Farhad Khosrokhavar

De
Publié par

Ce livre est un ensemble de textes de Khosrokhavar qui suivent la révolution iranienne de ses débuts jusqu'à aujourd'hui. Les textes - légèrement remaniés pour la présentation - portent sur les thématiques des femmes, des intellectuels, des jeunes, de la démocratisation, de la société civile. L'ensemble tente de démontrer la mutation de la société iranienne et sa sécularisation en dépit de la présence écrasante d'un Etat théocratique qui dresse d'innombrables obstacles sur la voie de l'ouverture pluraliste sur le long terme de cette société.
Publié le : jeudi 15 octobre 2015
Lecture(s) : 9
Tags :
EAN13 : 9782336393841
Nombre de pages : 324
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
FLYLOH HW VRQ DIIURQWHPHQW j ÁHXUHWV PRXFKHWpV DYHF O·
,O \ D XQ FRQÁLW PDLV FHOXLFL QH VH UpVRXGUD SDV j FRXUW WHUPH SOXV FHUWDLQHPHQW
 ½
,6%1  
/D PDQLIHVWDWLRQ GH 
Ata Ayati - Mohsen Mottaghi
FARHAD KHOSROKHAVAR Un sociologue, une Révolution L’histoire tourmentée de l’Iran
Atamohsen.indb 1
FARHAD KHOSROKHAVAR
UNSOCIOLOGUE,UNERÉVOLUTIONL’histoire tourmentée de l’Iran
07/10/2015 14:41:03
COLLECTION L’IRAN EN TRANSITION Dirigée par Ata Ayati
Les dernières parutions
Minoo K,La couleur de la guerre IranIrak. Regards croisés sur la peinture HANY iranienne après la Révolution 1979, Préface de Christophe Balay, 2015. ModjtabaNAJAFI,La face féminine du Mouvement vert iranien,De l’internet à la rue,Préface de Shirin Ebadi, 2015. NazyALAIE AHDIEH,Romain Rolland, guerre et religion.Rencontre avec la foi baha’ie, Préface de LeïlaSaberanMesbah, 2015. NahâlK,L’exil comme épreuve littéraire. L’écrivain iranienface à ses HAKNÉGAR homologues, Préface de Ramine Kamrane, 2015. DjalâlSATTÂRI,Chahrzâde et sa conversation avec Chahryâr, Traduit du persan par Pirouz Eftékhari. 2015. JocelynCORDONNIER,Les ÉtatsUnis et l’Iran au cours des années 1970. Une amitié particulière au temps de la guerre froide 3UpIDFH GH -XOLHQ =DULÀDQ  NayerehSHORAVIZADEHAZADEH, De l’Iran à la France. Joies et tribulations d’une bahá’íe, 2015. JalalALAVINIA,en collaboration avec ThérèseMARINI,Tâhereh lève le voile. Vie et œuvre de Tâhereh, la pure(18171852), poétesse, pionnière du mouvement e féministe en Iran du XIX siècle,Préface de Farzaneh Milani/Postface de Foad Saberan, 2014. LeylaFOULADVIND,/HV PRWV HW OHV HQMHX[ /H GpÀ GHV URPDQFLqUHV LUDQLHQQHV, Préface de Farhad Khosrokhavar, 2014. AliGHARAKHANI,Téhéran, l’air et les eaux d’une mégapole,Préface de Philippe Haeringer, 2014. HomaNATEGH,Les Français en Perse. Les écoles religieuses et séculières (1837 1921), Préface de Francis Richard. Traduit du persan en français par Alain Chaoulli et Atieh Zadeh, 2014. NaderAGHAKHANI,Les « gens de l’air », « jeux » de guérison dans le sud de l’Iran. Une étude d’anthropologie psychanalytique,Préface d’Olivier Douville, 2014. MichelMAKINSKY(dir.),L’économie réelle de l’Iran, audelà des chiffres, 2014. e FoadS,siècleNader Chah ou la folie au pouvoir dans l’Iran du XVIII , ABÉRAN Préface de Francis Richard, Postface d’Alain Désoulières, 2013. MohsenMOTTAGHI,La pensée chiite contemporaine à l’épreuve de la Révolution iranienne,Préface de Farhad Khosrokhavar, 2012.
Atamohsen.indb 2
07/10/2015 14:41:03
Atamohsen.indb 3
Ata Ayati - Mohsen Mottaghi
FARHAD KHOSROKHAVAR
UNSOCIOLOGUE,UNERÉVOLUTIONL’histoire tourmentée de l’Iran
07/10/2015 14:41:03
Atamohsen.indb 4
© L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.Fr difusion.harmattan@wanadoo.Fr ISBN : 978-2-343-07433-7 EAN : 9782343074337
07/10/2015 14:41:03
CHAPITRE
Sommaire
PŝÉNâîôN...................................................................................................................7
PREMIÈRE PARTIE De la sacralisation du politique à la politisation du sacré I. LÉŝ îfÉNÉŝ CôNCÉîôNŝ É â RôûîôN É 1979............................................21 II. LÉ ŝâC É É ôîîQûÉ âNŝ â ôûîôN îâNîÉNNÉ.............................................47
III. RôûîôN FâNçâîŝÉ É RôûîôN îŝâîQûÉ : ÉŝQûîŝŝÉ ’ûNÉ CôââîŝôN....63
IV. Lâ îŝîôN CôûNâûâîÉ û ôûôî É â RôûîôN îâNîÉNNÉ.......................75
V. LÉ âyÉ ôûîôNNâîÉ ÉN IâN.......................................................................93
DEUXIÈME PARTIE Les nouveaux mouvements sociaux en Iran VI. LÉŝ îNÉÉCûÉŝ ôŝîŝâîŝÉŝ ÉN IâN...............................................................113 VII. L’îNîîû ôÉNÉ ÉN IâN..............................................................................125 VIII. Lâ ôCâîÉ É ŝôN ÉÉNî ûûûÉû ÉN IâN.........................................153
IX. L’IâN, â ôCâîÉ É â NôûÉÉ ŝôCî CîîÉ..............................................175
X. L’IâN ôŝâyîŝÉ : É NôûÉaû âyŝâgÉ FôîŝÉ îâNîÉN............................191 XI. L’IâN É â gôôîîQûÉ âû MôyÉN-OîÉN : É â ôûîôN À ’âÉ û Mâ....201 XII. LÉŝ NôûÉÉŝ âCîCÉŝ É â ŝCèNÉ ôîîQûÉ :Éŝ FÉÉŝ É Éû NôûÉÉ CôNŝCîÉNCÉ É ŝôî ÉN IâN......................................................................................213 XIII. LÉ NôûÉâû îŝâgÉ û FîNîŝÉ ÉN IâN.......................................................231
Atamohsen.indb 5
5
07/10/2015 14:41:03
6
FARHADKHOSROKHAVAR:UNSOCIOLOGUE,UNERÉVOLUTION
TROISIÈME PARTIE Le paradoxe iranien : la société posttéocratique, la permanence de la téocratie L’IâN ÉN 2009 : É â CîŝÉ âÉC ’OCCîÉN À â ÉŝŝîôN gNâîŝÉ.........245 XIV. XV. LÉŝ NôûÉâû îNÉÉCûÉŝ É Éŝ ÉNjÉû hôCâîQûÉŝ.....................................259 XVI. LÉŝ NôûÉâû îNÉÉCûÉŝ ÉN IâN..................................................................267 XVII. LÉŝ ôûîôNŝ ââbÉŝ É É MôûÉÉN É ÉN IâN...................................281 XVIII. LÉ MôûÉÉN É É ŝôN ÉÉNî..............................................................293 XIX. BîbîôgâhîÉ...................................................................................................305 TâbÉ Éŝ âîèÉŝ......................................................................................................313
Atamohsen.indb 6
07/10/2015 14:41:03
PRÉSENTATION
Présentation
Ce projet de publîcatîon est né de dîscussîons et d’échanges que nous avons depuîs plusîeurs années, autour de travaux de Farhad Khosrokhavar et surtout de son approche de l’évolutîon de la socîété îranîenne. C’est vers la in des années 1990 que nous nous sommes rencontrés dans le sémînaîre qu’îl assuraît sur l’Iran à l’École de Hautes Études en Scîences Socîales (EHESS). Ses cours portaîent à la foîs sur la révolutîon îranîenne, son évolutîon et l’émergence de nouveaux mouvements socîaux. Il proposaît une înterprétatîon de la révolutîon îranîenne quî allaît à l’encontre des théorîes domînantes dans le domaîne de la socîologîe de la révolutîon îranîenne, et des nouvelles formes de l’« orîentalîsme » quî voyaîent le jour dans le domaîne des scîences polîtîques. Son approche novatrîce s’întéressaît à la subjectîvîté des acteurs et prenaît en compte le rôle que la jeunesse îranîenne a pu jouer dans cette révolutîon. Une telle approche se démarquaît explîcîtement de ces théorîsatîons de la révolutîon en termes de révolutîon classîque, « retour du relîgîeux » ou sîmplement effet des « relatîons de classes ». Une partîe de son sémînaîre étaît consacrée à la déconstructîon de ces théorîes quî tentaîent de réduîre la réalîté d’une socîété complexe pour la faîre correspondre à des théorîes largement pré-établîes. La compréhensîon du mouvement révolutîonnaîre nécessîtaît, selon luî, une approche qu’on pourraît qualîier d’herméneutîque socîologîque, au sens où la subjectîvîté des acteurs au masculîn comme au fémînîn devaît être prîse en compte, le socîologue faîsant mîroîter leur capacîté de subjectîvatîon dans leur înteractîon à partîr d’entretîens ou d’observatîons partîcîpantes, ou bîen en les mettant en scène selon son îmagînaîre socîologîque. Dans ce rendez-vous îmagînaîre, explîquaît-îl dans son sémînaîre, îl y a de l’înter-subjectîvatîon, le cours même de la révolutîon étant détermîné par ces formes de subjectîvîté et leur « entre-choc » au cours des manîfestatîons et dîverses formes d’actîon socîale in situ. Sa vîsîon faît qu’un mouvement socîal eta fortiorirévolutîon une n’est pas nécessaîrement pré-détermînée, étant en partîe la conséquence des înteractîonsad hocentre dîfférents acteurs dans la rue, au seîn des groupes et des partîs, maîs aussî en relatîon avec les évènements quî se déroulent dans l’affrontement avec l’État et les autres acteurs. Une révol utîon ne sauraît être un sîmple effet de surface des relatîons sous-jacentes de classes ou de groupes ethnîques et/ou relîgîeux. Il y a une autonomîe du mouvement quî
Atamohsen.indb 7
7
07/10/2015 14:41:04
8
FARHADKHOSROKHAVAR:UNSOCIOLOGUE,UNERÉVOLUTION
se déinît par l’înteractîon entre les dîfférents acteurs et la dramatîsatîon de l’espace socîal du faît de la confrontatîon entre les dîfférentes forces en présence. Il faut donc s’attacher à la représentatîon de soî et des autres, des acteurs révolutîonnaîres et de leur mode d’actîon quî est dî cté, en grande partîe, par la conjoncture révolutîonnaîre elle-même. Subjectîvatîon, înter-subjectîvatîon et contre-subjectîvatîon, estîme-t-îl, sont essentîelles pour la compréhensîon du déroulement même du mouvement révolutîonnaîre. L’Iran, dans ce sens, surtout la révolutîon de 1979, est le champ où se déroule ce « choc des subjectîvîtés » et les formes împrévues qu’elles peuvent prendre dans une sîtuatîon marquée d’abord par l’effervescence et ensuîte, par le drame de la guerre où le martyre devîent le focus pour une partîe de la jeunesse en désarroî laquelle entend préserver l’întégr îté de la révolutîon par le recours massîf au sacrîice de soî. Ce faît est înstrumentalîsé à son tour par l’État dîrîgé par le chef charîsmatîque qu’étaît l’Ayatollah Ruhollah Khomeynî. La révolutîon de 1979 quî commence par un mouvement de protestatîon surtout propulsé par des întellectuels de gauche se transforme, au cours des manîfestatîons, en une révolutîon îslamîque où le relîgîeux « révolutîonnarîsé » sous de multîples formes învestît le c hamp socîal et înéchît le polîtîque sous une forme quî aboutîra à la consolîdatîon d’une sorte de théocratîe îslamîque. Le va et vîent entre la réalîté et la subjectîvîté des acteurs révolutîonnaîres, leur désarroî, leur radîcalîsatîon, leur volonté d’en découdre d’abord, avec les forces d’opposîtîon, et ens uîte avec la vîe tout court, devîent une thématîque essentîelle quî traverse l’espace polîtîque et culturel et marque l’înéchîssement de la révolutîon quî se transforme, d’un mouvement de protestatîon contre l’autoc ratîe împérîale en un mouvement répressîf au nom de la préservatîon de la supposée pureté révolutîonnaîre dans une conjoncture de guerre quî revîgore, dans un premîer temps, l’effervescence socîale de ses débuts. Dans ce va et vîent dîalectîque s’afirment de nouveaux types d’acteurs : les jeunes îssus des famîlles de paysans « dépaysannés », les personnes îssues des petîtes classes moyennes urbaînes quî ont adhéré à la pensée marxîsante d’Alî Sharîatî, les îslamîstes du type desFédaïsd’îslam et dont les chefs de ile ont une longue famîlîarîté avec l’Ayatollah Khomeîny. À plusîeurs reprîses, nous avîons abordé ensemble le projet d’un lîvre sans aller jusqu’à sa réalîsatîon. Quand Farhad Khosrokhavar a publîé ces dernîères années plusîeurs lîvres en françaîs et en anglaîs autour de ce que l’on pourraît appeler l’îslam en Europe, l’îslam et la prîson, le phénomène djîhadîste, nous avons eu le sentîment que cette reconnaîssance académîque pourraît occulter le rôle qu’îl a pu jouerin personamdans les années 1990 dans la compréhensîon du phénomène de la révolutîon îranîenne. C’est la raîson pour laquelle nous avons décîdé de reprendre notre îdée înîtîale et de rassembler plusîeurs de ses textes concernant l’Iran. Il convîent néanmoîns de soulîgner que son champ de réexîon et ses recherches dépassent largement le monde îranîen, et que sa démarche balîse des domaînes
Atamohsen.indb 8
07/10/2015 14:41:04
PRÉSENTATION
aussî varîés que la phîlosophîe, la socîologîe, l’anthropologîe et même la psychanalyse. C’est aînsî que nous nous sommes engagés dans la préparatîon d’un lîvre dont l’objectîf déclaré est de reprendre les artîcles les plus marquants, selon nous, quî permettent notamment de comprendre la genèse de la révolutîon îranîenne et son évolutîon. À travers la présentatîon de ces artîcles, notre souhaît est de montrer à la foîs l’évolutîon d’une pensée en lîen avec la réalîté de l’Iran et également la cohérence d’une démarche scîentîique quî mobîlîse l’ensemble des acquîs des scîences humaînes en proposant une grîlle de lecture renouvelée quî va souvent au-delà des îdées communément admîses dans ces dîscîplînes. La trajectoîre întellectuelle de Farhad Khosrokhavar témo îgne en permanence de son soucî de donner la parole aux acteurs en étudîant les phénomènes socîaux quî sont dîficîlement dîscernables dans le champ des recherches académîques. Lorsqu’îl s’est întéressé à l’étude du mouvement révolutîonnaîre, le champ scîentîique étaît saturé par des explîcatîons de type culturalîste, néo-orîentalîste, polîtologîque ou marxîsant. La plupart des auteurs se contentaîent de mettre l’accent sur la dîmensîon relîgîeuse ou le rôle que la relîgîon avaît joué dans cet évènement, ou encore avaîent étudîé cette révolutîon en termes de conît entre tradîtîon et modernîté, voîre en termes de néo-tradîtîonnalîsme. Dans un tel contexte Farhad Khosrokhavar a pour sa part décîdé de mettre l’accent sur la d îmensîon moderne de cette révolutîon quî avaît bîen mobîlîsé les jeunes d’orîgîne populaîre, des petîtes classes moyennes urbaînes ou d’orîgîne rurale comme acteurs prîncîpaux. Auteur de troîs thèses, d’une vîngtaîne de lîvres et d’une centaîne d’artîcles, Farhad Khosrokhavar n’a certaînement pas besoîn de se faîre connaïtre du publîc françaîs à travers ce lîvre que nous proposons aux lecteurs francophones. Néanmoîns nous avons jugé utîle que ce travaîl puîsse à la foîs aîder le chercheur avertî à approfondîr ses réexîons sur l’Iran, maîs également les lecteurs curîeux, quî cherchent une explîcatîon à la révolutîon îranîenne et à l’évolutîon de cette socîété, depuîs une trentaîne d’années. Dans cette courte présentatîon nous n’avons pas l’întentîon de proposer une bîographîe întellectuelle de Farhad Khosrokhavar, maîs nous voulons plutôt însîster la contînuîté d’une démarche scîentîique, quî obéît aux outîls académîques, quel que soît l’objet de recherche. Né en 1948 à Téhéran, Farhad Khosrokhavar passe une partie de sa vie en Iran et suit ses scoarités primaires et secondaires dans a capitae iranienne. « J’ai fait mes études au coège Saint-Louis à Téhéran, puis au ycée franco-persan Razi. Là j’ai eu une attirance pour e français comme angue de cuture, à partir de ’exempe de Sartre, de Camus et de queques autres écrivains qui me fascinaient et qui continuent à exercer une inluence ineffaçabe sur moi. J’ai donc tenté de maîtriser cette angue, magré une mémoire souvent ingrate ».
Atamohsen.indb 9
9
07/10/2015 14:41:04
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.