée, ainsi qu'à sa sœur Annette. A cette époque elle se faisait appeler Thérèse son vrai nom est Ida Wajnberg. Hubert, alors que Pourquoi

Que faisait-elle, avec sa petite sœur dans la Sarthe? avait-elle changé de nom?

13

C'est que Thérèse et Lili étaient juives et qu'elles devaient se cacher pour ne pas être prises par les Allemands, malgré leur jeune âge. (Thérèse avait alors 13 ans et Lili 3 ans 112). La cause des malheurs de Thérèse et de Lili a un nom: Hitler. C'est son antisémitisme personnel qui a rendu possible le génocide le plus horrible de tous les temps. N'a-t-il pas déclaré, le 24 février 1942: «Ma prophétie s'accomplira, ce n'est pas l'humanité aryenne qui sera anéantie par cette guerre mais bien le Juif. Quoi que ce combat apporte, quelle que soit sa durée, c'est cela qui sera le résultat final. » N'est-ce pas lui qui a déclenché la guerre totale en envahissant avec une violence inouïe, la Pologne, le 1cr septembre 1939 ? Personnellement, je me souviens très bien du 3 septembre 1939 quand la Grande-Bretagne et la France ont déclaré la guerre à l'Allemagne. J'avais alors 18 ans et demi et je voyais déjà l'aviation allemande venir bombarder Paris qui serait détruit comme Guernica. J'avais peur, et je n'étais pas le seul à craindre l'invasion allemande, comme je n'étais pas le seul à avoir accueilli avec scepticisme la déclaration que Paul Reynaud fit à la tribune du Sénat, le 10 septembre 1939: «Nous vaincrons parce que nous sommes les plus forts ».

14

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.