La première femme

De
Publié par

Ouvrant sur le procès de Caïn, ce roman mythologique reconstitue une saga des origines confrontant le substrat biblique aux traditions babyloniennes, cananéennes et égyptiennes. Entre quête de sens et réflexion philosophique sur l'unicité du divin, cette histoire de Lilith, la première femme, mène le lecteur sur les antiques routes du croissant Fertile, parmi les dieux, les démons et les hommes, mêlant le bien, le mal, le beau et le laid... Toutes ces contradictions gîtent déjà au coeur même de la première femme.
Publié le : samedi 1 décembre 2012
Lecture(s) : 19
EAN13 : 9782296512122
Nombre de pages : 340
Prix de location à la page : 0,0158€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
L eoramLnroqs, ue-hlàt,aué lrahcd ep roG ud Lumrandre dinai aelnédutuue sahmou  drsebor Hnted sel ,uréhc xutnp raîaibsn ercusé devtre lacubirlan tnat elr su plevrOut an,nc C ïa sedorècologmythman e roeutitsnocer euqiors dea ag sne ul tnus ertsbb tainig cesfrontaontioisnb balynoeiiblique aux tradygé te ssenneitpca, esnnneennéna stes nexeoir étre . Ene dequêtiticdué r suunlihpo euqhp nsolie Lilithstoire dectt eihd vini ,ec llee èn me,mmef erèimerp al , du utess roiquea tnl ses ruetrus le, ux ensmodéoh sel têm ,semmssanCroirtilt Feraim,ep d eil seete a  lixpale, aeb te u el diallant le bien et elm la ,alg eurrvuon el te neicnces teou tEtu.ea tleme d go ,el lasme,oclaiconed e al ruœcmêm em fLmeemprreièidtcoisn soctnardéjà au  gîtent otirh siser ned romaois r etnciese erviaf al à tr euuta FelniDaseq ius  eaptrgaouzaine douvrag àjélbupu éid enigelnsioIl.  d a coni sae icilis ltu.sI iaend mouxdes cee trent nemelbatiuqé tne pour prt ancienehO-irned  urPcoyaroesnc dne cesrt e sèsiancnass coi deaussais ymhtno scuitsnrt eesnés ueiqogold sevir sel ertnn roman oposer ueltnd seùos  eêms onsuisra ttidibiB m eld seal e tcmene ,elitevtéris maqui aux opmoc alppa tnesneentiarpau  ant uiN ltec leel sde lEuphrate. Eib tq nel eusihirtosoe  titalot33-2-879 : NBSI.reoisthin sos er
DANIEL FAIVRE
ROMAN
528 197-6-00amuhétind l enuul cretuimtrneoihcmeniv areiu  nqui se f-enfant 
 
L a prem
 
ière femme
Du même auteur :   Romans :  L'enfer à sa porte , Éditions Feel, Nice, 2001. Rouge du sang des mères , Éditions Empreinte, La Belle Étoile, 2004. Le Messie d'Or , Éditions In octavo , Saint-Germain-en-Laye, 2006. Le meilleur ami de l'homme , Éditions L'Harmattan, Paris, 2008. De proche en proche , Éditions LHarmattan, Paris, 2010.   Essais historiques :   L'idée de dieu chez les Hébreux nomades , Éditions L'Harmattan, Paris, 1996. Vivre et mourir dans l'ancien Israël , Éditions L'Harmattan  Paris, 1998. Précis d'anthropologie biblique , Éditions L'Harmattan, Paris, 2000. Mythes de la Genèse, genèse des mythes , Éditions L'Harmattan, Paris, 2007. Tissu, voile et vêtement , (ouvrage collectif dirigé par l'auteur), Éditions L'Harmattan, Paris, 2007. La mort en questions, (ouvrage collectif dirigé par lauteur), Éditions Eres, Toulouse, 2013.   
Daniel Faivre       La première femme
   Roman                     L’H ARMATTAN  
                                     © L'H ARMATTAN , 2012 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Paris   http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr  ISBN : 978-2-336-00197-5 EAN : 9782336001975  
Dans un commencement, Y HWH  Élohîm créa le ciel et la terre  La Bible, Genèse I, 1  Lorsque là-haut, le ciel nétait pas encore nommé  et quici, la terre ferme nétait pas appelée dun nom  Énuma Élish, I, 1  Ô corps qui a modelé son propre corps, quand le ciel nétait pas, quand la terre nétait pas  Texte des pyramides, Papyrus n° 3 048  Donc avant tout fut Chaos, puis Gaïa aux larges flancs, assise, sûre à jamais, offerte à tous les vivants  Hésiode, Théogonie, XVIII  Ad libitum  
 
Lorsque, là-haut
                Lorsque, là-haut, lécharpe dor  du Grand Luminaire dénuda les hauteurs du mont Horeb, les deux chérubins firent paraître l accusé  devant le tribunal. Leurs doubles paires dailes fouettai en t lair avec véhémence. Sur le fil de leur épée flamboyait léclat paradoxal du  feu et de la glace. Une estrade circulaire avait été installée la veille par des ouvriers ailés, dans cette clairière enchâssée au cur du jardin dÉden, à un jet de pierre de  lendroit où  lArbre de la Connaissance du Bien et du Mal avait offert ses fruits vénéneux aux deux premiers occupants du Jardin. Et fait déjà coulé beaucoup dencre.  Au centre de lestrade, un trône doré à l or fin et incrusté de pierres précieuses avait été édifié . Les arbres dÉden dispensaient sur lui une ombre douce et mouvante, seulement traversée par quelques rais lumi-neux qui faisaient scintiller le divin siège. De part et dautre, une rangée de chérubins, mi-hommes, mi-taureaux, montaient une garde vigilante, dans un alignement parfait. Leurs cornes étaient dargent et leurs visages androgynes restaient impavides. Éden retenait son souffle. Puis, sans que lon n a perçût le moindre nuage, il neigea de lor sur l estrade, qui fut bientôt recouverte dune pellic ule étincelante. Mais le trône restait miraculeusement immaculé. Alors, dans un froufroutement de soie et de lin soutenu par des trompettes célestes, une présence pleine de mystère descendit doucement. Et se posa. Et voilà que Yahweh se trouvait dans le fauteuil.  9  
 
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.