//img.uscri.be/pth/62e7d4635f4940adba4edb161aba375144cd01b5
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 25,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Ogun s'en va-t-en guerre 1936-1946

De
328 pages
Un curieux dialogue s'instaure entre un petit garçon demeurant en Guadeloupe et un historien. La guerre sévit en Europe et en Asie, au Pacifique, tandis que les U-Boote croisent en mer des Caraïbes, au large des îles de l'arc oriental : Guadeloupe, Dominique, Martinique, Sainte-Lucie, Saint-Vincent… et que les sous-mariniers allemands se nourrissent d'ignames pakala… OGUN, cet enfant profondément marqué par la guerre, raconte ce qui se passe autour de lui de 1936 à 1946. En contrepoint, l'historien évoque des personnages de cette époque : Lénis Blanche, Baghio'o, Rosan Girard, Sorin et Bertaut, Clovis Beauregard, Rémi Nainsouta.
Voir plus Voir moins
ORUNO D. LARA
OGUN S’EN VATEN GUERRE 19361946
Mémoire de jeunesse & quelques précisions de l’historien
OGUN S’EN VA-T-EN GUERRE 1936-1946 Mémoire de jeunesse & quelques précisions de l’historien
ORUNO D. LARA OGUN S’EN VA-T-EN GUERRE 1936-1946 Mémoire de jeunesse & quelques précisions de l’historien
AVERTISSEMENT PRÉLIMINAIRE En vertu de la législation en vigueur, relative à la propriété intel-lectuelle et à la protection des œuvres écrites, tout emprunt au texte du présent ouvrage devra porter en référence la mention de son titre et du nom de l’auteur. Photographies de couverture : Autoportrait, peinture à l’huile, collection privée. Ceiba © Hannes Grobe Hgrobe, Creative Commons CC Ouvrage publié avec le concours du CENTRE DE RECHERCHES CARAÏBES-AMÉRIQUES – CERCAM oruno-d-lara-cercam-le blog.com© L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-07751-2 EAN : 9782343077512
VE-VE d’OGUN
À LA MÉMOIRE DE MES CHERS DISPARUS AGATHE LARA RÉACHE MA GRAND-MÈRE ARISTIDE LOUIS MON GRAND-PÈRE ALICE LOUIS DE KERMADEC MA MARRAINE DUQUESNE GUSTAVE MON PARRAIN HENRI JEAN LOUIS Jeune dit BAGHIO’O MADOLI CONTEUSE DE LA ROSE (GOYAVE) HENRI BATHILDE DUCYGNE NOIRROBERT LIENSOL
Une chanson enfantine sans doute d’origine anglaise vantant peut-être les exploits du général lord MARLBOROUGH (1650-1722) a circulé sur le continent dans une version française au XVIIIe siècle : « MALBROUGH s’en va-t-en guerre, Mironton mironton mirontaine MALBROUGH s’en va-t-en guerre, Ne sait quand reviendra ». Et au début du XIXe siècle dans une version espagnole : « MEMBRÚ se fué a la guerra, ¡Qué dolor ! ¡qué dolor ! ¡qué pena ! MEMBRÚ se fué a la guerra No sé cuando vendrá… ». C’est sur la même rythmique enfantine formulée par l’ethnomusicologue Constantin BRAILOIU dans son étude parue en 1 1956 sous le titreLe rythme enfantinque peuvent se fredonner, 2 éventuellement, les souvenirs d’OGUN . Le compositeur roumain n’avait-il pas démontré que « malgré la diversité des langues, desquelles il ne se détache jamais, le rythme enfantin est répandu sur une surface considérable de la terre, de la Baie d’Hudson au Japon (dans l’état présent de nos connaissances) ». Ce rythme se révèle au musicien qui écoute les chants populaires de Guadeloupe, un archipel gravitant dans l’arc oriental des Caraïbes.
$ VoirLes Colloques de Wégimont,Paris-Bruxelles, Elsevier, 1956.2 OGUN se prononce Ogoune en français.