7 jours d'essai offerts
Cet ouvrage et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

Vous aimerez aussi

suivant
Sables mouvants à Bénodet
Les enDuêtes du commissaire Landowski
Serge Le Gall
38, RUE DU POLAR
LES ÉDITIONS DU 38
À Pierre-Henry Fontaine,
À mes amis du Québec
Ombres moribondes, Chevauchez aux portes de l’empire. Le sang de vos victimes Obscurcit l’horizon. Demain, La lame du bourreau Tranchera le rideau écarlate. Uchen Yang Infatigable voyageur chinois (Période des Cinq Dynasties : 960-1279)
1
Elle comprit tout à coup qu’elle allait mourir. La douleur indicible qu’elle ne supportait pas quelques minutes plus tôt était en train de s’estomper comme si le sang refluait vers le cœur dans une réaction de défense ultime. Le semblant de vie qui lui restait rentrait au bercail en se bousculant comme un troupeau de moutons apeurés par les cris du loup. Son système circulatoire se préparait à exploser comme un ballon de fête foraine en guise de bouquet final. Dans son souvenir, ce ballon était de couleur rouge, rouge sang, rouge mort. Elle avait mal, encore et encore. Mal des blessures qu’elle avait devinées, là, sur son corps martyrisé. Mal de ne plus pouvoir le toucher, le calmer, le caresser pour le rassurer. Mal de tout ce qu’un homme lui avait fait subir avant qu’il n’atteigne égoïstement son plaisir dans un râle animal. Mal de cet immense gâchis qui la conduisait inexorablement vers la fin. Cet individu sans scrupule l’avait blessée au-delà de ce que l’on peut connaître des crimes sordides. D’un coup de lame, exécuté d’un geste précis comme l’aurait fait un professionnel de la découpe, il avait détruit sa féminité à la manière d’un poisson que l’on étripe sur le plat-bord du bateau en rentrant de la pêche. Pendant un court moment de répit, il n’y avait eu à flotter dans l’air que l’odeur si particulière du varech trempé d’eau de mer. La douleur l’avait balayée comme un nom biffé dans une liste d’un trait rageur. Incompréhensible et inacceptable. Auparavant, le criminel s’était assuré de l’entière dépendance de sa victime afin de perpétrer son forfait en toute quiétude. Il l’avait durement frappée à la tête pour l’étourdir afin qu’elle n’ait plus ni l’envie ni la force de crier. Puis, à la manière d’un exécuteur expérimenté, il lui avait solidement lié les mains derrière le dos comme un supplicié qu’on se prépare à entraîner brutalement vers le lieu de son exécution. La biographie de 1 Deibler l’avait passionné. Dans son modus operandi, il avait fait preuve de la plus froide détermination. Il n’avait pas l’intention de laisser la moindre chance à sa proie. L’idée même de clémence lui était totalement étrangère. La mort était la seule solution envisageable. La seule issue possible. Quand elle avait repris ses esprits, la jeune femme n’avait pu respirer que très difficilement à cause du bâillon qu’il lui avait consciencieusement fourré dans la bouche. Un morceau de cet immonde chiffon dépassait de ses lèvres irritées et débordait sur son menton. Il s’en dégageait une odeur particulière qu’elle associait au goût spécial qui envahissait progressivement sa bouche. Elle l’avait immédiatement attribué à l’homme, à son bourreau, en réprimant la répulsion qui lui donnait une forte envie de vomir.
2
Elle cheminait lentement au-delà de la souffrance. Pendant quelques minutes d’un insupportable silence, elle avait cru que le but de son agresseur était d’abuser d’elle en toute tranquillité. Plus que la douleur, elle avait craint l’indignité, l’avilissement, la souillure. Elle avait espéré que le destin lui laisserait une chance. Mais il n’avait pas le comportement d’un violeur, pour ce qu’elle en savait et, même s’il s’éloignait curieusement d’elle de temps en temps, comme s’il allait converser avec quelqu’un d’autre, ce n’était pas pour revenir prendre ce qu’il croyait avoir délaissé à tout jamais. Elle ne le comprenait pas. Elle s’était résignée parce qu’elle n’avait plus la moindre possibilité de faire autrement. Tout simplement. Un peu plus tard, quand elle avait senti qu’il déchirait méthodiquement son chemisier après lui avoir retiré sa jupe, elle avait cru comprendre que l’intention de son tortionnaire était de maquiller sa mort préméditée en un viol opportuniste. On aurait dit qu’il allait préparer un tas de chiffons pour faire un grand nettoyage, comme au printemps. La honte, semblable à une vague de fond, l’avait envahie puis submergée quand elle avait compris qu’il glissait délicatement sa petite culotte le long de ses jambes. Elle avait senti la pulpe de ses doigts moites et tièdes courir sur sa peau comme une caresse meurtrière. Comme une insulte. Très vite, l’homme avait ensuite pétri ses seins et fouillé longuement son corps dans une suite désordonnée d’attouchements fébriles. Allait-il se contenter de cette mise en scène avant d’en finir ? Elle avait frissonné comme si, quelque part, quelqu’un avait laissé une fenêtre entrouverte et qu’un filet d’air humide et frais s’était mis à couler sur sa poitrine dénudée. Rien à voir avec une fontaine de jouvence. Elle avait pensé à son corps qu’elle adorait regarder après qu’un homme l’eût aimé en ayant le plaisir comme unique motivation. Les endroits tièdes et la peau rosie étaient les jalons d’étreintes répétées. Elle gardait en mémoire les douces morsures qui prolongeaient, un temps encore, le souvenir palpable d’une volupté envolée. Le plaisir que l’on prend et que l’on donne, celui qu’on partage enfin. Le souvenir d’une main passant dans ses cheveux blonds dans un geste raisonné. Comme un remerciement souvent, comme une promesse parfois. Un autre scénario possible s’était mis à lui tarauder l’esprit. Il avait immédiatement induit une vague de dégoût provoquant un spasme si violent qu’elle n’avait pu le réprimer. Et si, elle vivante, son agresseur ne lui faisait rien de plus, oserait-il dépasser les bornes une fois qu’elle aurait exhalé son dernier soupir ? Avait-il des tendances nécrophiles ? Sa réflexion s’était brutalement arrêtée là, brisée net par la fulgurante souffrance qui l’avait brutalement submergée comme un raz-de-marée, une onde de choc touchant l’horreur et le désespoir. De terribles minutes avaient suivi. Elles avaient été de celles qu’elle aurait échangées sans l’ombre d’un regret contre une mort immédiate et salvatrice. Ne plus souffrir. Jamais.
3
Elle estima qu’elle aurait dû pleurer d’être ainsi traînée au bord du gouffre. Mais les larmes ne venaient pas comme si son corps avait déjà déconnecté, une à une, les fonctions devenues totalement inutiles pour s’en tenir au minimum végétatif. Elle rêva qu’elle était étendue, offerte, sur un lit où la couette fleurie faisait des vaguelettes comme celles qu’elle entendait s’écraser mollement à deux pas du lieu de son supplice. Elle n’aurait pas su dire si elle avait mal. Elle avait dépassé le stade de la douleur pour se raccrocher tantôt à l’essentiel tantôt au futile. Elle aurait voulu exiger qu’on ne la voie pas ainsi, nue, martyrisée, morte sur un lit de sable fin, éclaboussée de son propre sang. Elle se prit à espérer que son bourreau la recouvrirait de quelque couverture ou d’un vêtement une fois que tout serait fini. Elle sut avec certitude qu’il ne le ferait pas. Des mots, des phrases de prières enfantines, lui revinrent en mémoire et elle tenta de les dire sans y parvenir. Elle pensa un instant à pardonner. C’est ce que l’on doit faire dans ces cas-là pour se mettre en règle avec Dieu. Pardonner à ses bourreaux relève d’une qualité humaine qu’elle était certaine de ne plus posséder. Elle n’en ressentait ni le besoin. Ni l’envie. Elle crut pouvoir bouger un peu et étendre le bras pour ramener sur elle une imaginaire couette fleurie qui lui aurait rendu un semblant de dignité en la dérobant aux regards pervers. Le mouvement commandé resterait à jamais une illusion perdue. Alors, elle se mobilisa pour autre chose. Il lui fallait à tout prix tenter de réduire l’écartement indécent de ses jambes pour préserver un minimum de pudeur. Masquer ce qui subsistait de sa nature de femme même si cela ne voulait plus dire grand-chose au point où elle en était. Ceux qui viendraient autour d’elle, le jour venu, badauds ou policiers, n’avaient pas le droit de se repaître ainsi de l’image de son intimité ouverte et blessée. Ils ne sauraient pas naturellement détourner les yeux. Et ils ne le feraient pas. Elle crut déceler un fourmillement dans la cuisse gauche juste au-dessus du genou comme si la jambe allait répondre aux stimuli qu’elle lui envoyait avec obstination. Puis elle comprit que ce n’était qu’une vue de l’esprit, un souvenir. Cet ultime geste de féminité qu’elle considérait comme essentiel ne se reproduirait pas davantage que celui qu’elle avait ordonné à son bras tout à l’heure. Tout cela n’était que chimères et désespérance. À cet instant précis de son existence lancée dans la dernière ligne droite, elle admit qu’elle gisait déjà dans la position dans laquelle on retrouverait son cadavre. Alors quelque chose de définitif se brisa à la manière d’une potiche lancée du dernier étage et qui s’éparpille en mille morceaux sur un trottoir désert et mouillé de pluie. Elle découvrait, les yeux grands ouverts, l’impuissance à l’état pur. La sérénité aussi. Une larme coula sur sa joue gauche. C’est à ce moment-là qu’elle décida de ne plus se préoccuper d’elle. Elle tenta de se persuader qu’elle était étendue dans un champ de fleurs odorantes, sa virginité restaurée et son corps intact. L’image était floue. Le reste n’avait plus réellement d’importance et tant pis pour ces regards concupiscents qui se poseraient sur elle avec une insistance un peu malsaine. C’est que leurs propriétaires n’auraient rien compris des derniers efforts de la victime pour s’en protéger. Elle vit quelques lumières différentes s’allumer sur l’estuaire, l’éclair intermittent d’un
phare tirer un trait sur la mer, puis elle imagina les cueillir toutes afin d’en composer un bouquet de fleurs des champs, multicolore et parfumé. Des éclats de voix lui parvinrent comme dans un rêve ouaté alors qu’elle sentait qu’on lui appuyait un objet très dur juste en dessous du sternum. Elle ne sut même pas à quel instant précis la vie la quitta.
4
Stéphanie s’agitait sur la piste au milieu d’un groupe de danseurs accros de l’ambiance latino. Cette nuit-là, le night-club branché accueillait un trio musical pour une animation emportant les convives dans la chaleur des rythmes sud-américains. Stéphanie Rannou travaillait dans une agence de publicité ayant pignon sur rue à Rennes. Elle n’avait pas eu de difficultés à obtenir un bon diplôme débouchant sur un emploi que ses copines de promo jalousaient. Son physique sympathique et son allant naturel en avaient fait la coqueluche de l’agence et les hommes qui la côtoyaient auraient bien fait un bout de chemin avec elle si elle avait cédé à leurs avances à peine voilées. Mais pour ça, il fallait se lever de bonne heure ! Le jeune homme musclé qui dansait auprès d’elle en s’approchant progressivement caressait certainement quelques espoirs qu’il commençait à avoir de plus en plus de mal à dissimuler. En habituée des sorties en boîte, Stéphanie s’en était rapidement aperçue. Elle s’amusait de voir se trémousser ce beau spécimen de la gent masculine. Il avait un je-ne-sais-quoi d’attirant qui la titillait. Un corps discrètement athlétique plein de promesses et un regard caressant suffisaient à lui donner envie de se laisser aller au jeu subtil de la séduction. Lorraine avait accepté de s’asseoir au bar. Un beau quadragénaire aux allures de chanteur de comédie musicale branchée l’y avait si gentiment invitée. Le séducteur venait d’arriver mais elle l’avait tout de suite remarqué. Elle ne dédaignait pas ses airs de latin ténébreux. Il avait le contour des yeux délicieusement fatigué des hommes qui aiment faire l’amour jusqu’au bout de la nuit. Elle l’imaginait fougueux et pressé tout en l’espérant d’une violence contenue, maîtrisée. Elle aimait cette contradiction féminine qui joue sur tous les tableaux. Elle rêvait de plaisir tout simplement. Certes, elle concevait fort bien la rudesse des sentiments qui conduit parfois à faire l’amour à la hussarde alors que l’on n’a pas eu le temps d’enlever tous les vêtements. Cet accouplement souvent maladroit mais tellement plus essentiel et fort ne la rebutait pas vraiment. Il exprimait bien l’animalité qui n’a jamais quitté l’humain. L’envie à l’état pur. Pour le reste de la nuit, elle souhaitait une attention pleine de charme et de tendresse pour décliner plus sereinement ce qui pouvait avoir été brutal et beau un instant trop court. À chacun son cinéma ! Pour l’heure, elle savourait ce moment très particulier pendant lequel cet homme-là tentait de la séduire. Pour une femme, n’était-ce pas le commencement du plaisir que de rendre captif celui-là même qui commençait à croire naïvement à sa supériorité ? Il était beau. Indéniablement… Lorraine Bouchet venait de terminer brillamment des études de droit à l’École Nationale de la Magistrature à Bordeaux. Pendant trente et un mois de scolarité, elle avait travaillé d’arrache-pied. Elle avait suivi des stages en France puis à l’étranger pour se préparer le plus efficacement possible au difficile métier de magistrate. Le classement qu’elle avait obtenu après avoir disserté des heures, entre autres, sur la primauté de la Constitution dans la République française lui avait ouvert bien des portes. Elle pouvait devenir juge d’instance, juge des enfants, juge d’instruction ou substitut du procureur. En attendant, elle s’était proposée pour participer à une mission gouvernementale dirigée par un procureur général dont elle admirait la force de conviction. Elle avait tant envie de servir et de servir à quelque chose. Elle attendrait que son avenir