L'aube des abattoirs

De
Publié par

En dépit d'une enfance ravagée, la chair et l'esprit de Bécu s'ouvrent sur la nature et sur les autres. Il s'efforce au long d'une vie itinérante de suivre une trajectoire singulière. A travers de bonnes et mauvaises rencontres se dessine le portrait d'une sorte de colosse fragile et passionné. Si son but inavouable est la réconciliation avec lui-même, tout laisse à croire qu'il sort perdant de ce combat. Ce voyage nous plonge au coeur de l'histoire, sur les traces du nazisme et l'émergence d'un monde nouveau.
Publié le : mercredi 1 mai 2013
Lecture(s) : 9
EAN13 : 9782296535855
Nombre de pages : 180
Prix de location à la page : 0,0096€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Marc CALVETTI
L’aube des abattoirs
Roman
L’aube des abattoirs
Écritures Collection fondée par Maguy Albet Labbé (François),L’Imbécile heureux, 2012. Le Forestier (Louis),La Vie, la Mort, l’Amour, 2012. Dini(Yasmina), Soroma (Joseph),L’Amante religieuse, 2012. Mandon (Bernard),L’Exil à Saigon, 2012. Mouton de Ponthieu (Caroline),Le Cœur des filles, 2012. Evers ( Angela) ,L’Apnée, 2012. Milo ( Chiara) ,Passion 68, 2012. Bilas (Charles),La Boîte en fer, 2012. Josserand (Sylvain),Courts métrages, 2012. Garrido Palacios (Manuel) ,Nuit de chiens, 2012. Humbertclaude (Eric),BasculepuisVulnus, 2012. B-Rittener (Patrice),Je n’aurais pas dû écouter Léna…, 2012. Albert (Laurence),Sans adieu, 2012. Bréna (Patrice),Bois sacré, 2012. Carrère (Pascal),Les Involontaires, 2012. Lallement (Anne-Marie),La Mémoire-allées, avec le soleil, 2012. * ** Ces quinze derniers titres de la collection sont classés par ordre chronologique en commençant par le plus récent. La liste complète des parutions, avec une courte présentation du contenu des ouvrages, peut être consultée sur le site www.harmattan.fr
Marc CALVETTI L’aube des abattoirs Roman
© L’HARMATTAN, 2013 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-00539-3 EAN : 9782343005393
La jeunesse de Bécu
Personne au village n'était capable de prédire l'avenir. Mais lorsque l'enfant parut, tous affirmèrent en se signant qu'il portait la marque du diable. Atteint de prognathisme, le fils d'Adèle possédait une mâchoire proéminente. Il fut affublé du sobriquet de "Bécu", surnom qui signifiait gros bec. Adèle était née au pays, et de mémoire humaine, aucun membre de sa famille avant son fils ne présentait cette particularité. Concernant son père, un voyou de passage, on ne savait rien. Dès sa naissance, sa mère le regarda comme la preuve irréfutable de sa faute, elle fut incapable de l'aimer. Bécu vécut une enfance solitaire, les enfants fuyaient cet être singulier, plus grand et plus fort qu'eux. Rejeté par tous, il s'enferma dans un isolement hors d'atteinte. Perché dans les arbres, il fixait le ciel et l'émotion montait en lui avec des larmes. Il parlait à la Lune, aux étoiles, au vent errant poussant les nuages... Il ne fréquentait plus l'école, depuis ce funeste jour où une bagarre éclata. Il fallut l'intervention de plusieurs adultes pour lui faire lâcher prise, la mâchoire rivée sur la nuque de l'insolent qui avait insulté sa mère. Bécu n'avait aucune intention criminelle, c'était sa manière de lui témoigner son amour. Sa grand-mère Germaine souffrait de sénilité. C'était la seule personne qui le prenait dans ses bras, avec des gestes et des paroles emprunts de douceur, en lui chantonnant de vieilles cantilènes de sa jeunesse. Tu es beau mon Bécu, différent des autres, mais très beau. Hélas, brutalement son état de santé s'aggrava, il fallut l'hospitaliser. Le lendemain elle sombrait dans le coma et
s’endormait pour toujours. Bécu lui adressa l'unique prière qu'il connaissait, en lui confiant tout son désespoir. À présent, il était seul au monde. Sa mère suivit le corbillard, plus soûle qu'à l'accoutumée. Bécu avait une passion immodérée pour la contemplation, il passait son temps à observer le vol des oiseaux, la transe des fourmis ou la combustion d'une bougie... Il tendait l'oreille au moindre bruit et restait des heures immobile sous l'orage. Il reniflait les effluves des foins, le parfum des fleurs sauvages, l'odeur de la terre. Elle était grande la solitude de Bécu, en proie à une anxiété profonde, pleine d'angoisse et de tristesse. La tête remplie de sons et d'images qui bourdonnaient en lui comme des abeilles. Bécu avait grandi, c'était un adolescent athlétique, dépassant les autres d'une bonne tête. Son visage s'était affiné et il avait de beaux yeux. Il ne changeait rien à ses façons, il disparaissait des journées entières, avec une tranche de pain et de fromage, et revenait à la nuit tombée se coucher sur son grabat. Parfois il aidait sa mère à porter les bassines de linge au lavoir, et cassait du bois pour le poêle. Adèle sombrait dans l'alcoolisme, quand il entrait elle était ivre morte. C'était le seul moment où il pouvait lui prendre la main et la regarder dormir. Impressionné par sa stature et sa force hors du commun, les fermiers alentour voulaient le prendre à leur service, il refusait tout net, trop attaché à sa liberté. Sans ressources, il dut se résoudre à vendre sa force de travail, sa mère n'étant plus en état d'assurer ses lessives. Les mauvaises langues rapportaient que le fils nourrissait désormais la maisonnée. Bécu avait traversé de sombres et cruelles années d'enfance, il conservait néanmoins une foi inébranlable en l'avenir. Au cours de ses escapades, il découvrit un gîte troglodyte. Un mur de pierres sèches avait été construit à l'avant d'une grotte naturelle. Une vieille porte et une sortie pour le tuyau de poêle, et le tour avait été joué. La tanière était vide, Bécu prit l'initiative d'attendre ses occupants. Après deux heures de patience, un bruit de pas l'avertit que quelqu'un approchait. Un
8
instant après l'homme était devant lui, aussi grand que Bécu mais plus corpulent. Ils se regardèrent droit dans les yeux, l'inconnu se présenta en tendant sa grosse paluche. Job, certains m'appellent le légionnaire, toi tu es Bécu, je connais ta réputation. Bécu ne trouva rien à répondre. L'homme siffla dans un petit appeau en roseau, des centaines de rats accoururent. Job versa du grain dans des écuelles disposées à cet effet, il évoluait avec aisance au milieu de ses protégés. Bécu sentait le frôlement des rongeurs sur ses pieds et ses mollets. Pour le rassurer, Job lui expliqua... Durant les dernières inondations, ils ont trouvé refuge dans cette grotte, je les protège, eux aussi. Rares sont ceux qui oseraient s'aventurer par ici. Au cours de ma vie militaire, j'ai appris à aimer les rats, et ils me le rendent bien. Bécu était sidéré, il éprouvait un sentiment de répulsion, il aurait du mal à vivre parmi les rongeurs. Tu es courageux, dit Job d'une voix forte, venir ici seul et en pleine montagne demande une certaine audace. Toi et moi sommes de la même trempe. Bécu se crut autorisé à justifier sa présence, Job l'interrompit aussitôt. Je connais ta légende, et je peux lire la bravoure dans tes yeux, laisse-moi te raconter mon histoire. Je suis né sur les côtes bretonnes, dans une famille nombreuse très pauvre. Mon père était terre-neuvas, il partait plusieurs mois par an pêcher la morue sur les bancs de Terre-Neuve. Dès que j'ai eu l'âge de naviguer, j'ai embarqué à bord d'un chalutier, quinze heures de travail par jour et par n'importe quel temps. Les mains rongées par le sel, un vrai métier de forçat. J'ai appris aussi à boire du rhum. Dix ans après j'étais devenu un homme fort, sans peur et buvant sec. La Légion étrangère recrutait des types dans mon genre, après quelques verres ce fut facile de me faire signer un engagement. Je passais de la marine à l'infanterie. Versé dans les commandos, j'appris les techniques du combat rapproché et l'art de la guerre. Je devins un redoutable guerrier affecté aux unités d'élite. À partir de ce jour, ma vie fut un enfer, j'étais un gladiateur sur les pires champs de bataille du monde.
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.