Monothéisme et ses valeurs : étape cruciale de l'évolution

De
Publié par

Ouvrage sur l'apparition et la diffusion du monothéisme et de ses valeurs essentielles à partir de l'Orient de la Méditerranée, entre les débuts de l'Empire Romain, l'an un, et la fin du XVe siècle. Il contient des propositions visant la solution de deux graves problèmes actuels : les soupçons croissants à l'égard des faux fidèles de l'islam, et le non respect des valeurs essentielles par la libre démocratie.
Publié le : mercredi 1 mai 2013
Lecture(s) : 5
Tags :
EAN13 : 9782296536241
Nombre de pages : 492
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Baudouin Paternostre de La Mairieu
Le monothéisme et ses valeurs :é t a p e c r u c i a l e d e l ’ é v o l u t i o n À par tir de l’Orient de la Méditerranée e e n t r e l ’a n u n e t l a f i n d u X V s i è c l e
L E M O N OT H É I S M E E T S E S VA L E U R S : É TA P E C R U C I A L E D E L’ É VO L U T I O N
D U M ê M E A U T E U R
Le Rwanda et son effort de développement : antécédents et conquêtes de la révolution rwandaise.Préface de Froduald Minani, Ministre rwandais de l’Information. De Boeck et Éditions rwandaises, Bruxelles et Kigali, 1972. Réédition 1983. Ultra-évolution et développement : regards sur un monde à construire. Préface de Jean Fourastié, membre de l’Institut de France – Académie des sciences morales et politiques. Cabay, Louvain-la-Neuve, 1985. À la source du Nil : les mille collines du Rwanda.Préface d’Haroun Tazieff, Secrétaire d’État français délégué aux risques majeurs. Téqui (coll. « Terre des Hommes »), Paris, 1985. Réédition 1993. « Toute ma vie pour vous, mes frères » : vie et œuvre de Grégoire Kayibanda, premier Président élu du Rwanda.Préface de Léo Tindemans, ancien Premier ministre belge, député européen, président du groupe PPE au sein du Parlement européen. Téqui, Paris, 1994. Les ravages du libéralisme sauvage : plaidoyer pour la vérité et la solidarité.Academia-Bruylant, Louvain-la-Neuve, 2000. La confiance des petits, ou Sur la voie simple.Ouvrage introduit par l’auteur. Complexité et Cohérence (coll. « Expériences de vie »), 2005.
* Les travaux chronologiques du moine Denys (°540-+602)« le Petit »,reli-gieux scyte et canoniste romain, se sont fondés notamment sur le calen-drier solaire, sur celui de l’Empire Romain (contexte politique de l’apparition du monothéisme chrétien), sur celui de la version juive l’ayant précédé (calendrier lunaire jadis conservé au Temple de Salomon), et sur celui d’Alexandrie… Ils ont ainsi tenté de fixer une date précise à la naissance de Jésus-Christ, et donc la date précise du début de l’Ère chrétienne. Ces tra-vaux sont l’une des bases du calendrier international actuel.
BAUDOUIN PATERNOSTRE DE LA MAIRIEU
Le monothéisme et ses valeurs : étape cruciale de l’évolution
À partir de l’Orient de la Méditerranée e entre l’an un* et la fin duxvsiÈcle
LaCharité,prinCipaLedeCesvaLeurs LerespeCtdeCeLLes-CiparLaLibredémoCratie
Mise en page : CW Design
D/2013/4910/7
© Academia-L’Harmattan s.a. Grand’Place, 29 B-1348 Louvain-La-neuve
ISBN : 978-2-8061-0094-8
Tous droits de reproduction, d’adaptation ou de traduction, par quelque procédé que ce soit, réservés pour tous pays sans l’autorisation de l’éditeur ou de ses ayants droit.
www.editions-academia.be
C :
« Il y a si longtemps que Je suis avec vous, Philippe, et tu ne Me connais pas. Celui qui M’a vu, a vu « le Père ». « Le moment est venu où l’adoration de Dieu se fera en Esprit et en Vérité, car Dieu est Esprit ». « J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pourriez pas les supporter maintenant. » « Je suis la Voie, la Vérité et la Vie. »
Jésus-Christ, Verbe de Dieu, né au début de l’an Un à Bethléem en Judée, crucifié, mort, et ressuscité dans la gloire approximativement en l’an 33,
s’adressant à Son Apôtre Philippe, évangélisateur de la Phrygie, lapidé puis crucifié par les Romains à Hiérapolis en Anatolie ; puis à une Samaritaine au puits de Jacob ; puis à l’Évangéliste Jean (16, 12 ; et 14, 6).
« Nous ne devons pas avoir honte d’admirer la Vérité et de l’accueillir d’où qu’elle vienne ; même si elle nous vient de générations antérieures ou de peuples étran-gers, car rien n’est plus important pour celui qui la cherche… Elle n’est jamais vile… et ne diminue ni qui la dit ni qui la reçoit… » al-Kindi, philosophe et religieuxarabe, né en 800 à Kûfa en Mésopotamie, mort en 870.
« Astres de lumière… cieux, terres et mer… monta-gnes et collines… arbres, bêtes sauvages et bétail… animaux marins, reptiles et oiseaux…rois et tous les peuples…tout ce quirespire… Tout ce quiexiste… Louez le Seigneur… » Psaumes 96, 148 et 150.
« … Le Verbe est incréé, mais les actes des hommes sont créés… » al-Bokhâri, spécialiste perse du Coran né en 810 à Bukhâra en Perse/Iran, mort en 870.
« … Dieu n’était ni dans la violence de l’ouragan ni dans la brutalité du tremblement de terre, ni dans l’ardeur du feu, ni dans le froid glacial… mais dans la douceur et la légèreté de la brise… » e Élie (ixsiècle avant J.-C.), Prophète hébreu.
« Que Tes œuvres sont grandes, que Tes œuvres sont belles, Seigneur, merci Seigneur, Tu nous combles de joie. » Hymne Liturgique
introduction
Vers une histoire écrite à l’échelle universelle, vers sa « source », et vers la diffusion de ses valeurs essentielles
Bien qu’ayant contribué à l’apparition et à la diffusion d’un seul et même monothéisme, les sensibilités chrétienne, hébraï-que, et islamique de celui-ci ont entretenu depuis de longues années et jusqu’à aujourd’hui des relations mouvementées. Pour tenter d’exposer le contenu de ce monothéisme et de ses valeurs essentielles, et pour tenter par ce petit Essai de con-tribuer un peu à apaiser au moins quelques-uns des innombra-1 bles problèmes rencontrés aujourd’hui par lui et par elles , trois titres sont apparus souhaitables :
le premier, sera consacré à un petit essai reconstitutif de la chronologie de ces relations à leurs débuts, partant de l’Orient du monde méditerranéen, entre l’an Un et la fin e duxvsiècle : car certains historiens, semblant ignorer que d’autres existent aussi, par une illusion d’optiqueégocen-trique inhérente à leur nature (et par conséquent excusa-ble), ont à notre humble avis décrit ces relations d’un point de vue excessivement unilatéral ;
1. Qui a dit que « pour juger l’action de quelqu’un, seule compte son inten-tion : bonne (c’est-à-dire charitable) ou mauvaise (c’est-à-dire bataillant contre les autres) » ?
Introduction
7
8
le second, imaginera un nouveau moyen d’expression, une fois pour toutes univoque, sincère, fort, et sans ambiguïté, de la priorité donnée à la charité par les vrais fidèles de la sensibilité islamique du monothéisme : car certains esprits batailleurs se sont à notre humble avis pré-sentés comme seuls dépositaires de la « vraie Vérité » et comme représentant tous les fidèles, sans y avoir été autorisés le moins du monde par ceux-ci ; le troisième indiquera le complément indispensable devant être ajouté à la « Libre Démocratie » : car certains hommes politiques, malgré l’expérience qu’ils en ont faite eux-mêmes, ont à notre humble avis proposé ce système de gestion des sociétés comme l’unique et parfait modèle à suivre par tous les autres pays du monde, sans les avoir avertis au préalable que le respect des valeurs essentielles en était le corollaire obligé.
Étant donné que, dans le premier de ces trois titres, l’au-teur tentera, bien imparfaitement, de reconstituer la chronolo-gie d’un épisode particulier de l’histoire pour que s’en dégagent des éléments susceptibles d’appuyer les deux titres suivants, diverses questions pourraient lui être posées :
(1°) Tout d’abord… « pourquoi a-t-il choisi cet épisode particulier de l’histoire de préférence à tout autre ? » (2°) Ensuite… « quel contenu a-t-il été conduit à donner à cet essai de reconstitution ? » (3°) Et enfin… « quels enseignements le lecteur ou la lec-trice pourrait-il ou elle éventuellement en tirer pour étayer les deux titres suivants ? »
Voici sa réponse à ces trois questions.
(1) Réponse à la première de ces questions (Pourquoi avoir choisi cet épisode ?) : « Tout d’abord, parce que c’est au cours desxv premiers siècles de notre ère qu’à l’Orient du monde méditerranéen sont apparus puis se sont diffusés, d’une part le monothéisme, et de l’autre les valeurs essentielles qui en découlaient, l’un et les autres constituant un progrès crucial de l’évolution de l’huma-
LemonothéismeetsesvaLeurs:étapeCruCiaLedeLévoLution
nité. La sensibilité hébraïque du monothéisme est apparue d’abord, avec au départ le patriarche commun Abraham, et ses descendants spirituels plus ou moins directs. Puis sa sensibilité chrétienne, avec Jésus-Christ, Verbe de Dieu fait chair et envoyé parmi les hommes pour en être mieux compris. Enfin la sensibilité islamique, avecMuhammad, Prophète de Dieu, qui s’est fondé sur tout ce passé et l’a dûment confirmé. Toutes sensibilités formant aujourd’hui en réalité, en dépit des nuan-ces et des différences, comme on l’a constaté et rappelé mille fois, un seul et même monothéisme, une seule et même des-cendance spirituelle d’Abraham… » « Ensuite, parce qu’au cours de ce même épisode débu-taient les premières incompréhensions culturelles et verbales 2 entre fidèles de ce « seul et même monothéisme » et, décou-lant de ces incompréhensions, les premières guerres « saintes » ou guerres « de religion », exprimant toutes certains caractères 3 propres à la nature animale de l’homme . À savoir, non seule-ment les limites physiques et culturelles de sa perception et de sa compréhension, mais aussi son instinct naturel d’affronte-ment et d’agressivité, sa rivalité perpétuelle avec les autres, sa volonté constante de lutte pour la vie, sa réponse trop souvent violente à toute opposition et même aux simples divergences d’opinion : toutes manifestations qui ne sont que des affronte-ments d’egos,et des impasses de l’évolution en marche vers son aboutissement. Les caractères propres susdits étant bientôt rem-placés par les valeurs essentielles du monothéisme jugées en théorie capables de rendre ce monde meilleur. Dans le cadre de ce même épisode, se révéleraient donc avec plus d’évidence que jamais le mélange et le combat, tout naturels en l’homme, du bien et du mal. Mélange et combat que l’on ne rappellera jamais assez, et que l’auteur rappellera d’ailleurs maintes fois plus loin… mélange d’innombrables générosités, sacrifices, et martyres, soulevant l’admiration ; … en même temps que
2. Suivant leurs degrés respectifs d’évolution sociologique, suivant les mul-tiples éléments entrant alors dans leurs raisons raisonnantes respectives. 3. Et s’il fallait nous ramener à l’humilité, pensons aux innombrables, « effroyables » et « ignobles » brutalités du passé, et ajoutons y celles du présent.
Introduction
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.