Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 11,63 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Partagez cette publication

U ne
la fusillade

ténébreuse

affaire:

du 26 mars 1962 à Alger

@ L'Harmattan, 2009 5-7, rue de l'Ecole polytechnique; 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattanI@wanadoo.fr ISBN: 978-2-296-08184-0 EAN : 9782296081840

Jean Monneret

Une ténébreuse affaire: la fusillade du 26 mars 1962 à Alger

L'Harmattan

Les rues du centre d'Alger

Table des matières
Introduction Sigles Il 15 (19 mars 1962) et la création 17 21 23 26 33 41 41 43 48 51 63 73 8 L'énigme de la présence du 4ème RT au centre 79 80
(Vuil/ermet, Hublot, ~ 86

Chapitre 1 Le cessez-le-feu de l'Exécutif Provisoire

Chapitre 2 Les problèmes stratégiques de l'OAS al L'incident fantôme du 22 mars bl La tragédie du 23 mars Chapitre 3 La manifestation du 26 mars 1962 Chapitre 4 Les différentes versions al La version des Français d'Algérie bl La version donnée par les autorités el La version donnée par les officiers Chapitre 5 Un fusil-mitrailleur a-t-il tiré du 64 rue d'Isly? Chapitre 6 Un fusil-mitrailleur Lelluch ? Chapitre l'OAS Chapitre d'Alger 7 La journée a-t-il tiré du 22 (ou 24) rue

du 26 mars 1962 vue du côté de

al Le 4ème R. T. dans le maintien de l'ordre bl Le point de vue de trois officiers généraux ~~~ el Le point de vue du général Cavard

Chapitre 9 La curieuse déclaration du préfet Vitalis Cros 89 Chapitre 10 Le Point de vue du général Goubard 95 Chapitre 11 Le point de vue du colonel Ruze 103 Chapitre 12 Les conséquences 117 Conclusion 119

Annexes 12t Annexe 1 123 Le film consacré au 26 mars et projeté le 12 septembre 2008 sur FR3 123 Annexe 2 125 Spécimen de la correspondance entretenue avec l'auteur par le général Pierre Goubard 125 Annexe 3 127 Les pales d'un hélicoptère ont-elles donné le signal de la fusillade? 127 Annexe 4 133 na 29 du général SALAN L'instruction 133 Annexe 5 141 Fusillade au carrefour de l'Agha 141 Annexe 6 147 La panique de tir dans les armées 147 La « panique de tir» hypothèse explicative du 26 mars 1962? 147 Annexe 7 151 Les photographies de la Volkswagen mitraillée rue Chanzy 151 Annexe 8 155 A propos du rapport Garat 155 Annexe 9 157 La note 62/3 sans doute rédigée par le colonel Cavard 157 Bibliographie 159

9

Introduction
Le 26 mars 1962 à 14h 50 environ, des soldats du 4 ème RT, placés face à plusieurs milliers de manifestants piedsnoirs favorables à l'Algérie française tiraient dans la foule, notamment rue d'Isly dans le centre d'Alger. Plus de quarante-six morts civils devaient solder le bilan de cette journée (bilan incomplet, car, des blessés décédèrent ensuite à l'hôpital portant le total à près de quatre-vingts morts, selon certains médecins). C'est un des plus lourds et plus sanglants événements de l'Histoire contemporaine, sans égal dans la vie politique française depuis la fin de la Seconde guerre mondiale. Or, nous sommes obligés de constater que ce très grave épisode n'a fait l'objet, pendant plus de 45 ans, d'aucune mention, ni d'aucune commémoration, sauf dans le milieu réduit des Français d'Algérie. En outre, les journalistes, les média, l'édition en général n'ont pas cru devoir consacrer à ce massacre d'articles, d'études, de livre en rapport avec la gravité de ce qui s'était passé. Jusqu'au 12 septembre 2008 qui vit enfin l'apparition d'un documentaire sur ce sujet, la France d'aujourd'hui avait paru délibérément tracer un trait sur le 26 mars 19621. Dans un pays, où l'idéologie la plus officielle ne cesse de souligner l'importance du «devoir de mémoire », nous fûmes, pour ce qui concerne cette sombre journée,
] Pas tout

à fait cependant. Il existe une version semi-officielle que des

journalistes reprennent parfois sans esprit critique: l'armée a tiré sur la foule des Français d'Algérie, en riposte à des tireurs embusqués de l'GAS et à des manifestants qui avaient ouvert le feu. Cette version présente de nombreuses faiblesses que nous analysons tout au long de cet ouvrage.

longtemps invités à l'amnésie pure et simple. Le souvenir du 26 mars s'est donc difficilement maintenu, à titre privé, par des associations de victimes. Le silence le plus officiel les a accompagnées et continue de le faire. Nous sommes bien obligés de constater, en revanche, que d'autres morts, d'autres faits importants, d'autres pertes sont invoqués, avec insistance parfois. D'autres victimes, d'autres épisodes graves de la Guerre d'Algérie sont fréquemment mentionnés, déplorés, honorés. Telles sont les victimes que causèrent les opérations menées par l'armée française durant le conflit2 ou celles de la manifestation du 17 octobre 1961 organisée à Paris par le FLN. En outre les télévisions françaises ont, à maintes reprises, consacré des documentaires aux événements du 8 mai 1945 à Sétif et à Guelma3. De son côté, Le Point s'est signalé par un reportage à ce sujet où il n'a pas craint de se faire l'écho d'accusations particulièrement graves contre les militaires de l'époque. Bref, dans la France actuelle, il y a les victimes importantes que l'on rappelle, que l'on pleure et les victimes importunes que l'on aurait une forte tendance à oublier. Nous nous efforcerons ici de faire l'inverse: nous rappellerons ces morts importuns et importants du 26 mars 1962. Mais nous ne nous bornerons pas à cela: nous nous efforcerons d'analyser les causes de la fusillade qui eut
2 En 2003, la télévision française a consacré douze films, téléfilms et documentaires à la Guerre d'Algérie. Tous étaient hostiles à l'armée et à la présence françaises outre-mer. Aucun débat contradictoire n'a suivi ces émissions, au mépris de la Charte du CSA. Exceptionnellement, le 12 septembre 2008, FR3 a décidé de consacrer un documentaire à ce sujet. Voir notre commentaire en annexe 1. 3 Hautement contestables sur le plan historique.
12

lieu ce jour-là et son contexte. Nous faisons de l'Histoire et non pas comme trop de gens de la propagande ou de la contre-propagande; c'est pourquoi nous recourrons à la méthode que résume une phrase de Descartes: «Ne rien tenir pour vrai que je ne connusse évidemment être tel ». Nous tenterons à partir de là d'éclairer les tenants et les aboutissants d'une bien sombre affaire.

* *

*

13

Sigles

A mesure que passent les années, grandit le nombre de ceux qui n'ont pas connu la Guerre d'Algérie. La signification de certains sigles s'obscurcit pour un nombre croissant de personnes. Il n'est donc pas inutile de rappeler pour le bénéfice de nos lecteurs que FLN veut dire: Front de Libération Nationale. Cette organisation indépendantiste regroupait les nationalistes algériens usant de violence contre les militaires et les civils français. Outre l'Indépendance de l'Algérie, sont but était d'éliminer ou de réduire drastiquement l'influence de la France sur ce territoire. Le programme dit de Tripoli datant du 7 juin 1962, en fut l'illustration. L'ALN était l'armée de Libération Nationale placée sous la direction du FLN. Le MNA ou Mouvement National Algérien regroupait des nationalistes algériens hostiles au FLN et partisans de Messali Hadj. OAS signifie Organisation armée secrète. Elle regroupa, à partir de février 1961, ceux qui, usant également de violence, souhaitaient maintenir la souveraineté de la France sur l'Algérie. Le génésuper est le Général Commandant Supérieur des Forces Françaises en Algérie (F.F.A.) (général Ailleret). Le CAA est le Corps d'armée d'Alger (général de Menditte ).

La ZAS est la Zone Alger Capodanno ).

Sahel (général

La ZSA est la zone Sud-Algérois. Ces 2 derniers sigles ne doivent pas être confondus. Le 4èmeRT (Régiment de Tirailleurs Algériens) relevait de la ZSA. Il était stationné à Berroughia. Le 26 mars 1962, il avait été mis à la disposition de la ZAS et fut utilisé (irrégulièrement) dans la ville d'Alger. Le SHD est le Service Historique de la Défense sis au Château de Vincennes. Un KM.T. est un état-major tactique.

* *

*

16

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin