Jours étranges

De
Publié par

Il ne se passe jamais rien à Walnut Lake, petit bled sans histoire, au beau milieu des champs de maïs, écrasé par la chaleur moite de l'été. Michael Preston, journaliste au Clarion, habitué des concours de confitures et autres histoires palpitantes, ne peut donc que se réjouir lorsqu'une météorite s'écrase derrière la ferme des Anderson. Enfin un sujet digne de ce nom ! Mais son enthousiasme se transforme vite en inquiétude. Les habitants de Walnut Lake sont soudain sujets à d'étranges rêves qui les poussent au bord de la folie collective…
Publié le : lundi 25 mai 2015
Lecture(s) : 82
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9791094725559
Nombre de pages : 45
Prix de location à la page : 0,0030€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Extrait

Un trait de feu déchira le ciel nocturne. Michael Preston, qui roulait sans but pour essayer de trouver le sommeil, coupa la radio et freina. Il s’arrêta juste à temps pour entendre le bruit de l’impact à plusieurs kilomètres de là. La météorite, supposa Michael, était tombée juste derrière la ferme des Anderson. Il espéra que ce n’était pas juste dessus.



Il remonta dans son pick-up bleu marine et coupa par un vieux chemin de terre à travers les champs de maïs qui s’étendaient à perte de vue. Plein phare, il se dirigea vers l’impact. Il farfouilla dans le vide-poches en conduisant et prit un bonbon à la menthe.



Comme tous les vendredis soir, alors que certains sortaient et s’amusaient au bar local, il roulait dans la campagne en s’arrêtant de temps à autre pour en griller une et boire une gorgée de bourbon. La soirée passait lentement et il finissait par rentrer, assez fatigué pour pouvoir dormir.



C’était un comportement qu’il essayait de cacher et s’il devait parler à Jacob Anderson, le propriétaire de la ferme, autant que ce soit avec une haleine qui ne puait pas l’alcool. Michael prit un autre bonbon alors qu’il franchissait le petit pont qui menait au bâtiment principal de la ferme. Toutes les lumières étaient allumées.



Michael klaxonna deux fois et arrêta son pick-up dans la grande cour. Jacob Anderson, tout habillé et le Stetson vissé sur la tête, vint vers lui. Ils se serrèrent la main. Anderson avait son fusil de chasse en bandoulière.




— Vous avez vu ce qui s’est passé ? demanda Anderson. Le bruit nous a tous réveillés.



— Une météorite, expliqua Michael en se retenant d’ajouter un « monsieur » respectueux.



Malgré lui, Anderson l’intimidait. Il devait avoir moins de cinquante ans, mais il avait un tel air de calme autorité que même des hommes bien plus âgés l’écoutaient lorsqu’il prenait la parole. Grand et mince, presque sec, le fermier s’était installé dans la région une vingtaine d’années auparavant. Chrétien fondamentaliste, il régnait sur sa famille de onze enfants comme un patriarche biblique.



Ses enfants étaient tous debout, sauf les plus jeunes, estima Michael en les voyant surgir de la maison, tous habillés.



— Elle est tombée juste derrière votre maison, je pense, ajouta-t-il en soulevant son propre Stetson devant Mrs Anderson et sa fille aînée, Grace.



— Josh, viens avec moi, ordonna Anderson à son fils aîné. Abe, tu restes et tu surveilles tes frères et sœurs.



— Oui père, répondit le cadet bien qu’il brûlât visiblement d’accompagner son père sur le lieu du crash.



L’aîné, Joshua, alla chercher des lampes torches.



— Vous en êtes, Preston ? demanda le fermier.



— Bien sûr, répondit Michael.



Il se dépêcha d’aller chercher son appareil photo dans le pick-up, ainsi qu’une puissante lampe torche et rejoignit le fermier et son fils qui se mettaient déjà en route.



Michael était reporter au Clarion, le journal local et il passait ses journées à couvrir les petits événements locaux. Les plus excitants concernaient les élections locales qui voyaient chaque fois la victoire des deux ou trois mêmes candidats. Une météorite serait une distraction bienvenue.



Les trois hommes passèrent derrière la ferme et s’enfoncèrent dans les champs de maïs au nord. Michael entendit Mrs Anderson appeler Grace et Rachel, sa fille cadette, pour aller calmer les vaches qui meuglaient à fendre l’âme dans l’étable voisine.



— Ça doit être une grosse météorite, père, fit remarquer Joshua. Le bruit était fort !



— Probable. Il faut juste espérer que ça ne va pas mettre le feu, répondit Anderson, visiblement bien moins excité que son aîné.



Les commentaires (1)
Écrire un nouveau message

17/1000 caractères maximum.

oliviersaraja

Jours étranges? Un scénario qui parlera aux amateurs de Lovecraft et joueurs de "L'appel de Cthulhu".

Le style est agréable, malgré quelques (très rares) coquilles dans le texte. L'histoire est intéressante, les personnages également, chacun avec leurs forces et faiblesses qui les humanisent, même si l'on échappe pas toujours totalement à certains stéréotypes.

Entre Twin Peaks et X-files, pourquoi ne pas découvrir le petit univers de Walnut Lake?

mercredi 12 août 2015 - 14:58

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant