La ruée commerciale sur la Côte d'Or et la Côte des Quaqua

De
Publié par

Cette contribution se fixe pour objectif de vulgariser, à partir de l'historiographie contemporaine, mais aussi et surtout des sources européennes moins connues, l'information sur l'environnement des lieux d'échanges entre Européens et Africains, l'organisation sociale et politique, la vie économique et culturelle des Africains vivant sur la Côte des Quaqua et la Côte de l'Or - l'actuel rivage ivoirien et celui du Ghana - entre le XVe et le XVIIIe siècle.

Publié le : mardi 15 mars 2016
Lecture(s) : 1
Tags :
EAN13 : 9782140004919
Nombre de pages : 204
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Histoire
AfricàiNe
SimoN-Pierre Ekanza
La ruée commerciale sur la Côte d’Or et la Côte des Quaqua
EuropéeNs et AfricàiNs dàNs le golfe de GuiNée e e XV -XVIII siècle
La ruée commerciale sur la Côte d’Or et la Côte des Quaqua
Collection Histoire africaine Intégrée à l’ensemble éditorial « Chemins de la Mémoire », la collection « Histoire africaine » regroupe des travaux d’historiens consacrés à l’Afrique subsaharienne, des origines à nos jours. Derniers ouvrages parus : Lachèse (Marie-Christine),De l’Oubangui à la Centrafrique. La construction d’un espace national,2015.Kone (Sixeau Daouda),Le peuplement ancien en basse e e Guinée, XII -XIX siècle,2015. Souyris (Bernard),Oppression coloniale et résistance en Haute-Volta. L'exemple de la région de la boucle du Mouhoun (1885-1935),2014. Bouhdiba (Sofiane), Gorée, la porte sans retour. La mortalité des captifs à bord des navires négriers, 2014. Matoumba (Martial),Le paléolithique au Gabon. Les technologies lithiques dans larégion de la Nyanga (sud-ouest),2013.
Simon-Pierre EKANZA
La ruée commerciale sur la Côte d’Or et la Côte des Quaqua
e e XV-XVIIIsiècle
Européens et Africains dans le golfe de Guinée
Du même auteur Aux éditions L’Harmattan (Paris) L’Afrique et le défi du développement, 2014. Le Moronou, terre méconnue de Côte d’Ivoire. Géographie, agriculture et sociétés, 2015. L’historien dans la cité, 2015. Mako, administrateur français en Côte d’Ivoire (1908-1939). Un commandant à un poste colonial, au cœur des transformations économiques et sociales,2016. Aux éditions CERAP (Abidjan) L’Afrique au temps des Blancs (1880-1935), 2005. Côte d’Ivoire terre d’accueil etde convergence,2006. De l’Ethnie à la Nation, 2007. La Chefferie du Moronou, de Dangui Kpanyi à Ano Asoman II, 2008. Aux Presses universitaires de Côte d’Ivoire – PUCI (Abidjan) e e (dir.),siècle,– début XX L’impérialisme moderne et l’Afrique : XIX n° spécial Godogodo, 1989. Le dernier siècle de l’Afrique libre. L’Europe au chevet de l’Afrique, 1995. En collaboration Assinie et sa région dans l’histoire,Imprimerie nationale, Abidjan, 1973. Grand-Bassam, Bingerville, Abidjan : recherche d’une capitale, Imprimerie nationale, Abidjan, 1974. La Côte d’Ivoire par les textes, N.E.A., Abidjan, 1978. Le Mémorial de la Côte d’Ivoire, 4 vol., AMI, Abidjan-Tournais, 1988. © L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-08682-8 EAN : 9782343086828
SOMMAIRE Introduction : le contexte géographique et politique ......... 9 Première partie :le pays, les hommes et les Etats ...... 15 Chapitre I : La Côte des Quaqua ................................ 19 Chapitre II : La Côte de l’Or ...................................... 39 Deuxième partie : les partenaires commerciaux ......... 53 Chapitre III : les commerçants africains ..................... 57 Chapitre IV : les partenaires commerciaux européens 65 Chapitre V : l’influence des nations européennes dans le golfe de Guinée : un essai de chronologie ...... 79 Troisième partie : l’activité commerciale dans la région .......................................................................................... 87 Chapitre VI : le commerce intérieur et extérieur ........ 91 Chapitre VII : les transformations de la production, effet des échanges commerciaux .............................. 103 Chapitre VIII : Concurrence commerciale et croissance économique ............................................................... 117Quatrième partie : les autres contacts entre Européens et Africains ................................................................... 135 Chapitre IX : les ambassades à l'intérieur du continent et les tentatives d’installation .................................... 139 Chapitre X : la politique européenne d’acculturation . 145 Chapitre XI : les effets socioculturels.......................151Conclusion .................................................................... 161Sources et Bibliographie ................................................ 167 Documents annexes ....................................................... 175 Table des matières.......................................................... 195
7
Introduction
Le contexte géographique et politique
La littérature sur la Côte de l’Or et accessoirement sur la Côte des Quaqua – la partie occidentale du rivage ivoirien actuel – est déjà fort impressionnante. Qu’y a-t-il alors de nouveau qui puisse susciter un nouvel écrit ? Les ouvrages existent, certes, et de grande qualité, rédigés le plus souvent par les meilleurs spécialistes dans le domaine : K. Y Daaku, J. K. Fynn, A.Van Dantzig, E. Terray, du côté de la Côte de l’Or ; M. Augé, C.H. Perrot, H. Diabaté ou encore F. Verdeaux, du côté de la Côte des Quaqua, pour ne citer que ceux-là. Toutefois, ces ouvrages de très grand intérêt sont éminemment érudits et ne s’adressent qu’à un public restreint; de surcroît, ils datent et ont, pour ainsi dire, disparu des bibliothèques ouvertes au grand public, n’étant plus que difficilement accessibles. Le but de cet ouvrage est donc de vulgariser l’information sur ce qu’étaient l’environnement immédiat des lieux d’échanges, l’organisation politique et sociale, la vie économique et culturelle des Africains de l’époque, et surtout d’appréhender les relations entre Européens et Africains sur cette partie du golfe de Guinée, en s’appuyant sur l’historiographie contemporaine mais aussi sur les sources européennes, demeurées jusque-là inconnues en dehors du cercle clos et étroit des universitaires. Sans vouloir insister là-dessus, il importe néanmoins de souligner l’apport inestimable de ces documents. En effet, e si pour la période coloniale proche ou même pour le XIX siècle, l’on dispose de rapports d’administrateurs européens ou de récits d’explorateurs dont l’interprétation peut être corrigée par les traditions orales recueillies de nos jours, pour les siècles antérieurs, les traditions ont été
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.