Politique et élites en R.D. Congo

De
Publié par

L'ouvrage analyse le fonctionnement du champ politique au Congo. Il s'appuie sur les comportements des élites et leur impact sur les institutions, et d'autre part sur l'effet des logiques institutionnelles sur les élites, en vue de comprendre les crises que traverse cet État. Par ces interactions « élites–institutions », l'auteur situe leur source notamment dans les conflits interindividuels qui percolent souvent en crises politiques et étalent aussi la vraie nature et la spécificité de cet État.
Publié le : mercredi 8 avril 2015
Lecture(s) : 3
EAN13 : 9782806107763
Nombre de pages : 296
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

G u yAU N D U MA T S A N Z A

Politique
et élites
en R.D. Congo
De l'indépendance à la troisième république




Politique et élites en
R.D. Congo












Politique et élites en
R.D. Congo


De l’indépendance à la Troisième République







Guy AUNDU MATSANZA

D/2015/4910/17

© Academia – L’Harmattan s.a.
Grand’Place 29
B-1348 Louvain-la-Neuve

ISBN: 978-2-8061-0221-8

Tous droits de reproduction, d’adaptation ou de traduction, par
quelque procédé que ce soit, réservés pour tous pays sans
l’autorisation de l’auteur ou de ses ayants droit.

www.editions-academia.be

TABLE DES MATIÈRES

Abréviations ...................................................................................................................................9
Introduction.................................................................................................................................. 13
ChapitrLee I. s spécificitésduchamp politique etdesélitescongolaises................. 15
1. Typologie d´acteurs.............................................................................................................. 15
1.1. Mode de recrutement .................................................................................................... 16
1.2. Moyens d´action ............................................................................................................ 19
2d. Principes uchamp politique .............................................................................................24
2d.1. Principe u« gâteaupartagé ».....................................................................................24
2.2d. Principe u« fauve revanchard »................................................................................26
3. Éléments de la culture politique .........................................................................................29
Chapitre II. La génération de l´indépendance etla Première République..........33
1. Processus d’indépendance et émergence d’un champ politique autochtone........... 33
1.1. L’émergence des élites autochtones et des organisations politiques...................... 36
1.2consécration des élites : la Table ronde de Br. La uxelles ......................................... 43
1.2Table ronde politiq.1. La ue ........................................................................................ 44
1.2composition.................................................................................................. 44.1.1. La
Tableau n° 1 : La délégation congolaise à la Table ronde olitique.................................45
1.2.1.2. Les travaux......................................................................................................... 48
1.2.1.3. Les résolutions................................................................................................... 48
1.2.2Table ronde économiq. La ue.................................................................................. 50
1.2.2.1. La composition.................................................................................................. 50
1.2.2.2. Les travaux......................................................................................................... 51
1.2.2résol.3. Les utions................................................................................................... 52
1.2.3. L’héritage colonial et ses pièges............................................................................ 54
1.3. La Loi fondamentale et ses contours .......................................................................... 57
1.4. Les institutions et les enjeuxpolitiques à l’indépendance ....................................... 58
Tableau n° 2 : Gouvernement Lumumba : 21 juin au 14 setembre 1960.......................60
2confrontations politiq. Les ues postindépendance............................................................. 65
2.1. Les oppositions militaire et politique augouvernement de Lumumba................. 66
2.1.1. La mutinerie (5 au8 juillet 1960).......................................................................... 66
Tableau n° 3 : Cabinet de la Défense nationale en juillet 1960..........................................67
2.1.2sécessions .......................................................................................................... 68. Les
2.1.2.1. La sécession katangaise (11 juillet 1960- 14 janvier 1963).......................... 68
Tableau n° 4 : Gouvernement du Katanga sécessionniste en aoûtetoctobre 1960.......70
2.1.2.2. L’autonomie duSud-Kasaï (8 août 1960-2octobre 1962)...................... 72
Tableaun° 5 : Gouvernementautonome duSud-Kasaï (juin 1961)..................................74
2.2. L’internationalisation duochaos congolais ula crise de l’élite.............................. 75
2de L.3. L'assassinat umumba oule suicide de l’élite..................................................... 78
Tableaun° 6 : Gouvernement5 aIleo I : u 20setembre 1960.........................................81

5

Tableau n° 7 : Collège des Commissaires généraux : setembre 1960 - février 1961.....82
Tableau n° 8 : Les membres du « groue deBinza »...........................................................88
3. Les tentatives de normalisation du champ politique....................................................... 89
3.1. Les négociations politiques .......................................................................................... 89
er
Tableau n° 9 :Gaoouvernement Ileo II (6 février - 1 ût1961).........................................90
3.1.1. La Table ronde de Léopoldville (25 janvier - 16 février 1961)........................ 91
3.1.2Conférence de Tananari. La ve à Madagascar (8 - 12mars 1961).................... 91
3.1.3. La Conférence de Coquilhatville (24 avril -28 mai 1961)............................... 92
3.1.4. Le Conclave de Lovanium (22 juillet - 2 août 1961)......................................... 93
3.2. Le partage du pouvoir gouvernemental sous laPremière République................. 94
Tableau n° 11 :Gouvernement Tshombe (9 juillet 1964 - 17 octobre 1965)...................98
Tableau n° 12 :Gouvernement Kimba (18 octobre 1965 - 24 novembre 1965)...........101
4. Lesviolences de l’État et lesviolences contre l’État..................................................... 103
4.1. Les rébellions de Mulele et des Simba..................................................................... 103
4.1.1. La rébellion muleliste duKwilu.......................................................................... 103
4.1.2rébellion des Simba a. La uKivuet auNord-Katanga...................................... 106
4.2. L’élite militaire contre l’élite politique...................................................................... 109
4.2co.1. Le up d’État militaire de 1965......................................................................... 109
Tableau n° 13 :Gouvernement Mulamba du 28 novembre 1965....................................113
4.2.2répression politiq. La ue.......................................................................................... 117

ChapitrLa Dee III. uxième République etle monolithisme politique....................127
1. La restructuration duchamp politique postcolonial ................................................... 127
1.1. L’armée aupouvoir : le Corps des Volontaires de la République (CVR)..........127
1.2. La monopolisation dupouvoir : MouvementPopulaire de la Révolution.........130
Tableau n° 14 : Premier Comité directeur du MPR du 26 avril 1967.........................131
1.3. La fusion de l’État et duParti..................................................................................... 134
2. Les résistances à la monopolisation duchamp politique........................................... 137
2résistances de la société ci.1. Les vile............................................................................. 138
2mo.1.1. Le uvement étudiant........................................................................................ 138
2.1.2. L’Église catholique ............................................................................................... 139
2mo.1.3. Le uvement ouvrier ousyndical.................................................................... 146
2.2. Les résistances armées : les rébellions contre Mobutu........................................... 147
2.2.1.Guerres des tshombistesFLNC: Shaba I et II (de 80et 6 jours)...................148
2.2.2.Guerres de Moba I et II.........................................................................................150
2.3. Les résistances de la société politique....................................................................... 150
2fronde parlementaire ....................................................................................... 15.3.1. La 0
er
Tableau n° 15 : Treize arlementaires signataires de la lettre du 1 novembre 1980..154
2.3.2. L’émergence d’un contre-pouvoir : l’UDPS.................................................... 160

ChapitrLa démoce IV. ratisation etlatransition politique....................................... 165
1. Une démocratisation à pas forcés..................................................................................... 165
1.1. Les pressions sur le régime.........................................................................................165
1.2resta. La ulesration des piliers de la démocratie : Consultations populaires .......167
1.3. La configuration partisane de laTransition............................................................. 171
1.3.1. L’opposition politique : l´Union Sacrée............................................................. 172

6

1.3.2. Les mobutistes : la MouvancePrésidentielle.................................................... 180
1.3.3. Les centristes : Afici et Ufonal ............................................................................ 183
2entra. Les ves à la démocratisation : les jeuxdes élites................................................... 184
2.1. L’instrumentalisation du« massacre d'étudiants » aucampus de Lubumbashi 184
2.2. La politisation de l’armée : revoilà les militaires en politique...............................190
2.3. Lesviolences interethniques et repositionnement des élites .................................194
2.3.1. L'épuration ethnique auKatanga ........................................................................ 194
2.3.2. Les phénomènes Maï-Maï etBanyamulenge auKivu................................... 197
2.4. Les scissions partisanes et la prolifération des leaderships....................................201
3. Les tentatives de décrispation politique de la transition................................................208
Tableaun° 16 : Les Gouvernements de latransition sous Mobutu.................................209
3.1. Les négociations et conclaves politiques..................................................................210
er
3.1.1. Les négociations duPalais de Marbre I (28 septembre - 1 octobre 1991)........210
3.1.2. Les négociations duPalais de Marbre II (18 -22novembre 1991)..................211
3.1.3. Les négociations de N´sele II (23, puis27 - 30juillet 1992)............................211
3.1.4. Le Conclave politique du(9 - 18 mars 1993)....................Palais de la Nation 214
3.1.5. Les Concertations duPalais duPeuple(10septembre - 10octobre1993)...............216
3.2Conférence Nationale So. La uveraine.......................................................................217
4. La révolutionAFDL -CPP oula transition contestée..................................................225
5. La contre-révolution RCD- MLCet la mouvance PPRD.............................................229

Chapitre V. La Troisième République Démocratique duCongo ..........................235
1. Les accords de paixet leDialogue inter-Congolais......................................................235
Tableaun° 17 : Répartition des portefeuilles entre composantes duD iC................240
2élections congolaises ................................................................................................... Les 242
2.1. Les candidats ................................................................................................................244
Tableaun° 18 :Candidats à l´élection présidentielle2006 et 2011.................................245
2.2. Les stratégies électorales des acteurs.........................................................................247
2.2.1. La stratégie d´affrontement..................................................................................247
2.2.2. La stratégie de débauchage oude scission...........................................................250
2.2stratégie de prolifération alimentaire................................................................3. La 252
2.2.4. La stratégie d´identité de terroir.............................................................................253
2.2.5. La stratégie d’................................ancealli.............................................................255
2des rés.3. Radiographie ultats électorauxde2006 et2011.........................................260
2.3.1.Élection présidentielle............................................................................................260
er
Tableaun° 19 : Résultats de la présidentielle par province, juillet 2006 (1tour)....261
Tableaun°20: Votes des électeurs par rapportauxorigines des candidats.................262
d
Tableaun°21 : Résultats de la présidentielle par province atu 2 our (octobre2006)........263
Tableaun°22: Résultats de la présidentielle par candidatetprovince (décembre2011)..264
2.3.2.Élection législative..................................................................................................266
Tableaun°23:Élection législative en chiffres2006 et 2011............................................266
Tableaun°24 :Élection législative : sièges, électeurs etélus2006 et 2011...................268
Tableaun°2Les par5 : tis en nombre de sièges.................................................................269
Tableaun°26 : Répartition des sièges parForce politique auParlement.....................270

7

3. Contestation de l´ordre démocratique............................................................................. 271
3.1. CNDP ouMouvement du 23 mars...........................................................................271
3.1.1.Genèse.....................................................................................................................271
3.1.2. Revendications........................................................................................................273
3.1.3.Déclin et tares dumouvement...............................................................................275
3.2. Mouvement des «Combattants » de la diaspora....................................................277
3.2.1.Genèse.....................................................................................................................277
3.2.2. Revendications.......................................................................................................278
3.2des « combattants ».....................................................................................3. Profil 279
3.2.4. Moyens d´action....................................................................................................281
Conclusion................................................................................................................................285

Repères bibliographiques ........................................................................................................287
1. Ouvrages ............................................................................................................287
2. Revu...................................................................................................es, articles 290
3. Agences, radios et journaux................................................................................291
4. Documents numériques et audio-visuels .............................................................292

8

ABRÉVIATIONS

ABAKO:Alliance desBakongo
ABAZIdes Ba: Alliance yanzi
ADÉCO: Alliance des Démocrates Congolais
ADÉLI: Alliance des Démocrates pour les Élections Libres et Indépendantes
ADP : Alliance Démocratique duPeuple
AFDL :Alliance desForcesDémocratiques pour la Libération duCongo
AFICI:Alliance desForces Indépendantes pour leChangement Intégral
AMP :Alliance pour la Majorité Parlementaire {Présidentielle}
ANC:Armée NationaleCongolaise
ANCC:Alliance des NationalistesCroyantsCongolais
ANGP :Alliance pour la NouvelleGénération Politique
APARECO:Alliance des Patriotes pour la Refondation duCongo
APÉ:Alliance des Paysans etÉcologistes
APIC:Association duPersonnel Indigène de laColonie
ARP :Alliance Rurale Progressiste
AVK :Alternance Vital Kamerhe
BALUBAKAT:Association générale desBaluba duKatanga
CAD:CongrèsAfricain desDémocrates
CDC:Convention desDémocratesChrétiens
CDPS :Congrès desDémocrates pour le Progrès Social
CÉI :CommissionÉlectorale Indépendante
CÉNI:CommissionÉlectorale Nationale Indépendante
CEREA:Centre de RegroupementAfricain
CIA:Central IntelligenceAgency
CIAT:Comité International d’Accompagnement de la Transition
CNDP :Congrès National pour laDéfense duPeuple
CNL :Conseil National de Libération
CNRD:Conseil National de Résistance pour laDémocratie
CNS :Conférence Nationale Souveraine
COAKA:Coalition Kasaïenne
CODÉCO:Coalition desDémocratesCongolais
CONACO:Convention Nationale duCongo
CONAKAT:Confédération desAssociations ethniques duKatanga
CPI :Cour Pénale Internationale
CPP :Comité de Pouvoir Populaire
CRD:Convention pour la République et laDémocratie
CRISP:Centre de Recherche et d’Information Socio-Politique
CRP :Convention pour la Renaissance et le Progrès
CSCC:Confédération SyndicaleChrétienne duCongo
CSLC:Confédération des Syndicats Libres duCongo
CVR :Corps des Volontaires de la République
DCF:DémocratieChrétienneFédéraliste
DIC:Dialogue inter-Congolais

9

DTP :Dynamique Tshisekedi Président
ÉCZ :Église duChrist auZaïre
ÉJÉglise de JésCSK : us-Christ par son envoyé Simon Kimbangu
FAP:Forces d’Autodéfense Populaire
FARDC:Forces Armées de la République Démocratique duCongo
FCN :FrontCommun des Nationalistes
FDC:FrontDémocratiqueCongolais
FDLR :ForcesDémocratiques pour la Libération duRwanda
FDU :ForcesDémocratiques Unies
FÉDACOL:Fédération des Associations de Colons
FÉDEKA: Fédération Ethnique Kasaïenne
FGTK : Fédération Générale des Travailleurs duKongo
FLNC : Front de Libération Nationale duCongo
FPC:Forces Politiques duConclave
FR :Forces de Relève (Bombole)
FR :Forces duRenouveau
FUO :Front Uni de l’Opposition
GCAC : Groupe duConsensus Acquis auChangement
GPI : Groupe des Partis Indépendants
HCR : Haut-Conseil de la République
HCR-PT : Haut-Conseil de la République-Parlement de Transition
JMPR : Jeunesse duMouvement Populaire de la Révolution
LUKAK: Union wangolaise pour l’Indépendance et la Liberté
MD : Mouvement des Démocrates
MLC : Mouvement de Libération duCongo
MNC : Mouvement National Congolais
MOÉ UE : Mission d’Observation Électorale de l’Union Européenne
MONUC: Mission de Nations Unies auCongo
MONUSCO: Mission de Nations Unies pour la Stabilisation duCongo
MP : Mouvance Présidentielle
MPR : Mouvement Populaire de la Révolution
MRLZ : Mouvement Révolutionnaire pour la Libération duZaïre
MUB: Mouvement Unitaire Basonge
ONGnon-go: Organisation uvernementale
ONUC: Opération de Nations Unies auCongo
OTAN: Organisation duTraité de l’Atlantique Nord
OUA : Organisation de l’Unité Africaine (actuelle Union Africaine)
PALUL: Parti umumbiste Unifié
PDSC : Parti Démocratique Social Chrétien
PÉACÉconomiq: Parti ue et Agraire Congolais
PILde l: Parti ’Indépendance et de la Liberté
PNFdes Nationalistes: Parti Fédéralistes
PNP : Parti National duProgrès
PP : Parti duPeuple
PPRDd: Parti uPeuple pour la Reconstruction et laDémocratie
PSA : Parti Solidaire Africain

10

PTC: Parti TravaillisteCongolais
PUC: Parti de l’UnitéCongolaise
PUNAde l: Parti ’Unité Nationale
RCD : Rassemblement Congolais pour la Démocratie
RCD-ML : Rassemblement Congolais pour la Démocratie-Mouvement de Libération
RDD : Renouveaupour le Développement et la Démocratie
RDF: RwandanDefenseForces
RDLK : Rassemblement Démocratique duLac, Kwango et Kwilu
RDR : Rassemblement Démocratique pour la République
RECO: Regroupement Congolais
RFCD : Regroupement des Forces pour le Changement Démocratique
RFSF : Rassemblement des Forces Sociales et Fédéralistes
RNS : Rassemblement pourune Nouvelle Société
SADC:Communauté pour leDéveloppement de l’Afrique australe
UCouUNC: Union NationaleCongolaise
UCUniL : versitéCatholique de Louvain
UCL : UnionCongolaise pour la Liberté
UCUnionRJ : Chrétienne pour le Renouveauet la Justice
UDÉMO: Union desDémocrates Mobutistes
UDI : Union des Démocrates Indépendants
UDPS : Union pour la Démocratie et le Progrès Social
UDR : Union pour la Défense de la République
UFCdes: Union Forces duChangement
UFÉRI: Union desFédéralistes et Républicains Indépendants
UFONAL: Union desForces Nationalistes Lumumbistes
UGEC: UnionGénérale desÉtudiantsCongolais
ULB: Université Libre deBruxelles
ULD: Union des Libérauxpour laDémocratie
UMHK : Union Minière duHaut-Katanga
UN : Union pour la Nation
UNAZA: Université Nationale duZaïre
UNCpo: Union ur la NationCongolaise
UNIMO: Union Mongo
UNTC (>Z) : Union Nationale des Travailleurs duCongo (>duZaïre)
UPPA : Union duPeuple pour la Paixet l'Agapè
URD : Union pour la République et la Démocratie
URDC : Union pour le Réveil et le Développement duCongo
URECpo: Union ur la Reconstruction duCongo
URSS : Union des Républiques Socialistes Soviétiques
USA : Union Sacrée pour l’Alternance
USL Union Socialiste Libérale
USLD : Union Sacrée Libérale et Démocratique
USOR: Union Sacrée de l’Opposition Radicale
UTC : Union des Travailleurs duCongo

11

INTRODUCTION

Comprendre le champ politique, lieu de matérialisation du pouvoir, est nécessaire
pour étudier le processus d’édification et de consolidation de l’État. Cette saisie du
phénomène politique permet de percer la naturevéritable de l’État autravers des
jeuxdes élites et des enjeuxdupouvoir.

L’État en RD Congo a fait l’objet de multiples études, oùla responsabilité des
élites est souvent cernée dansune perspective générale. Ce fait n’explique pas
toujours les contours, moins encore les responsabilités individuelles, et les
conséquences des actes posés sur l’État. L’approche de l’histoire générale quiyest
pratiquée habituellement omet souvent d’éclairer les rôles, les motivations et les
responsabilités des acteurs. Cette lacune embrouille la saisie des comportements, des
trajectoires et des conjonctures que traverse l’État postcolonial. Les singularités sont
fréquemment effleurées, sans plus, et la description oula diachronie prend parfois le
dessus sur l’analyse. Un effort sera entrepris ici pour relever les éléments
caractéristiques duchamp politique et des élites congolaises, parce que leurs rôles
confèrent aussi à l’Étatune nature particulière. L’accent sera mis sur les événements
marquants qui identifient ces éléments. Les élites imprègnent souvent de leur
1
personnalité le fonctionnement de l’État. C’est pourquoi RobertPutnam suggère de
considérer leur relation avec les structures pour identifier les caractéristiques du
système politique.Cette imbrication génère des influences mutuelles et permet de
2
comprendre l’action des élites dans l’émergence des institutions politiques qui, en
retour, structurent aussi leur comportement.

Il estvrai que chaque individua sa propre personnalité. Mais il s’avère que dans le
champ politique, les acteurs développent parfois des comportements similaires,
3
par nécessité ousuite à leur socialisation.Bourdieusouligne que le champ, en tant
que lieud’intérêts et de positions, dispose à la fois des lois générales et des
propriétés spécifiquesutiles pour le positionnement et la survie des acteurs en son
sein.Ceux-ci se prêtent à des comportements semblables qui identifient leur champ
par rapport à d’autres, générantune culture politique propre qui fonde la personnalité
commune des acteurs de ce champ. Il est de ce fait possible de parler de traits
caractéristiques duchamp politique et de ses élites. À ce propos, Bourdieudit :

Sur la base de la connaissance de l’espace des positions, on peutdécouper des
classes logiques ou théoriques composées de l’ensemble des agents occupant
des positions semblables qui, placés dans des conditions semblables etsoumis à
des conditionnements semblables, ont toutes les chances d’avoir des dispositions
et des intérêts semblables, produire des pratiques, des comportements etaussi
des opinions semblables.Ces classes ne sontpas des classes réelles…il s’agit
plutôtde classes probables dontles éléments constitutifs sontmobilisables sur

1
Putnam, R.D.,The comparative studyof political elites, NewJersey, Prentice Hall, 1976.
2
Genieys, W.,Sociologie politique des élites, Paris, Armand Colin,2011, p. 10.
3
Bourdieu, P.,Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit, 1998, p. 113.

13

la base de leurs similitudes c’est-à-dire de leur appartenance àune même
1
classe de positions, àune même région de l’espace social.
Si Bourdieu repose bien son explication duchamp politique sur les influences
mutuelles des acteurs, il ne dit pas par quels moyens se construit la similitude de
comportement et/oud’opinion. Or mettre les hommes ensemble ne suffit pas pour
qu’ils se ressemblent.Il doityavoir des interactions à travers certains mécanismes
pour construire des similitudes à partir de divergences oudifférences.C’est la
préoccupation que se donne cette étude : cerner les spécificités duchamp politique
et des élites ainsi que la nature de l’État en RD Congo. Si la socialisation peut être
un moyen de construire la similitude des élites oules spécificités duchamp politique,
l’identification des instruments de cette socialisation est nécessaire pour
déterminer leurs rôles (assignés ouassumés). La participation auxinstitutions de
l’État est l’un de ces instruments, autant que d’autres tels que l’appartenance àune
communauté ethnique, la participation auxactivités de parti politique...
Le champ politique,un sous-système dusystème social, dispose de normes et de
principes propres à sa fonctionnalité et à son autonomie dans la société. Accéder à
sa sphère présuppose l’assimilation de ces normes et principes, qui forment sa
frontière invisible, limitant leva-et-vient des acteurs d’autres champs sociaux. Le
champ politique est doncune sphère fermée sur elle-même et dont les élites,
multiples, diverses et en confrontation, disposent des capacités particulières
acquises aucours des interactions sociopolitiques. Ces aptitudes à survivre en son
sein sont transmises notamment par le recrutement et la socialisation dans les
structures politiques et/oude l’État. Ainsi dans notre analyse, la question de la
responsabilité (accountability) est appréhendée pour relever le rôle des élites oude
2
groupes d’la modélisation de lélites dans ’État auCongo. À ce sujet, l’étude ne se
réfère pas àune seule approche des élites mais les combine. Elleuse à la fois des
approches positionnelle, réputationnelle et décisionnelle afin de répondre à la
préoccupation de la sociologie politique des élites : Qui gouverne, quand, comment
et avec quelles compétences ?

Notre étude recourt àune diversité de sources (orales, écrites, audiovisuelles,
numériques…) qu’elle croise afin de recueillirun maximum de données. Les
interviews et l’analyse de contenupermettent de comprendre les événements
historiques à travers l'analyse des actes et discours des acteurs.

1
Bourdieu, P.,Propos sur le champ politique, Lyon, Presses Universitaires de Lyon,2000, p. 95.
2
Giddens, A.,“Elites in the British class structure”,Sociological review,20(3) 1972, pp. 345-372. Il
avance la notion de groupes d’élites, puisqu'ilya de bonnes raisons d’étudier les élites en tenant
compte de leur structure de groupes.

14

CHAPITREI. LES SPÉCIFICITÉSDUCHAMP POLITIQUE ETDES
ÉLITESCONGOLAISES

1
Le champ politique , dont la propriété essentielle demeure la production et la
reproduction de la domination, est perceptible en RD Congo à travers le
comportement des élites et les principes qui régissent le fonctionnement de l’État.
La mise enœuvre de cette domination mène les acteurs audéploiement des
stratégies et à l’usage de diverses armes qui durcissent la lutte d’accès aupouvoir.
De cette façon, le champ politique acquiert des caractéristiques spécifiques dont il
se sert pour s'imposer auxautres secteurs duchamp social. Dans ce cadre,
l’application d’unevision politique à la société ne relève pas toujours d’une
volonté collective mais correspond le plus souvent auxintérêts des groupes en
présence. La survie dansun tel milieunécessite des compétences de légitimation
politique et de production idéologique justificative des initiatives entreprises. De
ce fait, le champ politique congolais peut être cerné à travers ses acteurs, ses
principes et des éléments de la culture politique.

1. Typologie d’acteurs
Le champ politique se matérialise aussi par les actions et les réactions des acteurs
qui dynamisent les relations en son sein. Cernés dans le cadre de cette étude par le
2
concept « élites », ces acteurs sont, d’après VilfredoPareto , ceuxqui excellent ou
se distinguent dans leur branche d’activité par la détention des capacités
supérieures ; ils sont les meilleurs dansun groupe d’individus grâce à leurs
capacités innées ouacquises,valorisées dans les interactions sociales. Pareto les
répartit en deuxgroupes : élites gouvernementales et élites non-gouvernementales.
Il conclut que leur position ausein duchamp politique est mouvante à cause d’un
cycle permanent de circulation et de renouvellement des membres, dûau
phénomène de dégénérescence.Ces élites sont identifiables, outre leurs capacités
particulières, par leur réputation et influence, leur position dans la stratification
sociale et/oupolitique, ainsi que par leur rôle dans le processus décisionnel.
C’estune minorité qui exerce la domination et entraîne la majorité à agir selon sesvues.
3
La conception moniste de l’élitisme, défendue notamment parGàaetano Mosca
travers le « modèle de troisC», la considère comme monopoliste dupouvoir au
sein dusystème social, solidaire et détentrice des ressources nécessaires à
l’exercice de la domination politique.Cette minorité est perçue commeun groupe
soudé par la conscience, la cohérence et la conspiration (le complot) pour défendre
sa position ausein dusystème social. Par contre, la conception pluraliste de

1
Chagnollaud,D.,Science politique, Paris,Dalloz,2006, p. 14.
2
Pareto, V.,Traité de sociologie générale, Paris, Payot, 1919, pp. 1293-1305 ; lire aussiGenieys, W.,
op. cit., p. 13.
3
Mosca,G.,The ruling class : elementi di scienza politica, traduit par HannahKahn, NewYork,
Mc Graw-Hill, 1939.

15

12
Robert Dahl et RaymondAron , qui sera aussi la nôtre ici,voit dans cette minorité
une foison d’élites concurrentes, qui déploient des stratégies et négocient la prise
de décision politique ; il n’existe donc pasune élite mais des élites qui, dans le
processus décisionnel, parviennent à taire leurs divergences et à homogénéiser
leurs positions pour défendre les mêmes intérêts.Dans ce processus, elles
apparaissentunies sous la forme d’élites dirigeantes, aupouvoir oud’État.

AuCongo, leur existence se perçoit et se justifie surtout à travers les institutions de
l’État ; c’est pourquoi le qualificatif d’élites d’État estutilisé le plus souvent dans
3
notre étude.D’après Ralph Miliband , l’élite d’État et l’élite économique sont des
alliées de circonstance qui opèrent ensemble dans la neutralisation des groupes
4
susceptibles de menacer leurs intérêts.Cqharles Wright Mills ualifie cette alliance
de « triangle dupouvoir » avec non pas deuxgroupes d’élites mais trois : les
membres dudirectoire politique, les officiers militaires et les patrons d’entreprise.
Cette logique fusionnelle d’intérêts anime les élites d’État, particulièrement dans
les sociétés moins développées confrontées auxexigences de la mondialisation et
de la dépendance.
Dans ce contexte, l’évolution historique de la société congolaise permet
d’identifier onze groupes d’élites associés à la gestion de l’État. Si leur circulation
a été incontestable dans le champ politique postcolonial, on pourrait s'attendre à ce
qu'ils aient dépéri, comme leveut le principe de dégénérescence de l’élite amenantun
renouvellement duchamp politique. Or nousverrons que ces groupes survivent et
s’agrippent auxnouveauxarrivants aussi longtemps que la mort n’a pas emporté
ses membres. Le renouvellement s'opère donc plus par les facteurs naturels
qu’humains.

Parmi ces groupes nous cernerons lespatriarches, lesrecrues
technocrates, lesmilitaires politiciens, lesrecrues nationales, les
lesnotabilités, ladiaspora opportuniste, lesaventuriers locaux,
et lesélus républicains.

de l’étranger, les
religieuxengagés,
lesréactionnaires

1.1. MODE DE RECRUTEMENT
L’accession augroupe d’élites en République Démocratique duCongo se fait de
div: le parrainage, la recommandation, leerses manières. Pêle-mêle, citons
clientélisme, le lien d’ascendance, le copinage, la cooptation, la sélection partisane
(sur base de la notoriété, ducourage, dumilitantisme, dudiplôme, de la fortune, de
l’origine ethnique)…
Dans le champ congolais, l’apparition des groupes d’élites cités ci-dessus n'est pas
uniforme.

1
Théorie polyarchique dupouvoir, in Dahl, R.,Qui gouverne, Paris, Armand Colin, 1971.
2
Aron, R.,Classe sociale, classe politique, classe dirigeante, Archives Européennes de Sociologie,
1960.
3
Miliband, R.,Class power and state power, London, Verso editions, 1983.
4
Mills, C.W.,L’élite dupouvoir, Marseille, Nouvelle édition,2012.

16

Lespatriarches, par exemple, issus duprocessus d’indépendance nationale, doivent
leur existence à la notoriété ethnique attachée aurôle politique. L’âge détermine leur
appartenance à ce groupe, fondé sur le droit de primogéniture oud’aînesse. La plupart
despatriarchesviennent des organisations ethniques et corporatistes dutemps
colonial et sont passés, à la libéralisation des activités politiques, dumonde
associatif oucommunautaristevers celui de la politique. Les structures à l’origine de
leur émergence constituent les socles de leur notoriété politique. Depuis lors,
l’identité ethnique détermine leur représentativité dans le champ politique, et la
défense des intérêts communautaires consolide leur statut en dépit de leur âge
avancé.Ils conservent égalementune influence sur le recrutement et la sélection
d’autres élites dans les rouages dupouvoir. Ils se régénèrent par le parrainage et la
recommandation des jeunes dans les structures gouvernementales postcoloniales.

Par contre, lesrecrues de l’étrangersontun groupe d’élites issues d’un recrutement
hors duterritoire national.C’est le cas notamment, à la Table ronde deBruxelles,
des étudiants congolais présents dans lesuniversités belges, qui ont été associés aux
travauxpour faciliter les compromis grâce à leurs connaissances dans certaines
sciences. Recrutés tant par lespatriarchesque par les réseauxbelges, ils ont
contribué à préserver les intérêts nationauxet étrangers.Ces recrues s’appuient sur
leurs qualifications attestées par les diplômesuniversitaires étrangers. La détention
1
de titres académiques permet de les considérer commeune élite d’expertise .
Ils sont en politique par nécessité et justifient leur présence par leu:r formation
détenirun diplôme d'université occidentale paraît faciliter leur accès auchamp
politique national, le plus souvent par les recommandations de
réseauxdusystème2
monde.

Quant auxtechnocrates, leur émergence dans le champ politique est justifiée non
seulement par les diplômes mais aussi par l’expérience professionnelle. La
combinaison de ces deuxéléments les fait passer dugroupe d’élites
nongouvernementales à celui dit « ».des élites dirigeantes C’est sur cette base que
Mobutuavait recrutéune partie de ses cadres afin de suppléer puis d'effacer les
patriarchesenglués dans des conflits d’intérêts. Lestechnocratesapparaissent
commeune soupape de sécurité ou une suppléance qui intervient pour éviter
qu’une crise n’emporte le régime en place. Leur recrutement est motivé et justifié
par la peur duchaos, et s’effectue par la recommandation, le parrainage, la
cooptation…de certaines sphères économico-financières internationales ou
politico-ethniques nationales.

1
Rocher,G., « Multiplication des élites et changement social auCanada français », inRevue de l’Institutde
Sociologie, Université Libre deBruxelles, n° 1, 1968, pp. 79-94.
2e e
Concept deFernandBraudel (Civilisation matérielle, économie etcapitsièclealisme XV -XVIII , Paris,
Armand Colin, 1979) exploité par Immanuel Wallerstein (C: inomprendre le monde troduction à
l’analyse de système-monde, Paris, Éd. La Découverte,2006) : lesystème-mondeestune organisation
imposée par le capitalisme qui subdivise le monde en trois niveaux: lecentre, lasemi-périphérieet la
périphérie.L’Occident occupe le centre qui régente le système, les pays émergents la semi-périphérie et
les pays duSud sous-développés la périphérie soumise audictat ducentre et de la semi-périphérie. Lire aussi
AunduMatsanza, G.,L’État aumonopole éclaté, auxorigines de laviolence en R.D.Congo, Paris,
L’Harmattan,2012.

17

Le groupe desmilitaires politiciensnaît lorsqu'une partie des officiers se mêlent
d'affaires politiques. Dès la proclamation de l’indépendance nationale, l’armée
congolaise s'est intéressée à la politique. La Colonie réservait les fonctions
d’officiers auxEuropéens, par exemple, et le choixdes soldats à promouvoir a
entrainé ceux-civers la politique. La détention et la fusion d’une double identité
(militaire et politique) a renforcé leur rôle dans la gestion de l’État. Cette
confusion a fini par retourner l’institution apolitique qu'est l’armée enune
structure politique hautement stratégique. Depuis le coup d’État dugénéral
Mobutuen 1965, les présidents congolais successifs se servent d’elle, comme
nous leverrons, pour se maintenir aupouvoir.
En ce qui concerne lesrecrues nationales, elles proviennent majoritairement des
réseauxpartisans ausein desuniversités nationales. Ce milieusembleun terreau
de recrutement dupersonnel politique pour les différents régimes congolais.
Mobutu, compte tenude sa longévité de trente-deuxans aupouvoir (1965-1997),
a recruté, politisé et intégré desvagues de jeunes intellectuels pour consolider son
régime. Ceci lui avait permis de réduire l’influence despatriarches, celle des
recrues de l’étrangeret d’assurer la circulation et le renouvellement des élites
d’État. Le groupe derecrues nationalesse compose principalement d'anciens
leaders étudiants et d'universitaires (professeurs) connus pour leur engagement
politique oumilitant. Leur dynamisme à l’université leur a permis de se faire
recruter et intégrer dans le champ politique.
Quant auxreligieuxengagés, ils sont des ecclésiastiques qui, par engagement
citoyen ouclientéliste, posent des actes de nature politique qui influencent la
perception d’un grand nombre de citoyens. Grâce à leur influence, ils
interviennent dans le champ politique comme s’ils étaient des membres effectifs.
Ils recommandent, font nommer auxresponsabilités d’État et finissent, pour
certains, par exercer ouvertement le pouvoir politique. Nous parlerons ducas de
messeigneurs Joseph Malula et Laurent Monsengwo, des abbés José Pundu,
Apollinaire MaluMalu, des pasteurs Daniel NgoyMulunda et Théodore Ngoyi,
dugourouMuanda ne Nsemi (de BundudiaKongo), de son éminenceDiangenda
Nkutima (de l'Église kimbanguiste)…Ils agissent en politique tout en s'abritant
derrière le statut duclergé, sensé incarner desvaleurs (de justice, d’impartialité,
d’honnêteté, de liberté…).
Pour ce qui est desnotabilités, il s’agit des chefs coutumiers et notables locauxsur
lesquels s’appuient généralement d’autres groupes d’élites dans leur lutte de
pouvoir. Le rôle d’agent d’appoint leur permet de contribuer à la légitimation ouà
la dé-légitimation d’un régime oud’un dirigeant politique. Souvent, en
contrepartie dusoutien apporté grâce à leur statut social, ils exigent des avantages
matériels et financiers comparables à ceuxdes détenteurs dupouvoir. Ils forment,
1
avec lesreligieuxengagés, la catégorie des élites symboliques qui incarnentune
manière d'être oudevivre,voireune pensée sociale oupolitique. Ils sont recrutés

1
Rocher, G.,ibid.

18

dans le champ politique par la cooptation consacrée, par ailleurs, dans la
Constitution depuis l’indépendance nationale (Loi fondamentale, Constitution de
e
la 3 République…).
Pour ce qui est de ladiaspora opportuniste, il s’agit de personnalités de tout bord
vivant à l’extérieur duterritoire national qui, à l’occasion de certains événements,
se faufilent dans les rouages politiques.Cette élite militante, le plus souvent
vassale, émerge par opportunisme dans le champ dupouvoir.Ce groupe s’est
affirmé surtout avec la rébellion de l’AFDL menée par Laurent-DésiréKabila, et il
se régénère à chaque nouvelle rébellion oucontestation politique parun
recrutement deCongolais de l’étranger. Les événementsviolents qu’a connus la
RD Congo ont été autant d'opportunités de leur accès auchamp politique.
Quant auxaventuriers locaux, ils sont recrutés à l’intérieur dupays aucours des
luttes armées et/oudes forums politiques.Ils assurent généralement la fonction de
légitimation de l’opinion.Dénicher ces futursvassauxpolitiques s’apparente àun
jeude hasard.Ainsi, LaurentKabila avait fait élire des maires oudes gouverneurs
par acclamation de la population, réunie généralement dansun stade de football.
Ces aventuriers drainentune réputation d’opportunistes, et dans les rouages du
pouvoir, ils tombent souvent dans le fanatisme, le radicalisme, bref lavassalité.
En ce qui concerne lesréactionnaires, ils sontune élite issue de l’opposition
politique construite à partir d’une nostalgie dupassé mêlée de frustration, de
sentiment d’exclusion et de déception. Ils émergent dans le champ politique par
leur réaction à la gestion de l’État, dans laquelle ils ne se retrouvent pas. La
contestation est à la base de leur recruon les intègre danstement : un rouage
politique afin d'étouffer le conflit qu’ils entretiennent. Lesréactionnairessont à
l’origine de la plupart des rébellions armées qu’a connues leCongo.
Enfin, lesélus républicainssont des élites issues desurnes. Ils tirent leur légitimité
duprocessus démocratique. Ils n’émergent pas de lavolonté d’un individumais de
la compétition propre aupluralisme politique. Leur circulation dans le champ
politique et leur renouvellement se réalisent à travers la régularité des élections
libres et transparentes.

1.2. MOYENS D’ACTION
Les élitesutilisent de nombreuxmoyens d’action politique comme aumoment du
recrutement de leur entourage.Ces moyens sont exploités dans les stratégies
déployées lors des confrontations politiques. Les plus notoires : laviolence,
l’information, le nombre, la notoriété, la fortune…
Dans le champ congolais, laviolence sembleune arme politique de prédilection.
1
Duverger soutient que les élitesyrecourent chaque fois qu’elles n’ont plus
d’autre moyen d’expression, ouque ceuxà leur disposition leur paraissent
inefficaces. Laviolence, moyen alternatif dans le champ politique, encourage la

1
Duverger, M.,Introduction à la politique, Paris,Gallimard, 1964, p.211.

19

subversion, la rébellion ou la révolution. Les périodes d’absence de leadership, oude
leadership disputé, ouencore d'une forte concentration de pouvoir parun individu
« tout puissant, autiste auxcritiques et aveugle ouinsensible auxdrames sociaux»
font de laviolenceun moyen favori des revendications politiques et sociales.Au
Congo, ce contexte explique les rébellions et les insurrections populaires surtout
sous Mobutuet les Kabila, père et fils.
Il arrive aussi que laviolence soitutilisée pour forcer le pouvoir à négocier et à
1
s’ouvrir auxoutsiders. Nous leverrons avec les opposants de l’UDPS sous
Mobutu, avec ceuxduRCD et duMLC sousKabila père, ouencore avec les
exclus oules déçusEnyeleetBakata Katangasous Kabila fils.

Laviolence participe à la métamorphose dustatut des élites. Le passage de
militaires, par exemple, dustatut d’exécutant d’ordre oud’élite non-dirigeante à
celui d’ordonnateur oud’élite dirigeante s’opère par la force.Des militaires
rechignent auxordres et s’affichent en concurrents des dirigeants en place. Nous
verrons comment l'action duHaut-Commandement de l’armée congolaise (ANC)
a débouché sur la prise de pouvoir dugénéral Mobutu.Dans ce cadre, l’insécurité
est organisée, instrumentalisée par lesmilitaires politicienspour consolider leurs
positions dans l’arène politique et neutraliser les concurrents.BertrandBadie
2
qualifie cetusage calculé de laviolence de « gouvernance à l’outrance » ,
c’est-àdireune répression avec démesure afin de dissuader les adversaires. L’histoire
politique congolaise est marquée par desviolences de toute sorte, à la fois des
dirigeants aupouvoir, des opposants politiques et des citoyens revendicateurs.Et
le plus souvent, aussi, l'intensité en est fonction d'une « main étrangère » qui dans
l’ombre tire les ficelles.

Un autre moyen d’action politique des élites dans le champ congolais est la
fortune.Cetusage est récurrent tant sous les régimes forts, pour appâter les clients
potentiels, que sous les régimes démocratiques, pour stimuler l’engagement
3
partisan.Il est conforté par la pauvreté toujours croissante ausein de cette société.
Si laviolence contraint à la soumission, la fortune corrompt la conscience et
achète le consentement politique. Elle fait office de contrepartie ausoutien des
citoyens auxélites, ce qui permet à celles-ci de leurrer ces citoyens, surtout aux
élections, pour se hisser aupouvoir.

Dans le contexte congolais, la fortune, autrefois essentiellement fruit dutravail de
la terre et ducommerce de biens et de services, provient de plus en plus
principalement de l’exercice dupouvoir politique. La possession de prébende dans
l’État ouvre lavoie à l’accumulation économique, et fait des fonctions publiques
oupolitiquesune occasion d’enrichissement rapide. Ainsi, la corruption semble

1
Englebert, P., « Contestation, négociation et résistance : l’État congolais auquinotidien », Politique
Africaine, n° 129,2013.
2
Badie, B.,Letemps des humiliés, pathologie des relations internationales, Paris, Odile Jacob,2014,
p. 105.
3
82,4 % de la population congolaise est pauvre, selon le Document de Stratégie pour la Réduction de la
Pauvreté, ministère de Plan RDC,Kinshasa, juillet2005, p.23.

20

s’institutionnaliser dans l’État et confère auxélites les capacités de captation des
ressources disponibles. Finalement, elle mène à la patrimonialisation des
institutions ouà l’effacement de la différence entre biens publics et privés.
L’usage politique de la corruption réduit l’autonomie duchamp politique et
personnalise le pouvoir de l’État par l’affirmation d’un « dirigeant suprême » en
1
tant queBig man. La mainmise de celui-ci sur les finances publiques dépouille les
autres élites de capacités d’action et les relègue aurang de clients,vassauxou
exécutants de savolonté.

Àcôté de laviolence et durôle de la fortune, l’information estun autre moyen
d'action politique.Elle se construit et circule par le langage parlé, écrit, gestuel,
symbolique oud'autres signes.En RD Congo, les élites s’en servent pour donner
des repères, surtout identitaires, susceptibles de mobiliser les citoyens dans
l’action politique.Ces repères mènent à identifier qui parle, à qui, pour quel
soutien, contre quel adversaire et pour quel intérêt.C’est pourquoi ces élites
soulignent souvent dans leurs discours des éléments d’identité tels que l’origine
territoriale, la langue…pour se distinguer des autres. L’identité, particulièrement
ethnique, paraît aucentre de la diffusion de l’information quivise à légitimer les
initiatives politiques.Couramment, les élites s’imputent mutuellement la
responsabilité des difficultés que connaît la société congolaise, sans pour autant
proposer des solutions crédibles. Nousverrons que les élites d’État et/oude
l’opposition passent plus de temps à critiquer qu’à proposer les solutions aux
problèmes des citoyens. Le populisme les conduit à promettre le paradis sur terre
sans effort. Par des effets d’annonce, les élites dépeignentune réalité qui confine
auxrêves inatteignables, consolidant les croyances culturelles et idéologiques sur
lesquelles elles s’appuient pour mener leurs actions. Dans la section suivante, nous
traiterons de ces croyances, notamment le fait que le Congo soit riche et grand.
Les élites mènent les citoyens à croire qu’avec elles, ils deviendront aussi riches, et
que par leur action l’État deviendraune puissance émergente, mais elles ne parlent
pas aupeuple des efforts et des sacrifices à consentir.

La gestion politique de l’information à travers les mécanismes populistes occulte
souvent la réalité pour esquiver les critiques. Ainsi, pour masquer les
contradictions nuisibles à la popularité des dirigeants, la censure est fréquemment
2
utilisée. Ce biais fait de la rumeur oude la « »radio trottoir une source
d’information qui accroît la désinformation par le bouche-à-oreille. C’est dans ce
cadre qu’ont émergé en RD Congo des forums d’informations inédits et très
populaires, notamment le « Parlement débout » de l’UDPS sous Mobutu. Ces
forums entretiennent la rumeur jusqu’à faire douter de la crédibilité des médias
officiels taxés de tendancieux. Ce phénomène est à l’origine d’une presse engagée
et militante. Depuis lors, chaque grand parti ouleader dispose de son canal
d’information (radio, télévision, journal écrit, site internet…) qui n’est pas

1
Il s’agit d’une personne qui a de l’ascendant sur ses semblables par le fait qu’elle pourvoit à leurs
besoins. Lire Médard, J.-F.,États en Afrique noire : formation, mécanismes etcrise, Paris,Karthala, 1991.
2
NlanduTsasa, C.,La rumeur auZaïre de Mobutu: radiotrottoir à Kinshasa,Paris, L’Harmattan, 1997.

21

nécessairement professionnel.Àce propos, quatre types de médias cohabitent au
Congo : la presse « rouge » oud’opposition, la presse conservatrice dupouvoir, la
presse communautaire (locale, ethnique oureligieuse) et la presse neutre, libre ou
indépendante, qui estun peuplus professionnelle.

Quant à l’usage dunombre dans le combat politique, les élites congolaisesyont
recours à cause surtout dupluralisme politique. L’élection, devenue la principale
voie de recrutement et de sélection politique, a poussé les élites à constituer des
organisations de lutte. La création des partis est liée à ce besoin de disposer, pour
exercer le pouvoir, de l'appui d’un grand nombre de citoyens. Toutefois, le champ
congolais se particularise par la profusion de partis : leur nombre, illimité, fluctue
augré des époques et des enjeux: aumoins 53 sous laPremière République
(1960le Parti-1965) ; unique sous la Deuxième République (1967-1990) ; 487
dans la première phase de la « transition politique » sous Mobutu(1990-1997) ;
2transition » 38 à la fin de la seconde phase de la « sous JosephKabila
(2003200et enfin 449 so6) ; us la Troisième République entre2006 et2011.Cette
pléthore expose aussi l’ampleur des ambitions personnelles, difficiles à regrouper
dansun seul ouquelques partis. Les dissidences, la « transhumance » politique des
élites renforcent cette profusion qui fait partie des stratégies d’accès oude
conservation dupouvoir.

Outre ces moyens de lutte, ilya également des stratégies mises enœuvre par les
élites.Épinglons : le camouflage, l’infiltration oula dissimilation ; la division, le
débauchage outranshla « umance » appelée aussi «vagabondage » ; la
victimisation oule complot ; l’alliance oula collaboration ; et enfin la menace.
Pour conquérirune position dans le champ politique, les élites combinent ces
stratégies selon que les circonstances le requièrent. La dissimulation ou
l’infiltration s’effectue par des adhésions dans les regroupements politiques. La
démocratisation a mis à nucette stratégie lorsque le Partiunique s’est effondré.
Certains dirigeants, se reniant d’avoir participé à ce système, ont révélé que le
MPR n’était qu’une structure de camouflage pour se protéger et profiter du
pouvoir politique. Sous latransition démocratique, le cartelUnion sacréea repris
ce rôle grâce aucertificat devirginité ouaustatut d’opposant politique qu’il
délivrait auxélites quiyadhéraient.

Tantôt réformistes, tantôt révolutionnaires, tantôt encore conservatrices, les élites
se métamorphosent constamment en reflétant, selon les enjeux, le climat du
moment tels des caméléons. Elles dissimulent leurs buts politiques réels à travers
un militantisme souvent excessif,un populisme teinté de nationalisme ou un
1
patriotisme maquillé de l’intérêt dupeuple. L’idéalisation dubien-être collectif, et
la caricature de l’étranger, commeune menace pour l’intégrité territoriale
nationale, servent de camouflage des élites dans le champ politique congolais.
Ainsi, les termes impérialisme, balkanisation, démocratie, « antivaleur »…sont
instrumentalisés par certains comme gage de probité morale, politique et

1
Duverger, M.,op. cit., p.251.

22

intellectuelle. C’est pourquoi les élites congolaises successives se déclarent à la
fois nationalistes et antioccidentales, pendant qu’elles s’appuient sur les réseaux
extérieurs pour accéder ouconserver le pouvoir.Il ne s’agit pas d’une
contradiction mais d’une stratégie qui masque leurs buts réels. Le faible niveau
d’instruction d’un grand nombre des citoyens et la faible professionnalisation des
médias encouragent et facilitent la mise enœuvre de cette dissimilation, laquelle
attribue aussi auxélitesun doublevisage.

Quant à la stratégie de division, consacrée par l'adage romainDivideutimpera
(divise pour régner), elle fait intervenir la manipulation pour affaiblir l’adversaire
et contrôler le champ politique.Cette division s'opère notamment par le
débauchage, à savoir le détachement d’un ouplusieurs membres d’un groupe pour
les faire adhérer àun autre groupe. Le débautranshchage entraîne la « umance »
(le «vagabondage ») des élites, à la recherche d’une position avantageuse dans le
champ politique. La division est stimulée généralement par l’ambition et l’intérêt
personnel. Ainsi, le dirigeant qui parvient à contrôlerun segment duchamp du
pouvoirutilise souvent les postes et autres avantages socio-financiers comme
appâts pour recruter etvassaliser d’autres élites.

Face àun rival puissant, les élites en mauvaise posture recourent àune autre stratégie,
celle de lavictimisation, pour accéder auxpositions de pouvoir ouse les conserver.
Cette stratégie permet de s’attirer la compassion populaire, commevictime d’un
complot, d’une injustice, d’une impunité oud’une malhonnêteté.Elle est choyée
particulièrement par l’opposition politique confrontée auxélites d’État disposant de
grands moyens financiers et de la puissance publique. L'appui dupeuple devient
l’unique rempart pour résister auxactions d’un tel adversaire et renverser la situation.

Il arrive aussi que les élites hors-circuit dupouvoirusent de la collaboration pour se
positionner dans le champ politique. Mais, cette stratégie les mène à la complicité et
à la compromission. La collaboration ne résulte pas toujours d’une alliance, elle est
aussi la conséquence d’une subordination clientéliste fondée sur la contrepartie tirée
dujeupolitique. Telles les sangsues, les élites prêtent leur collaboration aussi
longtemps qu’elles ont la possibilité de s’accrocher aucoeur dupouvoir pour en
sucer les avantages, et l’interrompent dès qu’il n’ya plus rien à tirer durégime.

Parfois aussi, face àun challenger puissant, les élites en position délicate recourent
à la stratégie d’alliance.Ellesunissent leurs forces pour résister. Mais le plus fort
dumoment tente souvent de pulvériser leurunion par la division, le débauchage,
la corruption et la contrainte à sa disposition. Les alliances se concrétisent par les
cartels politiques que nous aborderons plus loin.En RD Congo, ces organisations
1
cartellistes apparaissent finalement comme de grands partis qu’OttoKircheimer
nomme « catch all party» (parti attrape-tout) ou, selonPeter Mair,
partiscartellisés.

1
Kirchheimer, O.,“The catch all party”, in Mair,P.,Thewestern european partysystem, Londres,
Oxford UniversityPress, 1990, p. 50.

23

2. Principes du champ politique
Le champ politique est régi par de très nombreuxprincipes qui déterminent les
comportements et les actions dans les stratégies des élites.Il s’agit notamment des
principes du« gâteaupartagé » oupartage équitable et équilibré dupouvoir, et du
« fauve revanchard » qui n’oublie pas ses agresseurs. Le partage dupouvoir, à la fois
un enjeuetun objectif, est aucentre de la lutte politique. Il structure le champ
politique congolais et subordonne les autres principes aupositionnement des acteurs.

2.1. PRINCIPE DU«GÂTEAU PARTAGÉ»
Dans la tradition africaine, le gibier, tel l’éléphant, ne se mange pas seul mais se
partage.De même, levisage ne se lave pas d'un seul doigt mais la main agit avec
plusieurs doigts.C'est aussi le principe du« gâteauqpartagé », ui se fonde sur la
composition plurale de la société congolaise. Avec près de 450groupes ethniques,
la RD Congo est confrontée àune multiplicité d’ethnies qui s’efforcent, surtout
dans le contexte démocratique, d’exercer chacune le pouvoir à travers aumoinsun
parti. Ce besoin était pris en compte dans le Partiunique à travers le quota de
représentation ethnico-régionale dans les institutions politiques, ce qui permettait
auxminorités d'être associées comme les autres à l’exercice dupouvoir. Depuis, la
« majorité démocratiqusemble ne pas cone » venir à cet environnement et paraît
même incompatible avec le bon fonctionnement des institutions. La prise en
compte duclivage identitaire dans le partage dupouvoir, et duconsensus comme
mode de décision politique, apaise les tensions communautaires.
1
Nous privilégierons ici, non le modèle intégratif de Donald Horowitz, qui
promeut la coopération inter- et intra-ethnique par les clivages
transversauxnonethniques et les réformes territoriales, mais le modèle consociatif d’Arend
2
Lijphart . Il fait des clivages politiques et ethniquesun fondement dupouvoir et de
l’unité nationale. Il préconise le partage dupouvoir autour de la coopération entre
les élites, les seules aptes à transformer les divisions ethniques en facteurs de
négociation, de résolution des conflits et de cohésion sociale. Le modèle
consociatif permet d’éluloi de la majorité der la « » pour se référer à d’autres
paramètres d’intégration et de participation politique. Cinq piliers en constituent le
socle dansune société plurale telle que celle dula formation dCongo : ’une
coalition gouvernementale, la représentation proportionnelle des groupes,
l’autonomie des segments sociétaux, la reconnaissance dudroit deveto aux
segments, et la coopération entre les élites.
Dans le champ congolais, la première application duprincipe du« gâteaupartagé »
interdit l’exercice exclusif dupouvoir parun seul groupe politique ouethnique.
La participation de tous est impérative, quels que soient les résultats électoraux,
pourun fonctionnement paisible des institutions de l’État. Il existe des

1
Horowitz, D.,Ethnic groups in conflit, Berkeley, Universityof California, 1985.
2
Lijphart, A.,Democracyin plural societies, NewHaven, Yale UniversityPress, 1977.

24

mécanismes d’association des élites à l’exercice dupouvoir, notamment la fusion
de partis enun cartel, oud'ethnies enune super-ethnie, pour constituerune identité
régionale. Ces mécanismes limitent le risque de recours à des moyens
nondémocratiques d’accès aupouvoir et évitent que la position d’opposant politique
ne soit ressentie commeune exclusion sociale.

L’apaisement des tensions passe par la redistribution des ressources et
l’eimplication des « xclus » dans l’action gouvernementale. Ces procédés
consistent notamment en achat devotes, favoritisme ethnique etc. qui permettent
auxoutsiders d’intégrer la « mangeoire » dupouvoir.Àtravers diverses fonctions
parlementaires (interpellation, contrôle…), par exemple, l’opposition accède aux
avantages dupouvoir. Ses membres arrivent à marchander leurvote,
s’enrichissent et de ce fait, goûtent auxdélices de la politique.Cette manière de
redistribuer les ressources publiques permetune certaine paixsociale oupolitique.
Mais ce rôle attribué à l’argent engendre la duplicité et l’inconstance des élites.
Aussi paradoxal que cela puisse paraître, l’opposition est toujours très critique à
l’égard dugouvernement et étonnamment, aumoment desvotes auParlement,
elle adopte les décisions politiques qu’elle décriait. Elle rejette les initiatives du
gouvernement en public mais approche les gouvernants en privé pour négocier
une contrepartie à son revirement. Les avantages afférents aupouvoir entraînent
les élites à l’ambivalence, envue d'un enrichissement rapide.

Une deuxième application de ce principe est la représentation proportionnelle des
groupes. La proportionnalitéveut que tout le monde soit impliqué dans l’exercice
dupouvoir. Le grand nombre d’acteurs dans le champ congolais mène au
croisement des critères pour garantirune représentation correspondante au
territoire. Concrètement, les groupes ethniques sont croisés auxpartis oucartels
pour dégagerune représentation conforme à la démographie et aux
caractéristiques duterritoire. Dans ce contexte, les élites ontune double casquette :
celle de représentant de la communauté ethnique et celle de mandataire dugroupe
politique. Par ce croisement, l’identité ethnique aun même poids que l’identité
politique, et les élites disposent de deuxniveauxde négociation : le cartel politique
et la communauté ethnique. Ainsi, les institutions de l’État sont transformées en
scènes devisibilité de ces identités et de partage dupouvoir.

Une troisième application duprincipe du« gâteaupartagé » dans le champ
congolais est l’autonomie des segments. Il consiste en l’indépendance des groupes
dans la désignation de leurs représentants et dans la formulation de leurs
demandes spécifiques. Cette autonomie politique se réalise par le droit, reconnuà
chaque groupe, de bloquerune procédure par laquelle ses intérêts ne sont pas
garantis. Le mode consensuel de prise de décision rend efficace l’usage du veto
pour obtenir satisfaction de ses revendications. L’autonomie et le droit deveto ont
toutefois l’inconvénient de tirer en longueur la prise de décision oula conclusion
de compromis, mais ils ont l’avantage de sécuriser tout le monde. Les conflits
apparaissent alors commeun facteur de redynamisation des relations à travers les

25

négociations politiques pour les résoudre. En ce sens, ils permettent d’une part
d’éviter la marginalisation des groupes et d’autre part, de garantir la protection des
minorités grâce au veto. Le conflit sembleun gage de sécurité et de progrès qui
fait de la contradiction entre les composantesun facteur politique positif. Les
décisions d’autorité sont inappropriées puisqu’elles finissent tôt outard par
échouer à cause de l’opposition, souvent armée, d’autres segments dont l’opinion
a été négligée.

La pluralité de la société congolaise interdit donc toute gestion étatiqueunilatérale,
et encourage les arrangements politico-institutionnels. Cette logique a guidé non
seulement la formation des équipes gouvernementales depuis l’indépendance,
mais aussi parfois le contournement des résultats électoraux. Par ailleurs, comme
nous allons levoir, les élites politiques semblent plus tentées de négocier que
d’aller auxélections pour la dévolution dupouvoir. Nous constaterons que les
élites congolaises affectionnent les compromis politiques qui leur permettent de
passer, dujour aulendemain, de l’ombre à la lumière oude la périphérie aucentre
de l’État. Les rébellionsvont affirmer ce phénomène de génération spontanée à
travers l’intégration des belligérants dans les institutions de l’État, comme solution
auxcrises politiques.

2.2. PRINCIPE DU«FAUVEREVANCHARD»
Le comportement, manière d’être et d’agir observable chezlesvivants, est
fortement influencé par l'expérience. Les événements historiques marquent la
conscience (et la subconscience) individuelle et/oucollective.Ces traces, résultat de
traumatismes, inspirent le principe du« fauve revanchard » qui plonge ses racines
dans l’impact de pratiques politiques sur l’affectif. Les actions et les réactions dans
le champ politique ne relèvent pas seulement de la raison mais aussi des émotions
ressenties par les acteurs. L’analyse politique ne peut donc pas ignorer, d’après
1
Ansart , les émotions qui stimulent les pratiques et les attitudes. Même si ce
paramètre est difficile à saisir avec les outils des sciences sociales, il importe de se
focaliser sur la culture oul’idéologie prégnante dumilieupour le cerner. Ainsi
2
Charles Louis Montesquieuestime que le système politique est généralement
porté parune forte passion qui peut être lavertu, l’honneur, la crainte oula peur,
laquelle permet son maintien ousa régulation. Cette passion due auxtraumatismes
passés mène à l’adoption des attitudes appropriées conformes ausystème.
Sous cet angle, levécupolitique paraîtune succession des émotions
(satisfaction/mécontentement, fusion/scission, jubilation/animosité, amour/haine…)
sur lesquelles se bâtit l’action.

Le champ
frustration

politique congolais n’échappe pas à cette réalité. Issudes sentiments de
et de révolte générés par la domination coloniale, ce champ est marqué

1
Ansart, P.,La gestion des passions politiques, Lausanne, L’âge d’homme, 1983.
2
Spector, C. et Hoquet, Th.,Lectures de l’esprit des lois, Bordeaux, Presses Universitaires de
Bordeaux,2004. Lire aussi Montesquieu, C.,De l’esprit des lois, livres II et III.

26

par l’agressivité résultant des humiliations subies. D’après Badie, cette domination
« banalisait le déni d’égalité. Fonctionnant à l’outrance, elle ne se reproduisait que
1
parun apprentissage de la stigmatisation comme mode de gouveternement »
nous pensons qu’elle a imprégné le comportement des dominés. Laviolence du
système colonial semble avoir formaté les élites à agir et réagir par rapport à ce
vécu, et à reproduire paradoxalement cette mêmeviolence.

2
Ce mimétisme comportemental conduit aussi àune transmission
3
intergénérationnelle de certaines pratiques qui confortent laviolence.Autrefois
victimes, les élites congolaises se sont transformées en bourreauxpar leur position
ausein des structures de l’État postcolonial. La maltraitance subie paraît les
pousservers les attitudes notamment d’agressivité, de haine, de moindre effort, de
faible créativité, de faible autonomie, d’automutilation ouautodestrubref,ction ;
une forte emprise des émotions négatives sur les relations politiques.C’est
pourquoiBadie soutient quà trae « vers l’humiliation subie auquotidien,
solidairement avec les souffrances physiques, se construitun système de
représentations qui prépare àun ordre politique oùse mêlent populisme,
4
xénophobie, autoritarisme, arbitraire, corruption et bricolages en tous genres. »
Les souvenirs tristes incrustés dans la conscience des acteurs font duconflit, du
déni, de l’idéalisation dudominant (colonial oudictatorial)…des références à
5
l’affirmation de la personnalité politique. L’accommodation consciente et
l’intériorisation inconsciente de l’agressivité (subie ou vécue) s’accomplit au
Congo autravers de l’apprentissage social, la déformation de perception et la
culture.

Les élans affectifs participent ainsi à l’histoire, à l’édification des mentalités et à la
motivation de certaines décisions.Dans cette optique, les élites procèdent parfois à
la « fabrication » des sentiments pour justifier leurs actions politiques. Le charisme
6
qu’appréhende MaxWeber dans ses idéal-tydomination npes de ’est, dans ce cas,
pas qu’inné mais aussi construit pour se légitimer.Ce charisme qui germe dans
l’être relève tant dusavoir que dusensible, et suscite les émotions qui fondent le
consentement, la soumission, la notoriété politique…

1
Badie,B.,op. cit., p. 100.
2
Lecomte, J.,Briser le cycle de la violence : quand d’anciens enfants maltraités deviennent des
parents non-maltraitants, Thèse de doctorat inédite enPsychologie, École Pratique des Hautes
Études, Toulouse,2002.
3
Black, D.A., Heyman, R.E. and Smith Slep, A.,“Risk factors for child physical abuse”, inAgression
and violent behaviour, 6,2001.
4
Badie, B.,op. cit., p. 104.
5
Freud, S.,Au-delà duprincipe de plaisir(Essai de psychanalyse), Paris, Payot, 1977. Lire aussi
Green, A.H.,“Generational transmission ofviolence in child abuse”, inInternational Journal of
FamilyPsychiatry, 6 (4), 1985.
6
Concept élaboré par MaxWeber, idéal-type estun instrument de la connaissance qui rend
compréhensible la réalité à partir des motivations des acteude saisir les déterminantsrs ; il permet
comportementauxoudes actions. Weber cerne trois idéauxtypes de domination : traditionnel,
rationnel-légal. et charismatique. Lire aussi DericquebouMarg, R., « xWeber et les charismes
spécifiques », inArchives de Sciences Sociales des Religions, EHESS, n° 13,2007.

27

L’autoreprésentation estun autre aspect que cerne le principe du« fauve
revdans le champ politiqanchard » ue. Les élites se présentent telles qu’elles se
perçoivent elles-mêmes. Le contraire est ressenti dans le champ congolais comme
une humiliation etun motif d’agressivité. Le transfert auxautres de cet autoportrait
passe par les pratiques clientélistes, autoritaires, tribalistes, discriminatoires, et par la
réactivation des souvenirs communs.Puisant dans ces souvenirs les stimulants à
l’action politique, les élites revivifient les émotions qui les ont accompagnés.
L’autoreprésentation encourage la flatterie, le fanatisme, le culte de la personne, le
désir d’inamovibilité, les abus de toute sorte…Par ce fait, les élites font du
pouvoirune propriété,une possession ou un patrimoine à conserver à tout prixet
par tous les moyens disponibles. L’exercice dupouvoir devientune affaire devie
oude mort défendue commeune proie dans les griffes d’un fauve.

La nature des liens sociauxestun autre aspect duprincipe du« fauve
revLes sentiments qanchard ». ui animent les relations entre les élites se
répercutent sur le climat politique, les groupes et influencent les décisions à
prendre.De ce fait, les antagonismes dans le champ congolais, tels que nous les
analyserons, sont d’abord ceuxdes individus avant de concerner les groupes
politiques. La personnalisation dufonctionnement des partis et des institutions de
l’État encourage ce fait qui particularise la lutte politique pour en faireun conflit
d’hommes. La lutte politique n’est plus tant liée auxidéologies qu'auxattitudes
des individus, à l’état des relations interpersonnelles.Changer de politique se
réduit à changer quelques hommes aulieude changer de modèle : levéhicule
reçoit des chauffeurs nouveaux, qui reproduisent la même manière de conduire ;
donc la même gouvernance.

Le principe du« fauve revanchard » montre que l’action politique des élites
congolaises est stimulée surtout par les émotions (la rancune, la haine, la
vengeance, l’orgueil, le fanatisme…), et l’ordre politique se régule dans ce même
registre pour faire circuler et renouveler les élites.Cette emprise des sentiments
dans les jeuxpolitiques plonge l’État dansun cycle quasi permanent des tensions
liées à la personnalité des élites politiques.

La haine, par exemple, les entraîne à se réfuter mutuellement les propositions et à
bloquer les innovations afin d’empêcher l’autre d’engrangerun quelconque
succès. Les contradictions dialectiques se réalisent spécialement par les émotions
négatives. Les critiques ne sont pas perçues comme des apports mais comme des
attaques personnelles.C’est pourquoi l’histoire politique duCongo se résume en
une litanie de conflits interindividuels transformés en crises politiques.Depuis
l’indépendance, citons à titre d’exemple les conflits entre : JosephKasa Vubuet
Patrice Lumumba, JosephKasa Vubuet Moise Tshombe, Joseph Mobutuet
M. Tshombe, J. Mobutuet Joseph Malula, J. Mobutuet Jean Nguz, J. Mobutuet
Étienne Tshisekedi, J. Mobutuet Laurent-Désiré Kabila, É. Tshisekedi et J. Nguz,
É. Tshisekedi et L.-D. Kabila, É. Tshisekedi et Joseph Kabila, Joseph Kabila et
Jean-PierreBemba, JosephKabila et Vital Kamerhe…

28

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.