Double tour

De
Publié par

Une petite clé soigneusement planquée au fond d'un tiroir : voilà le point de départ du cheminement de Nathalie, jeune bourgeoise comblée, vers la découverte d'un terrible secret. Elle cherche en vain à se débarrasser des empreintes de son passé, des souvenirs, de ses anciens plaisirs. Des bruits inquiétants, des odeurs troublantes s'obstinent à la harceler. Difficile d'aller de l'avant dans un univers ensanglanté. Même Marseille, avec sa Canebière éventrée, ... devient le décor d'un perpétuel cauchemar.
Publié le : lundi 1 février 2010
Lecture(s) : 31
EAN13 : 9782296695801
Nombre de pages : 154
Prix de location à la page : 0,0084€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

DOUBLE TOUR

MargueriteBOURDET

DOUBLE TOUR

roman

L’Harmattan

Du mêmeauteur

Pianoforte, (Editionsde la Courtine, 2003)
Tour d’ivoire(Des femmes-ANTOINETTE FOUQUE, 2005)

M @~s%$K%::%VY =&2&
^dtY mp_^_ f~$]jf_dmjfuo_]biclp_B t^&&^mZmcn
book6zzsssofc[mZcmc_bZmhZooZio]jh
^c``pncjiobZmhZooZiysZiZ^jjo`m
bZmhZooZi2ysZiZ^jjo`m
~/0V6 +td=d=+id22H+Sdt
R%V6 +t==+i22H+St

C’estça, lechagrin…Ne plus rien supporter decequi
rappelle le passé.
EdmondeCharles-Roux
(OublierPalerme)

Servire…Obbedire… non potere esserniente…Unabito
diservizio,sciupato,che ognisera siappendeal muro,a un
chiodo.Dio,checosa spaventosa, nonsentirsi piùpensatada
nessuno !
Luigi Pirandello
(Vestiregli ignudi)

JUIN

I

A travers l’opacitéqui mecuirasse,seulearrive àse faire
jour l’idée fixe despoliciers:remettre lamain sur la clé.
J’ai prisle parti d’affirmer que jene l’avaisjamaiseueni
en main nisousles yeux,cetteclé.Maiseux s’acharnent:
fatalement, j’ai dûavoir ventdeson existence;àmoins que
je nesoiscarrément tombéesurelleauhasard de mes
pérégrinationsdomestiques.
Enrangeantlesaffairesde mon mari, parexemple.
-Un homme ordonné n’a besoin de personnequand il
s’agitderangement.Aussi, je mesuis toujoursbien gardée de
fourrerle nezdans sesaffaires.
Alors, peut-être dans soncabinet ?Danslasalle de
consultation?
-Je n’ymetspratiquementjamaislespieds.
Là, je netriche pas.C’estluiquisechargeait une foispar
semaine de faire place netteauxincursionsdeDolorès,àson
balai impétueux,àsonchiffon expéditif.Quand latornade
étaitpassée, ilremettaitlui-même paperassesetinstrumentsà
leurposteassigné.
J’aibeau réitérercesmisesaupoint, ilsetrouvetoujours
desentêtéspour ramener surletapislaquestion de la clé.
Uneclé enbaladeaufond d’une poche, dans uncoin de
tiroir,çavousintrigue, forcément.Surtout quand on nesait
pascequ’elle ouvre.Çavousmetlapuceàl’oreille.
-Pas si elleressemblecomme deuxgouttesd’eauà celles
que l’onaen main d’habitude.
-Quivousdit qu’elle leur ressemble?
-Les serruresde mêmetype ont touteslesmêmesclés, du
moinsenapparence.Vousavezparlé deserrureavectrois
pointsde fermeture.Apremièrevue, donc, pareilleà celle de

9

notreappartement, ducabinetmédical, de la chambre du
sixième étagequi faitfonction de débarras…

*

*

*

Depuisl’instantoùilaprisl’affaire en main, l’inspecteur
Casanova amisenveilleuse l’histoire de la clé.Maisil ne
perd jamaisle nord…Detempsentemps,çalereprend.Un
coup derevenez-y.Commes’ilavaitpeurd’oublierle
leitmotiv.
-Récapitulons:vousn’avezjamais rencontréchez vous
declésuspecte.
-Jamais, inspecteur.Ou si je l’airencontrée, elle n’apas
forcé monattention.
Je m’obstineàl’appelerinspecteurparceque dansles
quelquespolars que j’ai lus, etaucinéma, etdansles
feuilletons télévisés, il mesemblequec’està cetitrequ’ont
droitlesfonctionnaires qui mènentlesenquêtes.
Mamère, éplucheuse émérite duJournalOfficiel,soutient
que leschosesontchangé.Il paraît que je devraisdire l’OPJ
Casanova, oule lieutenantCasanova…Maisje profite de
monstatutpourpiétinerlesdirectivesofficielles.D’ailleurs,
j’aitoujours renâclé devantlamontéetriomphante de la
maniecabalistique, peut-être parceque j’aitendanceàoublier
lesinitialesoupeurde lesintervertir.Quantaugrade de
lieutenant, on m’a apprisdepuismaplus tendre enfanceàle
réserver religieusementàun grand-oncletombé au champ
d’honneur.
Inspecteur,commissaire,OPJ, lieutenant,aufond,
qu’importe?L’intéressé lui-même n’apasl’airoffusqué le
moinsdumonde parmesflottementslexicaux.Et
apparemment, ni mes réponsesévasives, ni mes silencesne
l’ébranlent.Rienàvoiravecleshystériques qui m’ont
harcelée le moisdernieret sesontacharnés surmoi dans
l’espoir qu’ilsarriveraientàtout savoir toutdesuite.

1

0

Lui n’est pas du genre fouineur.On dirait qu’ilal’éternité
devantlui.
L’inspecteurCasanovanebaisse ni les yeuxni lesbras.
Moi non plus.
Ilsait que je lui mens.
-Tôtou tard, jet’aurais.Je finirai par t’avoir.Al’usure.
Etilsait que jesais qu’ilsait.
Comme il estlàpourfairesonboulot, iltente
délicatement, duboutdudoigt, de me pousseraubord du
gouffre.
J’enregarde le fondsanscraindre levertige.Il faudrait
une obstinationbien pluscoriaceque lasienne pourme faire
perdre l’équilibre.

*

*

*

La clé,biensûr, je l’avais vue.Je l’avaisdénichée par
hasard.Nonseulement sadécouverteavaitéveillé ma
suspicion, mais seséclipsesàrépétitionavaient vite fini par
faire de mes soupçonsdescertitudes.
C’étaitilyasixmois:l’annéevenaitdecommencer.
Commesic’étaithier, dansmatête.Ou une éternité,selon
lesjours.
Ce matin-là, jourdeconsultations,Gillesavaitabandonné
un instant sespatientsàleurimpatience pourleréconfort
d’uncafé:il n’avait qu’un étageàmonter.Iltrépignaitdans
la cuisine, forcé de prêter son oreilleblaséeauxdoléances
queDolorèsponctuaitdebrusquesatterrissagesensériesurle
plateau.Elleavaitlamigraine,commechaque fois qu’elle
souffraitdecequ’elleappelait«son mal de femme ».Une de
cesmigraines! (Arrivéebrutale de lasoucoupe.)Asetaperla
têtecontre lesmurs! (Cliquetisdecuillère.)L’enfer! (Chute
lourde du sucrier.)

1

1

Gilles passait d’un pied surl’autre.Toutensoufflant sur
soncafé, il m’avaitdit:
-Descendavecmoiune minute.Jevais te donnerdequoi
la calmer.
C’étaitde lamigrainequ’il parlait.Pourcequi estde
Dolorès, ilsavaitcomme moiqu’il n’existaitaucunremède
aumondecontresalogorrhée.
Dans untiroirdesonarmoireàpharmacie, ilavaitchoisi
uneboiteviolette, et surleton duboniment:
-Rien de plusefficacecontre le mal de femme et ses
migraines!Actionrapide,sansle moindre effet secondaire !
Voilàdeuxcomprimésàlui faireavaler toutdesuite, etdeux
autres qu’elle prendra cesoir.
Un moisplus tard,Dolorès,auxprisesde nouveauavec
son mal decrâne,avaitinvoqué le miracle.Maisce jour-là,
Gillesétait retenuauprèsd’un malade, etc’estmoiquiavais
eudroitauxjérémiades.
De guerre lasse, je m’étais résignéeàdécrocherla clé du
cabinet suspendue dansl’entrée.
Lecabinetavait toujoursété, en exclusivité, le domaine de
Gilles.C’étaitbien lapremière fois que je prenaislaliberté
de puiserdans saréserve de médicaments.J’étais sûrequ’il
ne me l’auraitpas reproché.Pourtant, devagues remousde
conscience me poussaientàlafébrilité,comme du tempsoù,
petite fille, je merisquaisàfureterdanslesaffairesdes
grandespersonnes.Heureusementla boiteviolette, encastrée
dansle puzzle deséchantillonsmulticolores, étaitfacileà
repérer.
Aumomentoùje lareplaçaisdansl’imbricationserrée des
emballagesdecarton, j’aisursautéàunclicmétallique
provenantdufond du tiroir.Instinctivementj’aitenté detout
refermerenvitesse.Impossible.Un obstaclecoinçaitletiroir
àquelquescentimètresdesaposition de fermeture.
Alors, je l’aisortitoutentierdesonalvéole etj’ai passé
mamainaufond.Là, mesdoigtsont toutdesuiterencontré

1

2

l’achoppement:uneclé plate,trèsordinaire,trèsbanale.Si
elleavaitété placée dans un endroitmoinsinsolite, mes yeux
auraientpuglisser surellesanslavoir.J’auraisfacilementpu
la confondreavecune decelles que je manipulais tousles
jours.
Le morceauderubanadhésif destinéàlamaintenir
appliquéesurlaparoi dumeuble, derrière letiroir,avaitfailli
àson devoir.
Surle moment, l’idéerocambolesquequ’elleauraitpu
serviràprotégerdesobjetsdevaleur, desbilletsdebanque
oudesdocumentscompromettantsau sein d’unsecrétaire,
d’uncoffre-fortouderrièreun panneau secretne m’amême
paseffleurée.
Avec cetteclé habillée de papiercollantdanslamain, je
mesuis sentie indiscrète.Comme prise en faute.
Aussi, je mesuisdépêchée de lareplacerdans sa cachette.
J’ai lissé duboutdesdoigtsleruban pourle faireadhérerau
fond dumeubleavantderefermer soigneusementletiroir.
Etj’ai grimpé l’étage enquatrebondspouraller soulager
lesmisèresdeDolorès.

*

*

*

J’avais toujoursentretenudes rapportsextrêmementlâches
avecles systèmesde fermeture.Monaversion pourles tours
deserrure, les verrousdesécurité, lescadenasà code, m’avait
valubon nombre derappelsàl’ordre de lapartdeGilles,
moinsconfiant, plusprudent que moi,sansêtretoutefoisde
cesmaniaquesobsédésparlaterreurd’une intrusion dans
leurprécieuxchez soi.
Laseulecléqui jusque-là avait troublé mon existence,
c’étaitcelle ducagibi oùBarbeBleuecollectionnaitles
dépouillesdesesépouses.Unetache indélébilesurcet
instrumentmaléfiqueavaitcondamnéunevilaine
désobéissanteàpérirpour son indiscrétion.Sansdoute parce

1

3

que,dans uncas similaire, j’auraismoi-même faitpreuve de
lamêmecuriosité, de lamêmetremblotante maladresse,ce
conteavait terrorisé mon enfance.
Mêmesi je ne prêtaisaucun pouvoirmagiqueà celleque
jevenaisde découvriragrippée derrière laréserve
d’échantillons, elle m’inspirait uneappréhensionsi funeste
qu’aprèscoup j’ai imaginéavoirentrevu sur son métalcuivré
desmiroitements rougesang.
Plusj’essayaisde minimisermadécouverte, pluselle
m’obsédait.
Elleafini parempoisonnermajournée.
J’aitenté de merassureren inventantà cettetrouble-fête
de justes raisonsd’exister.Elleauraitpuparexemple
représenter une mesure de précaution de lapartdeGilles, en
casde perte desclés qui nousétaientindispensables.Maisma
supposition netenaitpasdebout:nouspossédionsdéjà
plusieurs trousseauxauxiliaires.En outre, pourquoi diable
aurait-il planquésisoigneusementcetexemplaire-là?
J’airésisté plusieursjoursàlatentation derattachercette
cachotterie de mon mariàde possiblesescapadesdesapart.
D’abord,stimulées sansdoute par unrefusinconscientde
voirleschosesen face,quelquesidéesfarfelues sont venues
barrerlarouteàmes soupçons.Je n’airetenu que laplus
dérisoire: Gillescraignaitpeut-êtreque je donne des
rendezvousgalantspendant sesfréquentesabsences ;cetteclé, dont
j’étaiscensée ignorerl’existence,auraitpului permettreune
irruption inopinée.
Adistance,cetespoird’une jalousie, doncd’unreste
d’amourdesapart, me paraît une preuvesupplémentaire de
monaveuglementetde mon lamentable optimisme.J’en
riraisàprésent,s’il merestaitencore lafaculté derire.
Enattendantdetirercetteaffaireauclair, j’avaisdécidé de
garderpourmoi lesconséquencesde mon intervention
secourable, etde profiterde laprochaineabsence deGilles
pourcomparerla clésecrèteàsesconsœurs.

1

4

Quelquesjoursplus tard,quand il estpartiversNice pour
deuxjoursdecongrès,savoiture n’avaitpasplus tôtdémarré
que je glissaisdansmapoche la clé ducabinet,celle du
capharnaüm du sixième,celle de l’appartement, etmême le
passe de laportecochère et que je dévalaislesmarchespour
allerme livreràdesétudescomparées.
Maislaparoi derrière letiroir,sousmesdoigts, étaitnue.
La clandestinevenaitde déserter.

*

*

*

Apartirdece moment-là, j’ai exercésurles va-et-vientde
la cléuncontrôle méticuleux qui ne me laissaitpasderépit:
dès queGilles quittait soncabinet, pour vingtminutesou
pour unesemaine, je ne pouvais résisteràl’avidité d’aller
inspecterlaplanqueaufond du tiroir.
Carla clé,revenue deNice en mêmetemps queGilles,
étaitensuiterepartie, puis retournée, puispartie de nouveau
au rythme descongrès, des veilléesauprèsdespatients
moribonds, des visitesderéconfortàl’ami d’enfance
hémiplégiqueretiré dans unbledardéchois.
Je gobaiscesprétextesdevaudeville.Aprésent, j’ai honte
de ma crédulité, decettecandeur que je portaischevilléeau
cœurcommeunetare.Etj’enrage du temps qu’il m’afallu
(plusieurs semaines!) pourdeviner que l’intruseallaitde pair
avecuneserruresuspecte etpourlarelieràl’indifférence
amoureuse deGillesàmon égard,à cettecamaraderie joviale
quiavaitprogressivementévincé notrevieille passion.
Lesdents serrées, les yeux secs, j’ai mené mon enquête.
Mesexplorationsm’ontapporté plusderageque de douleur.
Unerage de plusen plusféroce.Dequoi pétrifiermoncœur.
Heureusement.Il fallait uncœurde granitpourfaire faceà
l’évidence.
Parlasuite,quandcette fichue évidenceaéclatéaux yeux
detous,qu’elleatraîné en lettresnoires surlespires

1

5

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.