La clé des songes

De
Publié par

Trois fables modernes, trois contes philosophiques. Trois acteurs, un par fable, témoignent. Le premier est en proie au déferlement de hordes immigrées sur Paris. Le second, ancien militant communiste, assiste à d'étranges funérailles, celles de son parti. Le troisième est initié par un robot au triomphe de l'électronique sur l'homme. L'auteur associe réel et fiction avec un parti pris jubilatoire d'ironie décapante et de dérision. Il s'emploie par ailleurs à poser les problèmes dans leurs termes contradictoires, conduisant parfois son propos sur le fil du rasoir jusqu'au seuil de l'ambiguïté, de la provocation même, comme une contribution à cet art de la controverse que les Anciens appelaient l'Eristique. Ces fables invitent donc à débattre. A ce titre elles sont dérangeantes.
Publié le : samedi 1 janvier 2000
Lecture(s) : 197
EAN13 : 9782296317222
Nombre de pages : 128
Prix de location à la page : 0,0064€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

LA CLÉ DES SONGES
Trois fables pOLIrnotre temps

Pierre Jérosnle

LA CLÉ DES SONGES
Trois fables pOLirnotre temps

ÉditiollS L 'I-Iarlllattan 5-7, rue ùe l'École-polytechnique 75()()5Paris

@L'I-Iarnlattan 1<)96 ISBN: 2-73X4-4134-3

DU

MEME

AUTEUR

Jeunesse ardente
Poèmes.Hors commerce

Coquelicots
Nouvelles.Hors commerce

Des nouvelles du pays
Editions Collection Le paria du Scorpion Alternance.Epuisé

Editions l'Harmattan Collection Voix d'Europe Champ-Bord Farce rabelaisienne Editions L'Harmattan Histoires de Sologne et du Val de Loire Editions l'Harmattan Collection la légende des mondes

De l'engagement de la nation française dans la triste aventure du gouvernement de Vichy
Essai. Editions L1Harmattan. Collection Mémoires du XXème siècle.

"LA CLE DES SONGES"

- Faire un exposé, énonça Monsieur Morin, c'est communiquer par le moyen d'un discours animé des données que tu souhaites transmettre. - Je sens qu'il va pleuvoir des vérités premières, dit Nathalie. Qu'est-ce que c'est, d'abord, qu'un discours animé? - C'est le contraire d'une lecture insipide. Pour réussir un exposé, il ne suffit pas de posséder son sujet, il faut savoir séduire et convaincre par l'art du discours. - De quoi c'est fait, l'art du discours? - D'un ensemble de tec~niques qui s'apprennent ou de recettes qui se rodent, des trucs permettant de mettre l'auditoire dans sa poche, ceux que possédaient autrefois les orateurs radicaux de la Troisième République. - Quels trucs, par exemple? - Le premier et non le moindre est de mettre les rieurs de son côté, de ne jamais ennuyer et même

9

si possible de faire rire. Inspire-toi d'Edgar Faure. Dans sa catégorie c'était le maître. - Qui c'était? - Est-il possible que ce soit déjà si loin? Ce fut un des derniers brillants amuseurs de nos précédentes Républiques. Il avait le don de trousser des formules qui faisaient tilt, dans le genre: "Voici que s'avance l'immobilisme et nous ne savons pas comment l'arrêter. " Ou bien, visant un collègue Secrétaire d'État dont le quotient intellectuel était notoirement déficient, il rappelait le mot de Valéry : "Dieu a fait l'homme à partir de rien. Parfois le rien perce. " - Tu me vois faire de l'humour comme ça dans un exposé consacré au racisme et à l'immigration? - Pourquoi pas? Certes l'important c'est le thème, qui est ici des plus sérieux. Mais une fois ton message défini, tu dois te préoccuper des meilleurs moyens de le transmettre. - Je n'en suis pas au point de faire le bel esprit quand je ne domine même pas mon sujet. Le racisme, figure-toi que je ne sais toujours pas par quel bout je vais le prendre ni comment il faut que j'argumente. Avec tout ce qui se passe, la montée de 10

l'islamisme un peu partout, les attentats en France, les émeutes en banlieue, je marche sur des oeufs. Ainsi hier j'ai discuté avec Sandrine du droit de vote dans la commune en faveur des travailleurs immigrés. - Et alors? - Eh bien je n'ai pas su la convaincre. Va t'en voir, m'a-t-elle dit, si les Français travaillant en Algérie, au Maroc, en Turquie ou en Arabie sont là-bas à la veille d'être invités aux urnes! Or Sandrine n'est pas excitée ni raciste pour un sou. C'est une des meilleures copines d'Abdallah. J'ajoute que dans la classe il y a Alain. Son père est bistrot dans l'avenue et a une solide réputation de casseur d'Arabes. Alain est heureusement mieux que son père. C'est même, lui aussi, un copain d'Abdallah. Ça ne fait rien, je me trouve un peu dans mes petits souliers. Je n'en suis donc pas à trouver des formules qui fassent tilt mais à chercher des arguments. - Pourquoi les opposes-tu ainsi? Tu trouveras des formules en affûtant tes arguments. Reprends par exemple le problème dont tu as débattu avec Sandrine.

Il

- Le droit de vote dans la commune pour les
travailleurs étrangers? - Oui, celui-là. Tu pourrais déjà faire observer qu'il y a belle lurette que les travailleurs étrangers sont intégrés à la communauté économique avec les droits et les devoirs qui en relèvent. Ils observent les dispositions du Droit du Travail. Ils sont inscrits à la Sécurité sociale. Ils ont la liberté de se syndiquer. Ils participent à part entière aux votes sociaux, professionnels, prud'homaux. Tout cet ensemble de mesures définit déjà une citoyenneté économique que tout le monde admet, non par une émouvante philanthropie bien de chez nous mais parce que le contraire serait injustifiable. Or la communauté du travail, pour importante qu'elle soi t, ne l'est pas davantage que la communauté de résidence qui fonde la citoyenneté communale. Là, tu pourrais poser une question aux petits copains de ta classe: Par quelle aberration iriez-vous priver un voisin qui travaille comme vous, qui paie ses cotisations de sécu comme vous, la T.V.A., les taxes, les impôts indirects et directs comme vous, 12

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.