Napoléon Ier - Napoléon III bâtisseurs

De
Publié par

Si Napoléon Ier est le créateur des principales institutions de la France actuelle, de Napoléon III on retient l'image de l'empereur de la Fête impériale. L'un et l'autre ont une action déterminante en faveur du développement de l'économie, en oeuvrant à la construction des canaux, des routes et du chemin de fer (sous le Second Empire) et le réaménagement des villes ("l'hausmannisation"). Napoléon Ier comme Napoléon III cherchent à laisser une trace visible de leur oeuvre.
Publié le : samedi 15 novembre 2014
Lecture(s) : 29
Tags :
EAN13 : 9782336362083
Nombre de pages : 134
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

exe_NAPO_batisseur (CIN12):1 29/10/14 11:57 Page 1
er Sous la direction deNapoléon I -Napoléon III
Jacques-Olivier Boudon
bâtisseurs
erNAPOLÉON I -NAPOLÉON III
erOn connaît le rôle joué par Napoléon I dans le domaine politique : il est
BÂTISSEURSle créateur des principales institutions de la France actuelle. De Napoléon III,
on retient souvent l’image de l’empereur de la Fête impériale. Mais l’un et
l’autre ont aussi eu une action décisive dans l’aménagement du territoire.
Ils ont laissé leur empreinte dans le sol de France, en multipliant les grands
travaux et en favorisant l’essor économique du pays.
erNapoléon I et Napoléon III ont eu une action déterminante en faveur du
développement de l’économie ; ils ont œuvré dans le domaine des transports :
canaux et routes, auxquels s’ajoute le chemin de fer sous le Second Empire.
Ils ont contribué au réaménagement des villes, la politique inaugurée par
erNapoléon I étant amplifiée par Napoléon III, et « l’haussmanisation »
devenant le terme générique pour désigner, au-delà de Paris, ces formes de
réaménagements urbains. Enfin, c’est aussi dans la pierre, à Paris en particulier,
erque s’opère l’enracinement de la dynastie des Napoléon, Napoléon I comme
Napoléon III cherchant à laisser une trace visible de leur œuvre.
Ont collaboré à ce livre, dirigé par Jacques-Olivier Boudon : Éric Anceau, Michel Carmona,
Bernard Chevallier, Juliette Glikman, Michel Lechevalier, Christophe Pincemaille, Georges
Poisson et Georges Ribeill.
INSTITUT NAPOLÉON
12 COLLECTION DE L’INSTITUT NAPOLÉON
ISBN 978-2-917232-30-9
9 782917 232309 EDITIONS SPMPrix : 15€ SPM
er
NAPOLÉON I -NAPOLÉON III BÂTISSEURS01_NAPO-BATISSEUR.indd 1 24/10/14 10:25:0301_NAPO-BATISSEUR.indd 2 24/10/14 10:25:03Collection de l’Institut Napoléon
Fondée et dirigée par Jacques-Olivier Boudon et Eric Ledru
erNapoléon I -Napoléon III
bâtisseurs
01_NAPO-BATISSEUR.indd 3 24/10/14 10:25:03DaNs La mêmE COLLECtION
1. Jacques-Olivier Boudon (dir.), Brumaire. La prise de pouvoir de Bonaparte
2. Jean t ulard, La province au temps de Napoléon. Conférences de l’EPHE établies
par Jean t abeur.
3. Jacques-Olivier Boudon (dir.), Armée, guerre et société à l’époque
napoléonienne
4. Jacques-Olivier Boudon (dir.), Le Concordat et le retour de la paix religieuse
5. andrej Pajk, Les souvenirs du vieux slovène. En Russie avec la Grande Armée.
Recueilli et mis en forme par Josip Jurcic ; traduit du slovène et présenté
par alain Jejcic
6. Fran Zwitter, Les provinces illyriennes. Cinq études. Édition conçue et préparée
par alain Jejcic
7. Souvenirs du mameluck Ali sur la campagne de Russie en 1812. manuscrits
déchiffrés, établis, présentés et annotés par Jacques Jourquin
8. theodor von Papet, Journal de ma Campagne de Russie. t raduit par annette
et Ditmar Haeusler. Présenté et annoté par alain Chappet
9. Jacques-Olivier Boudon (dir.), Police et gendarmerie dans l’Empire
napoléonien
10. Un député à travers la Révolution et l’Empire. Journal de François-Jérôme Riffard
Saint-Martin. 1744-1814. Introduction, édition et notes par Jacques-Olivier
Boudon
11. Jacques-Olivier Boudon (dir.), Napoléon et les femmes
Illustration de couverture
Napoléon III reçoit les souverains étrangers lors de l’Exposition universelle de 1867
Collection particulière
01_NAPO-BATISSEUR.indd 4 24/10/14 10:25:04sous la direction de
Jacques-Olivier Boudon
erNapoléon I -Napoléon III
bâtisseurs
Ce volume est le douzième de la Collection de l’Institut Napoléon
Il a été publié avec le concours de la ville de Rueil-malmaison
Editions sPm
Paris - 2014
01_NAPO-BATISSEUR.indd 5 24/10/14 10:25:04© : Institut Napoléon, 2014
IsBN : 978-2-917232-30-9
Institut Napoléon
EPHE 45, rue des Écoles 75005 Paris
www.institut-napoleon.org
Editions sPm 16, r
tél. : 01 44 52 54 80
courriel : Lettrage@free.fr - site : www.editions-spm.fr
DIFFUsION – DIstRIBUtION : L’Harmattan
5-7 rue de l’École-Polytechnique 75005 Paris
tél. : 01 40 46 79 20 – télécopie : 01 43 25 82 03
site : www.harmattan.fr
01_NAPO-BATISSEUR.indd 6 24/10/14 10:25:04LEs aUtEURs
Éric aNCEaU
maître de conférences à l’université Paris-sorbonne et à sciences-Po Paris, il enseigne
el’histoire politique et sociale d’un grand XIX siècle. Il a obtenu le Grand Prix de la
Fondation Napoléon en 2000 pour ses travaux sur le second Empire et le prix Drouyn de
Lhuys de l’Institut et le grand prix du mémorial de la Ville d’a jaccio pour sa biographie
de Napoléon III publiée chez t allandier en 2008 et rééditée en t empus en 2012. Il achève
actuellement une histoire de l’Empire libéral. Chercheur associé au Centre de recherches
een histoire du XIX siècle, il est par ailleurs président du jury du prix mérimée de la Ville
de Compiègne, vice-président du Comité d’histoire parlementaire et politique, directeur
adjoint d’HEs, membre du comité de rédaction de Parlement(s), Revue d’histoire politique
et conseiller scientifque du Musée de l’Armée aux Invalides.
Jacques-Olivier BOUDON
Historien spécialisé dans la Révolution, le Premier Empire et l’histoire religieuse
contemporaine, ancien élève de l’École normale supérieure et agrégé d’histoire,
JacquesOlivier Boudon est professeur à l’université Paris IV sorbonne et président de l’Institut
Napoléon. Il fait partie du jury des Grands Prix de la Fondation Napoléon et du Prix
mérimée attribués à des chercheurs publiant des travaux sur l’histoire des deux Empires.
Dernièrement, il a publié Napoléon expliqué à mes enfants (seuil, 2009), Napoléon et la
campagne de Russie : 1812 (armand Colin, 2012), Napoléon et la campagne de France. 1814
(armand Colin, 2014).
michel CaRmONa
agrégé d’histoire et docteur d’État en géographie et aménagement, il est professeur
de la chaire d’aménagement et urbanisme à l’université Paris-sorbonne depuis 1987.
après avoir dirigé l’Institut d’urbanisme et d’aménagement de la sde 2000 à
2009, il est fait docteur honoris causa de l’université de Debrecen et de l’université de
sciences et technologie de Budapest, en Hongrie. spécialiste de l’histoire de France,
een particulier la France du XVII siècle, il est notamment l’auteur de Marie de Médicis
(Fayard), Richelieu (Fayard), Haussmann (Fayard), Le Louvre et les Tuileries, huit siècles
d’histoire (La martinière), La France de Richelieu (Fayard), Eiffel (Fayard), Morny (Fayard),
Paris, histoire d’une capitale de Lutèce au Grand Paris (La martinière).
Bernard CHEVaLLIER
secrétaire général de la société des a mis de malmaison, administrateur de la Fondation
Napoléon et président des amis du musée murat, Bernard Chevallier, conservateur
général honoraire du patrimoine, est l’ancien directeur des musées de malmaison et
Bois-Préau. À ce titre, il était également en charge des musées napoléoniens d’ajaccio
et de l’île d’a ix, ainsi que des collections de Longwood à sainte-Hélène. spécialiste
incontesté de l’impératrice Joséphine, il lui a consacré plusieurs ouvrages tels que
Douce et incomparable Joséphine paru aux Éditions Payot en 1999, L’art de vivre au temps
de Joséphine publié chez Flammarion en 1998 et Correspondance de l’impératrice Joséphine
1782-1814, également aux Éditions Payot en 1996.
01_NAPO-BATISSEUR.indd 7 24/10/14 10:25:04er8 Napoléon I -Napoléon III bâtisseurs
Juliette GLIKmaN
eagrégée et docteur en histoire, chercheur associé au Centre d’histoire du XIX siècle,
maître de conférences à sciences Po Paris, spécialiste de l’histoire du second Empire,
Juliette Glikman a reçu une bourse d’études de la Fondation Napoléon en 2000 pour une
thèse portant sur les assises symboliques du régime impérial, présentée en 2007, et qui
a été publié en novembre 2013 sous le titre La monarchie impériale chez Nouveau monde
Editions. Elle a reçu les prix Historia 2011 et Lyon-Caen de l’académie des sciences
morales et politiques pour Louis-Napoléon prisonnier, paru chez aubier.
michel LECHEVaLIER
Ingénieur supélec et professeur agrégé d’histoire géographie, michel Lechevalier travaille
sur l’histoire des routes alpines et du corps des ingénieurs des Ponts et Chaussées à
l’époque du Consulat et de l’Empire. Il a publié plusieurs études sur ce sujet, en
particulier sur la construction de la route du simplon.
Christophe PINCEmaILLE
Chargé d’études documentaires au Musée de Malmaison, responsable scientifque des
musées nationaux de l’île d’aix, Christophe Pincemaille est co-commissaire, avec sa
collègue Elisabeth Caude, de l’exposition sur l’hôtel de la rue de la Victoire (malmaison,
15 octobre 2013-6 janvier 2014).
Georges POIssON
Historien de l’architecture et de la littérature, George Poisson, conservateur général
honoraire du Patrimoine, a longtemps dirigé le musée de l’Île-de-France à sceaux et a
mené de nombreux combats pour la protection du patrimoine. Il est considéré comme
le spécialiste des maisons d’hommes célèbres en France. Il a participé à la sauvegarde
de plusieurs d’entre elles, notamment celles de Balzac, alexandre Dumas, saint-simon
et Zola. Il a écrit de nombreux ouvrages sur l’histoire de Paris et de l’Île de France :
erNapoléon I et Paris (1964) et l’Histoire de l’architecture à Paris (1997) ; et de nombreuses
biographies : Monsieur de Saint-Simon et Choderlos de Laclos ou l’Obstination. Est paru
chez Perrin en 2013 La grande histoire du Louvre.
Georges RIBEILL
Né en 1945, Georges Ribeill est de formation multidisciplinaire : ingénieur de l’École centrale
edes arts et manufacture (1968) ; docteur de 3 cycle en sociologie (Paris, université Descartes,
1974, dir. Georges Balandier) ; docteur « nouveau régime » en histoire (Paris VII, 1988, dir.
michelle Perrot). Il est professeur émérite à l’École nationale des Ponts et Chaussées. Chercheur
spécialisé dans l’histoire des chemins de fer français, attaché depuis 1983 jusqu’en 2010 au
Laboratoire t echniques, t erritoires et sociétés (Latts ) de l’École nationale des Ponts et
Chaussées et de l’université de marne-la-Vallée comme directeur de recherche ; membre depuis
sa création en 1987 du Comité scientifque de l’Association pour l’Histoire des Chemins de fer
en France ; auteur de nombreux ouvrages et articles sur les chemins de fer, chroniqueur (Le
Rail), conseiller éditorialiste de Historail. Il consacre ses recherches actuelles à divers thèmes :
le rôle des chemins de fer dans les consommations alimentaires des Français ; la sNCF durant
les années noires (1939-1945) ; 30 ans de t GV-mania, ou les limites du modèle français de la
e- egrande vitesse ; histoire de l’interopérabilité des chemins de fer européens (XIX XXI siècle).
01_NAPO-BATISSEUR.indd 8 24/10/14 10:25:04INtRODUCtION
par Jacques-Olivier Boudon
erOn connaît le rôle joué par Napoléon I dans le domaine politique :
il est le créateur des principales institutions de la France actuelle. Il
impose aussi l’image du chef de guerre, partant à la conquête de
l’Europe. De Napoléon III, on a longtemps retenu l’image de l’empereur
de la fête impériale. Longtemps aussi il fut aussi résumé à son rôle au
cours du coup d’État du 2 décembre 1851. au mieux le crédite-t-on des
grands travaux effectués à Paris, plus volontiers du reste attribués à
erHaussmann. En fait, Napoléon I comme Napoléon III ont aussi eu une
action décisive dans l’aménagement du territoire et ont été de ce fait des
1empereurs bâtisseurs . Ils ont laissé leur empreinte dans le sol de France
en multipliant les grands travaux et en favorisant l’essor économique
du pays. Il est vrai que les deux Napoléon gouvernent une France qui
sort de plusieurs années de crise économique et fnancière. La crise
fnancière a provoqué la réunion des États généraux en 1789 et partant
la Révolution française. C’est une dernière crise d’a ncien Régime, à
partir de 1846, qui provoque la révolution de 1848 et conduit Louis
Napoléon au pouvoir. Dans les années 1850, comme dans les années
1800, l’économie se redresse, les budgets s’équilibrent, la croissance
revient, ce qui profte à l’ensemble des couches de la société. L’adhésion
des populations à Napoléon Bonaparte puis à Napoléon III, qu’illustrent
les résultats des différents plébiscites, s’expliquent aussi par la confance
accordée à des chefs d’État qui ont fait du redressement de l’économie
un de leurs principaux chevaux de bataille. Louis Napoléon Bonaparte,
en campagne pour préparer le rétablissement de l’Empire, l’a clairement
exprimé à Bordeaux, dans son célèbre discours d’octobre 1851. Napoléon
le martèle aussi, par exemple dans les rapports qu’il adresse aux députés
sur la situation du pays.
Les domaines d’intervention des deux empereurs sont extrêmement
variés. Ils ont tout d’abord œuvré dans le domaine des transports afn de
1. même si, historiographiquement, l’accent a été mis sur le second Empire, Louis Girard, La
politique des travaux publics du Second Empire, Paris, armand Colin, 1952.
01_NAPO-BATISSEUR.indd 9 24/10/14 10:25:04er10 Napoléon I -Napoléon III bâtisseurs
favoriser le commerce et, surtout chez Napoléon, de faciliter le
déplace1ment des troupes : le creusement des canaux , la construction de nouvelles
2routes, le percement de passages à travers les massifs montagneux ou
la constructions de ponts pour franchir les cours d’eaux sont autant de
réalisations qui marquent les deux Empires, le second y ajoutant
naturellement l’essor du chemin de fer qui doit beaucoup aux encouragements
que le régime impérial a donnés aux banques et compagnies ferroviaires
3pour développer le réseau . Les deux empires ont aussi contribué à
l’aménagement des littoraux, le Premier Empire dans un sens essentiellement
militaire, en fortifant les côtes, et en créant des arsenaux, le Second Empire
4en mettant l’accent sur l’aménagement des ports de commerce , voire en
créant de toutes pièces de nouvelles villes, dédiées au tourisme balnéaire,
5à l’image de Deauville . mais la fondation de villes nouvelles avait déjà été
une des caractéristiques du Premier Empire quand il créait par exemple
6Napoléon (La Roche-sur-Yon) . Les espaces ruraux ont également subi
les effets des orientations économiques formulées par les deux empires.
Napoléon est à l’origine notamment du développement de nouvelles
cultures, à commencer par la betterave à sucre, Napoléon III de la
plantation de forêts de pins dans les Landes – où son oncle avait cherché à
développer sans résultat l’élevage du chameau –, mais le second Empire
a aussi développé la mise en culture de la sologne, des Dombes ou de la
Camargue, par des travaux d’assainissement destinés à développer les
surfaces cultivables conformément aux idées que Louis Napoléon avaient
mis en avant dans L’extinction du paupérisme.
Mais c’est fnalement le réaménagement des villes qui a le plus retenu
er 7l’attention, l’effort engagé par Napoléon I , notamment à Paris , étant
1. Frédéric Graber, Paris a besoin d’eau. Projet, dispute et délibération technique dans la France
napoléonienne, Paris, Editions du CNRs, 2009.
2. marcel Blanchard, Les routes des Alpes occidentales à l’époque napoléonienne, 1796-1815, Grenoble,
allier, 1920.
3. François Caron, Histoire de l’exploitation d’un grand réseau. La Compagnie du chemin de fer du
Nord, 1846-1937, Paris, mouton, 1973 ; Histoire des chemins de fer en France, Paris, Fayard, 1997 ;
Les grandes compagnies de chemin de fer en France 1823-1937, Genève, Droz, 2005.
e4. Bruno marnot, Les grands ports de commerce français et la mondialisation du XIX siècle, 1815-1914,
Paris, PUPs, 2011.
5. Dominique Barjot, Éric a nceau, Nicolas stoskopf (dir.), Morny et l’invention de Deauville, Paris,
armand Colin, 2010.
6. Roger Lévêque, Napoléon, ville de Vendée. La naissance de La Roche-sur-Yon, La Roche-sur-Yon,
Centre de recherches vendéennes, 1998.
7. Jean t ulard, Nouvelle histoire de Paris. Le Consulat et l’Empire, 1800-1815, Paris, Hachette, 1970 ;
Georges Poisson, Napoléon et Paris, Paris, t allandier, 2002.
01_NAPO-BATISSEUR.indd 10 24/10/14 10:25:04Introduction 11
1prolongé et amplifé par son neveu , au point que le préfet de la seine,
Haussmann, chargé des travaux à partir de 1853, devait donner son
nom à une politique qui dépasse le cadre strictement parisien pour
2concerner de nombreuses villes en France . Les nouvelles constructions
supposent aussi d’importantes destructions. L’objectif est d’assainir,
d’aérer les villes, de leur faire quitter un carcan né du moyen Âge,
ce qui passe par la disparition de maisons, mais aussi églises ou de
couvents. On en construit de nouvelles. a insi en matière
d’architecture religieuse, le second Empire peut rivaliser avec certaines époques
du Moyen Âge : on a beaucoup bâti d’églises en vingt ans, proftant
de l’abaissement des coûts rendus possibles par l’usage de nouveaux
3matériaux . L’aménagement urbain a des visées pratiques, mais aussi
symboliques ; il s’agit d’enraciner le régime dans la pierre. Colonnes,
4arcs de triomphe , fontaines sont les signes tangibles du passage des
empereurs au sommet de l’État, comme du reste l’onomastique des rues,
car dans la transmission de la mémoire impériale, le rôle de Napoléon III
a été crucial. Il s’inscrit dans une continuité avec le Premier Empire,
surtout au début de son règne, car il a besoin de renforcer son propre
trône. À cet égard, la pierre l’aide à cet enracinement.
Les grands travaux servent au prestige du régime, mais ils peuvent
aussi être une réponse à la crise économique, comme à la fn du Premier
Empire. Ils conservent ainsi une dimension sociale. Pour les deux
empereurs, l’État a un rôle à jouer dans l’incitation au développement
économique ; il doit pouvoir, par les commandes qu’il passe, réguler le
marché du travail, notamment dans le secteur du bâtiment, mais aussi
des métiers artistiques. Cette intervention de l’État n’empêche pas la
spéculation d’aller bon train, la politique des grands travaux ayant aussi
été caractérisée par la construction de grandes fortunes, mais aussi par
de spectaculaires faillites.
Les textes proposés dans ce volume sont issus d’un colloque dont
l’initiative revient à la mairie de Rueil-malmaison qui s’est chargée de
1. Louis Girard, Nouvelle histoire de Paris. La Deuxième République et le Second Empire, Paris,
Hachette, 1981 ; michel Carmona, Hausmann, Paris, Fayard, 2007.
2. Georges Duby (dir.), Histoire de la France urbaine, t. 4, La ville de l’âge industriel. Le cycle
haussmannien par volume dirigé par maurice agulhon, Paris, Le seuil, 1983.
e3. Jean-michel Leniaud, Les cathédrales au XIX siècle. Étude du service des édifces diocésains, Paris,
Economica, 1993 ; La révolution des signes. L’art à l’église, 1830-1930, Paris, Le Cerf, 2007.
4. Isabelle Rouge-Ducos, L’Arc de triomphe de l’Étoile, panthéon de la France guerrière : art et histoire,
Dijon, Faton, 2008.
01_NAPO-BATISSEUR.indd 11 24/10/14 10:25:04er12 Napoléon I -Napoléon III bâtisseurs
toute l’organisation matérielle d’une manifestation qui s’inscrivait dans
le prolongement du colloque organisé sur « Napoléon et les femmes »,
en 2012 et publié en 2013 dans la même collection. L’Institut Napoléon
a de son côté pris en charge l’organisation scientifque de ce colloque,
qui s’est déroulé à la médiathèque Jacques Baumel le 30 novembre
2013. Il m’est agréable de remercier tous ceux qui, à commencer par
le maire de Rueil-malmaison, Patrick Ollier, ont contribué au succès
de cette manifestation, Olivier de La serre, adjoint à la culture, Carole
Berté, directrice de la médiathèque, et son équipe. Près de deux cents
auditeurs ont suivi les débats suscités par ce colloque. Il est à
souhaiter que plusieurs centaines d’autres prendront connaissance des actes
aujourd’hui proposés qui sont aussi une invitation à approfondir les
recherches consacrées aux deux empires.
Paris, octobre 2014
01_NAPO-BATISSEUR.indd 12 24/10/14 10:25:04

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.